AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Old Diary [...]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Old Diary [...]   Dim 27 Avr - 18:54

« Parce qu’on a tous une histoire à raconter mais que certaines sont plus intéressantes que d’autres… »

[ Morgan Livanarth ]





Un journal rouge sang, une odeur de cannelle s’échappe de ses pages épaisses. Pas de verrou, pas de sortilège… Le journal peut être à la portée de tous. Un défit intérieurement instauré par le jeune Morgan Livanarth. Qui le lit aura le pouvoir de le foudroyer. Ce qui est resté caché est maintenant révélé. L’écriture noire parfois rondes, parfois acide… Tout y est, tout. De ses états d’âme jusqu’à ses troubles. L’objet est dissimulé à l’écart des regards curieux. Dans un tiroir peut être ? Sous le lit ? Sous l’oreiller ? Sous une latte ? Allez savoir. La plume utilisée est toujours la même. Ce livre date d’une vingtaine d’année, ne servant à rien et abandonné à la poussière de grenier, le sorcier ne s’en emparera qu’à la rentrée de cette année 1997.

___*Première page :

Tout d’abord laissez-moi me présenter. Vous qui saurez bientôt tout de moi (ou du moins tout ce que mon âme et conscience se permet de vous dévoiler) pouvez bien lire ces quelques lignes… Ce journal ce n’est pas pour moi que je l’écris, l’Utopie m’a quittée, j’ai renoncé à l’espoir de me connaître un jour. Un jour quelqu’un l’ouvrira et lira tout ça. Le plus tard possible je l’espère, mais lorsque le temps sera venu alors, le pouvoir sera renverser, vous deviendrez monarque et moi vassal (si sa majesté me le permet…) Pendant qu’on est dans les révélations… Pourquoi ne pas tout faire dans l’ordre des choses ?





Nom(s) : [Derly] Livanarth
Prénom(s) : Morgan / Julian / Conrad.
Âge : 17 ans en cette année 1997
Date de naissance : 13 décembre 1980
Lieu de naissance : Londres, Angleterre.
Nationalité : Anglaise

Père biologique [moldu] : Otis Livanarth ( ?)
Mère biologique [sorcière] : Marilyn Derly (décédée)
Tuteurs : Grands parents maternels [sorciers] :
-Lilane Derly (63 ans)
-Raymond Derly (69 ans)
Ascendance : Sang mêlé

_________________
Prefet en chef




A lovely devil.............................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Old Diary [...]   Lun 28 Avr - 20:37

Le commencement



C’est drôle mais personne ne se souvient de ses premiers instants à respirer l’oxygène dès la sortit de ventre de maman. Personne n’essaie de se souvenir à vrai dire… Moi non plus. Ce que je sais je le sais parce qu’il à fallu que l’on ne m’épargne aucun détail de ma vie. L’explication reste très vague pourtant, je suis mort de façon inexplicable alors que je venais à peine de naître. Je n’ais pas pleuré, je suis resté silencieux alors que mon cœur cessait de battre. Déjà je faisais dresser les cheveux de mes parents sur leurs têtes. Mais pourquoi j’ai fais ça ? Je n’étais pourtant pas malade. Les résultats des échographies ont toujours été excellents. Je suis l’enfant prodige… Accompagné de ses faiblesses. Ma mère avait 22 ans à ma naissance, mon père 29. Il paraît qu’ils s’aimaient. Moi je ne l’ais jamais vu. Vous savez les « on dit » ne m’on jamais intéressés. Des parents qu’ils s’enlacent et s’embrassent… Vous connaissez ? Ah, vous en avez de la chance, et je vous envie. Oui, je suis jaloux de vous. Je suis jaloux de votre passé alors je pourris votre avenir. Toujours est-il que ce misérable accident m’a valu un organe fragile et sans grande valeur. On me croit fort et invincible. Alors voici votre première information intéressante : Un endoloris, UN SEUL ! … Et je claque au bout de même pas 30 secondes. Soyez-en certains. Vous ne pourrez pas me rater. La vie est un don, je ne la perdrais pas aussi facilement. Jusqu’ici, aucun sorcier ne m’arrive à l’épaule. Vous êtes forts… Mais vous ne valez rien. Vous ne possédez pas la rage de combattre, celle qui vous pousse à progresser à vitesse éclaire, celle qui vous ronge mais vous propulse en avant jour après jour.

*Ma mère était une femme gentille, mais débordée. Elle était sorcière, tout droit sortie de la maison Serdaigle avant de devenir mannequin puis de tout quitter à mon arrivée. Elle inspirait la joie de vivre jusqu’à ce qu’elle craque sous les hurlement de mon abrutit de père. Ses migraines devenaient de plus en plus fréquentes, sa dépression s’amplifiait et elle laisser faire son mari lorsqu’il levait la main sur moi.

*Mon père était un homme distingué et « très beau » d’après bien des dames dans ma famille. Il avait tout pour réussir : le charme, l’intelligence, la patience… Jusqu’à – encore une fois- mon arrivée. A ce moment là il sombra dans l’alcool et tenta même de me tuer. Incapable, il n’a même pas réussis. Mais pourquoi ? Y’avait-il un gramme d’amour en lui envers moi ? Non.. ; Bien sur que non. Il avait peur de ternir son image. La prison n’est pas réputée pour embellir ses occupants. Au lieu de ça, il est partit le jour du noël suivant.

*Moi ? Moi…


Parfois je me souviens d’elle… De ses airs fluides. Simplement drapée l’été, avec son sourire rassurant. Elle me regardait avec tendresse avant de me prendre par la main et de m’emmener avec elle à la mer ou au parc tout simplement. Marilyn… Elle reste la plus belle femme au monde. Même morte c’est elle la plus belle… Aucune beauté présente sur cette planète ne l’égale. Elle est mon souvenir le plus précieux. Ouai… Complexe d’Œdipe ? On va dire ça comme ça. Je me moque du regard des autres. Je pourrais tout échanger pour lui redonner la vie. Je crois qu’elle est la seule à m’avoir réellement aimé. La seule à avoir essayé de me soutenir malgré les difficultés. J’étais malade, je ne marchais pas droit, mon corps maigre cliquetait à chaque pas, mes yeux semblaient sortir de leurs orbites et ma bouche entre ouverte laissant apparaître un peu de salive de temps à autre… La laideur ne l’a pas empêché d’adoucir mon calvaire. C’est grâce à ma mère que je suis ce que je suis. J’ai bien dis ‘GRÂCE’ et non « a cause » car… Mon cauchemar serait de retomber en cet enfer. Ici à Poudlard je pense… Plus encore qu’à l’ordinaire. Je réfléchis chaque jour au moyen de fuir, de me retrouver seul dans le noir. Ça me fait du bien. Je me sens mieux lorsque les volets sont fermés. J’imagine la liberté avant de remettre les pieds sur terre. Ma place est parmi ces gens. Mon rôle est de me faire haïr et je crois y réussir. Je veux leur montrer que sur Terre il y à les gens qui plaisent et les autres (bien plus intéressants) que l’on déteste.

Moi je vous aime.




_________________
Prefet en chef




A lovely devil.............................


Dernière édition par Morgan Livanarth le Jeu 1 Mai - 17:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Old Diary [...]   Lun 28 Avr - 22:03

Raven H.Silverstein





Simple et d'apparence totalement niaise. Cette fille est la première à avoir attiré mon attention. Je me fiche des filles en général. Ne m'intéressent que les plus belles et les plus décalées. Raven t’es l’une d’elles. T’aurais pu être mon ennemie, ou ma maîtresse qui sait ? Je ne sais même pas qui t’es. Je t’ais tenu au creux de ma main toi et ton fabuleux acolyte Erwin O’Keefe. Je vous tenais et ce n’était pas pour me déplaire… un geste, une parole de trop et tu sais ce qui se passera. Mais aux jours d’aujourd’hui, la situation n’est plus la même. J’ai changé en l’espace de quelques mois et je m’en excuse aisément. Je ne suis pas plus fragile, mais plus humain. Je ne reste pas moins l’ordure qui s’amuse à défier pour humilier mais toi je te veux. Comme un gamin capricieux réclame sa sucette, t’es mon sucre. J’me nourris de ta bêtise mais aussi de tes idées. Bientôt une vengeance aura lieu. Tu connais laquelle. Tu sais être persuasive et je m’amuse autant que toi à tes côtés, ces moments d’intense progression ne s’effaceront jamais. J’adore ta personnalité mais tu es dangereuse. Qui se cache derrière ce masque Je connais une partie de ta perversité, je suis loin de m’imaginer l’ampleur de la seconde. Tu peux compter sur moi mais tu ne peux pas me tenir en laisse comme tu sais si bien le faire avec d’autre. L’indomptable dans l’histoire c’est moi. Malgré tout, je m’attache seul à toi car tu restes une arme forte. Si je me sers de toi tu peux faire de même avec moi. Un échange correcte et de bonne monnaie. Sorcière… 1 er femme de ma vie.


_________________
Prefet en chef




A lovely devil.............................


Dernière édition par Morgan Livanarth le Mar 29 Avr - 23:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Old Diary [...]   Mar 29 Avr - 23:19




La première fois que je l’ais vue c’était en sortant d’un cours de potion. Comme d’habitude je me pressais pour passer la porte et être enfin débarrassé des attaques puériles de mes camarades de classe. Je n’étais qu’un gamin de seconde année et elle une petite fille qui débarque. A vrai dire, ni son visage, ni son regard et ni son corps n’ont attirés mon attention. J’avais déjà en tête des millions d’autres choses et cette Serpentarde n’était rien d’autre qu’une petite sorcière de pacotille. Ce n’est que 2 années plus tard, lors de ma 4eme année que nous nous sommes enfin réellement adressés quelques regards. Je l’ais bousculé bien malgré moi et, normalement, je l’airai insulté et lui aurait parlé avec mépris. Ma bonne humeur était flagrante si bien que je l’aidais à ramasser ses affaires éparpillées sur le sol. La belle ne m’avait pas vu, ne pouvait-elle donc pas attacher ses fichus cheveux ?? Mais passons… il ne s’est rien passé, absolument rien et pour cause : j’étais à cette époque épris d’une demoiselle bien différente (plus tard…) J’entend encore l’onde sensuelle qui raisonne. Peut être étai-ce mon aveuglement permanent, peut être mon côté renfermé en tout cas, je n’ais absolument pas sentit nos êtres s’entendre et se désirer. Elle était bien jolie c’est vrai, mais toutes le sont ici. Et puis, j’ai toujours été attiré par les blondes… C’est comme ça. L’âge apprend bien des choses comme… ne pas se fier aux apparences. Cette sorcière, la muette… Elle m’avait atteint au corps, m’avait déjà emprisonné dans ses chaînes ardentes…

Comment s’échapper ? Comment dire non ? Comment refuser le piège ? L’amour s’est éteint entre ma dulcinée et moi. Nous étions inséparables jusqu’à ce que ni l’un ni l’autre ne puissions se supporter. Encore maintenant je l’avoue : je l’aime. Je l’adore, l’admire et la veux.. Je ne supporte pas l’idée que quelqu’un ait pu se lasser de moi. Cela me paraît tout bonnement impossible. Irréalisable. La haine qui suivit me conduit pour une troisième fois aux devant de Miss Van [Von] Silverwood. J’allais la torturer, la faire pleurer, lui montrer que son côté candide m’insupportait ! Il était temps qu’elle apprenne que les contes de fée n’existaient pas et qu’elle vivait en ce moment même dans un enfer qu’elle se devrait d’accepter. Décidemment, ce sourire, cette froideur presque hautaine. Je la trouvais gonflé et très désagréable. C’est MOI le méchant ici, MOI le prétentieux ! Alors la petite collée montée avait tout intérêt à se la boucler si elle ne voulait pas avoir plus encore d’ennuis. J’ai prit ma baguette pour lui faire du mal, tout simplement. C’est ce que je fais de mieux, sachez-le bien. Mais apparemment, le destin à voulu me faire payer ma leçon de géométrie improvisée (Hj : voir sujet) et je suis tombé très malade. Sans vous révéler plus de détail : voilà que j’étais à sa merci.

Mais alors…

Pourquoi nos lèvres se sont-elles jointent ? Pourquoi avons-nous fait l’amour quelques jours plus tard ? Je n’étais pas amoureux d’elle, et je ne désirait pas le devenir : quitte à lui briser son petit cœur innocent. Ce poison s’est pourtant immiscé dans mes veines et mes artères les plus creuses. Il à fait son chemin, établit sa loi jusqu’à mon organe battant, l’a pénétré pour finalement prendre la contraire et provoquer l’explosion sentimentale. Cette fille est tout pour moi. Sans sa bouche sur la mienne je me sens vide. Sans ses doigts sur ma peau c’est comme si j’étais nue. Sans son odeur dans mon oxygène je meurs… C’est bête à dire. Enfin ma faiblesse s’est révélée : l’amour tout simplement. Je ne suis qu’un être humain au fond, et j’ai mal en ce moment même… Parce que je l’ais perdue.
Je voudrais lui crier de revenir, lui faire comprendre par n’importe quel moyen pourtant… Quelque chose de bien plus fort m’en empêche. J’ai envie de la voir souffrir comme je souffre moi-même. J’ai envie qu’elle en bave et qu’elle se dise que plus jamais nous nous retrouverons dans la salle sur demande pour […] Est-ce qu’elle le sait ? Non… Je ne montre aucune peine. Je reste fier et habile. Ma voix ne tremble pas, mes jambes non plus. Je suis dur comme de l’acier et je me fais peur. La glace se reforme et j’en tremble la nuit. Je suis frigorifié de l’intérieur. C’est comme si… On me retirait toutes mes attaches. Tout ce qui me maintient en vie. C’est amusant de voir comme un rien peut nous foutre plus bas que terre. Je n’ais même pas envie de me satisfaire moi-même, il n’y à qu’elle qui puisse m’apporter ce qui m’obsède. Mes mains restent liées sur mon ventre tandis que je respire un air inconnu et piquant. J’étouffe… Les paroles des autres, leurs insultes me touchent dix fois plus qu’auparavant. Il va me falloir du temps pour me reconstruire mais.. Je n’en ais pas ! J’ai envie de tout laisser tomber, de me taper la tête contre les murs, de griffer les toiles, d’arracher les rideaux et d’éclater les vitres. J’ai envie de hurler et de faire taire toutes ces immondices à mon sujet. Fichez moi la paix ! Me es yeux se ferment lorsque je pleure de sorte à retenir mes larmes. L’eau et le sel ne touchent jamais mes joues. Je préfère vomir mes repas dans les toilettes en compagnie de Mimie Geignarde plutôt que de me moucher. Discorde… Parfois je voudrais te tirer par les cheveux et te dire que t’es qu’une grosse salope, une simple putain avec laquelle j’ai bien joué, rien que pour voir ta réaction j’aimerai que tu entendes ces mots. Tsss… ‘Manquerait plus que les billets glissés dans le string pauvre fille.

Je sais que tu me regardes… Je sais que tu es là quelque part…


Mon amour
Combien de fois ais-je rêvé ta présence?
Comme j'aimerai que tu lises ces quelques pages
peut être comprendrais-tu..?
Peut être...
Mais pourquoi ne suis-je pas capable de te dire tout ça?



_________________
Prefet en chef




A lovely devil.............................


Dernière édition par Morgan Livanarth le Jeu 1 Mai - 16:59, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Old Diary [...]   Mer 30 Avr - 15:09



"Je ressemble beaucoup à mon père? Right!"


Dans une famille t’as la mère pis t’as le père. C’est obligatoire. Rien à foutre de vos embryons congelés etc… Moi je parle des gênes… Depuis que je suis tout petit, on me dit que je suis le portrait craché de mon père. Pour beaucoup de garçons, c’est un compliment, pour moi il s’agit d’une insulte. Je déteste cet homme autant qu’il me déteste. Jamais il ne m’a prit dans ses bras. Jamais. Lorsque je faisais un cauchemar, que je tombais des escaliers, que je m’emplafonnais ces foutues baies vitrées, il préférait me regarder de haut en ricanant et en me traiter d’idiot. Lorsque c’était dans ses pattes que je me faufilais alors il venait me tirer les cheveux et me crachait dessus en gueulant. Je revois encore les artères sur ses tempes se gonfler de sang et sa peau virer au rouge. Nous avons les mêmes dents. Je les ais assez vu pour avoir mémoriser leur taille, leur forme et leur emplacement à la perfection. Nous sommes faits du même modèle. Je suis la copie. Cette copie qui se devait d’être ‘parfaite’ et que l’on prenait finalement pour un brouillon… J’ai son sourire, ses grimaces, ses mimiques, son hautaineté, j’ai tout prit. Jusqu’au dernier détail. La seule chose qui me différencie de lui c’est ma cicatrice, souvenir d’un fabuleux couteau de cuisine plongé dans le jus de tomate. Lorsque je suis revenu dans la cuisine où à eu lieu l’incident il y à quelques mois, durant les dernières grandes vacances, afin de récupérer quelques affaires qui me pourraient finalement être utiles… je croyais avoir retrouvé la force et le courage pour y pénétrer mais lorsque mes yeux se sont posés sur ce plan de travail, j’ai sentit ma joue me brûler, la blessure s’était réveiller… Non. Etai-ce elle ou ma mémoire ? Tout ce que je sais, c’est que je n’ais pas réussis à pénétrer dans mon ancienne chambre. Depuis le temps les draps et les étagères devaient être couverts de poussière, tout devait être encore en place, je n’y avait même pas touché. J’avais laissé posé un verre d’eau sur ma table de nuit ; il devait être sec et le calcaire visible maintenant. De l’argent, des piles, quelques jeux vidéos, des livres et des écris vulgaires… Bouffés par les rats, emportés par le temps ? Je ne sais pas, je n’ais pas pu… Lorsque ma main s’est posée sur la clenche, ma peau a tout de suite reconnu la forme de cette poignée et j’ai frissonné. Je me suis revu 2 ans auparavant en train de rentrer et sortir pour aller aider ma mère ou descendre regarder la télévision avec elle. J’ai eu envie de vomir et j’ai lâché… J’ai murmuré quelques insultes bien anglaises et moldues avant de faire quelques pas en arrière et de blêmir face à cette porte qui s’éloignait au rythme de mon départ. Je voulais rechercher mon ordinateur, quelques photos, disquettes et CD’s… Quelques livres aussi et surtout le dernier mot que m’a laissé ma mère : « Peux-tu aller chercher le pain ? Je rentre tard ce soir… Commande les pizzas et un film pour 22h mon chéri. Je t’aime. Signé maman. » Ce n’était peut être rien mais ça comptait énormément pour moi car quelques jours plus tard et rendait l’âme dans mes bras alors que je m’apprêtait à retourner à Poudlard.
J’en suis sûr… Mon père a créé une dépendance de ma génitrice vis-à-vis de moi e la laissant seule. Elle l’avait perdu lui, elle ne voulait surtout pas que je parte. Mon entrée dans cette école magique a été perçue comme une malédiction pour elle. Ma pauvre maman… Elle a souffert tous les maux du monde et pourquoi ? Pour un fils qui ne se rendait compte de rien tout simplement. Mais elle ne voyait pas à quel point je l’aimais moi ? Elle était tout… TOUT ! Mes racines, mon bonheur, mes rires, mes larmes et mes baisers. J’aurai pu donner ma vie pour elle… mais ça ne rimerait à rien car sans moi elle n’en n’aurait rien fait. Maintenant qu’elle est morte, je me rends compte à quel point c’est dur de dire « je t’aime » aux gens auxquels on tient. J’étais persuadé qu’elle ne me quitterait jamais, allez savoir pourquoi dans mon esprit elle était immortelle. Au lieu de ça, j’ai assisté à son inhumation alors que je n’avais que 15 ans. C’est tôt pour voir mourir un parent… Mes yeux n’ont versés aucune larme – je lui devais bien ça – mais la haine de ma famille s’est accumulée de plus en plus et on m’a rejeté. Tel Meursault (Camus – L’étranger) est condamné à mort pour ne pas avoir pleuré à ce même évènement, j’étais puni moi aussi… Je ne comprendrais jamais ces gens. Sont-ils dont si stupides ? Si égoïstes ? Ou attendaient-ils vraiment le moment opportun pour me rayer de leur arbre généalogique ? Je suis mort dans leurs chaumières mais j’existe encore pour l’état civil.
J’en suis sûr ! Sûr ! Tout cela est de sa faute ! Mes grands parents auront beau me répéter le contraire je ne changerais pas d’avis. Mon père, Otis Livanarth à condamné mon rang en s’enfuyant lâchement le soir de Noël. Marilyn l’aimait quand même de tout son cœur… Et moi qui m’en faisais une joie… Je suis un monstre. Je sais…Je sais que si jamais cet enfoiré, cet ordure finie devait se présenter devant moi alors… Alors je le tuerais. La haine m’emporte chaque nuit vers un rêve ou devrais-je dire : une déflagration de souvenirs. Je suis enseveli et je me meurs chaque matin avant de me réveiller. J’ai peur qu’il réapparaisse mais j’en ait aussi terriblement envie. Serais-je enfin capable de venger mon propre corps ? Ces hématomes, ces coups gratuits, ces gifles à répétition et cette tentative d’homicide. C’est MOI qui aurait sa peau, avant la faucheuse elle-même je le poursuivrait jusqu’en enfer s’il le faut. Il s’est perdu et je me ferai un plaisir de le retrouver. Il n’y à aucun doute là-dessus, il lui suffira d’un regard pour me reconnaître : ne suis-je pas son « perfect scan » ? Celui qui est né pour perpétrer le nom de la famille en engrossant une femme ? Si si, c’est bien moi. Il n’aura vécu pour rien… J’en ais envie de hurler ! Comment un tel homme peut il se trouver encore en liberté ? Est-ce sa beauté qui l’immunise contre les représailles ? Mais c’est injuste ! (dis-je en utilisant la stricte même méthode…). Il va payer pour ces nuits gâchées, ces journées passées en fantôme.

Un fils qui rêve de tuer son père.



_________________
Prefet en chef




A lovely devil.............................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Old Diary [...]   Ven 2 Mai - 21:26




How do you describe the feeling?

! HOW !

Je ne me suffis plus à moi-même. C’est ce que j’ai crus remarquer ces derniers jours. C’est épuisant d’espérer le retour de quelqu’un qui ne reviendra finalement jamais. J’ai déjà fait ça lorsque ma mère est partie. Je n’ais pas cru à sa mort et j’ai attendu tout simplement. Comme un gamin qui attend sa mère à la sortie de l’école. Là c’est autre chose. J’ai l’impression de me retrouver sur les marches d’une mairie vêtue d’un habit de cérémonie. J’ai l’impression d’avoir été l’homme le plus heureux du monde et d’être maintenant assit proche de l’hôtel où ma femme ne me rejoindra finalement jamais. J’ai honte de voir tous ces gens venu assister à ma longue décente aux enfers. J’ai fais un rêve : un mariage ? Mais de qui ? Moi ?? Et avec qui ? J’étais déboussolé et tous ces sourires qui m’entouraient m’effrayaient. Enfin la mariée est apparue, cachée par un rayon de soleil naissant. J’ai plissé les yeux et j’ai vu… RAVEN ? Mais pourquoi ?? Elle aussi souriait. Habillée d’une longue robe blanche qu’elle soulevait pour ne pas la salir parmi toute cette poussière répandue sur le sol. A cette apparition de multiples flashes ont déferlés. Les photos fusaient et je ne sentais même plus mon corps. J’étais pétrifié. Comment étai-ce arrivé ? Et quand ? C’est en portant ma main à mes yeux que j’ai remarqué cet anneau argenté. DE QUOI ?! Impossible ! Elle venait juste d’arriver… Impossible n’est-ce pas ? J’ai lancé un regard pétrifié à l’un des invités qui n’était autre que l’un de mes amis tué lors de l’accident de dynamite. Il n’a pas semblé me comprendre et s’est retiré vers la mariée. Le baiser ? Pourquoi criaient-ils tous ça ? Je n’avais pas envie de l’embrasser moi ! Ce n’était pas elle ma femme, j’en aimais une autre. Elle aussi… Normalement. J’ai entendu une voix grave dans mon dos puis une poigné de mains… J’ai relevé mon visage et là est apparu mon père. Toujours cet air suffisant affiché, ce côté dandy fièrement dévoilé. Que… Pardon ? Que disait-il ? « Félicitation ?? » Mais qu’il aille se faire foutre ! J’ai retiré mon bras vers le ciel et lui ait lancé des éclairs par les yeux. Il osait se présenter ? Marilyn est apparue ensuite derrière lui et à glissé quelques doigts sur ma joue blessée : « Voyons… Sois plus gentil mon coeur. Il s’agit de ton père tout de même. Apprend à pardonner… » Alors ça c’était trop fort ! J’ai quitté ce regroupement de personnes pour me retrouver face à un banquet où Erwin m’attendait avec un large sourire. O’Keefe… Dégage de là. C’est ce que j’aurai dit si Discorde n’était pas ensuite venu le rejoindre, elle aussi vêtue d’une belle robe rouge et coiffée comme une reine. Mes sens se sont brouillés. Je ne pouvais plus parler, plus bouger. Je voyais noir et blanc et une musique a démarré. Une chanson version vinyle au son quelque peu vieillit. Raven m’a rejoint et m’a prit la main. Je ne me suis même pas défilé, à vrai dire, je n’étais plus vraiment moi… Plutôt un pantin désarticulé emmêlé dans ses ficelles. « Alors… Ce baiser ? » Prononça le Serpentard toujours adossé au banquet, avec malice. Boucle d’or a tourné mon visage vers le sien et a posé ses lèvres sur les miennes. Elle avait empoigné ma cravate pour me resserrer contre elle et commençait à la resserrer doucement me coupant le souffle progressivement. J’étouffais… Mais qu’est-ce que… Elle… J’étouffais plus encore jusqu’à ce que ma peau vite au bleu et que je la repousse violemment. J’ai reprit une grande inspiration, ma tête me tournait et je perdais patience. J’avais peur de ce cauchemar. J’avais l’impression de me perdre moi-même. De comprendre des choses que je ne devrai pas savoir. Il a suffit d’un ricanement d’O’Keefe pour que je perde complètement la raison. MAIS TA GUEULE ais-je crié alors en attrapant une bouteille que j’ai brisé sur son crâne. Un jet de sang a giclé sur ma figure et j’ai reculé. En voyant le corps de ce pourri gisant sans vie au sol j’ai souri. Discorde à hurlé et Raven à hoché la tête en prononçant plusieurs fois de suite : « Vilain… » La peur m’a quittée et je me suis dirigé vers mon père. Je lui ais empoigné les cheveux et j’ai enfoncé la partie brisé de mon arme dans son visage. Là j’ai tourné ! Tourné ! Tourné ! Jusqu’à ce qu’il ne bouche plus et qu’à son tour il s’effondre. Pas de râle, pas de gémissement. Juste le bruit de la chair qui se déchire. Mon mariage tournait au cauchemar et les invités couraient dans tous les sens. Ma mère m’a regardé et m’a giflé avant de quitter les lieux à son tour. Je me suis tourné vers celle que j’aimais, Discorde... J’ai écouté sa voix qui par miracle était présente avec elle ici. J’ai tendu ma main pour la forcer à m’enlacer. J’ai pleuré. J’ai pleuré comme un enfant. Je ne refoulais ni mes plaintes et ni mes larmes. Je laissais couler mon angoisse, ma peine et mes regrets puis je l’ai embrassé. La neige s’est mise à tomber. Le décor se métamorphosait sous cette couche de glace. J’ai dis à cette tendre créature combien je l’aimais, je lui ais dis que je ne pouvais vivre sans elle et qu’elle devait revenir. Que bientôt j’allais craquer, que ma vie ne tenait plus qu’à un fil.
Je pensais qu’elle me comprendrait, qu’après ces aveux elle dirait « oui ». Au lieu de ça j’ai sentit une douleur aiguë s’immiscer à l’intérieur de ma poitrine. Elle venait de me percer le cœur avec une fourchette.



Quand j’ai ouvert les yeux j’étais allongé sur le carrelage. Ma chute m’avait tiré du sommeil et j’ai immédiatement essuyé mes joues luisantes. Je respirais fort et tremblais de froid. J’eu envie de réveiller quelqu’un mais heureusement je me suis ressaisie. Quelle idée ! Moi ? Demander de l’aide ? C’était stupide !! Au lieu de ça j’ai retrouvé mon lit et j’ai sortis mon journal pour écrire ce que vous venez de lire. Est-ce que la douleur disparaîtra un jour ? Est-ce que je vais retrouver le bonheur ? Je doute… C’est atroce de continuer sans être sur de rien. J’aimerais connaître mon avenir pour ne pas espérer ce qui ne me reviendra jamais. J’ai besoin de savoir !

_________________
Prefet en chef




A lovely devil.............................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Old Diary [...]   Sam 3 Mai - 13:19


_________________
Prefet en chef




A lovely devil.............................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Old Diary [...]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Old Diary [...]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dear Diary ~ Elanore Loyld
» Lucie's diary
» Otome Nadeshiko Love Diary
» My Dear Dark Diary
» House Show # 11 : Luxemburg City, Luxembourg.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Contre-Attaque :: l HRP__* Divertissements :: JOURNAUX INTIMES-
Sauter vers: