AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rencontre risquée [Winou <33]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pixie McCartney
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin Nombre de messages : 143
Age : 34
Année d'Etude : 6ème Année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : ___* Bois de Rose - 32.5 Centimètres - Plume d'Hippogriffe
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Par delà les Ténèbres, la Magie nous éclaire, pour que le Mal soit à jamais combattu.
Ascendance:
Relations:

MessageSujet: Rencontre risquée [Winou <33]   Ven 25 Avr - 16:20

  • 20 heures 30. Les derniers élèves de Poudlard retardataires au dîner quittaient en courant la Grande Salle du Château, rejoignant aussi vite qu’ils le pouvaient leur salle commune, où il devraient déjà se trouver. Dans quelques minutes, les élèves trouvés en dehors de leur dortoirs se feraient punir, car tel était le règlement du château de Poudlard. Après 20 heures trente, plus aucun élève n’avait de raison de se trouver en dehors de sa salle commune, sous peine de sanctions. Bien sûr, il ne passait pas un soir sans qu’au moins un élève parmi les quelques milles de ce château ne se fasse sanctionner, mais ceci était la routine de n’importe quelle école. Le problème était qu’à l’école de sorcellerie de Poudlard en 1997, les punitions étaient loin d’être comme celle de tous les autres instituts. Depuis quelques mois, la terreur régnait dans ce château, et cela, c’était la faute d’une seule personne : Lord Voldemort. Le mage noir le puis puissant de tous les temps avait aujourd’hui le pouvoir sur le monde des sorciers, sur le ministère de la magie, et aussi sur l’école de sorcellerie de Poudlard. Depuis quelques mois, ses serviteurs étaient à la tête de celui-ci, et faisait régner un système loin de ressembler à celui qui avait pourtant toujours été instauré à Poudlard, avant cela. Les punitions n’étaient plus des lignes, ou même des retenues à passer dans la forêt interdite, mais la torture était aujourd’hui infligée aux désobéissants. C’était un régime reposant sur la terreur qui dominait à présent, et tout les élèves devaient se faire à cette idée, disons plutôt même tous les sorciers. Ce nouveau régime, quelques élèves avaient eut la malchance d’en avoir un petit aperçu, et parmi eux se trouvait Pixie McCartney. Environ deux semaines plus tôt, une bêtise qui avant se serait certainement terminée par une retenue lui avait valu l’utilisation d’un des trois sortilèges impardonnables, le sortilège de torture, doloris. Après cela, Alecto Carrow avait cherché à s’introduire dans l’esprit de la jeune fille. Pourquoi ? Parce que ce qui intéressait en fait les dirigeants de cette école, ce n’était pas en fait les fautes qu’avait commise la jeune fille de 6ème année de la maison Gryffondor, mais plutôt d’où elle venait, ou disons plutôt, ses ascendances. Pixie McCartney avait, à l’âge de sept ans, été adoptée par un couple de sorciers, qui étaient alors devenu comme ses vrais parents. Mais ce que la jeune fille et son père adoptif essayaient de cacher à tout prix en ce moment même, c’était que les véritables parents de Pixie McCartney n’avaient pas possédé de pouvoirs magiques. Ils étaient, comme disaient les sorciers, des Moldus. Et c’était cela qui était reproché à la magicienne, de en pas avoir des parents comme elle, d’être, comme disaient atrocement les moins sympathiques, une « sang de bourbe ». Tous les autres sorciers dans la même situation que Pixie avaient fui, s’étaient caché, mais cette histoire de parents adoptifs avait permis à la jeune fille de rester, ce que, sans doute, elle n’aurait pas dû faire, mais ce qu’elle ne regrettait pas. Si Pixie avait eu des problèmes avec Alecto Carrow, il en était de même avec Amycus Carrow, le frère de cette dernière. Ce qu’elle avait fait pour mériter tout cela ? Rien, encore une fois, c’était le même problème. La différence était que contrairement à Alecto, Amycus avait tout comprit. Oh bien sûr, il n’avait pas été trop dur pour lui de le faire, étant donné que comme sa sœur, il avait opté pour la manière forte, l’utilisation de la legilimencie. Mais non, Pixie n’avait pas été renvoyé, elle n’avait pas été tuée. Pire, sans doute. Elle avait toujours été plus ou moins bien dans sa peau, mais depuis sa rencontre avec le Professeur Carrow, autant dire qu’elle ne se sentait plus bien du tout. Elle avait l’impression d’avoir été salie, et même si elle savait que celui-ci était certainement malade, qu’il n’avait pas l’impression de faire du mal, que peut-être, ça n’était pas sa faute *elle est pas tarée là ? XD*, jamais elle ne pourrait pardonner ce qu’il lui avait fait. Un obsédé, un pervers, voilà ce qu’il était, il ne pensait qu’à son plaisir, mais quoi qu’il puisse en dire, quoi qu’il puisse espérer, jamais Pixie n’éprouverait de plaisir à se retrouver en sa présence. Elle devait le retrouver, dans quelques jours, et elle craignait plus que tout ce qui allait suivre. Cet homme était le mal, il faisait des choses que jamais Pixie n’avait pu imaginer qu’on lui fasse un jour… Ça lui était arrivé, à Poudlard, là où pourtant elle avait toujours été en sécurité, et elle ne pouvait se plaindre à personne. C’était son problème, et elle aurait bien trop honte de le dire, d’annoncer à quiconque ce que Carrow lui avait fait, même pas à un professeur de son côté, même pas à une amie, et surtout pas à Zachary, son petit ami…
    Ce soir là, l’Armée de Dumbledore, reconstituée par Ginny Weasley et Neville Londubat pour essayer tant bien que mal de se défendre contre ce régime installé contre la volonté de tous, s’était réunie, dans la salle sur demande, au septième étage de Poudlard, exactement au même étage que là où se trouvait la salle commune des Gryffondors, là où, à huit heures du soir passées, la jeune fille aurait certainement dû retourner sans même se poser de questions. Seulement, elle n’avait pas vraiment su ce qui l’avait emmené ici, à errer au beau milieu des couloirs du cinquième étage du château, l’heure des dernières sorties autorisées passées, alors que quelques élèves courraient, passant de temps en temps à côté d’elle, cherchant à échapper à ceux qui n’étaient pas encore là mais qui ne tarderaient sûrement pas à se montrer : les élèves de Serpentard faisant partis de la Brigade Slydeath, ou BSD, ceux à qui avait été confiée la surveillance des couloirs la nuit, ceux qui pouvaient punir à leur guise les élèves qui ne respectaient pas le règlement, comme ceux qui n’étaient pas encore dans leur salle commune à cette heure-ci, ou bien tout simplement même les élèves qu’ils n’aimaient pas, à savoir pour la plupart, les élèves de la maison Gryffondor, à laquelle appartenait la brunette. Pourtant, malgré tout ce qui lui arrivait injustement en ces temps difficiles, Pixie n’était pas du genre à se dire ne plus avoir rien à perdre. Elle n’était pas là pour le plaisir, ne comptait pas provoquer qui que ce soit, mais à présent, quelle fasse des entorses au règlement ou pas, l’issue était la même. Elle serait torturée encore longtemps, jusqu’à ce qu’elle fuie, certainement, mais elle ne voulait pas le faire. Bien que son secret eusse été découvert par un membre important de ce château, son père n’avait pas été interpellé, et fuir conduirait peut-être le ministère de la magie à le faire, ce que Pixie ne voudrait pour rien au monde. Son père adoptif l’avait toujours protégé, et elle n’allait pas faire quelque chose en sachant que cela le mettrait très certainement en danger. De plus, des gens la retenait ici. Elle avait des amis, bien qu’elle n’en ai jamais vraiment eu beaucoup, c’était cette année qu’elle s’était le plus rapproché des autres. Il y avait Zachary, qu’elle ne voulait pas laisser, et Morgan, même si elle savait que lui n’aurait vraiment aucun mal à vivre sans elle, elle sentait qu’elle avait besoin de lui, et ne pouvait pas partir. Toutes ces raisons la retenaient à Poudlard, c’est pourquoi elle n’avait pas encore prit l’initiative de fuir, d’autant qu’elle était surveillée de très près, et qu’au fond, elle ne savait même pas si essayer de fuir était une demande pour se retrouver à Azkaban, puisqu’elle serait certainement arrêtée avant même d’avoir pu quitter l’enceinte de Poudlard. Elle n’avait jamais transplané, et même si elle savait ce qu’elle devait faire, elle ne réussirait jamais d’un coups. Et de toute façon, elle n’avait pas 17 ans, elle avait donc encore sa trace sur elle, alors pourquoi fuir ? Pour être capturé pas moins de quelques heures plus tard ? Aucun intérêt. Même si sa vie à Poudlard était affreuse, elle n’était pas en prison.


    - Dépêche toi ils sont derrière !

    La jeune fille tourna la tête, puis se retrouva face à deux élèves de Serdaigle qui courraient en sa direction. L’un d’eux croisa son regard, puis passa à sa droite, alors que son ami passait de son autre côté. Pixie arqua un sourcil en soupirant. Elle restait calme, pour une raison qu’elle ignorait. Elle ne devait pas se faire remarquer par quiconque ayant un pouvoir à Poudlard, et pourtant, elle n’avait pas la force de courir. Ses pensées se bousculaient sans qu’elle n’en discerne aucune, et elle ne pensait qu’à ces deux élèves de Serdaigle qui s’éloignaient à présent d’elle. Puis tout à coups, celui qui avait croisé son regard se retourna, puis avec un signe en sa direction, croisa à nouveau ses yeux.

    - Hey ! Qu’est-ce que t’attends ? La BSD est pas loin !
    - Oh, t’inquiète pas pour moi…


    Elle lui avait affiché un sourire forcé mais étrangement sincère. Non vraiment, il n’avait pas de soucis à se faire pour elle, il y avait d‘autres personnes pour s‘en faire, et Pixie détestait déjà cela. Elle prenait seule ses décisions, et ne voulait pas que quelqu’un voulusse se mettre entre cela. Elle fit un signe de la main au Serdaigle en lui demandant de partir, avant que celui-ci ne repartisse en direction de ce qui ne devait être autre que sa salle commune. La jeune fille entendit alors de nouveaux bruits de pas, qui venaient de là où les deux élèves de Serdaigle étaient apparus. C’était peut-être un autre élève qui cherchait à échapper à la Brigade, ou bien l’un d’eux, en tout cas, à en juger par les pas qui s’approchaient d’elle, il semblait seul…

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin O'Keefe
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 162
Année d'Etude : 6ème année
Maison : Serpentard
Baguette Magique : Bois de pommier, 25.75 cm, très rigide, contenant une unique plume d'Hippogriffe
Date d'inscription : 16/01/2008

Feuille de personnage
Citation: On s'ennuit de tout, c'est une loi de la nature
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Rencontre risquée [Winou <33]   Lun 28 Avr - 1:36

Il est étrange comme les gens peuvent changer au fil de quelques semaines, de quelques jours, selon ce qui se passe dans leurs vies ou dans celles de leurs entourages. C’est connus, les gens changent avec le temps. Et pourtant, c’est tellement étrange que cela en devient amusant.
Qui aurait crus qu’Erwin O’Keefe, le chef de la dite Brigade SlythDeath, communément surnommé BSD, jouait à présent double jeu ? Lui qui avait promis de tout faire pour dissoudre cette Armée de Dumbledore, à présent, il ferait tout pour que cette dernière continue dans cette voie. Oui, il avait bien réfléchis. Et il avait compris qu’avoir des mangemorts à la tête de Poudlard était loin d’être une bonne chose. Il avait compris que les élèves étaient en danger.
Tout s’était déclanché quand le professeur Amycus Carrow l’avait convoqué dans son bureau pour lui expliquer qu’il était devenus le chef de la BSD. Le mangemort lui avait clairement fait comprendre qu’il fallait que la BSD soit plus active, plus efficace. Et qu’il ne fallait surtout pas qu’ils hésitent à utiliser un sortilège impardonnable ou la Magie Noire contre les élèves. Erwin avait alors compris ce qu’était devenus Poudlard. Il avait compris aussi qu’il était dans le mauvais camps, celui de la facilité, celui de la lâcheté. Le camp des méchants. Le camp qui avait toujours été celui d’Erwin. Mais cette fois, non. Cela ne pouvait plus durer. C’en était trop. Beaucoup trop. Il y avait eu des morts, et il y allait en avoir sûrement encore… Et la mort, Erwin en avait peur. Il en rêvait chaque nuit depuis la rentrée, et ça le hantait. Il la sentait volée au dessus de lui. Et il la sentait au dessus de chaque élève qu’il voyait. Et il voyait, dans ses cauchemars, des massacres, des tueries. Et sa sœur mourir. Et Raven mourir. Et Discorde mourir. Et ensuite, lui. En dernier. C’était absolument atroce.

Alors il avait décidé de jouer à un jeu dangereux. Celui du double jeu. Maintenant qu’il était chef de la BSD, il avait beaucoup de pouvoir, et de possibilité. Il pouvait faire beaucoup de chose, sans forcément avoir de raison valable, il n’avait même pas besoin de se justifier. C’est pourquoi, maintenant, il avait décidé que la BSD se réunirait de temps en temps pour parler de leur ‘plan’ et de ce qu’ils avaient appris sur l’AD. Ainsi, il pourrait savoir qui avait réussit à avoir des informations et comment. Puis il ferait en sorte que ce genre d’informations ne filtrent plus jusqu’aux oreilles des Serpentards.
Aussi, il avait décidé, lors des patrouilles, d’être toujours seul, et de devancer ainsi les autres membres de la BSD. Il se débrouillait pour effrayer d’une façon ou d’une autre les élèves qui se trouvaient dans les couloirs, et les faisaient fuir rapidement en lieu sur. Il avait commencé ce cirque depuis une semaine. Et jusqu’ici, personne ne s’était rendus compte de rien, et il n’avait encore jamais été découvert. Malheureusement, il savait qu’un jour ou l’autre, quelqu’un comprendrait. Il préférerait que ce soit un élève d’une autre maison qu’un membre de la BSD. Sinon, il emploierait la magie, un bon p’tit sortilège d’oubliettes et le tour serait joué. Dans sa tête, il avait déjà prévus plusieurs plans dans différentes situations qui pourraient peut-être, un jour, se dérouler. Mais au fond, il savait que cela ne servirait pas. Car c’était bien connus. Rien ne se fait comme on le prévoit.


Ce soir là, encore, il devait patrouiller. Sa jumelle lui avait déconseillé de sortir et lui avait dit d’aller plutôt essayer de dormir, mais il avait refusé. Dormir ? Ce n’était vraiment pas quelque chose qu’il avait envie de faire. Enfin si, mais il savait que s’il fermait les yeux, il reverrait encore tout ces massacres et tueries. Alors non merci. Autant sauver des vies, qu’en voir mourir. Autant être utile, tant qu’il le peut. Et puis il savait que ce soir encore, comme chaque soir, il y aurait des élèves dans les couloirs.

Et il avait raison. Il était déjà très tard lorsqu’enfin il entendit du bruit. Plusieurs élèves chuchotaient tranquillement en marchant dans les couloirs du 7ème étage. Mais qu’est-ce qu’ils foutaient là ? Mais… Ils sortaient de… La Salle sur Demande ! Pas croyable… C’était une réunion de l’AD ! Il se cacha bien, de sorte qu’il ne puisse être vus, puis compta le nombre d’élèves qu’il vit et essaya de marquer leur visage dans sa tête, pour, ainsi, pouvoir les reconnaître et les protéger autant qu’il le pourrait. Et là, il aperçut Raven. Sa Raven. Sa douce et belle Raven qu’il ne pouvait plus regarder sans être dégoûtée. Elle se montrait de plus en plus souvent en compagnie de Morgan. Et, c’était répugnant.
Il resta un bon moment à la fixer, puis à fixer le coin de mur où elle avait disparut. Un moment qui dura longtemps, à tel point qu’il ne s’en rendit pas vraiment compte, mais il devait s’être écoulé déjà une bonne vingtaine de minutes au moins. Il sortit en vitesse de sa cachette et dévala les escaliers du 7ème étage, puis atterrit dans les couloirs du 6ème. Personne. Il commença à dévaler les escaliers du 6ème, mais il entendit du bruit. Il crut d’abord à des élèves qui n’avaient pas le droit d’être là, mais il se rendit bien vite compte que c’était des membres de la BSD. Et m*rd* ils étaient toujours de sortis. Il dévala les escaliers sans faire attention au bruit qu’il faisait, et entendit des « Ils sont là-bas, dans les escaliers, vite ! »
Il se dépêcha d’aller dans les couloirs du 5ème pour voir s’il n’y avait personne, puis vit au loin, deux élèves de Serdaigles, il se cacha et cria, pas trop fort, mais assez pour que les deux élèves présents entendent.

« Ici, ils sont ici ! »

Et les deux Serdaigles s’affolèrent et se mirent à courir en partant dans un autre couloir. Erwin les suivit d’un pas rapide et bruyant, pour faire fuir les Serdaigles encore plus loin, tout en faisant attention à ne pas se faire voir. Et cela fonctionna. Alors qu’il tournait de nouveau dans un couloir, un sourire aux lèvres, il aperçut une silhouette féminine en plein couloir, marchant tranquillement. Il allait pour l’interpeller, quand il entendit des bruits de pas derrière lui. La BSD. Il fallait qu’il trouve un plan. Un plan. Un plan… Vite, un plan ! Quoi faire ? Il eut un regard derrière lui, puis, ni une, ni deux, s’avança en vitesse rapide vers l’élève qui marchait toujours tranquillement, ne se souciant de rien. Arrivé à sa hauteur, et sans même regarder de qui il s’agissait, il posa sa main sur son épaule gauche, puis murmura souffla quelques mots.

« Ne fais aucun bruit. »

Puis il ouvrit à la volée la porte du placard à balais qui se trouvait là, et fit entrer l’élève à l’intérieur et referma la porte sans faire de bruit. Si l’élève avait peur du noir, tant pis pour elle. Il espérait simplement qu’elle ne fasse aucun bruit. Et, de toute façon, même si elle en faisait, il avait un plan. Il eut le temps d’aller vers une porte un peu plus loin quand il entendit arriver les membres de la BSD. Il tourna alors son regard vers eux, lentement, loin d’avoir l’air inquiet.

« Vous les avez ratés. Ils sont partis par là. » Il eut un petit mouvement de tête qui désignait le couloir qui menait aux escaliers.

« Qu’est-ce que tu fiche ici O’Keefe ? »

« Fais gaffe à ton langage toi. Je ne suis pas ton chien. Et n’oublie pas que je te suis supérieur. » Il ouvrit la porte qu’il avait en face de lui, et découvrit une salle de cours vide. Il referma la porte, puis se dirigea vers une autre porte un peu plus loin. « Ce que je fais ? Cela ne se voit pas ? Je joue à cache-cache… avec une élève. » Il ouvrit une nouvelle porte et regarda la salle vide un petit moment, ayant l’air de chercher une forme humaine, puis il referma lentement la porte.

« A cache-cache ? Nan mais n’importe quoi O’Keefe. »

« Ferme-la. Et va plutôt coincer les élèves que j’ai vus partir. »

Il se tourna vers les membres de la BSD et les regarda tous froidement, puis leur montra du doigt le couloir qu’il avait tantôt désigner d’un mouvement de tête. Ils le regardèrent, puis partirent. Quand il fut certain qu’ils furent partis, donc après avoir été vérifié qu’ils n’étaient plus du tout au 5ème étage, il s’avança vers le placard à balais où il avait enfermé l’élève de toute à l’heure, puis ouvrit doucement la porte. Là, il voulut tendre la main à la jeune fille pour l’aider à sortir, mais elle sortit toute seule. Il put alors la regarder vraiment. C’était une Gryffondor, il l’avait déjà vus dans plusieurs cours communs avec les Rouge et Or. Pixie McCartney. 6ème année. Il avait entendus des choses pas géniales à son sujet dernièrement. Elle avait été dans le bureau d’Alecto Carrow, et quelques peu après, elle avait été aussi faire un tour dans celui d’Amycus Carrow. Et, il était clair que les Carrow n’avaient pas fait que discuter avec elle. Et, en effet, à en juger par son visage, par son air « fatiguée mais j’m’en fous », il pouvait comprendre qu’elle avait dus traverser des choses difficiles.

« Qu’est-ce que tu fais ici à c’t’heure-ci ? Tu voulais te faire prendre par la BSD ? Tu voulais souffrir… encore ? J’peux rappeler les membres de la BSD si tu veux vraiment. Ou j’peux m’en charger moi-même. »

Il avait rompus le silence, car cela devenait lourd, et elle avait eut l’air d’attendre qu’il parle, qu’il la sermonne ou la punisse. Elle devait croire qu’il comptait la torturer, alors que pas du tout.
Comme elle ne répondait pas, il reprit la parole, d’un ton un peu plus sympathique, mais tout de même étrange venant de lui.

« Tu fais partie de l’AD, n’est-ce pas ? …Stupide, je suis stupide. Tu ne répondrais pas « oui », même si c’était le cas. De toute façon, je me doute que oui. Et… »

Il allait continuer dans sa lancée, mais il s’interrompit. Il avait remarqué quelque chose dans les yeux de la Gryffondor. De la tristesse, ou de la souffrance. Ou les deux. Si ce n’est plus. Elle avait l’air préoccupé par quelque chose, voir par plusieurs choses. Elle n’allait pas bien, et cela se voyait, même aux yeux d’Erwin. Surtout aux yeux d’Erwin, qui avait toujours eu l’œil pour voir des choses que d’autres ne voyait pas.

« …Question complètement stupide, surtout venant d’un Serpentard membre de la BSD, à cette heure-ci, dans un couloir du 5ème étage, mais… Ca va ? »

Il avait réellement l’air de s’inquiéter pour la jeune fille. Et il est clair que personne n’aurait jamais crus voir Erwin ainsi devant une Gryffondor. Et encore moins devant une Gryffondor n’ayant pas respectée le règlement.

_________________
Double jeu



1. Pouvoir se regarder dans un miroir.
2. Avoir l'air fier et sûr de soi.
3. Faire comme si tout était normal.
4. Ne pas craquer.
...

« Just a game »

Chef de la BSD
Pour le meilleur, et pour le pire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pixie McCartney
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin Nombre de messages : 143
Age : 34
Année d'Etude : 6ème Année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : ___* Bois de Rose - 32.5 Centimètres - Plume d'Hippogriffe
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Par delà les Ténèbres, la Magie nous éclaire, pour que le Mal soit à jamais combattu.
Ascendance:
Relations:

MessageSujet: Re: Rencontre risquée [Winou <33]   Lun 28 Avr - 20:39

  • Pixie avait-elle peur de mourir ? Dans la situation dans laquelle elle était, la question pouvait se poser souvent puisqu'après tout, la mort guettait quiconque s'opposait contre son gré ou non à la loi instaurée dans le monde des sorciers. Et bien pour répondre à cette question, disons que non, pas vraiment. Pixie avait toujours prit la vie comme une succession d'aventures plus excitantes les unes que les autres, plus ou moins ennuyeuses, ou même douloureuses, mais malgré ce qui lui était arrivé, Pixie n'avait pas encore demandé qu'on lui permette d'en finir. Elle avait peur pour la suite, bien sûr, mais alors pour répondre paradoxalement, elle avait bien plus peur de la vie que de la mort. Souffrir, très peu pour elle, elle préférait reposer au fond d'un trou creusé à la pelle par un gnome de jardin, alors même si un poid énorme n'étant maintenu que par un fil menaçait de l'abattre à chaque seconde de sa vie, elle n'avait pas peur de ça. Peter Pan n'était pas le seul à considérer la mort comme une nouvelle aventure. Pour Pixie, c'était exactement la vision de la chose. Vivre, grandir, devoir faire face par elle-même était bien plus effrayant que mourir, c'était certain, en tout cas pour elle. Et puis... Elle avait bien plus peur de la mort des autres que de la sienne. Perdre quelqu'un, c'était bien plus douloureux que de mourrir soit même et encore une fois, la souffrance n'était n'était pas le trésor recherché par la jeune fille depuis qu'elle avait fait son apparition sur cette Terre. Et pourtant, elle n'avait jamais vraiment eu de chance, la souffrance était la seule chose qu'elle réussissait à trouver facilement. Contre son gré, bien sûr, elle n'avait jamais rien demandé, jamais demandé de perdre ses parents, de perdre à nouveau sa mère adoptive alors qu'elle avait trouvé le bonheur, d'être éloignée de tout ce qui la rapprochait de sa véritable identité. Car Pixie ignorait même son véritable non de famille. McCartney, c'était le nom de son père adoptif. La petite fille, devenue orpheline à 5 ans, avait été emmenée à l'orphelinat avec papiers et pourtant, elle n'avait jamais demandé son véritable nom, et à présent, elle regrettait. Peut-être avait-elle encore de la famille ? Non, c'était impossible, elle aurait certainement pu y vivre si tel avait été le cas.
    Si elle, elle n'avait jamais cherché la souffrance, les ennuis importants même s'il lui était arrivé de les provoquer, ce n'était pas le cas pour le jeune homme qui se tenait devant elle. Erwin O'Keefe, c'était comme cela qu'il s'appelait, LE Erwin O'Keefe, celui qui faisait tomber toutes les filles de sa maison et même des autres, celui qui paraissait supérieur et que tout le monde disait fier, qui semblait pourtant parfois lassé de cela. En l'observant de temps en temps sans s'en rendre compte pendant certains cours communs Gryffondor/Serpentard, Pixie était parvenue à comprendre qu'Erwin O'Keefe, celui à qui beaucoup rêvaient de ressembler, ne semblait pas satisfait de ce qui l'entourait. Capricieux ou bien dans le mauvais camps contre son gré ? Elle ne savait rien de lui, excepté qu'il était le frère jumeau de Morwen O'Keefe, cette jeune fille que Pixie avait rencontré lors de son premier voyage dans le Poudlard Express et qui l'avait laissé derrière elle à partir du moment où le Choixpeau Magique, alors sur la tête de la jeune fille, avait hurlé "Gryffondor" à travers toute la Grande Salle. Morwen O'Keefe détestait Pixie, elle la détestait de part sa maison, sa façon d'être, ses fréquentations... Elle se moquait d'elle dès que la possibilité lui était offerte, cette gamine qui se croyait sainte, supérieure... Oh Morwen O'Keefe avait tord sur bien des points mais même si Pixie ne cessait de lui répéter, elle ne voulait rien savoir, elle était bien trop fière et de toute évidence, son frère était le même. Un Serpentard, après tout. Pixie n'était pas du genre à juger en fonction des maisons, ça non, surtout que d'après ce qu'elle voyait, le faire aurait été une belle erreur. Erwin O'Keefe semblait dans son camps, et elle le comprit dès qu'il la cacha de tous les regards. A l'abris dans un placard à balais vers lequel Erwin l'avait conduite, la jeune Gryffondor observa la scène par un trou minuscule situé juste au dessus de la serrure. O'Keefe semblait serein, à l'aise. Pixie, la main appuyée contre la porte, à quelques millimètres de son visage, ouvrit de grands yeux étonnés lorsqu'elle entendit le jeune homme certifier avoir vu les élèves partir vers une direction autre que celle qu'avait emprunté les deux élèves de Serdaigle. Les élèves de la Brigade Slydeath étaient là, traquant ceux qui ne respectaient ce soir pas le règlement, comme des bêtes féroces à la recherche de leur proie en ayant qu'un but : les faire souffrir quelques soient les raisons de leur désobéissance. Elle observa sans bouger, sans faire le moindre bruit, comme le lui avait demandé le Serpentard, attendant que les membres de la BSD s'éloignent. Lorsque la voie fut libre, Erwin vint lui même chercher Pixie, qui, aussitôt qu'il eut ouvert la porte du placard, sans même qu'il n'eut fait le moindre geste. Là, il l'observa silencieusement quelques secondes, semblant la reconnaître, ce qui n'était pas étonant étant donné le nombre de cours qu'ils avaient partagé depuis leur entrée à Poudlard, puis lui adressa la parole. "Qu’est-ce que tu fais ici à c’t’heure-ci ? Tu voulais te faire prendre par la BSD ? Tu voulais souffrir… encore ? J’peux rappeler les membres de la BSD si tu veux vraiment. Ou j’peux m’en charger moi-même." Souffir encore ? Il savait ? Alors comme ça, la BSD traitait de chaque cas, peut-être même avec l'aide de Alecto ou Amycus Carrow ? Qu'il sache qu'elle avait des problèmes d'accord, mais qu'il sache qu'elle avait souffert, le sommet était atteint pour elle si tous les Serpentards étaient au courant de ce qu'elle avait subit. Oh, elle n'avait pas encore eu de remarques déplaisantes mais s'ils étaient au courant, ils n'allait pas tarder à trouver le moment idéal pour lui faire savoir qu'elle n'avait pas de chance, car ça, c'était bien le travail de ces Serpentards de malheur... Pixie fronça les sourcils, ne quittant plus des yeux le regard du jeune homme, d'un bleu si foncé qu'il paraissait presque noir, un bleu troublant, presque envoûtant. il voulait lui faire peur en la menaçant de prévenir les membres de la BSD ? C'était stupide. Pourquoi prendre des risques pour la cacher si c'était pour la vendre ensuite ? Non, il ne ferait sûrement pas cela, quoi qu'elle lui demande et quoi qu'elle fasse, c'était évident. Avant même qu'elle n'eusse le temps de répondre quoi que ce soit, le jeune homme reprit la parole : "Tu fais partie de l’AD, n’est-ce pas ? …Stupide, je suis stupide. Tu ne répondrais pas « oui », même si c’était le cas. De toute façon, je me doute que oui. Et…" ; Contrairement à ce qu'il venait de lui dire, Pixie lui aurait peut-être répondu. Oh, il l'avait protégé, c'était peut-être une feinte pour mieux l'attraper mais à y réfléchir, peut-être lui aurait-elle avoué la vérité. De toute façon, les Carrows savaient déjà tout cela, qu'elle était membre de l'armée de Dumbledore. La faire avouer ? Oh , ils ne cherchait que ça, mais pour cela, il leur faudrait utiliser autre chose que la force, la torture, puisque Pixie ne vendrait pas les autres, ça jamais. Alors bon, à la limite, dire qu'elle était des leurs, tout le monde le savait, donc répondre honnêtement à la question du jeune homme était plus ou moins dans ses dispositions. Mais de toute façon, la question ne se posait plus, puisqu'il ne semblait pas vouloir de réponse, trouvait sa question stupide de part l'honnêteté qu'il demandait à la jeune fille, sans doute n'avait-il pas l'habitude de tomber sur des élèves qui hésiteraient ne serait-ce que quelques secondes à lui dire ou non la vérité, ce qui pouvait se comprendre. La plupart auraient bien sûr répondu "Non" aussitôt, mais était-ce le meilleur moyen pour dissiper tout soupçons ? Non, évidemment, c'était pourquoi Pixie prenait toujours le temps de réfléchir, même un millième de seconde, avant de dire quoi que ce soit. Elle ne parlait jamais sans réfléchir, elle pouvait perdre trop en faisant cela. "…Question complètement stupide, surtout venant d’un Serpentard membre de la BSD, à cette heure-ci, dans un couloir du 5ème étage, mais… Ca va ?" Le jeune homme avait continué, puisqu'encore une fois elle n'avait su que répondre, perdue dans ses songes qui se bousculaient de toute part, dans ses pensées compliquées s'ajoutant à ses peurs et malheurs du moment qui ne quittaient jamais son esprit même lorsqu'elle avait l'impression de n'être pas en train d'y penser. Il avait remarqué que ça n'allait pas chez elle, qu'elle avait besoin de quelque chose, de quelqu'un, mais surtout de temps pour se remettre mais que de toute évidence, elle n'était pas dans son meilleur jour. Alors, Pixie plongea entièrrement son regard dans celui d'Erwin, puis gênée, sentit un sourire timide se dessiner sur son visage, alors qu'un petit rire émanait de sa gorge qu'elle baissait à nouveau le regard. Enfin, elle lui répondit :


    - Supérieur ? LE Erwin O'Keefe, LE chef de la BSD, celui qui joue à un jeux dangeureux d'après ce que je vois... C'est marrant...

    Avait-elle commencé tout en dessinant sur son visage un sourire bien sincère alors qu'elle observait chaque centimètre carré du visage de son interlocuteur après avoir relevé les yeux, et qu'elle penchait la tête légèrement vers la droite ; Elle était fatiguée, sur le point de s'endormir à chaque moment qu'elle passait éveillée, mais pour une raison qu'elle ignorait, ce moment la faisait sourire, ce qu'il se passait, la façon dont Erwin O'Keefe s'adressait à elle, c'était tellement... Innatendu, innaproprié... C'était Erwin O'Keefe, d'après ce qu'elle avait comprit, le chef des Serpentard, le supérieur. Il était de son côté, et bien ça alors, jamais elle n'aurait pensé que cela puisse arriver et quand même, il devait être sacrément doué pour tromper tout le monde comme il le faisait. Après tout, peut-être jouait-il un jeux avec elle également... Il y avait plus de chance pour qu'il soit en train de tirer le filet plutôt qu'en train de le couper mais, si les apparences ne trompaient pas, le patron trompait la boîte <3. x) Ce sourire toujours figé sur son visage, Pixie continua :

    - On dirait presque que tu t'inquiètes pour moi, mais tu sais...

    Elle tourna les talons, observant chaque angle de mur qu'il lui était possible de voir, puis tournant la tête, elle s'assura que personne ne les observait de derrière la porte d'une salle de classe à proximité ou d'un placard comme celui dans lequel Erwin l'avait dissimulé, puis elle lui chuchota, en approchant quelque peu sa bouche de l'oreille du jeune homme, aussi loin que lui permettait sa taille par rapport à celle du jeune homme.

    - C'est pas moi la plus folle de traîner ici quand le chef des Serpentards joue double-jeux.

    Alors, elle se recula, sentant ses joues rougir légèrement. Ce n'était absolument pas dans ses habitudes de parler comme cela, surtout qu'habituellement, elle se serait enfermée dans sa chambre pour dormir, réfléchir, pleurer... Mais non, elle agissait presque comme... Morgan, il jouait un jeux compliqué pour ne pas montrer qu'il était mal, c'était ce chemin là que Pixie choisissait, à présent ? Jusqu'à aujourd'hui, elle s'était toujours effacé. Habituellement, elle aurait fui ou même, n'aurait pas répondu à Erwin et à présent, elle préférait avoir l'air forte, presque inconsciente. Ce n'était pas le meilleur chemin à choisir, Pixie, elle, ne voulait pas se renfermer de cette manière. Elle préférait disparaître plutôt que de prendre de l'importance dans la vie des gens par plaisir. La violence, elle ne connaissait pas, et Morgan lui avait préféré se forger ce genre de carapace. Oh, Pixie n'était même pas certaine que Morgan ne se montre pas comme il était vraiment, il ne lui avait jamais dit qu'il avait souffert, mais pour Pixie, c'était tellement évident que c'était comme s'il lui avait dit. Elle le savait, même si elle ignorait tout. Agir comme cela, ce n'était pas pour elle, et un malaise s'intalla en elle. Elle sentit une chaleur étrange monter dans tout son être, alors qu'elle coisait à nouveau le regard d'Erwin.

    - Ceci dit, il faut mieux trahir dans ton sens que dans l'autre, comme bien des autres... De la lâcheté, le chemin sans embûches... C'est juste dégoût...

    Elle voulait crier sur le monde entier, c'était impressionant comme son calme avait disparu, cette sérénité dont elle avait fait preuve quelques minutes... Elle redevenait elle même aussi vite qu'elle avait voulu être une autre. Elle détestait la trahison ! La lâcheté !! ELLE DETESTAIT LES CARROWS ELLE LES DETESTAIT TOUS !! Ils aimaient la souffrance !! Ils aimaient le SADISME. COMMENT oh mon Dieu COMMENT pouvait-on vivre comme cela ?! Vivre dans la facilité tout en étant HEUREUX en détruisant TOUT autour de soit ?!! Alors, elle tomba dans les bras du jeune homme devant elle sans même se demander ce qu'elle faisait, qu'une larme venant seule roulait sur sa joue. Elle tappa sur le torse d'Erwin de son poing droit sans violence tout en l'entourant de son bras gauche, puis hurla sans pour autant alerter tout le château, prenant garde sans vraiment y faire attention :

    - MERDE si tout le monde pouvait faire comme toi !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre risquée [Winou <33]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre risquée [Winou <33]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» “Jouer la sécurité est le choix le plus risqué que l’on puisse faire.” - Andrew-James "Barbie" Barbara
» fichier suspect
» Entre mission de sauvetage et opération d'infiltration
» Un pari risqué [PV Shinjirô]
» Un paris risqué et pleins de surprises. (pv Lokys [18+])(terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Contre-Attaque :: Le Cinquième Etage :: COULOIRS-
Sauter vers: