AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Esprit tourmenté [PV Raven]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Esprit tourmenté [PV Raven]   Mer 2 Avr - 21:36


[désolé c'est long mais au moins c'est pas chiant (enfin je crois xD) ]

Cet après-midi, Morgan avait le teint encore plus pâle que d’habitude si bien qu’on l’eut dit malade sans se douter une seule seconde que la maladie qui le rongeait n’était pas virale mais bel et bien sentimentale. En effet, cette nuit, après s’être réveillé en sursaut pour avoir cauchemardé, comme il avait l’habitude de le faire une nuit sur deux pratiquement, il se leva et sortit son carnet de couleur sang dans lequel il marquait tout ce qui lui revenait concernant son rêve. Ambiance, couleur dominante, personnes présente, température… Toutes ces choses qui lui permettaient d’analyser mieux son problème. Mais il était fatigué de devoir se réveillé et ainsi ne pas profiter des 8 heures de sommeil obligatoires à un jeune adulte en bonne santé surtout que, point de vu santé, Morgan n’était pas au top. Il n’avait pas de maladie congénitale ni rien, mais un cœur fragile. Rien que ça, il savait que ça lui jouerait des tours un de ces jours. Qui le savait ? Discorde, Sally-Anne… Et ses grands parents. C’est tout. Lui n’en avait pas grand-chose à faire à vrai dire, il vivait comme tout le monde, ne se permettait aucun favoritisme et bougeait énormément. Mais passons. Soulevant les draps, étouffé par la chaleur, le jeune homme avait empoigné son style et commencé à écrire frénétiquement. Des mots, une centaine de mots s’éparpillaient sur la page blanche maintenant gribouillée de syllabes. Ce n’est qu’au bout d’une bonne heure qu’il reposa sa main sur le matelas, relisant doucement ce qu’il venait de retranscrire. De sa pansé à la page. Encore une fois, c’était un total fouillis, mais un fouillis qu’il comprenait, qu’il savait comprendre. Mais cette chaleur… Elle lui faisait tourner la tête. Tentant d’abord de se rendormir, le londonien s’était a nouveau allongé dans son lit et reposé sa tête sur son oreille avant de fermer les yeux. Sa respiration lente ne raisonnait même pas parmi les ronflements de certains. Passant du petit bruit timide au bûcheron qui tranchait son arbre à la tronçonneuse. Comment allait-il retrouver le sommeil dans une telle atmosphère ? Et puis… Quelque chose l’angoissait. Quelque chose d’autre. Il se sentait salit… Par quoi ? Ce n’était pas difficile : Son séjour dans le placard avec Raven. Non ce n’était pas la belle qui l’avait salie, mais lui qui s’était laissé faire. Bon d’accord c’était pour l’aider mais enfin… ce n’était pas correct. Une ombre planait au dessus de son couple avec Discorde, il la ressentait comme le souffle tiède qui s’échappait des pierres tombales. Tentant d’abord d’oublier le fond sonore qui l’entourait en rabattant son oreiller sur ses deux oreilles, le sorcier compris très vite qu’il n’y aurait rien à faire, sa nuit était fichue. Enfin ça, c’était avant de voir ce qui allait suivre. Se relevant paresseusement, il avait quitté le dortoir à tâtons pour rejoindre la salle commune des Gryffondors. Là, il avait regarder le feu encore allumé crépiter à son approche. La faible lueur qu’il dégageait suffit amplement au jeune homme pour distinguer chaque meuble, chaque canapé, chaque objet en somme. Tout d’abord, il s’assit sur l’un des fauteuil et admira les flammes qui dansaient devant lui, l’air pensif, accoudé au la table d’à côté. Ce n’est que lorsqu’un éclaire suivit d’un coup de tonnerre retentit qu’il tourna la tête vers les larges fenêtres qui donnaient sur la coure. La pluie qui dégoulinait le long des vitres n’empêcha pas Morgan de distinguer un homme… Qui courrait semble-t-il. Qui étai-ce ? En plissant les yeux, il lui semblait reconnaître l’étoffe d’un Serpentard. Lequel ? Aucune idée, et il ne s’en faisait pas plus que ça après tout, les Serpentards avaient toute l’école pour eux non ? C’est la fille qui suivit qui, cette fois, le fit se pencher plus encore en avant : Discorde. De près ou de loin il l’aurait immédiatement reconnu. Les cheveux mouillés, habillée simplement d’une nuisette elle se précipitait vers ce garçon en face d’elle.

« Mais qu’est-ce que… » Avait alors Murmuré le Londonien en plaçant ses mains sur le carreau et en écarquillant les yeux. Le teint livide.

Attendez, il y avait un problème là ! Pourquoi Discorde se promènerait-elle presque nue sous la pluie en compagnie d’un autre ?? Il n’en revenait pas. C’était tout simplement impossible. Mais ce qui arriva ensuite était bien pire car, comme l’avait prédit Livanarth, l’homme finit par pencher sa tête vers celle de la belle pour l’embrasser. Un baiser qui dura malgré tout. Le cœur de Morgan s’emballa. Elle ne le giflait pas. Elle… Et il… Erwin O’Keefe. Ça y est, la lueur de la lune entre deux nuages lui avait permis de voir son visage. Cet enflure il… mais comment ? Pourquoi ?? Que se passait-il exactement ? Le jeune anglais n’avait même plus la force de relever son front maintenant collé à la fenêtre, les yeux plantés sur le sol, la bouche entre ouverte. Alors… ça faisait si mal que ça ? Cette épine qui venait de se planter dans son organe battant était douloureuse… Extrêmement douloureuse. Il avait envie de vomir. Sincèrement il voulait vomir. Il crut d’ailleurs qu’il n’allait pas pouvoir se contenir mais non… Il se sentait simplement… Réduit en miette. Il en était donc aussi amoureux ? S’en était effrayant ! Comme si la terre s’était arrêtée de tourner à ce moment là. Comme si le monde autour de lui n’existait plus et que le mal avait prit place. S’étant doucement laissé glissé, il se trouvait maintenant accroupis sur la moquette, son visage plongé dans ses deux mains. Pleurer ? Non. Il ne pleurait pas et demeurait silencieux. Vengeance… Vengeance… VEANGEANCE ! Si quelqu’un avait été dans la pièce à ce moment là, alors il aurait put aisément distinguer les deux flammes présente dans ses yeux devenus rouges. Sa peau couleur de glace quand à elle durcissait plus encore ses traits contrarié. Elle n’avait donc pas compris ?? Il lui avait ouvert son cœur, lui avait conté son histoire, lui avait dit en gros qu’il… Avait été… malheureux et elle elle faisait quoi ??? Elle s’offrait à un autre ! Hors de question, il ne voulait pas laisser passer ça. D’ailleurs, un sourire diabolique s’était entre-temps dessiné sur ses lèvres. D’amour fou il était passé à haine absolue pour cette belle muette. Elle allait payer.. Erwin aussi. Cet imbécile ne savait pas à qui il avait affaire. Morgan Livanarth… LE Morgan Livanarth. Celui qui causerait sa perte pour avoir osé empiéter sur son territoire. Cette bande de 6eme années, vantards, prétentieux alors qu’en faite… ils ne savent rien. Touché… il était touché… Sincèrement. Blessé au plus profond de son être.

Le lendemain matin, il était allé en cours, mais n’avait pas dormit de la nuit DONC avait rattrapé ses quelques heures de sommeil en retard sur le bureau. De toute façon, il savait déjà tout de ce qu’on lui racontait. Le prof d’arithmancie avait eut beau frapper du poing trois fois sur la table, impossible de réveiller le jeune homme qui gardait ses paupières closes jusqu’à la fin du cours. Le midi ? Il ne mangea pas. Son estomac était scellé depuis sa vision d’hier soir. Pas de bouffe ni le matin, ni au déjeuner. Rien. Il n’avait pas faim. Son teint était plus blanc que blanc, Morgan version cachet d’aspirine et surtout, il revoyait ce baiser… cette image sous la pluie. Comme c’était romantique ! TU PARLES ! Mais qu’est-ce qu’elle pouvait bien lui trouver qu’il n’avait pas exactement ? Le Londonien avait beau chercher… Rien. Totale incompréhension. C’est en arrivant en cours d’histoire de la magie qu’il croisa Raven. Au début, il ne fit pas tellement attention, jusqu’à ce que les filles viennent entouré le « couple » en forçant boucle d’or à s’assoire à côté de son « petit ami ». Ah oui… c’est vrai… Ils formaient un duo maintenant. Mais à ce moment précis, Morgan percuta. Qui de mieux placé pour avoir Erwin que… Raven ? Une mimique satisfaite s’immisça sur le visage de Livanarth qui tendit la main à la jolie blonde, charmeur… :

« Mais oui, ne fais pas ta timide. Je suis certains qu’on à pleins de choses à se raconter tout les deux après tout… je ne t’ais pas vu hier soir et.. Il est possible que ‘certains évènements’ se doivent d’être en ta connaissance chérie. »

Tout en parlant, le sorcier avait bien appuyé sur les mots « évènement » et « hier soir » mettant ainsi la puce à l’oreille de Miss Silverstein (en priant que sa blondeur n’ait pas emportée son dernier neurone >.< +baf+). Ainsi soit-il, les deux tourtereaux placés l’un à côté de l’autre, le cours put commencer. Morgan attendit quelques minutes avant de poser sa main sur celle de Raven lui indiquant ainsi qu’il s’apprêtait à lui parler. Amenant sa bouche à son oreille il lui susurra quelques mots :

« Ecoute, cette nuit j’ai surpris deux élèves dehors en train de s’embrasser. Et devine de qui il s’agissait : Mr O’Keefe et Mlle Van Silverwood… »

Se reculant, l’air plus sérieux cette fois, sans pour autant trahir son amour pour Discorde avec la tristesse qui le rongeait, il reprit à voix basse :

« Qu’en penses-tu ? »

De toute évidence, il allait devoir très prochainement informer la blondinette de sa relation avec Discorde. Très très prochainement même. Pour ainsi donner plus de forme à ce qu’il venait de dire. Il avait envie qu’Erwin souffre, mais il voulait surtout que DISCORDE regrette son geste. Avoir la sensation de n’avoir servit que comme « bouche trou » ça, il ne supportait pas.

_________________
Prefet en chef




A lovely devil.............................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven H.Silverstein
Administrateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 317
Age : 26
Année d'Etude : 6eme Année
Maison : Serdaigle
Baguette Magique : Bois de Roseau, 25,7 cm, contenant un unique crin de queue de licorne femelle, flexible et rapide.
Date d'inscription : 15/01/2008

Feuille de personnage
Citation: If I gotta sin to see him again then I'm gonna lie and lie and lie.
Ascendance: Sang Pur
Relations:

MessageSujet: Re: Esprit tourmenté [PV Raven]   Mer 9 Avr - 22:46

(Toujours aussi magnifique tes messages T____T pression ! pression :cry : xD)

« Ce soir, c’est l’anniversaire de maman. Et Papa m’a offert une magnifique robe de princesse, d’un vert émeraude, comme les yeux de maman. Il me dit qu’elle me va bien, et j’ai hâte de la montrer à maman. J’espère vraiment que mon cadeau va lui plaire ! Papa m’a aidé car je n’ai pas encore ma baguette magique ! Je lui ai fait un dessin et on a créé une boîte à bijoux aussi vert que ma robe, car c’est la couleur préférée de maman, et on a rajouté des photos de maman avec ses amis quand elle était encore à l’école ! Qu’est-ce qu’elle était belle ! Papa dit que je lui ressemble beaucoup et ça me fait plaisir. Jamais je n’ai vu maman si souriante que sur les photos, j’aimerais tellement qu’elle m’offre l’un de ces sourires, et j’espère que ce sera ce soir ! Bientôt l’heure ! Je dois finir de me préparer ! Bonne nuit cher journal ! »

La petite fille referma soigneusement son journal intime après que celui-ci lui ais souhaité une bonne soirée. Elle se redressa et rampa avec difficulté sur son lit – qui paraissait gigantesque par rapport à Raven- pour atteindre sa table de chevet où elle rangea son journal dans le tiroir. Miss Silverstein sauta avec précaution de son lit, et se précipita vers le miroir pour s’admirer une dernière fois. Elle était vêtue d’une charmante robe verte, digne des plus grandes princesses. Ses boucles blondes retombaient en cascade sur sa petite taille, comme sa mère. Satisfaite de l’image qu’elle reflétait, Raven se dirigea précipitamment vers son petit bureau où trônait un magnifique diadème avec comme insigne un serpent. Elle le déposa au sommet de sa tête et après avoir vérifié qu’il ne tomberait pas, la petite princesse se dirigea vers la porte de sa chambre qu’elle ouvrit doucement et tendit l’oreille. Des bruits de conversation et des rires lui parvenaient du salon. Apparemment, certains invités étaient déjà arrivés. Mais elle devait attendre que son père vienne la chercher. Trépignant d’impatience, elle resta pourtant en haut des marches, et bien que ce ne soit pas convenable pour une lady, espionnait discrètement les invités qui défilaient sans la remarquer. Son père l’avait informé que des enfants seraient de la fête, et elle avait hâte de faire leur connaissance. Soudain, la sonnerie retentit, et une chevelure flamboyante fit son apparition dans le vestibule. Céleste semblait nerveuse, et se regarda rapidement dans le miroir qui se trouvait à sa droite avec les portes manteaux, jugeant qu’elle était parfaite, elle inspira une grande bouffée d’air et ouvrit la porte. Sur le seuil, se trouvait un homme séduisant avec des yeux d’un bleu à vous couper le souffle, étrangement identique à ceux de la jeune fille. Raven le reconnaissait, c’était Amycus Carrow. Cet homme était l’ami le plus proche de sa mère, et c’était surtout à lui qu’était adressée les sourires de sa mère. Rien que pour ça, elle savait qu’elle ne l’aimerait pas. Mais le principal, c’était de voir sa mère heureuse. Soudain, son père entra à son tour et salua froidement le nouveau venu avant de se diriger vers les marches pour appeler Raven. Enfin ! Comme on le lui avait appris, elle descendit élégamment les marches et posa sa petite main dans celle de son père qui l’attendait en souriant. Après lui avoir déposé un baiser sur le dos de sa main, il la mena vers sa mère qui était trop occupée à discuter avec Amycus pour remarquer leur présence.
<< Joyeux Anniversaire Maman ! >> s’exclama joyeusement la petite fille, les yeux remplis d’adoration.
Céleste soupira apparemment exaspérée mais ne s’énerva pas. Amycus était là, elle n’allait pas lui montrer à quel point elle était détestable avec sa fille devant lui et ses invités. Elle lâcha un « oui oui merci… » avant de reprendre sa discussion avec le jeune homme. Pour éviter que sa fille ait trop de peine, son père l’emmena vers les enfants. Le début de soirée était plutôt agréable, bien que celle-ci ne s’entendît absolument pas avec un garçon de son âge, beaucoup trop prétentieux à son goût. Au bout d’un moment, Raven décida qu’il était temps qu’elle lui donne son dessin et partit le chercher. Quelques minutes plus tard, elle revint avec la feuille et se précipita vers sa mère qui était seule. Elle profita de l’occasion pour le lui donner.
<< Maman ! Je t’ai fait un dessin ! Regarde ! >>
Céleste baissa ses yeux vers la petite blonde et prit le dessin, sans le regarder, elle le déchira.
<< C’est médiocre… Maintenant va jouer ailleurs ! >>
Sa mère la repoussa brutalement voyant venir Amycus arriver avec deux coupes de champagne et lui offrit un superbe sourire, ignorant royalement sa fille.
Raven recula sans vraiment s’en apercevoir et buta contre le buffet. Pourquoi ? Pourquoi ?? Qu’avait-elle fait pour que sa mère soit si méchante avec elle… Pour qu’elle ne l’aime pas. Raven avait tout fait pour que sa mère l’aime ! Absolument tout ! Elle étudiait énormément la magie noire et apprenait à être une jeune fille exemplaire. Alors par Merlin, pourquoi !!? Les autres étaient bien trop occupés à babiller pour remarquer les larmes de la petite blonde. Raven ne pu s’empêcher de se rappeler toutes les injustices qu’elle subissait sans arrêt. Et là, ce fut comme une révélation, quelque chose se brisa en elle. Elle sécha ses larmes rageusement et lança à sa mère un regard rempli de haine. Imaginant les pires atrocités qu’elle pourrait faire subir à sa mère. Quelle serait l’humiliation si sa robe et son beau visage soient salis par la jolie sauce du buffet, les teints marrons s’harmoniseraient parfaitement avec sa magnifique robe noire ! Un hurlement la fit redescendre sur terre. Sa mère était recouverte d’une sauce marron dégoûtante. Au lieu de se précipiter vers sa mère pour l’aider, elle resta dans son coin, d’abord stupéfaite, puis afficha un fin sourire satisfait au coin des lèvres. Quel savourant spectacle ! Prends ça maman ! (xD) Ce petit sourire n’échappa pas à Amycus qui se mit à l’applaudir en rigolant avant de s’éloigner de Céleste de peur d’être salis. Malheureusement, Céleste n’avait pas loupé cet échange. Et elle darda un regard meurtrier sur la petite. Telle une furie, elle se précipita sur elle pour l’empoigner par les cheveux et la traîner au centre de la pièce. « Chers amis, nous allons avoir le droit à un divertissement de premier choix , Raven vient de se proposer pour être notre jouet … » Raven avait beau s’excuser, la lueur diabolique qui brillait dans le regard de sa mère lui fit comprendre que c’était peine perdue. « ENDOLORIS ! »

- Ra..Raven !! RAVEN !!!! >>
Raven ouvrit brutalement les yeux et regarda à tour de rôle les quatre jeunes filles penchées vers elle, sans les reconnaître. Lentement, mais sûrement, elle parvint à les identifier. C’était ses colocataires de chambre ainsi que ses « amies ». Raven se redressa doucement et remarqua qu’elle était parcourue de tremblements et trempée de sueur. Son cœur battait à tout rompre sans qu’elle ne parvienne à le calmer.
- Raven… tu te sens bien ? Tu es toute pâle !
- Tu nous as flanqué une de ces trouilles ! Qu’est-ce qui t’as pris de hurler comme ça !?
- Arrête Joanne, tu vois pas que Raven se sent mal là ? Elle a dû faire un cauchemar, ça arrive à tout le monde…
- N’empêche… Elle m’a foutu la frousse ! J’ai cru que l’un des mangemorts était dans notre chambre et torturait l’une de vous ! Y a de quoi flipper non ?


<< Je vais bien les filles... Désolée de vous avoir fait peur ! Je vais aller dans la salle de bain me rafraîchir un peu >> murmura t-elle d’une voix douce, esquissant un demi-sourire à l’attention de ses amies.

Sous les regards scrutateurs de ses camarades, Raven atteignit la salle de bain sans s’étaler sur le sol et referma la porte. Le teint encore plus pâle que d’habitude, Raven faisait légèrement peur (xD). Les battements de son cœur s’étaient calmés, et elle ne tremblait plus autant qu’au réveil. Mais elle se sentait toujours aussi mal. S’appuyant sur les rebords du lavabo, elle ferma les yeux essayant de chasser les images qui l’assaillaient. Ce n’était pas la première fois que Raven se remémorait des instants du passé. Ses vieux démons la poursuivraient certainement toujours. Seulement cette fois, elle n’avait pas réussi à réprimer son cri. Un frisson désagréable la parcourut toute entière en repensant au sortilège que sa génitrice lui avait lancé alors qu’elle n’avait que 7 ans… Le pire c’est qu’elle avait, par la suite, invité ses amis à faire de même. Pour « s’amuser ». Un rictus écoeuré déforma le beau visage de Raven tandis qu’elle ouvrit le robinet pour y plonger ses deux mains et se rafraîchir le visage. Penser à cette femme, la rendait folle de rage et déformait ses traits magnifiques =O.

Une heure plus tard, après une bonne douche glacée, Raven gambadait joyeusement dans les couloirs accompagnés de ses amis, comme-ci l’incident un peu plus tôt n’avait pas eu lieu. Les jeunes filles n’en reparlèrent pas, mais la regardaient du coin de l’œil au cas où elle se mettrait à hurler de nouveau. La matinée s’écoula sans faire de bruit, jusqu’à ce qu’arrive l’heure du cours d’Histoire de la Magie. Rien que de penser au professeur, Raven avait une soudaine envie de faire une sieste. C’est ce qu’elle avait l’intention de faire lorsque l’une de ses amies lui envoya un gros coup de coude dans les côtes. Le souffle coupé, elle émit un grognement sourd tout en massant la partie endolorie.


<< Non mais ça va pas Joanne !! Tu veux me tuer ou quoi ? >>
- Morgan à trois heures… souffla son amie en le désignant d’une manière très discrète U_U
<< Quoi Morgan ? … >> grogna t-elle en lui jetant un regard en biais.
- Comment ça « Quoi Morgan ? » !!? T’as oublié que tu sortais avec l’un des plus beaux garçons de l’école ? Je sais que tu as eu des milliers de copains mais quand même ! Arrête de faire ta coincée du cul et va le voir ! Allez !, s’écria t-elle en la poussant sans ménagement vers lui.

Un détail fâcheux qui lui était complètement sorti de la tête. Et pourtant comment oublier ce petit moment en tête-à-tête avec Morgan dans le placard ? Ainsi que leur déclaration devant un jeune public. La nouvelle n’avait pas traîné ! Toute l’école était au courant le soir même ¬¬ Non pas pour lui déplaire… Maintenant, il était certain qu’Erwin entendrait à chaque bout de couloir « Raven ceci et Morgan cela » Rien de mieux que pour le mettre à cran sans avoir à le voir. Mais après tout, c’était de sa faute ! Il ne pourra s’en prendre qu’à lui-même…
Raven reporta son attention sur Morgan, qui avait fait son apparition juste à côté d’elle. « Mais oui, ne fais pas ta timide. Je suis certains qu’on à pleins de choses à se raconter tout les deux après tout… je ne t’ais pas vu hier soir et.. Il est possible que ‘certains évènements’ se doivent d’être en ta connaissance chérie. » Rouge comme une tomate, elle déposa sa main dans celle de Morgan, ignorant les gloussements dans son dos. La Serdaigle se laissa guider à une place libre au fond de la classe. Elle lui lança un regard de jeune fille amouraché et s’installa à côté de lui. La belle blonde sortit ses affaires, et commença à prendre des notes pendant que le professeur reprenait son monologue de la semaine dernière. Qu’avait-il de si important à lui dire ? C’était forcément en rapport avec Erwin … Elle attendit patiemment que Morgan daigne lui expliquer la situation lorsqu’il posa sa main sur la sienne pour lui signaler qu’il allait parler. Elle tendit l’oreille, continuant d’écrire. Plus loin, elle entendait les gloussements de ses camarades qui espionnaient le couple. C’est dingue comment les filles de son âge étaient si énervantes ! « Écoute, cette nuit j’ai surpris deux élèves dehors en train de s’embrasser. Et devine de qui il s’agissait : Mr O’Keefe et Mlle Van Silverwood… » Un petit bruit de craquement lui signala qu’elle venait de casser le bout de sa plume. Salissant par la même occasion son parchemin.


<< Oh non Zut ! Ma plume ! >>

Elle en faisait toute une histoire alors qu’il lui suffisait de sortir sa baguette pour la réparer, ce qu’elle fit par la suite. Mais elle savait, qu’il ne serait pas dupe à son manège, pourtant ça ne l’empêcha pas de continuer, l’ignorant délibérément. Extérieurement, elle n’avait rien trahi, si on enlevait la plume bien sûr. Elle était tellement maladroite que ça passait inaperçu aux yeux des autres. Sauf que Morgan n’était pas les autres, et c’est surtout lui qu’elle aurait voulu tromper. Indifférente ? Elle était furieuse oui ! Si elle laissait place à sa colère, la salle de classe ne serait plus qu’à tas de ruine ! N’y tenant plus, elle sortit sa baguette et murmura silencieusement : « Assurdiato » afin qu’ils puissent parler plus tranquillement sans qu’on intercepte un brin de leur discussion. Raven continua d’écrire et lâcha simplement d’une voix glaciale :

<< Et qu’est-ce que je devrais en penser d’après toi ? Je ne vois même pas pourquoi tu m’en informes ! Il nous a déjà dit qu’il avait l’intention de se la taper cette garce… >>

Tout en parlant, elle lui adressa de charmants sourires pour tromper les apparences. C’est seulement à cet instant, qu’elle remarqua qu’il était plus pâle que d’habitude. Elle posa son coude sur la table, et laissa tomber son menton dans la paume de sa main, le regardant plus attentivement cette fois. Les sourcils froncés, elle le détailla un long moment. Il n’avait pas dormi de la nuit à en juger par ses traits tirés et ses cernes. Un léger sourire moqueur se dessina sur ses fines lèvres, et elle arqua un sourcil interrogateur.

<< Apparemment cette nouvelle ne t’a pas fait dormir de la nuit je me trompe ? Il ne fallait pas t’inquiéter pour moi voyons ! C’est inutile mon chéri… Tu sais bien que c’est toi que j’aime ! >> s’esclaffa t-elle en reprenant sa plume pour écrire.

<< Mais dit moi… reprit-elle en tournant son visage vers lui, les yeux plissés, Comment as-tu pu les voir s’embrasser ? Discorde est tellement coincée que je la vois mal embrasser à pleine bouche Erwin en public ! … On s’est peut-être trompée sur son compte, pas si innocente que ça … >> dit-elle d’un ton détaché.

_________________

Words create Lies
Pain can be Trusted
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard-ca.forum-actif.net/ceremonie-de-la-repartition-f
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Esprit tourmenté [PV Raven]   Jeu 10 Avr - 0:22

[J'espère que ça va te plaire cherie (et arrêtes de dire que j'écris trop bien punaiseuh T___T) ]


Cette vision avait fait mal au jeune homme, à tel point qu’il réveilla une brûlure au niveau de son aine. Les mots « black and black », ces mêmes mots qu’il avait gravés dans sa peau à l’aide d’un couteau le torturaient, comme si toute la haine dont il avait usé pour les encrer sur son être s’était réveillée ainsi que la douleur du geste. Ça lui avait fait mal… Le sang coulait le long de sa jambe et malgré tout il avait continué, plus férocement, plus déterminé que jamais. Il retenait ses gémissements pour ne pas alerter qui que ce soit et l’on n’entendait que le fracas des goutes rouges tièdes et gluantes qui venaient mourir sur le sol poisseux et humide des douches. Après ça ? Il s’était relevé, lui qui était entièrement nu avait gardé l’arme dans sa main droite tandis qu’il fit jaillir l’eau tiède des pommeaux situés au dessus de sa tête. Non pas qu’un, il les avait tous allumés. Pourquoi ? Allez savoir, mais le bruit lui permettait de s’effacer lui-même au travers de toute cette vapeur et de cette condensation torride. Pourquoi dans l’aine ? Parce que c’était souvent sur cette partie là que Sally Anne s’endormait doucement après qu’ils aient fait l’amour. Elle aimait la fraicheur qui la séparait des bras de son amant du monde réelle, se défaisait des couvertures pour venir ensuite s’allonger presque en perpendiculaire à Morgan. C’était de sa faute s’il avait fat ce geste stupide, elle l’avait déçue, trompé et surtout blessé. Il avait cherché à la joindre inlassablement et finalement il n’avait eut que des réponses négatives. Au final, il s’était laissé transporter par le souvenir d’une gosse dans sa ville qui écrivait des mots de la même façon sur sa peau. Sauf qu’elle, c’était tout son corps qui lui servait de bible. Camille… Complètement folle et déséquilibrée mentale. Elle avait été son amie, elle n’était maintenant plus qu’un souvenir de torture. Pourtant, elle demeurait son meilleur exemple en ce qui était l’auto conception du monde. C’était sa vision confrontée à celle de tous les autres. Si elle en était venue à user des lames, ce n’était pas pour attirer l’attention, non, elle ne mangeait pas de ce pain là, mais bel et bien pour se souvenir d’un vocabulaire précis. En y regardant de plus près, le Londonien avait trié cet attroupement en un groupe, il leur avait trouvé une relation : la solitude. Tous tournaient autour de la solitude. Parce qu’elle se sentait abandonnée par ses parents sans doute, par son frère décédé, par ses amis et par son propre cœur qui la trahissait en chantant pour une aînée de 4 ans. Tout comme Morgan s’était sentit presque humilié par ses sentiments qui l’obligeait à supporter une douleur sans égale. Une déchirure irréparable. « Black and Black » restait visible pour la simple et bonne raison qu’il avait cautérisé la plaie à l’aide d’un coton imbibé d’alcool. Une brûlure intense qu’il ressentait, là, de nouveau, debout devant cette maudite vitre qui n’aurait jamais dut le laisser apercevoir ce baiser ! Maudite vitre !! Salope ! Salope ! Salope ! Vampire ! Crevasse ! Pourriture !!!! … Mais étai-ce vraiment ce carreau qu’il insultait de la sorte tout en empêchant ses yeux bleus de se recouvrir de larmes ? Non… C’était bel et bien Discorde qui avait été visée. Violence s’accordant avec passion. Il aimait la belle d’un amour passionnel qui le consumait petit à petit. A tel point qu’il en était malade ! Malade ! Jamais il ne s’était trouvé jaloux d’une personne depuis qu’il son arrivée au château, jamais il n’avait sentit ce haut de cœur, cette sensation nauséeuse, cette odeur âcre… Mais pourquoi lui ? Pourquoi O’Keefe ? Qu’avait-il de plus que Livanarth ? Eternelle question sans réponse. Le joyau qui avait depuis quelques semaines illuminé la vie du garçon se trouvait terni par la luxure. Si bien que le jeune homme n’en pouvait plus d’haleter à la vision du monstre qu’était devenu Discorde. Elle lui apparaissait laide, affreusement laide. Vilaine tête, vilain front, vilaine bouche, vilains yeux ! Une… Sorte.. De troll… Parsemé de tatouages difformes qui avaient tout perdu de leur intensité, de leur légèreté et de leur mystère. En restant ainsi accroupis, les yeux rivés sur le sol, Morgan avait empoigné ses cheveux, fortement, avant que la douleur ne se fasse trop intense et qu’il ne resserre ses doigts crispés sur son jean à l’exact emplacement de la partie lacérée qui se réveillait. Mon amour… Cette pluie qui glisse sur ces murs c’est mes larmes qui se refusent d’apparaître. Des larmes chaque jour contenue pur ne pas noyer l’univers tout entier…

Ce cours était le bienvenue, car après mûr réflexion, l’anglophone était bien décidé à en parler à sa soit disant ‘petite amie’. Entre temps, il avait effectivement remarqué les élèves qui poussaient boucle d’or à s’assoir à côté de lui et cette dernière qui mimait à la perfection la timidité. Hum… c’est qu’elle en serait presque touchante ainsi empourprée. C’était tant mieux, ainsi il put lui parler de sa petite vision de l’autre soir qui, apparemment fit son effet étant donné qu’elle brisa sa plume en s’exclamant maladroitement. A ce moment là, Morgan abaissa la tête comme pour montrer qu’il n’était pas impliqué à ce désordre. Le professeur afficha un regard sévère avant de continuer sa leçon… « Et qu’est-ce que je devrais en penser d’après toi ? Je ne vois même pas pourquoi tu m’en informes ! Il nous a déjà dit qu’il avait l’intention de se la taper cette garce… » Avait alors répliqué Raven d’une voix glaciale. Pourquoi il l’en informait ? Livanarth ne cacha pas son air totalement dépassé par les évènements, il reprit une grand inspiration tout en dirigeant son visage vers le plafond, un bref instant. Mais quoi ? Elle lui jouait l’indifférente ? Ça ne marchait pas, à sa voix, seul un idiot n’aurait pas comprit qu’il avait fait mouche. Tsss… Il n’était pas un idiot. Lentement il vint glissa sa main le long de l’épaule de la princesse histoire de ne pas paraître trop éloigné du rôle qui devait tenir mais ne parvint pas à afficher un quelconque sourire. La fatigue se faisait sentir, il était faiblard, épuisé et surtout très triste. Une expression de profonde lassitude s’insinua sur son visage pâle avant qu’il ne reprenne d’une voix monocorde : « Ah oui et… Tu compte le laisser faire la bouche en cœur ? » La colère se lisait de plus en plus dans ses yeux, il s’impatientait, cette réponse ne lui convenait pas. « Mais Putain Raven tu joues à quoi là hein ? J’croyais qu’tu l’aimais ce type moi, j’te r’connais pas trop à jouer les femmes soumises aux lois d’un autre ! »
Se rendant compte de son excès il se tut et laissa s’installer un silence. C’est profitant de cette pause que Miss Silverstein remarqua les traits tirés de son interlocuteur, ses yeux cernés et sombres. Elle le dévisageait tandis qu’il essayait de fuir à cette séance photo sans appareil. Il s’apprêtait d’ailleurs à riposter lorsqu’elle intervint : « Apparemment cette nouvelle ne t’a pas fait dormir de la nuit je me trompe ? Il ne fallait pas t’inquiéter pour moi voyons ! C’est inutile mon chéri… Tu sais bien que c’est toi que j’aime ! » Et elle trouvait ça drôle ? Et bien pas Morgan qui se retenait de ne pas se lever précipitamment pour quitter définitivement la pièce. A charge de revanche bien sûr ! Heureusement, son self control lui permis de ne formuler qu’un demi sourire hyper sarcastique en direction de l’aristocrate. Il n’avait pas envie de jouer, ni même d’avoir à supporter les jacassements puérils de cette paumée. Elle voulait quoi ? Qu’il avoue ? C’était à prévoir bien entendu… Finalement, le sorcier se contenta d’empoigner à nouveau sa plume pour griffonner quelques brides du cours, ce dont l n’avait pas besoin sauf pour faire passer le temps. « Mais dit moi, Comment as-tu pu les voir s’embrasser ? Discorde est tellement coincée que je la vois mal embrasser à pleine bouche Erwin en public ! … On s’est peut-être trompée sur son compte, pas si innocente que ça … » A ces simples mots détachés, la main du Gryffondor se raidit, une avalanche d’émotion lui parcoururent les entrailles et il serra les dents pour ne pas émettre la moindre plainte. Sa main crispée enserra une manche de sa chemise et il tourna son visage vers celui de Raven, comme éveillé par une envie de vaincre. « Comment… Comment ?? En me levant tout simplement mademoiselle. Il m’a suffit de pencher la tête pour admirer ces deux… Se rouler une pelle ! »

LIVANARTH ! Lança le professeur la baguette pointée vers le fauteur de trouble en question. Je vous conseil de vous calmer auquel cas vous quitterez la salle sur le champ et irez rendre des compte au proviseur !

Le jeune impudent acquiesça d’un mouvement de tête avant d’abaisser celle-ci mais de continuer son récit, plus posé :

« Ok d’accord… J’vais te dire quelque chose Raven que personne mis à part… Bref tu ne dis rien point barre. » Il posa sa plume et rapprocha sa figure – discrètement – de celle de la belle. « Discorde n’est en effet plus aussi… prude qu’avant. Comme tu dois t’en douter, ce n’est pas arrivé au hasard. En fait il se trouve que… » Cette fois, collant presque ses lèvres chaudes à l’oreille de son interlocutrice il souffla « Je l’aime. »

Rougissant sous cette douce révélation il ne prit guère le temps de s’expliquer et demeura fermé, comme gêné par ce qu’il venait de dire. C’était simple : elle se foutait de lui, c’était son poing directement envoyé au travers de sa belle gueule. Et tant pis pour leur couple, on pourra désormais parler de ‘divorce’. Rah mais il en avait assez de devoir faire attention à prof qui guettait le moindre de ses mouvements. Tant pis, sous un élan de folie – ou de courage – il empoigna La Serdaigle par l’épaule et posa furieusement sa bouche contre la sienne en un baiser fougueux, osé et passionné. A tel pont à vrai dire, que les deux jeunes gens en tombèrent de leur tabouret faisant hurler leur instit’ qui s’avança en beuglant verts les deux amants qui s’embrassaient toujours à même le sol.

« S-s-sortez ! I-immédiatement ! Livanarth ! Silverstein! SORTEZ!!! Vous vous débrouillerez pour les note, je ne veux plus vous voir!!!”

Mais… Ses désires étaient des ordres. Le jeune homme se releva, prit la main de Raven pour finalement l’emmener avec lui jusqu’à la porte qu’il ouvrit et enfin… Libération.

« Il s’en remettra… » Plaça le Gryffondor en époussetant sa cape, ses yeux bleus fixés sur le blason de la blondinette. « Mais il fallait bien ça, maintenant au moins tu peux rire, te foutre de ma gueule j’en ais plus rien à battre parce que ouai c’est moi qu’ai couché avec la p’tite prude et c’est comme ça. Moi avec une Serpentarde qui en plus prend un malin plaisir à me rendre cocu. Tu entends ça ? Moi ?? Cocu ?! Bah qu’est-ce que tu attends ? Vas-y ! Marres toi puisque je te l’autorise ! »

Il respirait fort, et son visage luisait sous les bougies accrochées au lustre. Il ne se sentait pas bien, sa tête lui tournait, ses jambes semblaient se dérober sous son buste… S’adossant au mur juste derrière lui, Morgan passa sa paume droite sur son front pour y dégager les mèches de cheveux et finit par se laisser glisser, silencieux. Tant d’idées à développer… Mais si peu de mots pour les exprimer. La lassitude avait gagné le sorcier presque éteint sous les yeux de Raven.

« J’ai… Besoin d’ton aide. Tu m'en dois une tu t'souviens...?» Murmura-t-il la mâchoire crispée.

_________________
Prefet en chef




A lovely devil.............................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven H.Silverstein
Administrateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 317
Age : 26
Année d'Etude : 6eme Année
Maison : Serdaigle
Baguette Magique : Bois de Roseau, 25,7 cm, contenant un unique crin de queue de licorne femelle, flexible et rapide.
Date d'inscription : 15/01/2008

Feuille de personnage
Citation: If I gotta sin to see him again then I'm gonna lie and lie and lie.
Ascendance: Sang Pur
Relations:

MessageSujet: Re: Esprit tourmenté [PV Raven]   Ven 18 Avr - 21:53

[Eh oui le voilà ! oOOoOoOoOoOOh +bAf+
Désolée du temps de réponse mais je sais que tu as l'habitude xD
Mon message est pas super mais bon au moins j'ai réussi à combattre ma fainéantise =P ]

« Ecoute, cette nuit j’ai surpris deux élèves dehors en train de s’embrasser. Et devine de qui il s’agissait : Mr O’Keefe et Mlle Van Silverwood… »

Le cœur de Raven avait fait une gargantuesque envolée avant de s’écraser lamentablement en entendant les mots prononcés par Morgan. Des mots qui étaient aussi douloureux et tranchants qu’une lame en plein coeur. Touché … (coulé CASSE +baf+) Derrière ce visage qui se voulait impassible se déchaînait une véritable tempête. Un flot de sentiments la submergea menaçant de l’engloutir pour de bon. De la tristesse, de la jalousie, de la haine et un sentiment d’haute trahison. C’était pourtant absurde ! Qu’est-ce qu’elle en avait à battre de ce qu’il faisait et avec qui ? Raven n’avait pas à se prendre la tête avec des sentiments aussi infantiles. Pourquoi s’en rendre malade alors qu’elle ne l’aimait pas… Mais comme-ci ça ne suffisait pas, les paroles d’Erwin lui revinrent en mémoire, lui martelant le crâne.

« […] j’ai quelques « gamines à déflorer » ! Dont une en particulier. Une certaine… Discorde, je crois. Discorde Van Silverwood. Une magnifique Serpentarde. […] Je crois que contrairement à d’habitude, je vais rester avec elle. Après tout, c’est pratique une petite amie qui n’a aucun moyen de crier sur soi. Au moins, je serais certain de ne pas avoir de mal de tête. Puis, elle est tellement pure et douce… Une vraie petite sainte-nitouche… qui m’appartient ! »

Raven était persuadée que ce n’était que des paroles en l’air destiné à lui faire comprendre qu’il se fichait bien de ce qu’elle faisait… Et que surtout ça ne l’atteignait pas. Mais il fallait se rendre à l’évidence… Il pensait réellement chaque mot qu’il avait prononcé, et Morgan venait de le lui prouver. Elle se sentait soudain nauséeuse, et son ventre se contractait douloureusement, mais elle parvint à afficher un petit sourire indifférent qui ressemblait plutôt à une grimace. Il lui était beaucoup plus difficile de jouer la comédie. Même sourire lui était étrangement douloureux et plus difficile qu’à l’ordinaire. Toutefois, elle reprit contenance, et tourna son visage vers Morgan pour lui répliquer qu’elle s’en fichait complètement… blablabla… Un sourire charmant se matérialisa sur ses lèvres malgré tout, pour sauver les apparences. « Ah oui et… Tu compte le laisser faire la bouche en cœur ? » Raven haussa les épaules tout en reprenant ses notes. « Mais Putain Raven tu joues à quoi là hein ? J’croyais qu’tu l’aimais ce type moi, j’te r’connais pas trop à jouer les femmes soumises aux lois d’un autre ! » La mâchoire crispée, Raven lui lança un regard menaçant qui signifiait clairement « Tu vas trop loin ». Raven ne cherchait pas à lui faire peur, elle savait que c’était inutile, mais il glissait sur un terrain particulièrement dangereux et sensible pour Mademoiselle Silverstein. De quoi se mêlait-il celui-là ? Elle le trouvait particulièrement désagréable aujourd’hui (xD). Il pouvait pas la lâcher deux secondes ? NON elle n’était pas soumise, mais elle était trop bornée et fière pour courir après Erwin, et NON elle ne l’aimait pas… Oui, oui… Elle est chiante à fermer les yeux. C’est Raven. La jeune Serdaigle se contrôlait à grand peine, et se contenta de le rabrouer pour signifier que la conversation était close.


<< Va te faire cuire une bouse de dragon ! >> répliqua t-elle d’une voix sifflante sans lui accorder un regard, réécrivant plusieurs fois le même mot sur son parchemin sans s’en apercevoir.

Quelques minutes de silence s’installèrent entre eux, et Raven parvint à se calmer. Elle inspira une grande bouffée d’air avant de retourner son visage vers Morgan. Il semblait vraiment bouleversé… Mais par quoi ? Elle le lui demanda, avec une pointe d’humour qui tomba à plat. (pouaaah pouaaah pouaaah pouaaaaaaaaaaaaaaah +baf+) Il n’était apparemment pas d’humeur à rigoler aujourd’hui, et elle se demandait bien ce qu’il le tenaillait comme ça. Il s’était mis soudain à l’ignorer, et à écrire pour la première fois depuis le début du cours ce que le professeur racontait la révolte des Gobelins en 1612. À ces dernières paroles, Raven nota que Morgan s’était soudainement raidie, comme-ci… Comme-ci elle avait touché un point très sensible. Chose extraordinaire. Il tourna soudain un visage furieux vers elle et s’écria : « Comment… Comment ?? En me levant tout simplement mademoiselle. Il m’a suffit de pencher la tête pour admirer ces deux… Se rouler une pelle ! ». Surprise et décontenancée, Raven ouvrit la bouche bêtement mais aucun son n’en sortit. Tous les regards s’étaient tournés vers eux, et elle se sentit rougir. Le professeur arrêta son monologue pour finir par lancer une mise en garde contre Morgan. Cette fois, Morgan avait toute son attention. Elle était interloquée. Jamais, elle ne l’avait vu dans un état pareil… Raven fit semblant de prendre des notes, mais elle avait l’oreille tendue pour écouter la suite. « Ok d’accord… J’vais te dire quelque chose Raven que personne mis à part… Bref tu ne dis rien point barre. Discorde n’est en effet plus aussi… prude qu’avant. Comme tu dois t’en douter, ce n’est pas arrivé au hasard. En fait il se trouve que… Je l’aime. »


<< QUOI ??!! >> s’écria la jeune fille complètement ahurie par ce qu’elle venait d’entendre.

<< Non mais c’est pas croyable ! Nous sommes dans une salle de classe ici pas dans un salon de thé Miss Silverstein ! Je vous reprends encore une fois avec Livanarth et c’est la porte ! C’est compris ?? >>

Raven acquiesça, et se tassa sur le banc, histoire de se faire toute petite, tandis que ses camarades se permettaient un léger sourire. Mais Raven se tourna aussitôt vers Morgan. Etait-il sérieux ? Il aimait… Discorde ? Cette petite garce qui lui volait Erwin ? Elle n’aurait jamais imaginé une chose pareille ! Tout s’éclairait maintenant ! Voilà pourquoi son attitude semblait si… Anormal. Cette catin faisait une pierre de coup… Non seulement elle faisait souffrir Morgan, mais elle lui volait Erwin ! Elle l’emportera pas au Paradis >___<
Rigoler ? C’était bien la dernière chose qu’elle ferait. Après tout, ils souffraient tous les deux à cause des deux mêmes personnes. C’était le seul qui pouvait la comprendre, et l’inverse. Même si elle ne voulait pas s’avouer les sentiments qu’elle éprouvait pour Erwin, ça ne l’empêchait pas de morfler comme une dingue pour cet abruti. Ne sachant pas quoi dire, elle se contenta de le regarder comme-ci elle le voyait pour la première fois.
Une chose est sûre, c’est même quand il va mal, il ne cessait de surprendre. Il devenait même encore plus imprévisible ! Sans comprendre ce qu’il lui arrivait, elle sentit la main de Morgan l’empoigner sans ménagement pour plaquer ses lèvres furieusement contre les siennes. Sous le choc, elle perdit l’équilibre, embarquant Morgan au passage. Trop stupéfaite pour réagir, elle se contenta de répondre à son baiser avec la même fièvre ( :hin: ).

« S-s-sortez ! I-immédiatement ! Livanarth ! Silverstein! SORTEZ!!! Vous vous débrouillerez pour les notes, je ne veux plus vous voir!!!”

Aussi rapidement qu’il s’était jeté sur elle, il rompit le baiser et se releva. Encore un peu abasourdie, Raven resta stupidement par terre (xD l’image de la blonde par excellence) avant de prendre la main de Morgan qui l’aida à se remettre sur ses jambes. Elle devait avoué qu’elle n’aurait pas trouvé mieux pour être congédier du cours. Trop contente de pouvoir partir aussi, elle rangea rapidement ses affaires dans son sac, jeta un rapide coup d’œil à ses amies qui lui lançaient des signes d’encouragements tout en gloussant. Raven ne pu s’empêcher de sourire légèrement avant de quitter la pièce à la suite de Morgan.

« Il s’en remettra… Mais il fallait bien ça, maintenant au moins tu peux rire, te foutre de ma gueule j’en ais plus rien à battre parce que ouai c’est moi qu’ai couché avec la p’tite prude et c’est comme ça. Moi avec une Serpentarde qui en plus prend un malin plaisir à me rendre cocu. Tu entends ça ? Moi ?? Cocu ?! Bah qu’est-ce que tu attends ? Vas-y ! Marres toi puisque je te l’autorise ! »


<< Est-ce que tu vois sur mon visage le moindre signe d’amusement Morgan ? ça me réchauffe le cœur de voir l’image que tu as de moi … En fait… Je suis encore sous le choc de tout ce que je viens d’apprendre en même temps. Laisse moi le temps d’encaisser et après peut-être que je me foutrais de ta gueule... >> répliqua t-elle d’un ton sec.

Raven trouva plus sage de se taire et l’examina silencieusement. L’amour faisait vraiment des ravages. Lui, Morgan, la terreur du collège, se retrouvait sur le banc de touche à cause d’une Serpentarde qui venait de lui briser le cœur. Si c’était pour finir dans un état aussi pitoyable, Raven était bien heureuse de ne pas être amoureuse.

« J’ai… Besoin d’ton aide. Tu m'en dois une tu t'souviens...?»

Ses paroles… Raven se doutait qu’ils y viendraient. Elle poussa un profond soupir avant de se diriger vers Morgan, puis s’installa par terre à ses côtés. Elle plissa distraitement sa jupe avant de s’exprimer d’une voix radoucie.


<< Bien sûr que je t’aiderai… Après ce que tu as fait pour moi, il est évident que je te soutiendrai… Je pense même que tu aurais bénéficié de mon aide dans tous les cas. Hum… Changement de sujet mais…Tu ne veux pas aller à l’infirmerie ? >>

Elle le surveillait du coin de l’œil depuis tout à l’heure. Et il semblait vraiment au bord de l’évanouissement. Et Raven n’avait vraiment pas envie de le porter sur son dos. Elle se rappela soudain qu’il lui restait du chocolat dans son sac. C’était certainement le meilleur remède lorsqu’on se sentait mal. La petite anglaise fouilla dans son sac à la recherche de ce fameux chocolat et finit par le trouver au fond du sac.

<< Prends au moins un peu de chocolat, ça te redonnera un peu de couleur. Tu es encore plus pâle qu’à l’ordinaire et pourtant je n’aurai jamais cru ça possible >> s’exclama t-elle en lui tendant un généreux morceau de chocolat avec un sourire.

Raven laissa tomber ses mains sur ses jambes croisées, et posa sa tête contre le mur froid. Elle ferma un instant les yeux avant de reprendre la parole.


<< Bon…Et si tu me disais en quoi je peux t’être utile ? Tu as une petite idée de ce que tu veux lui faire subir ? Ou tu comptes sur moi pour trouver quelque chose ? >>

_________________

Words create Lies
Pain can be Trusted
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard-ca.forum-actif.net/ceremonie-de-la-repartition-f
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Esprit tourmenté [PV Raven]   Sam 19 Avr - 14:34

[Ouai j’ai l’habitude mais abuses pas non plus hein =O
Sinon panpan cucul :hin: *OUT*
Bon voilà j’espère que ça vas te plaire <3]

Effectivement, lors de leur sortie du placard, Mr O’keefe ne s’était pas laissé berner pour autant. Si Morgan et Raven l’avaient déstabilisés, il en avait fait de même en lançant quelques paroles qui interloquèrent les deux jeunes gens. L’une parce qu’elle détestait Discorde plus que tout et qu’elle soupçonnait déjà une relation entre son amant et elle, l’autre parce que cette fille tant convoitée n’était autre que sa petite amie et qu’il l’aimait... Inlassablement. Elle était ce qui le maintenait dans le réelle, ce qui l’empêchait de se plonger totalement à l’intérieur de son univers où lui seul pouvait s’enfermer. Un univers aussi dangereux que protecteur. Enfin, le coup au cœur qu’il avait ressentit à ce moment là n’avait rien à voir avec cette douleur qui lui était apparue soudainement en voyant Erwin et la belle Serpentarde s’embrasser du haut de son dortoir. Révélation. Une chute de 10 étages et le pire dans tout ça c’était que le choc ne l’avait pas tué. Il en avait la souffrance… Mais sa vie continuait. A la seule idée que le monde puisse continuer de tourner alors que son être venait de se briser en miettes lui était insupportable. Le mal était continu. Une amourette ? Non… En amour Morgan était particulièrement sensible et en proie à la dure réalité de ce monde. Oui il était une proie pour tout ceux qui désiraient lui voler ce qu’il avait de plus précieux. Les sentiments ne se maîtrisent pas… A son grand désespoir d’ailleurs. Si ça avait été le cas alors il se serait empressé de désaimer cette catin, cette espèce de garce, une salope sans nom. Une simple putain… L’idée qu’il ait put lui servir de jouet s’encrait progressivement en lui. Un jouer sexuel… un godemiché humain. L’amertume ne le quittait pas. Son estomac ne lui répondait plus depuis ces dernières heures. Il était tiraillé entre des envies compulsives de se faire vomir oui, d’extérioriser, de se foutre en l’air en se défonçant de l’intérieur. En fait il voulait envoyer cette peine en enfer quitte à se débarrasser de son enveloppe charnelle. Il se sentait Sali et surtout d’une naïveté sans commune mesure.

Ses paroles faisaient mouche. Raven ne désirait plus l’écouter et la tension s’était installée entre les deux sorciers. Une tension mauvaise et dangereuse. Têtus, bornés, aucun ne voulait laisser transparaître ses émotions. Qui était le plus touché dans l’histoire ?
Sans doute le jeune Gryffondor qui avait vu sa fierté aussi bien que sa raison d’exister se faire désintégrer en l’espace de quelques secondes. Il avait l’air solide hein ? Oui il semblait d’une nature résistante et… Et il l’était d’ailleurs. Mais un être humain reste un être humain. Avec ses points forts et ses faiblesses… La belle fit bien comprendre à son interlocuteur qu’il allait trop loin en lui lançant un regard meurtrier. « Vas te faire cuire une bouse de Dragon. ». Ah ! D’accord… A ces mots, Livanarth avait levé les yeux vers le ciel signe d’abandon devant tant d’immaturité. Les mots qu’il griffonnait sur son parchemin étaient dénoués de sens. Il n’arrivait même pas à suivre ce que racontait leur professeur et à vrai dire, s’en moquait un peu. Il écrivait une phrase incomplète puis un mot, puis une phrase etc… Tout ça avec une écriture quelque peu oppressée. Un stress apparent se lisait au travers de ses lignes. C’était une évidence et l’humour de la blondinette n’arrangeait en aucun cas les choses. La révélation de Morgan réussit tout de même à arracher lui arracher un cris.

« Non mais c’est pas croyable ! Nous sommes dans une salle de classe ici pas dans un salon de thé Miss Silverstein ! Je vous reprends encore une fois avec Livanarth et c’est la porte ! C’est compris ?? »

Oui bon… Bon… No coment hein U.U La jeune Serdaigle fit tête basse et son voisin se contenta d’afficher une mimique désabusée. Elle ne pouvait pas gueuler plus fort encore ? Toujours est-il qu’il avait finit par lui dire ce qu’il gardait pour lui depuis des semaines déjà. Le regard de Miss Silverstein pesait sur ses épaules et Morgan fit mine de ne pas s’apercevoir de sa surprise évidente. Elle le fixait comme s’il venait de lui dire qu’il était en fait une fille ( xDDD) nan en fait c’était pire. Il venait de l’informer de sa faiblesse, de son mal, de ses sentiments… De tant de choses en fait. A tel point qu’il s’en sentait à découvert. Avait-il bien fait ? Il en doutait encore…

A l’extérieur de la salle de classe, l’anglophone péta rigoureusement son câble. Il n’en pouvait plus. Son esprit se brouillait et il ressentait des douleurs musculaires absolument partout. Une envie de courir jusqu’aux toilettes pour vomir encore et encore le prit mais il se retint et se laissa même glisser contre le mur, attendant une réaction de la part de boucle d’or. « Est-ce que tu vois sur mon visage le moindre signe d’amusement Morgan ? Ça me réchauffe le cœur de voir l’image que tu as de moi … En fait… Je suis encore sous le choc de tout ce que je viens d’apprendre en même temps. Laisse moi le temps d’encaisser et après peut-être que je me foutrais de ta gueule... » C’est ça vas-y, gueule plus fort encore… Sa tête allait exploser. Le jeune homme entoura d’ailleurs son crâne de ses mains tout en réfléchissant. Elle avait raison… Il s’était emporté. Pourquoi se moquerait-elle de lui ? Parce que… parce qu’il était faible peut être… Non. Erwin ne se serait pas privé mais pas elle. C’est à ce moment précis qu’il se rendit subitement compte qu’un lien s’était tissé entre lui et cette fille. Un lien plus fort qu’il ne l’aurait pensé. C’était rassurant… Raven finit par s’assoire à ses côtés et le pseudo aristocrate écouta le tissu de sa robe se plisser avant qu’elle ne la défroisse. « Bien sûr que je t’aiderai… Après ce que tu as fait pour moi, il est évident que je te soutiendrai… Je pense même que tu aurais bénéficié de mon aide dans tous les cas. Hum… Changement de sujet mais…Tu ne veux pas aller à l’infirmerie ? » Elle allait lui venir en aide ? Merveilleux ! Il ne pouvait espérer mieux. Mais… l’infirmerie ? Pourquoi faire ? Il se sentait parfaitement bien (c’est celaaaaaaaaaaaaa oui >.<) « Prends au moins un peu de chocolat, ça te redonnera un peu de couleur. Tu es encore plus pâle qu’à l’ordinaire et pourtant je n’aurai jamais cru ça possible » Quoi ? Plus pâle que d’habitude ? Tu m’étonnes qu’il fasse peur… Déjà que d’habitude il avait un teint vampirique… Mais si c’était pour tourner cachet d’aspirine non merci. En tournant légèrement sa tête il put constater qu’elle lui tendait un généreux morceau de chocolat qu’il accepta. Tomber dans les pommes ne serait pas bien malin. Il n’avait pas de temps à perdre. Ne seul truc était… Est-ce que son organisme accepterait cet intrus sucré ?

« okay... » Se contenta de murmurer Morgan en esquissant un sourire maussade à la jolie sorcière.

« Bon…Et si tu me disais en quoi je peux t’être utile ? Tu as une petite idée de ce que tu veux lui faire subir ? Ou tu comptes sur moi pour trouver quelque chose ? » A ces mots le Londonien clos ses paupières violacées et demeura silencieux. Il n’y avait pas tellement réfléchi. Son idée s’était évidemment tout de suite tournée vers Raven mais… pour le reste… L’idée de faire du mal à Discorde lui tordait encore d’avantage les entrailles. Comment avait-il put en arriver là alors que quelques jours auparavant encore il se trouvait dans ses bras en train de lui faire l’amour. Il se mordilla la lèvres inférieur à cette pensé et laissa tomber le reste du chocolat sur le sol (gâchis !! =O +GIFLE+) tout en se cognant maladroitement contre le mur derrière.

« Aï… » Prononça-t-il alors en venant se frotter l’arrière de crâne un sourire étrange tracé sur son visage. D’où venait-il celui-là ? Tsss… c’était le désespoir qui le rendait comme ça. D’ailleurs, une larme –une seule- traça son chemin sur sa joue gauche avant qu’il ne repose cette derrière sur l’épaule de la Serdaigle.

« Un baiser Raven… Un baiser. »

Se redressant il s’avança vers cette dernière et emprisonna sa figure entre ses paumes avant d’avancer son propre visage et de lui dérober ses lèvres. Il l’embrassa plus tendrement cette fois avec affection. Une touche qui se métamorphosa peu à peu en baiser langoureux. Lorsqu’il relâcha son emprise, Morgan plongea ses yeux turquoise dans ceux de la jeune femme.

« Je veux qu’elle se voit à ta place en sachant bien que plus jamais elle n’y sera. Pour la suite… Je compte bien sur ton esprit tordu chérie. Il faut remettre cette garce à sa place. » Dit-il d’une voix suave en caressant doucement ses pommettes roses. "La simple idée qu'elle m'ait prit pour un jouet me met hors de moi... A nous deux on peut tout faire, j'accepte d'être la marionnette de tes plans foireux et tu acceptes de faire de même. Place au show..."

_________________
Prefet en chef




A lovely devil.............................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raven H.Silverstein
Administrateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 317
Age : 26
Année d'Etude : 6eme Année
Maison : Serdaigle
Baguette Magique : Bois de Roseau, 25,7 cm, contenant un unique crin de queue de licorne femelle, flexible et rapide.
Date d'inscription : 15/01/2008

Feuille de personnage
Citation: If I gotta sin to see him again then I'm gonna lie and lie and lie.
Ascendance: Sang Pur
Relations:

MessageSujet: Re: Esprit tourmenté [PV Raven]   Mer 30 Avr - 18:42

(rOhh dit hein =O Pouet pouet +baf+
Eh oui j’ai de la répartie
Désolée U_U Je t’ai dis que j’y arrivais plus trop ces temps-ci, l’inspiration m’a largué xD Je sais que je le dis tout le temps, mais j’aime pas mon message T.T +a du mal à le poster xD+)


La jeune fille se sentait vraiment mal à l’aise. C’était le genre de situation que Raven fuyait comme la peste. Réconforter quelqu’un ? Et heu… Comment ? Il n’y aurait pas un manuel quelque part ? « Comment réconforter pour les nuls » ? Il fallait lui dire des mots du genre : « Ne t’inquiète pas Morgan… ça va passer… Chuuuut là… Raven est là… Pleurs un bon coup ! … Ah attention à ma chemise » ?? Ou le prendre dans ses bras et lui caresser les cheveux comme elle le ferait avec sa chouette – si elle en avait une xD- et murmurer des mots réconfortants ? Ou peut-être dire du mal sur Discorde? Non… Mieux valait ne rien dire.
La « Fausse » Raven aurait réussi à réconforter quelqu’un sans aucune difficulté, malgré quelques maladresses. Bien sûr, elle pourrait très bien lui débiter la même chose qu’à ses « amies », mais Morgan… C’était Morgan ! Elle ne pouvait pas le mettre dans le même chaudron, tout simplement parce que c’était un être à part. Leur relation n’était pas sans ambiguïté, c’est vrai. Elle-même ne parvenait pas à définir ce qu’il était pour elle. Le Gryffondor qui avait été, au départ, son ennemi était devenu bien plus. Par contre, il n’y avait aucun doute qu’elle tenait à lui. Aussi étrange que cela puisse paraître, elle voulait le garder auprès d’elle. C’était effrayant mais indéniable. Il était complexe, mais c’est ce qui lui plaisait. Et puis, en y réfléchissant, ils n’étaient guère différents. Il avait un petit quelque chose qui l’attirait toujours un peu plus. Plus Raven passait du temps en sa compagnie, plus elle s’attachait à lui. Qui l’aurait cru ? Elle qui n’aimait personne. Inutile d’être le professeur Trelawnay pour savoir que Morgan avait vécu une enfance difficile comme elle. C’était peut-être pour ça qu’elle aimait autant être avec lui. Savoir qu’elle n’était pas la seule à avoir souffert, sans pour autant en parler. Ils semblaient comprendre la souffrance de l’autre par un simple regard. Il n’était pas comme ces petits gosses qui n’avaient jamais rien vécu et qui pourtant, ne perdaient jamais une occasion pour se plaindre. Oh moins l’arrivé des Mangemorts vont leur permettre de se plaindre pour quelque chose.
Bien sûr, Raven n’appréciait pas la pratique des Mangemorts, ils semaient le malheur et la désolation partout où ils passaient. Elle les haïssait… Et ne les haïssait pas. Longtemps, elle s’était toujours demandée ce que serait sa vie, si cette dernière devenait l’une des leurs. Pour sûr, elle deviendrait immensément puissante. Qui n’aimerait pas avoir tout le monde à ses pieds ? Posséder des pouvoirs encore insoupçonnés ? Personne ne se doutait un seul instant que Raven pourrait très bien passé du côté du mal en un mouvement de baguette magique. Personne ne se doute-ait un seul moment qu’elle était capable du pire. Qui pourrait le penser ? Elle qui faisait partie de l’Armée de Dumbledore et qui semblait se battre contre eux ? Savaient-ils qu’ils avaient peut-être un traître dans leur rang ? Pour le moment, elle n’était pas une menace, mais il suffisait qu’il se passe quelque chose, de vraiment très douloureux, trop douloureux. Tellement atroce qu’elle ne voudrait plus s’attacher à quiconque. Tellement, qu’elle préférerait s’arracher le cœur plutôt que de ressentir cette souffrance une nouvelle fois. Qu’on la déteste oui ! Comme se serait beaucoup plus simple. Souffrir… Vous ne comprenez pas qu’elle en avait assez ??? Toujours souffrir. Encore et encore ! Bon sang! Pourquoi ? Pourquoi sa vie était aussi MOCHE ? Qu’est-ce qu’elle avait fait pour subir autant d’injustices !? Pourquoi était-elle la fille de cette garce ? Sa vie avait-elle un sens ?
Seule… Toujours seule. Elle y était contrainte. Elle n’avait pas le choix. Raven avait voulu faire confiance à Erwin. Vraiment. D’ailleurs elle n’aurait jamais cru cela possible en arrivant au château. Et qu’est-ce qu’il venait de faire ? Ah ! Il venait de la piétiner sans se soucier de ce qu’elle ressentait ! Qu’il crève ! Elle voudrait qu’il crève oui ! Bien lentement, qu’il s’éteigne à petit feu, en souffrant comme il n’a jamais souffert de sa vie ! Les paroles de Morgan résonnaient encore dans sa tête …en train de s’embrasser…Mr O’Keefe et Mlle Van Silverwood… en train de s’embrasser… Rien que d’imaginer la scène, Raven sentait son cœur se serrer. Il…Il n’avait pas fait ça ? Pouquoi fallait-il qu’il fasse ça ? Pour se venger ? La rendre jalouse.. ? Se serait bien son genre. Mais simplement ça ? Non… Il y avait quelque chose d’autre. Elle en était persuadée. Il l’aimait. Comment ne l’avait-elle pas deviné plus tôt ? Elle aurait dû s’en douter, cette fille était la seule qu’il n’avait jamais fait souffrir… Hurler ! Elle voulait s’égosiller la voix à s’en crever les tympans, elle voulait courir jusqu’à l’épuisement, pleurer de vraies larmes, détruire tout ce qui se trouvait sur son passage et le frapper de toutes ses forces, elle voulait étrangler Erwin de ses propres mains, lui hurler aux oreilles pour lui donner la fameuse migraine dont il se plaignait la dernière fois. Ou non ! Elle s’occuperait d’abord de Discorde, juste devant lui avant de l’achever à son tour… Il allait le payer. Et elle aussi. Erwin était loin de se douter qui elle était vraiment. Il ne savait pas jusqu’où elle pourrait aller. Ce qui se passait dans sa tête était aussi imprévisible que Morgan. Elle aussi pouvait très bien changer de camp. Mais pas sûr que ce soit le bon. Il allait regretter amèrement de s’être moqué d’elle.

Le cœur en miette, les yeux embués de larmes qu’elle s’efforçait d’emprisonner, Raven jeta un regard rapide à Morgan qui portait le morceau de chocolat à ses lèvres. Finalement, un peu de chocolat ne lui ferait pas de mal. Juste à ce moment-là, Morgan laissa tomber son morceau de chocolat par terre >____< Elle lui jeta un regard assassin pour être aussi maladroit. Il peut pas faire attention non ? Elle secoua la tête de gauche à droite avec un soupir à fendre l’âme, profitant qu’il soit trop occupé à se masser le crâne pour remarquer sa tristesse. Il était vraiment dans un état pitoyable. Le jeune homme devait être le seul à ne pas l’avoir déçu… Pour le moment… Avait-elle raison de lui donner un peu de sa confiance ? Surtout après ce qu’Erwin venait de lui faire ? Il était la preuve vivante qu’on ne pouvait faire confiance à personne. Encore moins à quelqu’un qu’on apprécie. La jeune femme regardait droit devant elle, broyant du noir, lorsque la tête de Morgan se posa sur son épaule. Raven se raidit légèrement, mais finit par se détendre. Il était vraiment surprenant et pathétique aujourd’hui. Il ne le savait peut-être pas, mais il la touchait. Elle amorça un geste pour lui caresser les cheveux, mais il reprit la parole. « Un baiser Raven… Un baiser. »


<< Encore un ? >> se moqua t-elle en levant les yeux au ciel.

Morgan s’était redressé, et emprisonna soudainement son visage entre ses deux mains. Et là, à sa plus grande stupéfaction, il l’embrassa. Pas un baiser violent qu’ils avaient l’habitude d’échanger. Non… Un baiser tendre comme elle n’avait jamais reçu de lui, qui ne lui ressemblait pas. Avec un soupir, elle ferma les yeux pour répondre à son baiser. Il lui donnait en même temps ce dont elle avait besoin, du réconfort. Et ce baiser était aussi agréable que les effets d’un morceau de chocolat de chez Honeyduke. Les lèvres de Morgan rompirent le contact et Raven fut forcée de rouvrir les yeux pour se perdre dans le regard du Gryffondor. « Je veux qu’elle se voit à ta place en sachant bien que plus jamais elle n’y sera. Pour la suite… Je compte bien sur ton esprit tordu chérie. Il faut remettre cette garce à sa place. La simple idée qu'elle m'ait prit pour un jouet me met hors de moi... À nous deux on peut tout faire, j'accepte d'être la marionnette de tes plans foireux et tu acceptes de faire de même. Place au show..." Le marché était honnête. Et au point où ils en étaient. Ils n’avaient rien à perdre et tout à gagner. C’est sur cette pensée que la Serdaigle acquiesça doucement la tête.


<< Morgan… Si tu veux que je sois sage, tu ferais mieux de me relâcher et éviter de m’embrasser sans prévenir, sinon je risque de te violer dans une salle de classe, et se serait fâcheux pour mon image… >> souffla t-elle les yeux pétillants de malice, ébauchant un petit sourire suggestif.

Une façon originale et légère pour lui dire qu’elle était partante. Une tentative d’humour pour cacher sa gêne et la douleur qu’elle ressentait et qui lui lacérait le cœur. Raven n’était pas le genre de fille à s’apitoyer sur elle-même. Son seul moyen d’évacuer était la vengeance. Il fallait qu’elle s’occupe l’esprit. Incapable de rester un moment de plus ici, elle s’écria soudainement :


<< Lèves-toi, on bouge ! >>

Sans attendre une réponse de sa part, la jeune fille bondit sur ses pieds, jeta son sac sur l’épaule, et tendit la main pour aider Morgan à se relever. Sans lâcher sa main, elle se dirigea vers une salle de classe désaffectée, l’ouvrit d’un coup de baguette magique et força Morgan à rentrer sans lui donner aucune explication. En fait, elle ne réfléchissait plus. Elle avait qu’une envie… Continuer d’embrasser Morgan. Le sentir contre elle. Trouver encore du réconfort dans ses bras. Elle était folle, mais elle ne se souciait plus de rien. Avant même que la porte se soit refermée, elle jeta son sac au sol et plaqua Morgan contre le mur pour l’embrasser à pleine bouche. Pour éviter qu’il ne la repousse, elle emprisonna ses poignets jusqu’à ce qu’elle soit certaine que ce soit inutile.

<< Morgan… S’il te plaît… >> murmura t-elle entre deux baisers d’une voix suppliante et désespérée.

_________________

Words create Lies
Pain can be Trusted
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard-ca.forum-actif.net/ceremonie-de-la-repartition-f
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Esprit tourmenté [PV Raven]   Mer 30 Avr - 20:06

Houla, soulager Morgan de sa douleur. Ça remontait de tellement loin qu’il n’y avait aucun moyen de le faire sortir de son nuage noir, surtout maintenant. Il ne se sentait plus lui-même… Ses yeux regorgeaient de haine, de désespoir et d’impatience mêlée. Il n’en pouvait plus d’attendre le bonheur, d’attendre ce qui ne venait finalement jamais, ce qui lui était refusé. Ce dernier accident était la goutte d’eau qui avait fait déborder le vase. Il avait lâché prise au moment exact où il avait aperçu Discorde et Erwin s’embrasser sous la pluie. Comme c’était romantique… à en pleurer ! Ils iraient en enfer, ils allaient souffrir plus encore qu’il ne souffrait lui-même. Ils allaient comprendre leur douleur. Morgan ne vivait maintenant plus que pour ça. En replongeant dans ce trou noir sans fond c’était ses souvenirs les plus pénibles qui avaient refaits surface. Son père d’abord, évidemment. Celui qui l’avait torturé durant des années interminables, cet homme qui lui avait fait comprendre qu’il n’était rien. Un simplet, un raté, une créature minable et sans avenir. Savez vous ce que ça fait d’entendre ça à 4 ans ? Un enfant maltraité garde des cicatrices toute sa vie. Pas forcément physique, mais c’est dans la tête que tout explose. Jamais il ne pardonnerait ce qu’on lui avait fait subir tandis que ses camarades de classes profitaient des câlins et des baisers de leurs géniteurs, lui rentrait seul le soir. Il était toujours seul. Sa mère trop occupée à chercher où se cache encore son mari, dans quel bar se saoule-t-il. Payer les impôts exorbitants aussi, travailler à mi-temps, faire la vaisselle, le ménage et j’en passe. Le cœur du petit Livanarth s’était serré, comprimé plusieurs fois. Il ne comprenait pas d’où venait se manque, ni même d’où il venait lui. D’une autre planète ? Mars ? Saturne ? Pluton ? Ou peut être Venus qui sait ? En tout cas il n’était pas d’ici. Ce n’était pas possible… Il revoyait aussi tous les regards qui glissaient sur lui, sur son visage pâle, ses yeux bleus sans cesse bordés de tristesse et d’une mélancolie sans pareille, rencontrer ceux des passants. Les klaxons des taxis, le crissement des pneus sous la pluie et lui qui marche pour rentrer sagement à la maison. Raven avait été abandonnée elle aussi ? Ce qui était certain c’est qu’elle savait ce que c’était d’avoir vraiment mal. Ces gamins qui se plaignaient de tout et de rien rendaient Morgan plus furieux que jamais. D’apparence calme il les insultait de tous les mots du monde afin d’en terminer avec sa rancœur pour le moment. Ne voyaient-ils pas qu’il y avait pire dans la vie ? Que leur vie est tout sauf un enfer ? Peut-être étai-ce vrai jusqu’à présent… Mais les mangemort rendaient la partie bien plus intéressante… Sa 7eme année… Un an plus tôt et le jeune homme auraient évité ce carnage sans nom. Encore la chance qui lui avait manqué ou le destin qui lui prévoyait autre chose qu’une continuation idyllique. Le malheur qui plombait l’école rapprochait Livanarth de tous ces ignorants. Enfin ils allaient peut être rencontrer la mort elle-même. Peut être ressentir le désespoir le vrai. S’en était jouissif…
Pourquoi diable avait-il fallu qu’il tombe amoureux sincèrement ? Et surtout : Pourquoi ELLE ?? Ne la trouvait-il pas niaise avec ses airs de sainte nitouche ? De pure et chaste ? Oh que si… Il trouvait même ça détestable. Mais alors quoi ? Qui ? Comment ? Tout ce qu’il savait c’est qu’il avait mal. La douleur d’être rejeté pour un autre qui s’avérait être un complice de cette chaleureuse et douce Miss Silverstein. Un coup de chance ? Peut être… Elle pouvait s’avérer une alliée de taille. Sa fougue accompagnée de la perversité du Gryffondor les emporterait loin. Deux esprits tordus d’accord, mais diaboliquement intelligents. Fiers, ils n’allaient sûrement pas en rester là. Discorde allait payer pour sa trahison, son mensonge et tout le reste. Qu’elle maigrisse, qu’elle pleure, Morgan n’en n’avait absolument plus rien à faire. Elle le dégoûtait. Lui aussi avait pleuré étant petit, lui aussi. Tout le monde pleure. Endurci par ses épreuves tu parles ! Ne comprenait-elle pas qu’il en restait fragile ?! Depuis de décès de sa mère, il n’était plus le même. Il gardait tout pour lui, jusqu’à ses sourires. Il ravalait sa colère pour la restituer en quelques coups de baguette. Son âme était attachée à un démon. Il brûlait de l’intérieur, sa peau glaciale cachait bien tout ça, mais le sang bouillonnant qui fusait dans ses veines le rendait imprévisible. Une maladie le rongeait, celle de la vengeance. Il était décidé à tuer son père, à se rendre justice, à lui faire payer cette effroyable conduite. Lui faire comprendre qu’il avait fait là ces derniers méfaits. Le réduire en miettes avec un large sourire… « Papa, je vais te tuer. ». Le sortilège impardonnable d’Avada Kedavra et s’en serait définitivement terminé.

Ce chocolat était fade, et puis le sorcier n’en n’avait pas vraiment envie. Des idées fusaient dans sa tête à tel point qu’il ne contrôlait plus ses mains. Il avait crispé légèrement ses doigts avant de lâcher le ‘délicieux’ met offert gracieusement par Raven avant de reprendre et de la surprendre. Ce baiser était en effet d’une tendresse remarquable. Il lui réchauffait le cœur en même temps qu’il libérait le sien. Elle avait de la peine elle aussi, ça se lisait aisément dans ses yeux… Tous deux avaient reçu un coup puissant ces derniers jours… Mais rester en place et se plaindre ne changerait rien. « Morgan… Si tu veux que je sois sage, tu ferais mieux de me relâcher et éviter de m’embrasser sans prévenir, sinon je risque de te violer dans une salle de classe, et se serait fâcheux pour mon image… » Cette réplique avait fait sourire qui se réjouissait de l’effet qu’avait eut ce baiser. Elle lui envoya un regard bordé de sous-entendus accompagné d’un pétillement inattendu. Elle se releva soudainement et attrapa fermement son interlocuteur par la main en annonçant « Lèves-toi, on bouge ! » Sans comprendre, Morgan se releva à son tour pour la suivre (obligé t’façon puisqu’elle le tirait >___< ma chemiseuuuuh XO). Pour aller ? Qu’avait-elle dans la tête exactement à part une mini boule de gomme ? o.O (celle là j’vais la sentir passer Vendredi je l’sens xD). Enfin, après une courte course, les deux jeunes gens se retrouvèrent dans une salle de classe qui ne servait plus depuis bien longtemps avant que la belle blonde ne plaque avec une ardeur peu contenue son compagnon sur le mur et ne l’embrasse fougueusement. Mademoiselle s’y connaissait pour faire vibrer ces messieurs, aucun doute là-dessus. Elle maintenait comme par précaution les poignets du jeune Gryffondor qui, s’il l’avait voulu, aurait tout de même très bien pu s’échapper. Inutile d’user de tant de violence… c’était divin. « Morgan… S’il te plaît… » Une supplique … Elle le dévorait de son regard luisant. Le Londonien glissa sa langue entre ses dents en un sifflement avant de libérer furieusement ses mains de l’emprise de Raven et de la pousser violemment contre l’un des bureau, de lui écarter les cuisse afin de se placer entre elles et de se pencher vers son buste, obligeant la miss à s’allonger sur le bois au verni usé.

« J’adore quand tu me supplie de la sorte boucle d’or… » Murmura-t-il alors avant d’offrir un baiser particulièrement langoureux à sa nouvelle partenaire de jeu.

Usant de sa poigne il ne prit même pas le temps de retirer les boutons de la chemise et emporté par le rush il écarta les deux extrémité dévoilant ainsi sa poitrine encore cachée par un soutient gorge qui n’allait pas rester de la partie encore bien longtemps. Il ouvrit la fermeture éclaire de sa jupe et la fit glisser à son tour jusqu’à ce qu’elle se retrouve sur le sol. L’une de ses mains empoigna un morceau de la culotte de la jolie aristocrate tandis que son visage redescendait peu à peu. Il glissait ses lèvres, sa langue contre la peau sucrée de la Serdaigle, sa gorge, sa clavicule, son cou, son corsage, sa ligne abdominale jusqu’à son nombril… Il ne fallut évidemment pas bien longtemps pour qu’il soit excité et surtout pour que ça se voit. Hmm… Il avait envie d’elle mais en même temps, ne désirait pas aller jusque là. Pourquoi ? Parce qu’il ne voulait pas risquer de modifier leur relation, et le fait d’aller plus loin amènerait sans doutes quelques petits problèmes en plus. Mais… Allait-il vraiment pouvoir s’arrêter ? Il tira Raven par les poignets pour l’amener à s’assoire cette fois sur le bureau, juste en face de lui, et avança encore plus son bassin entre ses cuisses, ses yeux comme deux braises.

« T’es trop belle… » Glissa-t-il alors à l’oreille de la sorcière en lui mordillant le lobe. "Et si c'était moi qui te violait...?"

Il amorça un coup de bassin en avant juste histoire d'éveiller plus encore le sens aiguisés de sa partenaire. Malicieux, il captait la moindre de ses envies.

_________________
Prefet en chef




A lovely devil.............................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Esprit tourmenté [PV Raven]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Esprit tourmenté [PV Raven]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une Garde Pure [ prio ; Oméni, Raven, Gylfie ]
» Raven : Nevermore
» La Monade : ou comment se torturer l'esprit avec Leibniz
» « Comment en suis - je arrivé là ? » ; Esprit de la Nuit & Petite Utopie
» « Timide ne veut pas dire simple d'esprit. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Contre-Attaque :: Le Premier Etage :: SALLE DE CLASSE D'HISTOIRE DE LA MAGIE-
Sauter vers: