AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un peu de soleil après tant de pluie [Morgan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chloé McCraw

avatar

Féminin Nombre de messages : 23
Année d'Etude : 6ème année
Maison : Serdeigle
Baguette Magique : Bois de houx, 26.7 cm, souple et rapide, contenant un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 12/02/2008

Feuille de personnage
Citation:
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Un peu de soleil après tant de pluie [Morgan]   Lun 18 Fév - 15:02

    Chloé était dans son lit, enfouie sous ses couvertures. Elle avait eu froid toute la nuit, et en plus de ça, elle avait mis un moment avant de trouver le sommeil. Mais par chance, on était samedi, elle avait donc la possibilité de faire la grasse matinée, et elle ne s'en était pas privée. Effectivement, quand elle ouvrit les yeux et jeta un oeil à son réveil, il était dix heures passé. Elle qui avait prévu de faire tous ses devoirs durant la matinée, c'était fichu. Mais il fallait avouer que pour une fois, elle s'en fichait un peu. Il valait mieux qu'elle soit en forme avec quelques devoirs en retard, que complètement fatigué avec tout son travail terminé. Après tout, on était samedi, elle avait encore l'après-midi et le lendemain pour tout faire. Bizarre qu'elle voit les choses ainsi. D'ailleurs, elle était elle-même étonné de son état d'esprit de la journée, mais elle n'allait pas s'en plaindre. En temps normal, elle se serait précipité sur ses livres pour faire ses devoirs, et là, elle prenait son temps. La preuve, elle avait les yeux ouverts depuis cinq minutes, et elle n'avait toujours pas bougé.

    En effet, la jeune Serdeigle était dans son lit, la couverture remonté sous son menton, comme si elle n'avait pas oublié le froid qui l'avait envahi durant la nuit. Elle ne comprenait pas pourquoi d'ailleurs. Elle dormait toujours avec cette couverture, et jamais elle n'avait eu froid. Il fallait croire que depuis la veille, les choses étaient en train de changer petit à petit. Elle se tourna sur le côté pour voir où étaient ses camarades, mais il n'y avait personne. La plupart d'entre elles devaient terminer leur petit-déjeuner dans la grande salle, tandis que d'autres étaient déjà en train de faire leur devoir ou de se promener dans le parc. En pensant au parc, Chloé se tourna vers la fenêtre. Apparemment, c'était une belle journée. Mais même si le soleil était présent, il était beaucoup moins sûr que la chaleur l'accompagne. Cependant, cette possibilité n'empêcha pas la jeune fille de décider d'une promenade. Après tout, elle était à peine sorti de la semaine à cause de la pluie qui n'avait pas cessé de tomber, alors autant profiter du soleil tant qu'il était là, car personne ne pouvait prévoir combien de temps le beau temps allait durer. Elle n'avait aucune envie de bouger et de quitter la tiédeur de son lit, mais elle fit un effort, et rejeta les couvertures pour se lever.

    Le contact du sol froid sur ses pieds nus la fit frissonner, et elle s'empressa d'enfiler ses pantoufles. La jeune fille commença à faire son lit, passant sa main sur le drap pour enlever les moindres plis, le rentrant sous le matelas avec précision, puis après quelques minutes, elle remonta la couverture sur l'oreiller. Elle passa à nouveau sa main dessus et contente du résultat, elle alla s'habiller. Elle mit un moment à trouver ce qu'elle voulait dans sa malle et à tout ranger à l'intérieur sans rien déplier, puis elle s'habilla enfin. Après s'être coiffé et légèrement maquillé, la jeune fille pu quitter son dortoir. La salle commune était presque déserte. Toute la semaine, elle avait été bondé, et il était difficile de circuler parmi les nombreux élèves, mais maintenant que le soleil était là, tous avait l'air décidé d'en profiter, et Chloé ne faisait pas exception à la règle. Elle quitta la pièce et dévala les escaliers jusque dans le hall d'entrée. Arrivée en bas, elle jeta un oeil à l'intérieur de la grande salle. Il y avait plusieurs élèves, notamment à la table des Serpentard et des Poufsouffle, et à côté, celle des Serdeigle paraissait bien vide. Il restait cependant quelques petites choses à manger à l'intérieur des plats, et Chloé décida d'avaler quelque chose avant de sortir dans le parc.

    Elle entra donc dans la grande salle, et chercha une place propre à la table des Serdeigle. Il était hors de question de manger au même endroit qu'un autre élève, plein de miettes, de confiture ou de gouttes de chocolat chaud. Elle trouva enfin une place qui lui convenait et s'assit. Elle passa tout de même un coup avec une serviette, puis elle beurra quelques toasts grillés qu'elle mangea rapidement, accompagnés d'une tasse de chocolat chaud. Avant de se lever, elle enleva les miettes qui était sur la table et les fit tomber dans son bol désormais vide. Puis elle quitta la table des Serdeigle et sortit de la grande salle. Une fois dans le hall, elle passa la grande porte de chêne et se retrouva dehors. Comme elle avait pu le voir à travers la fenêtre du dortoir, le soleil était là, et pour son plus grand bonheur, il ammenait avec lui un peu de chaleur. Cependant, une brise fraîche venait refroidir l'air et Chloé ressera son écharpe autour de son cou. Elle marcha dans le parc en direction du lac, profitant de l'air frais, ne sachant pas quand le soleil montrerait à nouveau le bout de son nez.

    Elle arriva auprès du lac et chercha un endroit où s'asseoir. Le rocher où elle prenait place habituellement était occupé, elle devait donc trouver un autre endroit. Elle regarda autour d'elle, et remarqua une grosse pierre plate sous un arbre. Etonnée que personne n'y soit installé, Chloé ne perdit pas de temps et alla s'asseoir, avant qu'on ne lui prenne la place. Elle se cala contre l'arbre, et frotta légèrement sa cape qui était un peu froissé, puis elle observa la surface lisse du lac. Dans quelques semaines, l'eau serait gelé à cause du froid de l'hiver. Chloé n'aimait pas cette saison, elle préférait de loin l'été, et savoir qu'il était sur le point de se terminer la laissait nostalgique. Ne plus entendre les oiseaux chanter et avoir sans arrêt des paysages blanc sous les yeux ne l'enchantait guère. Mais il fallait voir le bon côté des choses, l'été reviendrait bientôt, enfin, bientôt, c'était beaucoup dire. Elle poussa un petit soupir et ouvrit son sac pour en sortir un livre. Elle l'avait emprunté il y a quelques jours à la bibliothéque, et l'avait commencé la veille, lorsqu'elle n'arrivait pas à s'endormir. Elle l'ouvrit la où elle était rendue, et se plongea dans sa lecture sans prêter attention à ce qui se passait autour d'elle.


Dernière édition par le Lun 18 Fév - 17:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard-ca.forum-actif.net/fiches-validees-f76/chloe-mcc
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Un peu de soleil après tant de pluie [Morgan]   Lun 18 Fév - 16:22

[ juste un détail: on est en Septembre ici donc l'été n'est pas encore prêt de pointer son nez xD voilà, petite remise au point ^^]

Le Samedi, Morgan avait prit l’habitude d’aller promener sa chouette : Pinoko. Celle-ci, bien que petite, belle aux plumes blanches et possédant deux beaux yeux bleus perçant, était d’une bêtise incomparable. Pour la petite histoire, le jeune homme l’avait sauvé d’une mort certaine. En effet, cette jolie créature était à l’origine un messager du ministère de la magie. « Hors d’usage » pour cause de folie et mauvais sens de l’orientation, Pinoko devait être tuée. Mais non, le sort en avait décidé autrement puisqu’elle se trouvait mains du beau Gryffondor. Bon d’accord elle était stupide, d’accord elle se payait les vitres, d’accord elle adorait faire des galipettes avant, ok elle avait tendance à perdre les livraisons et d’accord elle n’était pas un exemple d’intelligence. Mais elle restait une petite chouette attachante, irrésistible, joueuse, drôle et malgré tout, efficace pour ce qui est des messages éclairs. Mais passons, voilà, nous étions enfin le Week-end et les élèves de Poudlard pouvaient enfin se reposer. Ce fut un coup de vent qui sortit Livanarth de son sommeil, un coup de vent assez puissant pour faire claquer bruyamment les volets contre la fenêtre. Qu’elle mauvaise nuit. Encore une fois ses rêves s’étaient transformés en cauchemars lorsque son père y était apparu, une seringue à la main, un masque blanc plaqué sur la figure, ordonnant à son fils de se calmer. Le visage luisant par la sueur, le jeune homme était resté interloqué quelques secondes avant de souffler tout en venant se rabattre sur son oreiller. Haletant. Pourquoi fallait-il toujours que son géniteur face partie de ses nuits. Tsss… il connaissait déjà la réponse : tout simplement parce qu’il était encore en vie, il en était certain. Si sa mère elle était belle et bien décédée, Otis, cet homme violent et sans coeur s’était sauvé, rien ne permettait de penser qu’il n’était pas de ce monde. Morgan avait peur.. Quelque part, même à 17 ans maintenant, il craignait que celui-ci vienne le rechercher, le frapper à nouveau. Même maintenant, il savait qu’il n’en mènerait pas large. Quoi que.. En tout cas ; c’était cette image douloureuse qui lui nouait encore les entrailles. E s’il revenait ??

Stop ! Il était inutile d’angoisser comme ça. De toute manière, il n’était pas sorcier, il était donc impossible de le retrouver ici, dans l’école ou même dans les villes aux alentours. Secundo, le Londonien était maintenant parfaitement capable de le contrer, il avait grandit, il était puissant, plus jamais il ne permettrait qui que ce soit de lui porter un coup. Plusieurs personnes en avaient déjà subit les conséquence. Une gifle.. Une gifle et vous pouvez être certains de la récupérer avec les intérêts : 5 fois plus forte. Attrapant ses lunettes à larges montures noires, rectangulaires et seyant parfaitement à la forme de son visage, le sorcier se releva. Un froid piquant le fit frissonner tandis qu’il attrapait ses affaires et qu’il se dirigeait vers douches des Gryffondors. Une toilette revigorante, une fois habillé, coiffé et parfumé, il descendit vers la salle commune pour venir y prendre son petit déjeuner. A y voir le peu de monde déjà présent, le garçon en déduit qu’il devait être tôt, en fait, il n’avait pas pensé à regarder sa montre, mais le jour pointait à peine son nez. 8 heures du matin ? Sans doute. La table des Serpentards était déserte, seuls un ou deux élèves mangeaient. Celle des Serdaigles était la plus complète. Les rouges et or ? Oh.. Le jeune homme ne leva même pas les yeux pour regarder. Il s’assit et attrapa un morceau de pain. En fait, il n’était pas très branché petit dej’, son truc c’était de manger entre les repas. Il avait la chance de ne pas prendre un gramme et d’être bien battit malgré ça, pourquoi ne pas en profiter tant que ça dure ? Alors qu’il versait dans une tasse un peu de lait, on vint lui administrer une grosse tape dans le dos qui le fit fléchir.

« Livanarth, j’attend votre compte rendu pour cet après-midi ne l’oubliez pas… »

C’était la voix rêche du professeur de potion. Cet homme ne pouvait pas encadrer cet élève pour la façon dont celui-ci lui répondait. Il ne travaillait pas, jamais, et pourtant il s’en tirait avec les meilleures notes du groupe. Voilà qui n’était pas banal. Encore moins juste. Mais la justice c’est quoi ? Morgan n’en avait que faire. Il poursuivait sa façon de faire et d’être peut importe la jalousie qu’il entretenait chez les autres. Toujours est-il qu’il répondit en se forçant à afficher un sourire « naturel » :

« Bien entendu, je pourrai vous la donner maintenant, mais j’ai peur de l’avoir oublié dans mon dortoir. Vous l’aurez ce soir Professeur. »

« Ne joue pas au plus malin avec moi Livanarth.. Ça ne pourra que t’apporter les pires ennuis. » Reprit l’interlocuteur en le fixant de ses yeux sévères.

Dehors il faisait déjà très froid dehors. On était en septembre et le soleil avait beau être au rendez vous, le vent soulevait les capes, infligeant aux aventuriers du dimanche quelques coups de fouets glaciales. Sa chouette sur le bras, le jeune anglophone s’avançait parmi les arbres du parc avant d’attendre le lac, endroit favoris de sa jolie messagère. Son visage pâle se laissait bercer par les conversations des groupes de magiciens entourant l’étendue d’eau. Contrairement à d’autres, le jeune homme adorait l’hiver, et savoir qu’il approchait ne pouvait que le rendre nostalgique ; c’était en hiver que sa vie avait reçu le plus de bouleversements, lui-même était né un hiver : le 13 décembres. Voilà une date qu’il aurait aimé oublier… Enfin, alors qu’il s’apprêtait à s’assoire sur une pierre libre, Pinoko s’emballa et vola pour venir picorer la tête d’une jeune fille, assise tranquillement sous un arbre.

« Nan Pin’ko arrête ! » Avait crié son maître en courrant vers elle.

« Mais arrêtes ! Maudite bête ! Mais qu’est-ce que tu as dans la tête ??? »

Enfin il réussit à la maintenait entre ses doigts et regarda la pauvre demoiselle quelque peu décoiffée maintenant. Un sourire désabusé se traça sur les lèvres fines du Gryffondor qui s’accroupit devant elle.

« Je vous pris de m’excuser, elle est un peu folle mais.. Elle est très gentille d’habitude, je ne sais pas ce qui lui a prit.»

Alors qu’il vint replacer la bestiole sur son épaule, son autre main vint relever les mèches sur le visage la Serdaigle. Aï.. Sa joue était légèrement égratignée. Décidemment, Pinoko n’avait pas finit de lui en faire voir de toutes les couleurs. Morgan grimaça légèrement.

« Ça te fait mal ? »

S’abaisser comme ça devant une personne. Il n’en avait pas l’habitude et cela le rendait nerveux. Il essayait de se montrer gentil, mais pas pour la fille, plutôt pour sauver les apparences et surtout.. ; Sa chouette qu’il ne voulait pas voir empailler. La moindre contrariété, les professeurs l’avaient prévenus, et elle serait renvoyé à son destin initial : au fond d’une marmite.

_________________
Prefet en chef




A lovely devil.............................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chloé McCraw

avatar

Féminin Nombre de messages : 23
Année d'Etude : 6ème année
Maison : Serdeigle
Baguette Magique : Bois de houx, 26.7 cm, souple et rapide, contenant un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 12/02/2008

Feuille de personnage
Citation:
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Un peu de soleil après tant de pluie [Morgan]   Lun 18 Fév - 18:27

    Chloé adorait lire dans le parc, au bord du lac. L'hiver approchant à grands pas, elle ne pourrait plus profiter de cela pendant plusieurs mois, alors tant que c'était encore possible, il ne fallait pas hésiter. Elle regrettait que sa place habituelle soit prise, mais elle se rendit vite compte que la pierre plate qu'elle avait choisit était encore mieux exposée. Effectivement, avec le vent qui soufflait, légérement certes, mais qui soufflait quand même, le grand arbre sous lequel elle se trouvait la protégeait de la brise. Chloé était donc contente de sa place, et elle pu se concentrer dans la lecture de son livre, sans devoir sans arrêt remettre ses cheveux en place ou encore défroisser sa robe.

    Mais bien entendu, une bonne chose n'arrive pas sans une mauvaise. Il fallait évidemment que quelqu'un vienne rompre la tranquillité dans laquelle se trouvait la jeune fille. Ainsi, quelques minutes plus tard, alors que Chloé était totalement absorbé par sa lecture, un volatile vint se poser sur sa tête et lui donna des coups de bec. La jeune Serdeigle, qui avait toujours eu plus ou moins peur des oiseaux ne comprit pas ce qui se passait et poussa un cri. Elle lâcha son livre sur le sol, ce qui au passage, lui fit perdre sa page et était loin de l'enchanter, et essaya de faire partir l'animal en lui donnant des coups, manquant grandement de précision. Alors qu'elle venait de toucher le plumage du volatile, celui-ci lui griffa légèrement la joue. Chloé grimaça. Elle bouillonait intérieurement. Décidemment, elle aurait peut être mieux fait de rester dans sa salle commune à travailler.

    Elle vit quelqu'un se précipiter vers elle en courant et l'entendit parler au volatile. Mauvaise bête ! Il avait bien raison, cette chouette était complétement folle. Quand le jeune homme réussi à récupérer l'animal, Chloé poussa un soupir de soulagement. Le jeune homme s'accroupit en face d'elle, et s'excusa pour sa chouette. D'habitude elle était gentille ? Tu parles, un vrai cinglé cet oiseau. La jeune Serdeigle était légérement agacé, et pestait contre l'animal. Heureusement que sa chouette n'était pas comme ça, car ça ferait longtemps que Chloé s'en serait débarassée. Elle prit une grande inspiration histoire de ne pas perdre son sang froid, ce qui était chose difficile dans une telle situation. Si elle s'était écoutée, elle aurait incendié l'animal et son propriétaire, par la même occasion, de paroles peu agréables. Mais elle ne le connaissait pas, et se rappellait à peine l'avoir déjà vu, alors autant éviter de passer pour une emmerdeuse tout de suite.

    Elle était toujours assise par terre, et observait l'animal d'un regard noir. Si elle avait pu, elle l'aurait tué sur place. Alors que le jeune homme mettait l'oiseau sur son épaule, il releva une mèche de cheveux qui cachait une partie du visage de Chloé. Il remarqua que sa chouette l'avait griffé et lui demanda si ça lui faisait mal. La jeune fille quitta des yeux le volatile, et le regard toujours incendiaire, elle fixa le jeune homme. D'accord, sa question était stupide, du moins aux yeux de Chloé, mais elle partait sûrement d'une bonne intention, et puis, ce n'était pas complétement sa faute si sa chouette était une pure imbécile. Le regard de la jeune Serdeigle se radouci, sans pour autant perdre totalement traces d'agacement. « Ca ne fait pas du bien en tout cas ! » répondit-elle assez énervé.

    Elle poussa un soupir et se redressa. Elle jeta un oeil à sa robe, qui était toute froissée, et elle n'osa même pas imaginer l'état de ses cheveux. Elle y passa cependant la main, histoire de les recoiffer un minimum. Mais ses doigts restaient coincés entre les noeuds, et sans brosse, elle ne réussirait pas grand chose. Elle abandonna donc ses cheveux à leur triste état, et défroissa sa robe comme elle pu. Après cela, qui n'avait pas servi à grand chose, elle leva à nouveau les yeux vers le jeune homme. Elle était un peu plus calme, mais elle préférait éviter de croiser le regard malin de l'animal de peur qu'elle se surprenne à l'étrangler. Elle évita donc de l'observer, et dit un jeune homme sur un ton de reproche, mais tout de même plus amical que précédemment « Essaye de faire plus attention à ta chouette. Je ne pense pas que je pourrais contrôler mon envie de l'égorger une seconde fois ! »

[Oups ... désolé je pensais qu'on suivait la réalité.
J'ai modifié l'erreur.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard-ca.forum-actif.net/fiches-validees-f76/chloe-mcc
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Un peu de soleil après tant de pluie [Morgan]   Lun 18 Fév - 19:11

[Ce n’est pas grave ^^ je croyais moi aussi au début xD]

Décidemment, heureusement que Morgan tenait sa chouette car à y regarder le plus près, il semblerait que sans ça, elle aurait finit étriper par la jolie blonde en face de lui. Pour une fois qu’il se montrait « sympathique » aux premiers abords, voilà qu’on lui lançait des paroles ornées de mépris dans la figure. Ce n’était pourtant pas de sa faute si cette bête l’avait attaqué, elle devait avoir une tête qui ne lui revenait pas, et apparemment, dans peu de temps, il en serait de même pour son maître, surtout si cette Serdaigle continuait en ce sens. Elle ne savait pas à qui elle avait affaire vraisemblablement. C’était sans importance, du moins pour le jeune homme qui se savait parfaitement capable de renverser la situation à son avantage. Tout d’abord elle lui lança un regard meurtrier, puis elle daigna répondre, bourrue. Livanarth la regardait avec des yeux d’abords faussement désolés mais il était hors de question de rester à l’appuie de cette façon. Il la dévisageait tandis qu’elle parlait d’un thon peu amical. Ça ne faisait pas de bien ? TANT MIEUX ! Ça c’est ce qu’il pensa tandis qu’il maintenait une mimique compréhensive et récessive. Sa baguette le démangeait, il voulait lui faire pousser une centaine de jolis furoncles sur le visage pour qu’enfin elle ait une véritable raison de lui parler de cette façon. On ne pouvait pas lui manquer de respect, pas à lui. C’était inscrit dans sa tête. Quiconque osait le défier allait en payer les conséquences. Enfin il soupira et prit la parole à son tour d’une voix calme.

« J’imagine… »

Et oui, c’était tout. Tout ce qu’il avait à dire pour le moment. Inutile de préciser qu’il n’avait pas grand-chose à faire des états d’âme de mademoiselle. Il ne connaissait même pas son nom. Qu’importe. Elle était déjà notée comme « chieuse » dans son esprit. Tout ça à cause d’une petite égratignure. Elle n’avait jamais eu de chien ou de chat ? Non ? Parce que ce sont des choses qui arrivent petite ! Toujours est-il qu’il s’apprêtait à passer son chemin lorsque la magicienne reprit, plus gentiment certes, mais ses paroles piquèrent Morgan au vif. Egorgée sa chouette ? Mais alors là elle se mettait le doigt dans l’œil jusqu’à l’os ! Même comme ça, le jeune homme ne supportait pas que l’on dise du mal de Pinoko. Elle n’était pas très intelligente certes, ni très sérieuse, mais elle était efficace et surtout adorable. Ce devait être le petit animal pour lequel le sorcier avait le plus d’affection. C’est pourquoi un sourire se dessina sur ses lèvres pâles. Un sourire orné d’allégation.

« Essaye rien que pour voir et c’est ta tête qui balancera au bout d’un crochet. »

Une voix glaciale, glaciale à faire froid dans le dos. Il avait parlé comme il aurait parlé de la météo de demain. Et c’était ce qui était le plus effrayant. Sans bouger, simplement sa bouche. Ses yeux demeuraient, eux, fixés sur la jeune femme devant lui. Enfin il émit un rire moqueur tout en s’approchant d’elle.

« Tu ferais bien de tenir ta langue au lieu de raconter de pareilles salades. Tu ne me connais pas.. tu ne sais donc pas de quoi je suis capable ni pourquoi. Attention petite fille, ou tu risques bien de te faire dévorer par le grand méchant loup. »

D’un geste brusque il lui attrapa fermement le poigner, de l’autre il sortit sa baguette combinant séduction et puissance, et la pressa contre le front de la belle. L’agressivité se faisait douce mais oppressante. Il ne comptait pas la libérer et sa poigne était bien trop forte pour ne serai-ce que penser à s’échapper. Elle ne put pas non plus prendre sa propre baguette puisqu’il la fit tomber en un sortilège malicieux. Combien de fois avait-il fait cela pour se rendre justice ? Un nombre incalculable, à tel point qu’il en était arrivé à presque tout prévoir. Sa connaissance en magie lui permettait beaucoup de choses, et il en profitait bien. Cette Chloé n’allait pas pouvoir dire « stop » avant que Morgan ne l’ait décidé.

« Ecoute moi bien, j’ai sur le bout de la langue un sort qui pourrait te faire mal, un seul geste, un seul coup de ta part et tu es touchée. Alors je ne vais pas t’embêter longtemps mais.. Excuse toi. Excuse toi à Pinoko, pour ce que tu as dit. »

Il approcha son visage de celui de sa victime, son regard s’encrant profondément dans le siens.

« C’est un ordre. »

Quoi de plus humiliant que cela ? Hein ? Quoi de pire que de devoir présenter ses excuses à un animal ??? Le Gryffondor y allait fort. Comme d’habitude remarque. Mais il avait ses raisons. Et il aimait bien blesser les âmes soit disant fortes. Elle était contrainte, comme tous ceux à qui il avait joué la même scène ou presque, à obéir, sans quoi elle risquerait de s’en souvenir… Très longtemps. Il était habile, jamais aucune preuve ne pouvait être retournée contre lui. Habile et rapide. C’était peut être ça qui le rendait encore plus imprévisibles. Méchant ? Oh.. Tout le monde savait qu’il n’était pas un homme au grand cœur. Ou du moins, c’est ce que les gens se forçaient à voir. Personne n’avait encore osé aller plus loin. Et de toute évidence, Morgan ne laissait jamais entrer qui que ce soit dans son monde. Sa bulle était fermée, définitivement close.

_________________
Prefet en chef




A lovely devil.............................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chloé McCraw

avatar

Féminin Nombre de messages : 23
Année d'Etude : 6ème année
Maison : Serdeigle
Baguette Magique : Bois de houx, 26.7 cm, souple et rapide, contenant un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 12/02/2008

Feuille de personnage
Citation:
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Un peu de soleil après tant de pluie [Morgan]   Lun 18 Fév - 21:56

    Le jeune homme en face d'elle n'avait pas l'air de beaucoup apprécier sa façon de lui répondre. Chloé comprenait tout à fait, elle aussi n'aurait pas aimé. Après tout, il n'y était pour rien si sa chouette avait eu la mauvaise idée de se poser sur sa tête. C'est pourquoi elle se radoucie, ce qui pour elle, était un grand effort dans une telle situation. Elle était maniaque, et avec elle, tout devait être parfait. Et la journée qui avait merveilleusement commencé se trouvait troublé par une chouette stupide qui venait de la décoiffer, de froisser sa robe, et en plus de ça, de la défigurer. D'accord, le mot était un peu fort, mais Chloé avait tendance à voir les choses en grand lorsqu'il s'agissait de sa personne. Elle était donc très énervé, mais gardait son calme, difficilement, dans le but de ne pas passer pour une emmerdeuse, car en temps normal, elle était loin de l'être.

    C'est pourquoi, un peu plus gentiment, elle reprocha au jeune homme de ne pas faire assez attention à sa chouette, puis qu'elle ajouta avec humour qu'elle aurait du mal à ne pas l'étrangler la prochaine fois. Elle ne pensait pas à mal, loin de là, même si elle avait encore envers l'oiseau une profonde colère. Mais le jeune homme n'avait pas l'air de vouloir plaisanter à propos de la vie de sa chouette. Il lui parla d'une voix glaciale, qui fit frissonner la jeune fille. On pouvait dire qu'elle n'était pas tombée sur la personne la plus sympathique de Poudlard, loin de là. Pourtant, il y a quelques minutes, il avait l'air plutôt gentil. De quoi faire perdre la tête à Chloé qui ne comprenait pas comment on pouvait devenir aussi agressif à cause d'une légère plaisanterie sur un volatile. Ce n'était pas elle qui aurait menacé de mort quelqu'un qui aurait émis l'idée d'égorger sa chouette, surtout si c'était dit avec humour. D'accord, elle aimait beaucoup son oiseau, mais pas au point de proférer de telles menaces, surtout de façon aussi peu amicale.

    Elle fronça les sourcils, et s'apprêta à dire quelque chose mais le jeune homme enchaîna. Petite fille ? Non mais pour qui il se prenait celui-là ? Pour le grand méchant loup apparemment. Il allait la dévorer ? Elle voulait bien voir ça. Il ne lui faisait pas peur, il l'intriguait. Elle regarda son blason. Gryffondor. En général, les cinglés étaient plutôt envoyés à Serpentard, il fallait croire que la maison des rouges et or devenait elle aussi dangereuse. De toute façon maintenant, tout Poudlard était dangereux, les maisons, ça ne comptait plus vraiment. Elle n'eut pas le temps de se poser plus de questions, car il lui attrapa brusquement le poigné et pointa sa baguette sur son front. Chloé haussa un sourcil. En plus d'être un peu cinglé, il était agressif et violent. Décidemment, le maître avait l'air d'être aussi dingue que son oiseau.

    Elle essaya de se dégager, mais sa poigne était trop forte. Elle vit sa baguette tomber à terre. Apparemment, il avait tout prévu. Il ne devait pas en être à son coup d'essai. Il la menaça d'un sortilège au moindre geste. Ca tombait bien, elle n'avait pas l'intention de bouger. D'un, ce serait inutile, elle ne pourrait pas se dégager, de deux, elle n'avait pas de baguette pour se mesurer à lui, et de trois, la jeune Serdeigle savait qu'il pouvait réellement lui jeter ce sortilège sans avoir aucune représailles. Car depuis la rentrée, avec les deux mangemorts qui traînaient à Poudlard, on était autorisé à se battre dans l'enceinte de l'établissement. C'était du grand n'importe quoi, mais c'était vrai. Elle savait donc qu'il pourrait faire ce qu'il venait de lui dire sans aucun souci, alors tant qu'à faire, autant éviter de froisser un peu plus sa robe.

    C'est alors qu'il enchaîna, lui ordonnant de s'excuser auprès de l'oiseau. Chloé ne put s'empêcher de laisser échapper un petit rire. S'excuser auprès d'un volatile ? Et de celui là en plus ? Le jeune homme aurait-il perdu la tête ? Apparemment oui, car il avait l'air très sérieux. Menaçant même. Il la fixait dans les yeux, rendant presque Chloé mal à l'aise, qui n'en détourna pas le regard pour autant. « Tu veux que je m'excuse auprès d'un oiseau ? » demanda-t-elle en fronçant les sourcils. Il aurait été moins sérieux, elle serait parti dans un fou rire, mais il fallait avouer qu'elle le trouvait inquiétant. Et puis sentir sa baguette pointée sur son front la gênait un peu. Elle vit dans son regard qu'il valait mieux pour elle qu'elle s'exécute. Elle eut un petit sourire, et lui dit « Si il n'y a que ça pour te faire plaisir ... ». Elle était prête à s'exécuter, mais détournant les yeux un moment, ceux-ci se posant sur le blason de Gryffondor, elle ne put s'empêcher une petite réflexion « Tu es à Gryffondor n'est-ce pas ? L'une de vos qualités n'est pas censé être le courage ? Je dis ça parce que, menacer quelqu'un avec sa baguette comme tu le fais, je qualifierais plutôt ça de lâche. » dit-elle dans un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard-ca.forum-actif.net/fiches-validees-f76/chloe-mcc
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Un peu de soleil après tant de pluie [Morgan]   Mar 19 Fév - 0:31

C’est vrai que Morgan possédait une tête d’ange. Voilà pourquoi tant de monde tombait dans le panneau. Hey bah.. D’un sens ce n’était pas de sa faute enfin ! Pourquoi le culpabiliser ? Il réagissait comme un garçon qui ne se dévoile pas, qui se cache mais avec tellement d’agilité que personne et je dis bien PERSONNE ne soupçonnait quoi que ce soit de dissimuler derrière ce masque. C’était l’élève model mais aussi le pire garnement qu’il soit. L’ensorceleur de filles mais leur pire bourreau. Bref, un diable en un corps… pas spécialement déplaisant à ce qu’il avait crus entendre. Cette école ? Oui c’est vrai, c’était une école réputée en pleine décrépitude qu’ils observaient maintenant. Pourtant, le passage était devenu obligatoire, tous les sorciers présents ici devaient terminer leurs 7 années. Morgan en était à sa dernière, il en avait bavé mais enfin il en voyait le bout. Pourtant, quelque chose lui faisait sentir que c’était cette année qui allait être la plus difficile émotionnellement parlant. Les mangemorts, les combats, l’armée de d’Albus Dumbledor, les Serpentards contre les gryffondors, le ministère… Tous ces facteurs amenaient une distorsion des plus complexe et dangereuse à l’ensemble de Poudlard. Quelque chose d’énorme se préparait, et ce qui effrayait le plus Livanarth, c’était de se dire qu’il allait être dans l’obligation de se mêler au combat. Il était Gryffondor d’une part, et contre toute attente, faisait partit de l’A.D. Et oui, encore une raison pour laquelle on ne pouvait pas définir s’il était bon ou mauvais. Tant de méchancetés tous les jours, mais aussi de lourdes responsabilités. On ne pouvait pas trancher. Même lui ne savait pas bien où était sa place. Sûrement pas aux côtés de Voldemort non, mais il aimait avoir ce rôle de « méchant garçon ». Pour tous ces petits sorciers inexpérimentés, il était un démon sans âme et sans cœur, un diable, un sournois, un homme à la conscience meurtrie. Foutaises ! Il n’était rien d’autre que lui-même. Après.. Tout dépend de ce que signifiait le mot « lui-même » chez ce jeune homme.

Oui il demandait qu’elle présente des excuses à sa chouette. Et elle avait tout intérêt à le faire parce qu’il ne plaisantait pas. Elle pouvait rire… Elle en avait le droit. Mais elle ne pouvait pas en réchapper. Enfin, avant toute chose, la jeune femme se permit une remarque sur le blason de Morgan. Symbolique de courage ? Oui, et il portait le rouge et or avait hautaineté, certainement. Quoi ? Elle le trouvait pitoyable ? Peureux ? A son aise… Son interlocuteur sourit à cette réplique avant d’approcher son visage serein vers celui de la demoiselle.

« Ecoute bien petite fille, qualifie moi de lâche autant de fois que tu en auras envie. Pour moi une maison n’est rien d’autre qu’un dortoir dans lequel je peux dormir ! J’en ais rien à foutre de leur Bazard. On m’a lourdé à Gryf’ parce que c’était ce qui me convenait le mieux, ou parce qu’après tout, ici où ailleurs ça change quoi ? Pour moi rien. J’y suis, j’y reste. De toute évidence, je ne m’entendrais jamais avec vous, petits vermisseaux dépourvus du moindre petit esprit ! Vous me faites pitié, pourtant je me plie aux mêmes lois que vous ? Quoi de plus dégradant ? J’suis pas le p’tit branleur qui vient t’embêter, j’suis l’autre. Celui qui va jusqu’au bout de son cheminement, celui qui suit son propre chemin et qui est capable de tout pour arriver au bout. »

Il appuya encore un peu plus sa baguette sur le front de Chloé et élargit un peu plus son sourire avant de reprendre d’une voix spectrale :

« Même de la pire chose qu’il soit… Et sans jamais me révéler. »

Là il la poussa d’un coup de pied pour la faire tomber à terre, derrière l’arbre afin de les cacher un minimum des regards externes. S’accroupissant à ses côtés, il tendit le bras pour ramasser l’arme magique de sa victime, la même qu’il avait laissé tomber sur le sol auparavant et la rangea sous sa cape, la sienne toujours pointée en sa direction. Le Londonien se doutait bien qu’elle n’était pas ici pour entendre un discourt sur la marginalité. Qui serait intéressé ? Le prononcer, rien que ça, emmerderait le sorcier au plus haut point. Il n’était pas doué pour donner des leçons, par contre, il savait casser lorsque c’était le temps. Pour le moment, il en finit avec les excuses, de toute façon, il n’avait même plus envie que sa chouette reçoive le pardon d’une minable pareille. Prétentieux ? Je vous l’ais dis, Plus prétentieux que Morgan, tu meurs. Mais attention, il savait par ailleurs garder un certain charisme, ce n’était pas le prétentieux de base qui se met à danser comme un chimpanzé au milieu d’une piste de danse afin qu’on le remarque. Non, c’était celui qui restait dans l’ombre, mystérieux, celui dont on ne savait rien, même pas son deuxième prénom, sa date de naissance, rien. Celui qui avait un passé troubles, des yeux pour le montrer mais aucune parole pour le révéler. Celui qui vous encorcèle, vous emprisonne et vous jette.

Il la regardait... Fixement, la bouche close, toujours accroupis à ses côtés. Si elle bougeait, elle savait ce qui l’attendait. Et lui se fichait éperdument de savoir qu’elle le prenait pour un lâche. Non, il était simplement extrêmement prévoyant. Pas comme.. Certaines ! En réalité, qu’est-ce qu’il en avait à faire qu’elle ait « insulté » Pinoko ? Mais rien ! Rien du tout. C’était l’envie de se faire connaître, l’envie de montrer aux gens qui il fallait croiser et qui… Il fallait éviter. Les doigts de sa main libre vinrent caresser une partie de la chevelure blonde de la Serdaigle.

« Le plus simple c’est que tu ne fasses pas ta forte tête avec moi. Tu peux penser ce que tu veux… Tu peux dire ce que tu veux aussi d’ailleurs. Tu peux te moquer, rire, t’amuser de moi. Mais tu ne peux pas faire tout cela sans penser t’en tirer facilement. Je m’appelle Morgan Livanarth, élève de 7eme année. Heureux de faire ta connaissance. »

Un sourire mesquin se dessina sur ses lèvres.

« Mais je doute que ce soit réciproque… »

_________________
Prefet en chef




A lovely devil.............................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chloé McCraw

avatar

Féminin Nombre de messages : 23
Année d'Etude : 6ème année
Maison : Serdeigle
Baguette Magique : Bois de houx, 26.7 cm, souple et rapide, contenant un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 12/02/2008

Feuille de personnage
Citation:
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Un peu de soleil après tant de pluie [Morgan]   Mar 19 Fév - 1:36

    Après avoir dit quelques mots au sujet du blason de Gryffondor du jeune homme, Chloé se demanda si elle avait bien fait. Elle aurait peut être dû se taire et s'excuser après du stupide animal histoire de se débarrasser de cet importun et de reprendre sa lecture. Mais ce n'était pas de sa faute. D'une, elle était bavarde, et de deux, elle avait le chic pour sortir ce qu'il ne fallait pas quand il ne le fallait pas. Et là, peut être qu'encore une fois, elle aurait mieux fait de faire un effort et de garder la bouche close. Mais deux efforts colossaux dans la même journée, c'était peut être un peu trop lui demander. Elle venait de rester calme, ou du moins en partie, face à l'abominable oiseau du jeune homme alors il ne fallait pas non plus croire qu'elle allait réfléchir à ses paroles. Elle était spontanée, ce n'était pas sa faute.

    Cependant, elle espérait qu'elle ne payerait pas trop cher ces quelques mots, car le jeune homme n'avait pas l'air de plaisanter. Quand il approcha son visage du sien, Chloé resta immobile, n'osant même pas détourner le regard à cause de la baguette pointée sur son front. Petite fille ? Non mais franchement, il la prenait pour qui ? Si elle avait eu sa baguette en main, elle ne se serait pas gênée pour lui dire ce qu'elle pensait de sa façon de la considérer, mais ce n'était pas le cas, alors elle ne dit rien. Car certes, elle était spontanée, mais elle n'était pas non plus totalement inconsciente. Elle écouta le reste de son stupide discours, sans grand intérêt. Elle fut cependant indignée de voir qu'il continuait avec ses appellations. Petits vermisseaux dépourvus du moindre petit esprit ! Parce que lui il se croyait supérieur au reste du monde peut être ? Même pas capable de se comporter avec décence face à une fille, il devrait plutôt se sentir ridicule. Elle se sentait bouillir, et se mordit la langue avec force pour ne pas lui dire ce qu'elle pensait de son attitude.

    Il était capable de tout pour arriver au bout ? Elle n'en doutait pas. Quoique, il était quand même à Gryffondor, il ne devait pas être si mauvais que ça non ? Chloé se raccrocha à cette idée. Cependant, comme si il avait lu dans ses pensées, il ajouta qu'effectivement, il était capable de tout, même de la pire chose qui soit, et sans jamais se révéler. C'est qu'en plus il laisserait quelqu'un d'autre se faire accuser à sa place ? Il y avait de quoi se demander comment il avait pu atterrir à Gryffondor. Le Choipeau n'avait-il pas été victime d'un disfonctionnement lors de la répartition du jeune homme ? Chloé savait que c'était impossible, mais elle commençait réellement à se le demander. Elle était sur le point de faire une réflexion à ce sujet, mais elle n'en eu pas le temps. Le jeune homme l'avait poussé au sol et s'accroupissait à ses côtés. La jeune fille se dit que c'était le moment de récupérer sa baguette, mais le Gryffondor fut bien plus rapide. En quelques secondes, la baguette de Chloé était sous sa cape, et il avait toujours la sienne pointé sur la jeune fille.

    Chloé poussa un soupir. Décidemment, sa cape allait finir complètement froissée à la fin de la journée. Elle la mettait pour la première fois en plus. Non mais vraiment, le jeune homme exagérait. Malgré son indignation, Chloé ne bougea pas, car elle voyait la baguette du Gryffondor pointée sur elle, et elle voulait à tout prit éviter de se retrouver projeter à quelques mètre, ça ne ferait qu'aggraver l'état de sa cape. Elle se contenta de le fixer, attendant qu'il en ai marre de jouer au plus fort et au plus malin. Mais le jeune homme n'avait pas finit de s'amuser. Il se pencha vers elle, et commença à caresser ses cheveux. Elle fronça les sourcils. Elle se retint de justesse de donner un grand coup dans sa main, et elle serra les dents pour ne pas lui hurler dessus. Déjà, sa chouette se permettait de venir lui picorer sur la tête, et lui, il lui touchait les cheveux avec ses mains sales. Non mais, Ho ! Elle n'était pas une bête de foire non plus.

    Le jeune homme lui dit alors quelques mots. Elle pouvait se moquer, rire et s'amuser de lui, mais elle ne s'en tirerait pas facilement. En gros, elle n'avait au contraire, pas le droit de faire tout cela, puisqu'il le lui ferait payer. Par chance, le jeune homme enchaîna et empêcha donc Chloé de le lui faire remarquer. Il se présenta, lui disant qu'il était heureux de faire sa connaissance. Puis il se pencha vers elle avec un sourire mesquin. Il doutait que ce soit réciproque ? Il avait bien raison. « Au contraire. Enchantée de te rencontrer ! » dit-elle avec un sourire ironique. Puis elle ajouta, histoire de faire preuve d'un minimum de savoir vivre « Moi c'est Chloé McCraw, 6ème année. » Il devait s'en foutre pas mal de son nom et de son année, mais peut importe. Elle au moins, elle était polie. Lui au contraire, cette notion lui manquait cruellement. Il faudrait qu'un jour, quelqu'un deigne la lui apprendre. Elle poussa un petit soupir agacé. La baguette du jeune homme était toujours pointée sur elle, et elle commençait à en avoir marre. Décidemment, il ne connaissait pas du tout les bonnes manières. En général, quand on vient de rencontrer quelqu'un, on évite de le menacer de cette façon. Elle se décida à lui demander « Maintenant qu'on a fait les présentations, je te serais reconnaissante de bien vouloir baisser ta baguette. » dit-elle dans un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard-ca.forum-actif.net/fiches-validees-f76/chloe-mcc
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Un peu de soleil après tant de pluie [Morgan]   Mar 19 Fév - 14:33

Les filles comme ça, Morgan les aimait bien. Et oui, contrairement à l’abrutit de base qui ne pouvait pas supporter la moindre contrariété, le caractère, le vrai, quand à lui, plaisait énormément au jeune homme. Si elle avait été là à le supplier de l’épargner, la voix tremblante et les yeux bordés de larmes, pour sur qu’il en aurait déjà fait son affaire. Mais non, elle résistait alors qu’à tout moment, une horde de pustules peu avantageuses pouvaient pousser sur son large front. C’était amusant un voir, comme un loup qui, s’étant prit la patte dans un piège, préférait se l’arracher plutôt que de crier à l’aide. Hilarant.. Mais inutile. Elle n’avait aucune chance contre ce jeune homme. Elle ne le savait pas encore mais il était la pire ordure sur laquelle elle aurait put tomber durant toute son année. Une ordure glaciale et intouchable. Perfectionniste il aimait le travail bien fait. Que ce soit en magie, en travail moldu ou même… En mauvais coups. Chloé était tranquillement assise à lire lorsque la chouette du jeune homme l’avait attaqué. Bon d’accord, sur ce coup il était fautif, mais l’envie de reprendre le dessus s’était montrée plus forte que la contrariété de la demoiselle. Il avait le pouvoir d’en faire son jouet et n’allait pas s’en priver. Diabolique ;. Son esprit était diabolique mais particulièrement affûté. Il avait pour habitude de ne jamais laisser le choix à toute personne qu’il voulait en son filet. Elle était sa prisonnière d’une part parce qu’elle n’avait pas sa baguette, et d’autre part parce qu’elle était une élève de 6eme année en face d’un 7eme année plus doué en magie que certains de ses professeurs. Alors ? On capitule ? Toujours pas.. La Serdaigle se contenta de –une nouvelle fois – le contre dire en lui affirmant que c’était un plaisir pour elle de le rencontrer, elle alla jusqu’à se présenter elle-même. Contrairement à ce qu’elle pensait, Morgan n’en avait pas rien à faire. Il se devait de connaître le nom, l’âge et la classe de ses victimes. C’était plus élégant.

Un rictus de dégoût s’installa sur le visage du jeune homme qui finit par rire. Ce qu’elle pouvait lui faire pitié…

« C’est quoi ça ? Tu te crois invincible c’est ça ? Tu crois que pour tes beaux yeux je serais capable de mener un plan comme celui-ci ? Mais ma pauvre enfant vous vous tromper. Et sur toute la ligne. T’es pas dans un compte de fée chérie, et c’pas toi l’héroïne dans l‘histoire. »

Il se releva, sans lui rendre sa baguette, et s’écarta de quelques pas. Là, son visage se tourna vers le lac. Un magnifique lac… De couleur verte. D’épais nuages planaient au dessus diminuant les reflets dorés sur sa surface lisse. Très franchement, il faudrait être fou pour se jeter dedans la tête la première. Après tout, ne dit-on pas qu’il est habité ? tsss… Et puis de toute manière, l’eau était très froide à cette époque ; il ne fallait pas espérer il rester plus d’une heure sinon c’était la mort assurée. A moins que l’on soit en possession d’un sortilège spécifique. Oh… mais en voilà une idée. Le pseudo aristocrate lança un regard malicieux à Chloé avant de pointer la grande étendue d’eau du but du doigt. Cette fille était maniaque, déjà la chiffonner de la sorte lui déplaisait, alors la forcer à se tremper un lac aussi putride… Excellent.

« Mais dis moi… Tu sais nager j’espère ? J’ai un petit jeu à te proposer ma sirène. Tu veux ta baguette n’est-ce pas ? Et bien tu vas devoir aller la chercher... »

D’une main habile il reprit dans sa main l’outil magique de la jeune femme et la fit voler à l’aide de sa propre baguette. Voler.. Voler… jusqu’à ce qu’elle flotte au dessus de l’eau, pas trop loin mais… pas tout proche pour autant. Là il abaissa son bras pour faire se fondre l’objet dans la masse verdâtre. Evidemment il n’était pas stupide, il n’allait pas la libérer du sortilège et prendre le risque de ne jamais la retrouver. Non, il la gardait bien en prise au cas où il y aurait des complications. Enfin, il se dirigea vers sa proie qu’il attrapa par le bras, fermement, l’obligeant à le suivre.

« Allez viens, tu vas me faire le plaisir de plonger le dedans et de me prouver que tu vaux quelque chose. Sinon ? Tu n’as pas le choix… Tu comprendras vite pourquoi si jamais tu refuses de m’obéir petite peste. »

Arrivé au pied de la berge, déjà, une troupe de sorcier les avait entourés. Comme toujours, ils ne réagissaient pas et pour cause : ils connaissaient la fureur de Morgan, ils savaient ce qui leur en coûterait d’essayer de jouer au héro.

« Bonne chance… » Susurra le Gryffondor à l’oreille de la pauvre Serdaigle juste avant de la pousser violemment en avant de sorte qu’elle tombe dans la flotte.

Puis il se retourna vers l’un des élèves présent derrière lui. Une petite brune asiatique de 5eme année.

« Toi là, surveille là, si jamais elle s’approche à moins de 3 mètres du bords, utilise un « aguamenti » pour la repousser. Je m’occupe de garder un œil sur sa baguette. »

Et oui, il n’allait tout de même pas se piéger lui-même. Enfin grâce à cet échafaudage, il allait pouvoir se divertir en beauté. Elle n’aurait une chance de riposter qu’une fois son arme à la main. Ça, Livanarth ne le lui interdisait pas puisqu’il restait bien en évidence sur la berge. De plus, il gardait sa main droite, obligeant le morceau de bois de houx à rester en place malgré le courrant peu puissant mais présent. Il la faisait flotter à la surface pour « faciliter » la tâche de sa victime. Comment pouvait-on jouer de cette façon avec les gens ? Comment pouvait-on y éprouver du plaisir ? Aucune idée, mais le Londonien trouvait cela particulièrement amusant étant donné que quelques minutes auparavant, elle souriait, provocante. Cette fois, elle allait avoir une véritable raison de lui en vouloir. Hum… il avait hâte de voir ça. Une ennemie en plus ? Peut être pas. Car s’il jouait de la sorte avec elle c’est parce que justement elle lui plaisait, à sa façon. Etrange ? Même pas, les élèves qui l’entouraient l’avaient eux-mêmes compris. En attendant, il gardait un œil vigilant, on ne sait jamais si elle ne savait pas nager, pour le moment elle avait pied, mais ensuite ? Il ne prenait aucun risque dans ses manœuvres, il restait toujours à la limite du supportable, sans jamais la dépasser. Astucieux si l’on n’avait pas peur de se tremper les pieds.

_________________
Prefet en chef




A lovely devil.............................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chloé McCraw

avatar

Féminin Nombre de messages : 23
Année d'Etude : 6ème année
Maison : Serdeigle
Baguette Magique : Bois de houx, 26.7 cm, souple et rapide, contenant un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 12/02/2008

Feuille de personnage
Citation:
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Un peu de soleil après tant de pluie [Morgan]   Mar 19 Fév - 15:49

    Peut être qu'elle aurait dû éviter le sourire, ça aurait été moins provocant. Mais c'était un peu tard pour y penser. Elle espérait que le jeune homme allait enfin se décider à la laisser tranquille, mais dans le fond, elle n'y croyait pas trop. Son sourire glaça le sang de Chloé, qui s'attendait presque à recevoir une gifle. Heureusement pour elle, il lui épargna cela. Mais son petit discours ne plut pas du tout à la jeune Serdeigle, qui bouillait de rage. D'une, elle ne se croyait pas invincible, bien au contraire, de deux, elle n'était pas sa pauvre enfant ! Elle en avait ras le bol qu'il lui trouve des appellations idiotes. Si elle en avait eu le cran, elle lui aurait donné une bonne claque comme elle savait le faire, mais Chloé ne savait pas pourquoi, face à ses menaces et son sourire mauvais, elle n'osait même plus faire un geste. D'ailleurs, depuis qu'il l'avait jeté au sol, elle était dans la même position inconfortable, et commençait à avoir mal au bras. Mais elle n'osait pas bouger, de peur de le voir se servir de sa baguette. Après tout, elle n'avait rien pour riposter, et il n'avait pas l'air de rigoler.

    Elle resta donc immobile, et lui continua, lui parlant d'un compte de fée. Il la prenait vraiment pour une idiote ? Et puis c'est-on jamais, peut être qu'en fin de compte, c'était elle l'héroïne de l'histoire. Au moins, elle ne menaçait pas son adversaire alors qu'il était désarmé. Lui c'était le méchant, et elle la gentille. Par contre, elle doutait fortement que ça se termine avec un "ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants." Bien au contraire, elle se demandait si à force de lui tenir tête comme elle le faisait, quoiqu'elle se trouvait grandement raisonnable de ce côté là, elle ne rejoindrait pas sa mère dans la tombe dans peu de temps. C'est pourquoi elle arrêta de sourire. Après tout, pourquoi faire preuve de sympathie face à lui ? Il était bien trop désagréable pour qu'elle lui porte la moindre marque de gentillesse.

    C'est alors qu'il se redressa et recula de quelques pas. Chloé haussa un sourcil. Avait-il décidé de la laisser enfin tranquille ? Elle put se relever sans problème tandis qu'il regardait le lac derrière lui. Elle commençait à croire qu'il en avait bel et bien terminé avec elle, mais il se tourna vers elle et lui demanda si elle savait nager. Chloé resta sans voix et regarda le lac. Il ne voulait tout de même pas la mettre dedans ? Ce garçon était fou, complètement fou. L'eau du lac était sale, et en plus de ça, elle devait être complètement gelé. Il voulait la tuer ? Ca devait être ça. Elle ne voyait rien d'autre. Elle l'observa déposer sa baguette sur la surface du lac, qui rien qu'à sa vue, donner à Chloé envie de vomir. C'était dégoûtant, et elle préférait de loin se retrouver soumise à un sortilège des plus affreux plutôt que d'entrer là dedans. De plus, sa baguette était loin, trop loin pour qu'elle puisse la récupérer en ayant pied. Elle ne savait pas nager, dès qu'elle était dans l'eau, elle paniquait complètement. Elle regarda le jeune Gryffondor, presque de façon implorante, mais il ne croisa même pas son regard et la saisit par le bras avec fermeté.

    Elle essaya de se dégager, oubliant totalement qu'il risquait de lui jeter un sort. Elle ne voulait pas aller dans l'eau, elle ne pouvait pas y aller. Il lui parla tout en l'entraînant vers la berge. Plus Chloé s'approchait de l'eau, plus elle avait la nausée. Lui prouver qu'elle valait quelque chose ? Il aurait pu lui demander de le faire d'une autre façon. Tandis qu'ils arrivaient au bord de l'eau, un groupe d'élève vint de placer autour d'eux. Chloé les regarda. Elle n'en connaissait aucun. Et il fallait sans douter, pas un seul de ces imbéciles ne bougea le petit doigt pour la tirer de là. Après lui avoir souhaiter bonne chance, Morgan la poussa à l'eau.

    Chloé trébucha et se retrouva accroupie dans le lac, les trois quarts du corps recouvert par l'immonde liquide, qui la rendait malade. Un peu plus, et elle tombait la tête sous l'eau. Elle entendit le jeune Gryffondor donner des ordres à un élève censé l'empêcher de regagner la rive. Elle se retourna et le regarda. Ce garçon était fou. Elle avait raison depuis le début, aussi fou que sa chouette. Et elle, elle ne s'était jamais sentie aussi humiliée. Elle était trempé, ses cheveux étaient dans un état lamentable, et il était inutile de penser à sa robe qui dégoulinait du liquide verdâtre. De plus, l'eau était gêlé, et Chloé tremblait. Elle claquait des dents, et ses lèvres prenaient peu à peu une teinte violette. Elle se redressa, et fusilla le jeune homme du regard. Elle ne savait plus quoi faire. Si elle cherchait à regagner la rive, elle se ferait repousser dans l'eau. Si elle restait là où elle était, elle finirait congelé sur place, et si elle allait chercher sa baguette, elle se serait sûrement noyé avant même d'avoir pu la toucher. Elle poussa un soupir, et détourna les yeux de Morgan pour observer sa baguette.

    Elle ne retournerait pas sur la berge. Non, elle ne lui ferait pas ce plaisir. Elle irait chercher sa baguette, même si elle devait avaler deux ou trois gorgée de l'horrible liquide verdâtre, ou pire, se noyer. Elle croisait les doigts pour que pour une fois, elle réussise à nager. Elle n'avait jamais pu y arriver. Elle était terrorisé dès qu'elle n'avait plus pied. Elle ne savait pas pourquoi, et ne cherchait pas à comprendre. Elle s'en fichait. Jusqu'à maintenant, on ne l'avait jamais jeté à l'eau et obligé à nager. Et elle ne pensait pas que ça lui arriverait un jour. Et pourtant c'était le cas. Il fallait qu'elle y arrive. Elle ne devait pas satisfaire cet espèce de cinglé en retournant sur la berge. Elle prit une grande inspiration et fit un pas, puis deux. L'eau lui arrivait désormais jusqu'au cou. Elle s'arrêta. Comment on faisait pour nager déjà ? On bougeait les bras et les jambes ? Oui, c'était ça. Elle tremblait de plus en plus, et son coeur battait la chamade. Elle n'y arriverait pas, elle n'y arriverait pas. Et c'est en pensant que c'était fichu qu'elle se lança. Et là, grosse panique. Ses pieds ne touchaient plus le sol. Elle agita les bras dans tous les sens pour avancer mais elle s'enfonçait un peu plus à chaque mouvement. Elle but la tasse et recracha le liquide immonde dès qu'elle réussi à sortir la tête de l'eau. Mais ça recommança. Elle paniquait totalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard-ca.forum-actif.net/fiches-validees-f76/chloe-mcc
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Un peu de soleil après tant de pluie [Morgan]   Mar 19 Fév - 17:30

Elle pouvait toujours le supplier, Morgan n’était pas le style à prendre pitié si facilement. Il avait le regard sévère, le visage fermé et le cœur bien ligoté. Cette eau était froide… Froide, épaisse et écoeurante. Qui sait ce qui se trimballait en profondeur. Mieux valait ne pas y penser, surtout lorsqu’on était dedans. La jeune femme avait atterrie les deux mains dans l’eau froide et déjà, une masse d’insecte s’était envolée à son passage. Hin.. N’étai-ce pas charmant tout ça ? Une maniaque obligée de se souiller dans un lac en putréfaction. Mais encore une fois, Livanarth se fichait bien de ce qu’elle pouvait ressentir. Il voulait profiter du spectacle, profiter de cette demoiselle qu’il ridiculisait comme pas deux. Elle devait déjà regretter ses paroles et sa provocation. Il n’en fallait pas beaucoup pour que le jeune homme se sente offensé. I ne s’énervait pas non, mais se rendait justice. Une justice sévère et stricte. Une justice qu’il avait lui-même instauré. Les limites étaient étriquées. Elle avait osé poser le pied là où il ne fallait pas. Ce sourire il le garderait dans sa mémoire, comme trophée. La simple satisfaction d’avoir réussit à le lui retirer. C’était trop facile… Face à un homme de cette taille, une fille comme elle ne pouvait pas s’en tirer. Fou ? Non.. Il n’était pas fou. Cependant c’est effectivement la question qu’un grand nombre de personne se posaient à son sujet. Rien en lui ne laissait penser qu’il y avait un brin de folie en lui, sauf lorsqu’il faisait cela. Mais pourtant, il se maîtrisait, ce n’était pas comme un sursaut de schizophrénie. Il n’y avait pas deux âmes en lui, il n’y en avait qu’une. Mais une âme tellement meurtrie qu’il était hors de question de l’abîmer plus que ça en la laissant à la porter de n’importe quel imbécile. Le genre de crétins tel que Raven ou Erwin par exemple. Deux tourtereaux qui jouaient avec les autres. Au moins, ces deux là, il avait le pouvoir de les détruire. Une seule phrase, une unique révélation et leurs victimes seraient averties. Ce sentiment de puissance, Morgan ne pouvait plus s’en passer. Il fallait toujours qu’il ait le contrôle sur tout ce qui l’entourait. Toujours. C’était limite s’il pestait lorsque le vent soufflait trop fort à sa fenêtre.

Chloé ne voulait pas lui faire le plaisir d’essayer de remonter ? Au mais au contraire… Plus elle se dirigeait vers le vif du sujet, plus elle procurait de la satisfaction au Londonien, debout sur la berge, surplombant toute l’étendue verdâtre et puante. L’air glacial n’ajoutait rien d’agréable à la situation on ne peut plus brutale de la Serdaigle. Savait-elle nager ? Elle n’avait pas répondu.. C’est pourquoi le jeune homme restait attentif. Ses yeux ne la lâchaient pas tandis qu’il la regardait s’éloigner et s’enfoncer toujours un peu plus dans l’eau. Arriva le moment où elle ses pieds n’atteignirent plus le sol vaseux. Ah ce moment là le visage du Gryffondor se durcit, il se pencha légèrement en avant pour mieux distinguer sa réaction. Elle paniquait, l’eau autour d’elle faisait des vagues, le courrant arrivé là-bas était plus puissant aussi. Non… Elle n’avait jamais apprit à nager. A ce moment là plusieurs élèves poussèrent des cris, en particulier des filles.

« Ne bougez pas ! » Leur ordonna-t-il en les repoussant d’un geste de la main.

Il aurait pus ramener sa victime à l’aide d’un sortilège simple, elle n’en aurait été que plus ridiculisée encore. Mais non, ça serait trop simple. Il voulait lui faire peur… l’effrayer au plus haut point ; Quitte à passer pour la pire ordure qu’il soit. C’est pourquoi il utilisa sa baguette pour apporter celle de Chloé juste devant son nez, malgré le fait qu’elle soit en train de se débattre.

« Mais qu’est-ce que vous faite ! » Cria une élève en s’approchant de Morgan, les sourcils froncés.

Celui-ci ne tourna même pas la tête, il était dans la phase la plus délicate de son jeu, et il ne voulait pas perdre, car cela signifierait la perte d’une vie innocente. Mais la gamine de Poufsouffle ne sembla pas vouloir s’arrêter là.

« Vous êtes un monstre ! Arrêtez elle se noie !! Arrêtez vous allez la tuer ! Faites la revenir !! »

« Ferme-la ! » Répondit simplement le sorcier toujours sans tourner la tête, essayant de maîtriser comme il le pouvait la baguette de Chloé et surtout, essayant de la lui montrer pour qu’elle ait l’idée de la prendre. Mais voilà que l’emmerdeuse lui sauta dessus le faisant perdre sa trajectoire. « Qu’elle petite idiote !! » pensa-t-il en voulant se libérer de cette emprise ; pas moyen, elle le maintenant et commença même à lui mordre le bras. C’était une première année. Encore trop débutante pour penser à utiliser sa baguette, mais avec assez de détermination pour attaquer le jeune homme. Celui-ci serra les dents pour ne pas lâcher un cri de douleur. Maudite sangsue ! Elle allait le lâcher oui ?? Il finit par regarder où en était sa proie et remarqua qu’elle n’était presque plus en état de se maintenant à la surface. Merde… Cette saloperie lui faisait tout rater en voulant soit disant « aider » l’autre. Finalement, il abandonné. Puisqu’il n’arrivait pas à la déscotcher de lui, autant qu’il utilise une autre méthode et le temps pressait. C’est la raison pour laquelle il se jeta dans le vide accompagné de la fillette. Lorsqu’ils atterrirent, lourdement dans l’eau l’un et l’autre, elle se mit à pleurer, al peur l’ayant prise au ventre il faut croire. La chute n’était pas très importance, 2 mètres tout au plus. Et puis Chloé y était passée aussi. Le sorcier ne perdit pas de temps et se releva pour remarquer que cette fois… Il le la voyait presque plus. Son rythme cardiaque s’accéléra tandis qu’un sourire crispé se dessina sur ses lèvres violettes. Bien… Il aimait les complications, ça ne faisait aucun doute, et son sang froid était sans limite. La panique ? Il ne connaissait pas, ou du moins, ne se souvenait plus de ce que c’était. Mais la jeune femme elle devait être sur le point de lâcher prise, à ce moment là il était inutile même de lui crier quoi que ce soit, elle n’entendrait rien. D’un geste vif, pointu, il ramena la baguette de la Serdaigle sur le rivage, n’en ayant plus besoin, et la libera de l’enchantement et rangea la sienne à l’intérieur de sa cape avant de viser de son regard pale la Poufsouffle.

« Arrête de chialer et rends toi utile : Fais moi voler jusqu’à là-bas, jusqu’à la fille. C’est facile, même toi tu peux le faire. »

Effectivement, c’était là l’un des premiers sortilèges qu’une première année apprenait. Elle devait le posséder maintenant. Enfin toujours est-il qu’elle acquiesça d’un mouvement de tête et se mise en position de duel pour lancer son sort. Livanarth se sentit décoller presque immédiatement, maintenant, tout résidait dans le savoir faire de cette débutante. Enfin il demeurait plutôt confiant. En quelques secondes, il se retrouva au dessus de l’endroit où était encore en train de se débattre la sorcière, à bout de force il semblerait. Il lui attrapa alors la main et la fit s’accrocher à lui. Ce fut plus difficile que prévu, les vêtements trempés de la jolie blonde alourdissaient le « bagage » et Morgan eut bien du mal à na pas la laisser tomber la première fois. Là il lui prit son visage entre sa main et la força à le regarder. Elle était glacée…

« Accroche toi à moi, tu n’es pas sous l’emprise du sort. »

Là il sortit sa baguette et prononça un «Impervius » afin de rendre imperméable la peau de la jeune femme et ainsi la protéger du froid. Il ne fallut pas loin de 5 minutes pour les ramener tous les deux sur la terre ferma. Le Gryffondor qui tenait dans ses bras La Serdaigle ne déposa pas celle-ci sur l’herbe. Pas au milieu de tous ces regards indiscrets non. Et puis il était mouillé lui aussi et voulait rentrer. Ainsi ils arrivèrent tout deux dans les toilettes de Mimie Geignarde tout simplement. Un endroit chauffé et où ils pourraient se rincer un minimum. Morgan lâcha la blondinette avant que celle-ci ne retrouve assez ses esprits pour le gifler et plongea ses mains sous l’eau. Ce que ça pouvait faire du bien.. Bon, ça ne s’était pas vraiment passé comme prévu, tout ça a cause de cette fichue gamine ! Enfin il s’était tout de même pas mal divertit, et Chloé n’était sans doute pas près d’oublier ça. C’était le principale : marquer les mémoires. Un nouveau sourire apparu sur le coin des lèvres du jeune orphelin. Un sourire de soulagement mêlé à un air de défit. Il la regardait, silencieux malgré tout. Une chose dont elle pouvait être certaine : Livanarth ne regrettait jamais ses actes. Jamais. Encore moins lorsqu’il pouvait s’enfoncer en cette réputation de malicieux et intouchable démon. Sans limite… Il était sans limite. Le traiter de fou n’était pas une bonne idée. Non, pas fou… Pire. Sa baguette? Il l'avait récupéré lorsqu'ils étaient arrivés sur la terre ferme. Elle n'avait plus qu'à lui demander. jouer à son jeu lui permettait au moins ça.

_________________
Prefet en chef




A lovely devil.............................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chloé McCraw

avatar

Féminin Nombre de messages : 23
Année d'Etude : 6ème année
Maison : Serdeigle
Baguette Magique : Bois de houx, 26.7 cm, souple et rapide, contenant un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 12/02/2008

Feuille de personnage
Citation:
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Un peu de soleil après tant de pluie [Morgan]   Mar 19 Fév - 18:33

    La jeune fille était terrorisée. Elle ne voulait pas mourir, pas maintenant. Et puis elle ne pouvait pas laisser son père seul. Qu'est-ce qu'il deviendrait sans elle ? Il n'avait plus qu'elle, rien d'autre. Elle se mit à pleurer tout en continuant à se débattre. Mais elle avait les membres engourdis, et chaque geste était pour elle un vrai calvaire. Elle sentait son coeur battre de plus en plus vite, et à chaque fois qu'elle tentait de respirer, elle avalait de l'eau, qu'elle essayait tant bien que mal de recracher. Elle tremblait, et plus les secondes passaient, plus elle se sentaient lourde et avait l'impression de couler un peu plus profondément. Elle vit toute sa vie lui passer devant les yeux. Elle était réellement persuadée que c'en était fini pour elle. Elle ne comptait pas sur Morgan pour venir l'aider, après tout, c'était lui qui l'avait mis dans une telle situation, et encore moins sur les abrutis qui assistaient à la scène au bord du lac. N'y avait-il personne avec assez de courage pour aider quelqu'un en train de se noyer ? Apparemment non. Et puis de toute façon, elle n'avait pas la tête à regarder ce qui se passait sur la berge. De toute façon, elle ne le pouvait pas. Elle était bien trop occupé à essayer tant bien que mal de sortir la tête de l'eau de temps en temps pour pouvoir respirer, même si au fond, elle savait que c'était inutile. Bientôt, elle aurait rejoint sa mère tout là haut.

    Elle était tellement paniquée qu'une fois sa baguette sous les yeux, elle ne réalisa même pas ce que c'était. Elle essaya cependant de l'attraper, histoire de s'accrocher à quelque chose comme si en la tenant, elle allait miraculeusement remonter à la surface. Mais ce ne fut pour elle qu'une perte de force supplémentaire, car très vite, elle disparue. Chloé ne chercha même pas à la suivre des yeux, elle en était incapable. Elle sentait que la fin approchait, et pourtant, elle ne cessait pas de se débattre. Pourquoi ? Peut être avait-elle encore un espoir. Sait-on jamais, un professeur pouvait débouler dans le parc. Surtout qu'avec l'attroupement qui se trouvait au bord du lac, il fallait être stupide pour ne pas comprendre qu'il se passait quelque chose d'anormal. Car même si ces derniers temps, on laissait les élèves se battre dans l'enceinte de l'établissement, un professeur ne pourrait tout de même pas laisser une élève se noyer sous ses yeux non ? C'est à cette dernière idée que Chloé se raccrochait et tentait tant bien que mal de rester à la surface.

    Mais au bout de quelques minutes supplémentaires, Chloé n'y croyait plus. Elle était à bout de force. Elle allait mourir, alors autant qu'elle cesse de se fatiguer. Elle s'apprêtait à se laisser couler dans l'eau sans plus opposer de résistance, lorsque quelqu'un l'attrapa par la main. Elle ne savait plus ce qui se passait, elle avait bien trop froid et elle était bien trop choqué par ce qui lui arrivait. Elle se laissa faire, mais n'aida pas le moins du monde le jeune homme. Elle n'avait pas la force de le faire. Elle se retrouva hors de l'eau, mais elle était complétement frigorifié et ses vêtements glacés n'arrangeait rien. Elle avait la tête qui lui tournait, et elle mit un moment avec de se rendre compte que c'était Morgan qui l'avait tiré de l'eau. Elle ne chercha même pas à comprendre pourquoi il l'avait fait. Elle avait froid, elle était fatigué. Elle ferma les yeux, mais le jeune homme prit son visage entre ses mains et la força à le regarder. Chloé croisa son regard. Elle n'avait pas la forcer de lui hurler dessus, ni même de dire quoique ce soit. Il lui dit de s'accrocher à lui, mais elle était épuisé. Il n'avait pas remarqué que pendant cinq minutes, elle avait épuisé toute son énergie ? Elle fit cependant un effort pour s'aggriper à lui, et après lui avoir jeté un sort pour sécher ses vêtements, il la ramena sur la berge.

    Elle pensait qu'il la déposerait sur l'herbe et s'en irait, mais il n'en fit rien. Il la porta à l'intérieur du château et Chloé, complétement épuisé ne chercha même pas à regarder où ils allaient. Elle s'accrochait à lui, avec le peu de force qui lui restait, et somnolait à moitié. Puis, après un moment qui lui paru une éternité, Morgan lâcha la jeune fille. Elle vit une chaise un peu plus loin, et fit quelques pas, les membres tremblants pour la rejoindre, et elle se laissa tomber dessus. Elle n'avait même plus le courage de rester debout. Elle croisa ses bras sur sa poitrine, essayant de se réchauffer comme elle pouvait. Parmi tout ce qu'elle avait vécu, jamais une chose aussi atroce ne lui était arrivé. Elle était passée tellement près de la fin. Elle leva les yeux, encore emplis de terreur vers Morgan. Il était en train de se rincer les mains. A l'eau chaude sûrement. Elle aurait bien fait pareil, mais maintenant qu'elle était assise, elle n'avait plus le courage de se lever.

    La jeune Serdeigle claquait toujours des dents. Elle ne pouvait pas s'en empêcher. Dans un effort considérable, elle réussi à prononcer un mot, en bégéyant un peu « Mer ... merci. » Elle était folle ? Non, juste réaliste. Si il n'était pas venu la chercher dans l'eau, elle serait morte à l'heure qu'il est. Alors même si c'était sa faute tout ça, il venait de lui sauver la vie. Il aurait pu la lui prendre, mais il lui avait laissé. C'était peut être un raisonnement complétement idiot, mais peut importe, Chloé voyait les choses comme ça. Et puis de toute façon, elle n'avait pas la force de lui hurler dessus. Un autre jour. Là, elle était épuisé, et gelé, complétement gelé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard-ca.forum-actif.net/fiches-validees-f76/chloe-mcc
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Un peu de soleil après tant de pluie [Morgan]   Mar 19 Fév - 20:30

Les gouttes d’eau étaient arrivées dans le hall, les escaliers jusqu’à la salle de bain de Mimie Geignarde. On pouvait les suivre à la trace. Morgan avait porté la jeune fille dans ses bras jusqu’au second étage. Elle était sèche, mais lui demeurait trempé toujours à cause de cette Poufsouffle qui l’avait forcé à se jeter à l’eau. Un peu plus et Chloé perdait la vie. Et ça se veut malicieux ces machins là… cette saleté s’était cru courageuse ? Voyez où cela les avait mené ? Ce qu’il pouvait détester qu’on se mêle de ses affaires ! Il maîtrisait parfaitement la situation jusqu’à ce qu’on lui saute dessus pour lui mordre férocement le bras. Morsure qui lui faisait encore bien souffrir d’ailleurs. Le froid l’avait engourdi pendant un moment, mais l’eau chaude avait fait ressurgir la douleur. Le jeune homme retira sa cape et put constater que sa blessure était plus profonde qu’il ne l’aurait cru. Il saignait un peu mais surtout, la brûlure était intense. Enfin il ne s’attarda pas sur ce détail et y vint se diriger vers la blondinette qui s’était assise sur une chaise. Elle devait le prendre pour un fou. Hin… Voilà encore une chose qui le faisait bien rire. Il jouissait d’une sacrée réputation tout de même. Tout droit sortit d’un livre effrayant. « L’homme aux multiples visages », voilà comment s’intitulerait l’ouvrage. En tout cas, l’histoire devait être palpitante pour qu’on s’y accroche à ce point. Car en effet, si on le haïssait, on voulait tout de même le connaître. Pour certains c’était devenu une obsession. On voulait comprendre le pourquoi du comment. Hélas, toutes ces questions demeuraient sans réponse. Morgan était un garçon bien trop fermé pour communiquer avec une masse d’abrutis pareils. Sa petite amie, enfin, son ex petite amie, celle avec laquelle il était resté plus de 4 ans, ne savait rien de son passé. Elle connaissait son adresse évidemment, savait qu’il habitait chez ses grands parents, savait aussi qu’il s’appelait Morgan, Conrad, Julian. Que le nom de sa mère était Derly et qu’il était orphelin. Mais quoi d’autre… Qu’il était un enfant surdoué ? Aussi. Mais ça, au bout de 4 ans, ça devient une évidence. Mais voilà, c’était tout. Rien d’autre n’avait été révélé. Pourquoi ? Tout simplement parce que le jeune anglophone était quelqu’un de prévoyant. Il savait qu’il avait beaucoup d’ennemi et sa relation pouvait un jour se terminer. Pour qu’on ne puisse pas utiliser cette jeune fille contre lui après ça, il avait préféré taire toute chose sur lui. Bien entendu, ça n’avait pas été une chose facile, ni pour lui ni pour Sally. Mais maintenant qu’ils étaient séparés. Voilà que ça portait ses fruits. Encore personne présent ici n’était en possession d’une quelconque secret le concernant. Personne n’avait le pouvoir de le faire chanter. Voilà d’où venait sa légende. Existait-il vraiment ? Visuellement oui. Mais le Morgan Livanarth que l’on avait devant soit était-il le même que celui qui avait vécu dans un monde de Moldus ces 10 premières années ? Voilà qui était moins sur. Perspicace celui qui songerait rien qu’une fis à cette possibilité.

Placé maintenant devant elle, il la regarda, il la regarda jusqu’à ce qu’elle le remercie. Alors ça c’était trop fort ! Elle le remerciait ? Mais de quoi ? Le sorcier en fut tellement interloqué qu’il lâcha un « ah ? » d’étonnement tout en venant porter ses mains sur son visage afin d’y essuyer toute humidité. Elle n’avait pas à la remercier, c’était à lui de s’excuser. Ce Londonien possédait un amour propre hors du commun, son égaux démesuré l’empêchait bien souvent de dire pardon. Mais parfois il jugeait que c’était plus simple. Enfin… Il sourit à ces mots et sortit la baguette de la jeune fille de sa poche avant de l’admirer. Pas très grande, pas toute petite non plus. Un bois de houx et d’apparence souple. Voilà une arme tout à fait intéressante. Celle du Gryffondor était faite en bois d’if, elle possédait en son cœur un nerf de cœur de dragon et un cheveu de Vélane. Autrement dit : elle combinait puissance et séduction. Un peu comme lui. Séducteur dans l’âme, il s’amusait à sourire parfois, aux demoiselles de premières années jusqu aux dernières les faisant le plupart du temps rougir jusqu’aux oreilles. Bien évidemment, cette réputation d’homme sans passé, sombre et mystérieux ne pouvait qu’agrandir sa côte. A le voir comme ça, on aurait juré apercevoir un ange. Tss… Tête d’ange mais diable au corps. Méfiez vous mesdemoiselles. Enfin, il n’allait jamais plus loin que cette petite provocation rieuse. Malgré tout, Morgan était un petit ami Fidel, jamais il n’avait flirté avec une autre élève alors qu’il était avec Sally. Enfin.. Fini de jouer. Il tendit sa baguette à Chloé en affichant un visage suspicieux. Mais de toute évidence, elle n’était pas en état de prononcer le moindre sortilège

« Tiens, tu as gagné le droit de récupérer ceci. Et ne me remercie pas, j’étais dabs l’obligation de te sauver si je ne voulais pas devenir un meurtrier il me semble. Je n’agis toujours que pour mon propre intérêt. »

Il s’approcha le temps de déposer un baiser chaud sur la joue de Chloé puis repartit vers les lavabos sur lesquels il avait laissé sa cape et renfila celle-ci.

« Bien… Le mieux c’est que tu te repose un peu je pense. Déteste moi si tu en as envie, ce petit jeu sert à ça après tout. Et puis quand on sait que pour moi tu n’es qu’un pantin comme un autre… On peut à la limite s’imaginer que cela ne te sied guère. Mais bien entendu, tu n’auras jamais l’occasion de me cracher à la figure. »

Il la regarda avec hautaineté et sortit de sa poche sa paire de lunettes qu’il plaça sur son nez tout en se dirigeant vers les fenêtres à vitraux.

« Enfin… Si tu as besoin de quelque chose, n’hésite pas à m’appeler surtout. »

_________________
Prefet en chef




A lovely devil.............................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chloé McCraw

avatar

Féminin Nombre de messages : 23
Année d'Etude : 6ème année
Maison : Serdeigle
Baguette Magique : Bois de houx, 26.7 cm, souple et rapide, contenant un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 12/02/2008

Feuille de personnage
Citation:
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Un peu de soleil après tant de pluie [Morgan]   Mar 19 Fév - 21:36

    Chloé observa le jeune homme. Pendant qu'elle se noyait, elle n'avait prêté aucune attention à ce qui se passait sur la berge. Elle ne savait pas ce qui s'était passé, et était loin de se douter qu'une élève de première année avait osé se jeter sur Morgan pour l'aider. C'est pourquoi lorsqu'elle vit qu'il saignait au bras, elle se posa des questions. Qu'est-ce qui avait bien pu se passer ? Elle ne le savait pas, ne le saurait s'en doute jamais, mais d'un côté, elle s'en fichait bien. Ce qui lui importait, c'était d'être en vie, le reste, pour le moment, ça lui passait au dessus de la tête, surtout si ça concernait Morgan. D'ailleurs, il pouvait bien lui arriver quelque chose de grave, elle s'en fichait pas mal. Il avait osé jouer avec sa vie, et il le regretterait. Mais pour le moment, elle n'avait pas la force, ni le courage et encore moins l'envie de lui dire ce qu'elle pensait. Et de toute façon, elle n'avait pas sa baguette. Cependant, il lui avait sauvé la vie. Elle se devait de le remercier, question d'éducation. Et puis il faut avouer que sur le coup, savoir que grâce à lui elle respirait encore, elle lui en voulait moins. Elle bégaya un peu, mais réussi à le remercier.

    Après cela, le jeune homme eut l'air étonné. Elle comprenait. Après tout, elle avait faillit mourir à cause de lui. Mais si elle était toujours en vie, c'était aussi grâce à lui. Enfin, tout ça était bien compliqué. Chloé regardait toujours le jeune homme. Elle le vit sortir sa baguette de sa poche. Il se mit à l'observer avec attention. Chloé le regarda faire, toujours tremblante. Elle essayait de contrôler ses dents qui claquaient et dont le bruit résonnait dans la pièce, mais impossible. Elle observa le jeune homme, se demandant pourquoi il s'intéressant autant à sa baguette. Puis finalement, il la lui tendit. Elle le regarda, se demandant si ce geste ne cachait pas quelque chose, et finalement, elle tendit une main tremblante et récupéra son bien. Elle se demandait pourquoi il la lui avait rendu. Elle pouvait lui jeter un sort. Enfin, non pas vraiment. Elle aurait pu, mais elle n'avait aucune envie d'utiliser le peu de force qui lui restait pour cela. Et elle savait que si elle se risquait à une telle chose, elle le regretterait. Il lui suffisait de repenser à la dernière heure qui s'était écoulé pour savoir qu'il n'était pas le genre de personne qu'on attaquait sans craindre de retour. Elle la rangea donc dans la poche de son jean, non sans mal, car ses tremblements l'empêchaient de bouger à sa guise. Puis elle leva à nouveau les yeux vers le jeune Gryffondor.

    Effectivement, il avait raison. Si il ne voulait pas être un meurtrier, il était dans l'obligation de la sauver. Mais il n'en était pas obligé non plus et il l'avait fait. Enfin, elle comprenait tout à fait qu'il veuille éviter d'avoir toute sa vie sur la conscience la mort d'une jeune fille de seize ans, qui en plus, n'avait rien fait pour mériter un tel sort. Il lui dit ensuite n'agir que dans son propre intêrét. C'était loin d'étonner Chloé, qui n'en attendait pas moins d'un tel personnage. Mais dans ce cas, son intêrét à lui lui était profitable à elle. Car sans ça, à cette heure-ci, elle serait au fond du lac, à moitié ensevelié par le sol vaseux. Puis il se pencha vers elle et déposa un baiser chaud sur sa joue. Au contact de la chaleur de ses lèvres, Chloé frissonna. Elle le suivit des yeux alors qu'il retournait vers les lavabos et enfilait sa cape.

    Il lui adressa à nouveau la parole. Elle pouvait le détester ? Ce n'était pas tout à fait ce qu'elle ressentait envers lui. Une partie d'elle effectivement, ne pouvait le supporter mais l'autre lui était reconnaissante. Bizarre. Mais Chloé n'arrivait pas à oublier que sans son intervention, elle serait morte. Ca lui trotait dans la tête comme une chanson, et elle ne pouvait se résigner à le détester entièrement. Malgré le froid qui continuait à la parcourir, elle réussi à lui dire, haussant un sourcil. « Un jeu ? Tu appelles ça un jeu ? Tu voudrais que je m'amuse à essayer de te noyer comme tu l'as fait ? On verra si tu trouves ça toujours aussi amusant ! » Eh mince ! Ca lui avait échappé. Et puis tant pis, après tout, elle n'allait pas se taire simplement pour lui faire plaisir. Et puis au point où elle en était, elle ne risquait plus grand chose.

    Un pantin comme un autre ? Alors c'était comme ça qu'il considérait les gens ? Pas de quoi se prendre pour le maître du monde, bien au contraire. Il devrait pourtant savoir que c'est utile d'avoir des amis, des gens à qui se confier, à qui parler quand ça va pas. Mais non, pour lui, les autres n'étaient que de simple pantin, des jouets. Ca façon de voir les choses la dégoutait. Il n'avait donc aucun coeur ? Ne pensait-il qu'à lui ? Avait-il simplement déjà considérer quelqu'un autrement que comme un jouet ? Ses parents peut être ! Quoique, c'était loin d'être sûr. Et puis de toute façon elle s'en fichait pas mal, ça la préoccupait guère pour le moment. Elle poussa un soupir, et se frictionna les bras avec les mains, pour essayer de se réchauffer. Elle ne quitta pas le jeune homme des yeux, qui mit ses lunettes et se dirigea ensuite vers les fenêtres à vitraux. Elle pouvait l'appeller si elle avait besoin de quelque chose ? Elle en doutait fort. Elle le suivit du regard, et finit par lui dire « Pas la peine de te la jouer serviable. Si jamais je te demandais quelque chose, je sais très bien que tu t'en ficherais complétement et que tu ne m'écouterais même pas, alors épargne ta salive. » Malgré ses tremblements et ses dents qui claquaient, elle avait réussi à parler sans trop de problème, maintenant, elle doutait qu'il apprécie beaucoup. Mais elle n'avait plus grand chose à perdre.


Dernière édition par Chloé McCraw le Mer 20 Fév - 14:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard-ca.forum-actif.net/fiches-validees-f76/chloe-mcc
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Un peu de soleil après tant de pluie [Morgan]   Ven 22 Fév - 13:05

Elle pouvait l’insulter de tous les mots, Morgan n’en avait rien à faire. Depuis le temps il avait apprit à se blinder contre les revanchards. Après tout, ne se nourrissait-il pas de leur rancœur ? Et bien si justement. Alors plus elle lui faisait comprendre qu’elle ne trouvait atroce, que ce n’était qu’une ordure finit et encore… Et encore ... Plus elle faisait s’agrandir en lui ce sentiment de satisfaction profond. Le même qu’il entretenait depuis des années. On dit que l’adolescence est l’âge ingrat. En particulier pour les parents. Seulement, Morgan n’ayant plus ses géniteurs, il déversait sa colère sur les autres ? Ceux qui l’entouraient, ceux qui lui cassaient les pieds, ceux qu’il trouvait stupides, sans intérêt. Enfin pas forcément remarquez, la preuve, il était maintenant unis avec l’une des ses anciennes victimes : Discorde Van Silverwood. Navrant n’est-ce pas ? il blessait et au final on en voulait plus. Quoi que cette relation n’était pas battit sur un système sado-masochiste, le jeune homme aimait cette jeune femme, il se savait incapable de lui refaire subir les déboires d’entant. Mais Chloé… Il ne savait rien d’elle. Et jusqu’à maintenant, ses proies avaient trop peur pour oser se rebeller. Ahah.. C’était pitoyable. On les humiliait, on leur faisait frôler la mort pour certains, et ces gens n’avaient même pas la force de montrer leur courage, peut être parce qu’ils n’en avaient pas. Au peut être ce trait de caractère était-il aussi bas que leur fierté. De toute évidence, il n’était pas simple d’atteindre cet homme. Secret, discret, dangereux et toxique, il réussissait absolument tout ce qu’il entreprenait, n’avait pas, encore noté une défaite à son compteur. Ce qui le faisait progresser d’autant plus rapidement. Il y à ses personnes comme ça, on se demande pourquoi, mais elles ont tout pour réussir. Le monde est profondément injuste… Sauf que c’était Livanarth lui-même qui avait décidé de son destin. Ayant tout perdu ou presque étant plus jeune, il avait décidé de ne plus se laisser aller. Finit les larmes, finit les crises sans agir. Il allait reprendre en main cette vie qu’on avait essayé de lui voler. Il avait voulu prouver à la terre entière qu’il existait et ça commençait bien. Une bonne partie de Poudlard déjà le connaissait, au moins de nom ou de visage ; le plus drôle dans tout ça, c’est qu’on avait beau le connaître on ne savait rien de lui. Mais alors vraiment rien. Gryffondor, et encore, c’était seulement les élèves qui le savaient en cette maison, les autres étaient bien aise de croire qu’il se trouvait parmi les Serpentards. De toute évidence, ce regroupement de vipères plus perfides les unes que les autres lui conviendrait mieux. Mais nom, il avait fallu qu’on le regroupe avec les courageux. Remarque, il ne manquait pas de sang froid. Sinon, jamais il ne serait arrivé jusqu’ici. Vous pensez être prêt à le défier ? Vous pensez avoir les capacités de renverser ce monarque ? Et bien allez-y, courrez donc tête baissée, le glaive en avant pour le lui enfoncer dans le ventre, on verra bien qui en ressortira sans coup et blessure. D’un autre côté, Morgan restait le garçon idéal pour sa famille. Serviable, gentil, peu bavard mais drôle, intelligent et courtois. Ses grands parents en avaient de la chance, d’avoir un petit garçon pareil. Monsieur et Madame Derly… Ah… S’ils savaient quel démon renfermait ce petit ange… Rien que d’y penser, le sorcier frissonnait. Est-ce qu’ils comprendraient ? Est-ce qu’ils auraient assez de jugeotte pour comprendre les raisons qui le poussaient à être comme ça ? Sûrement pas. Mais ils ne le renieraient pas. Ça c’était certain. Ils l’aimeraient malgré tout. Être compris, ça, le jeune homme ne le demandait à personne, il gérait très bien ses états d’âme, inutile d’en rajouter.

Un jeu ? Tu appelles ça un jeu ? Tu voudrais que je m'amuse à essayer de te noyer comme tu l'as fait ? On verra si tu trouves ça toujours aussi amusant !

Qu’elle est mignonne… Ces mots là pénétrèrent les oreilles du Gryffondor avant de ressortir pour se perdre dans l’atmosphère pesante de la salle. Elle parlait de le noyer là non ? Sur le coup, il ne réagit pas et resta a observer le parc au travers du vitrail. Puis au bout de quelques secondes, un léger soupire ressemblant plus à un rire comprimé qu’autre chose, se fit entendre. Evidemment le terme noyade lui fit repenser à cette soirée où son père avait voulu le noyer dans la baignoire. Pourquoi ? Depuis le temps, le sorcier avait compris, si sur le moment il ne s’en rendait pas compte, maintenant il comprenait sans comprendre pour autant. Il savait que s’il avait fait ça c’était parce que son unique enfant n’était pas comme il le désirait. Mais il n’arrivait pas à s’imaginer comment on pouvait oser essayer d’éliminer sa propre descendance de ses mains à cause de… ça !! C’était puéril… Comme un gamin non content de son jouet qui le jette à la poubelle. Morgan se retourna et regarda la Serdaigle, un sourire en coin.

« T’amuser ? Parce que TOI tu trouverais ça amusant ? Tsss… Il n’y à que les gens comme moi que cela peut divertir. Toi tu ne t’attirerais que des ennuis. Et puis… Tu n’en serais pas capable. Tu n’en serais pas capable tout simplement parce que tu es trop gentille et que ça ne te viendrait même pas à l’idée d’essayer de noyer un autre élève. » Dit-il d’un ton moqueur et orné d’antipathie.

Pas la peine de te la jouer serviable. Si jamais je te demandais quelque chose, je sais très bien que tu t'en ficherais complètement et que tu ne m'écouterais même pas, alors épargne ta salive !

Il s’approcha d’elle, le visage lasse, les yeux luisants.

« Tu parles beaucoup je trouve, pour une fille qui viens de se prendre une douche putride et glaciale. Va-t-il falloir que je t’apprenne les bonnes manières ? Sale gosse, mesure tes paroles avant de t’adresser à moi. Je ne suis pas un jouet, je suis celui qui tient les ficelles. »

Sur ce, le Londonien se dirigea vers la porte et adressa un dernier sourire à la jeune fille avant de partir.

« Et n’oublie pas de te laver, tu pue le hareng mort. »

_________________
Prefet en chef




A lovely devil.............................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chloé McCraw

avatar

Féminin Nombre de messages : 23
Année d'Etude : 6ème année
Maison : Serdeigle
Baguette Magique : Bois de houx, 26.7 cm, souple et rapide, contenant un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 12/02/2008

Feuille de personnage
Citation:
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Un peu de soleil après tant de pluie [Morgan]   Ven 22 Fév - 15:26

    Chloé se fichait pas mal de voir Morgan s'énerver à nouveau, et lui faire elle ne savait quel mauvais coup. De toute façon, elle imaginait mal se retrouver dans une situation pire que celle où elle était. Ses cheveux encore trempés lui collaient au visage et dans le coup, elle avait froid, très froid, ses dents claquaient de façon incontrôlables, ses lèvres étaient violette, presque bleu, et en plus de tout cela, l'insupportable odeur du lac lui collait à la peau. Ses vêtements étaient bons pour la poubelle. En tout cas, une chose était sûre, elle se débarrasserait de tout ce qui avait plongé dans l'eau du lac avec elle, du moins de presque tout. Il lui était impossible de jeter sa baguette. Elle ne pouvait pas s'en passer. Elle la suivait depuis sa première année à Poudlard, avait effectué son premier sort, et l'avait aidé à se tirer de situation assez embarrassante. Enfin, pour ce qui venait de se passer, elle ne lui avait pas été bien utile, mais ça, c'était simplement à cause de Morgan. Le jeune homme était bien trop prévoyant. Mais pour la prochaine fois, Chloé s'en rappellerait.

    Quand elle lui dit qu'elle allait s'amuser à son tour à essayer de le noyer, le jeune homme lui rappela rapidement qu'elle en était incapable. Trop gentille ? Sûrement. Mais elle ne voyait pas les choses comme lui. Pour elle, c'était plus une force supplémentaire. Quoique dans cette situation, il était vrai que jamais elle n'aurait le courage, ou fallait-il plutôt dire la méchanceté et la stupidité de vouloir noyer quelqu'un. C'était loin d'être son genre. Et puis, une idée pareille, ça ne germait que dans les esprits un peu tordus, et celui de la jeune Serdeigle était loin de l'être. D'accord, elle n'avait pas toujours des idées très brillantes, mais elles étaient loin d'être mauvaises. Elle fusilla le jeune homme du regard. Ca ne divertissait que les gens comme lui ? Mais qui étaient les gens comme lui ! Il paraissait si bizarre, si mystérieux, si impénétrable, et sûrement était-il le genre de personne surprenante avec lesquelles on ne sait jamais à quoi s'attendre. Chloé était incapable de le cerner. La seule chose qu'elle avait compris, c'est qu'il ne manquait pas d'orgueil.

    Après ces quelques paroles, qui furent loin de plaire à la jeune fille, le Gryffondor s'approcha d'elle. Qu'il lui apprenne les bonnes manières ? Non mais ce garçon délirait complètement. Si il y avait une personne à qui il fallait les apprendre, c'était bien à lui. Même pas fichu de se comporter avec décence, surtout face à une fille ! Sa remarque était complètement déplacée. Chloé lui lança un regard noir. Si elle avait pu, elle lui aurait mis une gifle monumentale. Mais elle n'en avait pas vraiment la force. Elle resta silencieuse, et lui, continua sur sa lancé. Alors maintenant, ce n'était plus une petite fille, ni un petit vermisseau dépourvu du moindre petit esprit, ni même une pauvre enfant, mais une salle gosse. Il n'avait rien trouvé de mieux ? Il commençait à l'agacer énormément à lui donner des appellations idiotes et sa main la démangeait de plus en plus. Mais il valait mieux pour elle qu'elle se contienne. Elle lui ferait regretter tout ça une fois qu'elle serait dans un meilleur état.

    Chloé aurait bien voulu lui cracher à la figure, ça aurait été loin de lui déplaire. Mais elle était bien trop réaliste pour le faire. Elle ne détourna pas les yeux, et le regarda s'éloigner vers la porte. La dernière remarque à laquelle elle eut droit, était qu'elle sentait le hareng mort. De ce côté là, elle ne pouvait pas le contredire, elle même se rendait compte de l'odeur qu'elle dégageait. Pour une fois qu'elle était d'accord avec lui ! Elle le suivit des yeux jusqu'à ce qu'il quitte la pièce. Ouf ! Enfin débarrassé de cet énergumène. Elle n'avait pas hâte de le revoir. Elle poussa un petit soupir et regarda autour d'elle. Il fallait qu'elle se dépêche de regagner sa salle commune si elle voulait pouvoir prendre une douche, se changer, et jeter tous ses vêtements. Mais elle n'avait aucune envie de se retrouver au milieu des autres élèves de l'école, qui la regarderaient bizarrement. Elle prit son courage à deux mains pour se lever. Elle avait déjà moins froid que tout à l'heure, elle pourrait marcher sans tomber à la renverse, c'était déjà ça. Elle ouvrit la porte des et jeta un oeil dans le couloir. Personne. Elle sortit des toilettes et se dépêcha d'avancer. Alors qu'elle passait auprès d'une armure, elle se rappellait qu'elle cachait un passage qui menait à quelques pas de sa salle commune. La jeune fille activa l'entrée du couloir, et une fois l'armure déplacé de quelques centimètre, elle entra à l'intérieur. Elle se dépêcha de traverser le passage et en sortit au bas de la tour Ouest, dans laquelle se trouvait sa salle commune. Elle se dépêcha de la rejoindre, et monta dans son dortoir, où elle ne perdit pas de temps. En quelques secondes, elle était sous la douche.

[Sujet Terminé]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard-ca.forum-actif.net/fiches-validees-f76/chloe-mcc
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un peu de soleil après tant de pluie [Morgan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un peu de soleil après tant de pluie [Morgan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Après tant d'années, tu n'as pas changé (pv William)
» Le soleil après l'orage [ PV Satsuki Momoi ]
» Le soleil après la tempête [Harnyll]
» Je ne m'attendais pas à te voir...[ Syphon
» Un, deux, trois : TA GUEULE ! [PV Arth]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Contre-Attaque :: ARCHIVE 2008 :: Mars-
Sauter vers: