AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Solitude, Remords & Sucreries. { Aaron B.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maëlyss S. Appleby

avatar

Féminin Nombre de messages : 15
Age : 25
Année d'Etude : 7ème Année_
Maison : ...
Baguette Magique : Bois de Houx, 32.75cm, contenant une écaille de Magyar à Pointes - Assez flexible, très rapide.
Date d'inscription : 24/01/2008

Feuille de personnage
Citation:
Ascendance: Sang Pur
Relations:

MessageSujet: Solitude, Remords & Sucreries. { Aaron B.   Lun 11 Fév - 13:25

Salle sur Demande, Poudlard.
Septembre 1997,
21h05.




Mieux vaut réfléchir avant d'agir que regretter après avoir agi.


Les seuls regrets doivent naître des choses que l’on n’a pas pu accomplir.
Mais l’être humain a le don pour regretter tout et n’importe quoi. Une situation, un mot en trop, voire un être cher. Chaque personne sur cette terre a un regret qu’il doit supporter chaque jour de sa vie. Quotidiennement, sans aucune solution. Aucune échappatoire.
Maëlyss faisait partie de ces personnes qui avaient la mauvaise habitude d’enfouir tous ses problèmes au fond d’elles, de ne rien extérioriser. Une façade. Les regrets étaient alors nombreux dans ces cas-là. Et ne rien avouer ne faisait qu’accroître ces remords. Un remord, qui poussait comme une fleur empoisonnée, comme un fruit vénéneux qui grossissait, grossissait et finissait par prendre toute la place. A un moment ou un autre, elle aurait éclos. A un moment ou un autre, elle aurait explosé. La jeune femme savait pertinemment qu’à un moment donné au cours de sa vie, elle exploserait. Pourquoi ? Comment ? Ces questions seraient restées non résolues jusqu'à l’instant crucial.


Maëlyss n’avait que 16 ans et demi. 17, dans quatre mois. Au cours de ses dernières années, elle avait vécu des choses qui vous sortaient totalement de l’enfance. Déception, remord, désir, rancune. Joie, peine. Espoir, Ambition. Les premières fois de la Vie. Il lui restait tant de premières fois à connaître…elle n’était pas encore devenue une femme à part entière.
Elle le savait.
Cette fille en tenue d’écolière, à la cravate vert et argent, ainsi que le blason des serpents sur sa chemise blanche, n’était qu’une élève parmi tant d’autres. Encore étudiante, bien qu’en dernière année. Bientôt majeure chez les sorciers, mais encore mineure à cet instant, où elle se dirigeait vers la Salle sur Demande. Un endroit qu’elle connaissait d’ailleurs, depuis quelques années maintenant. Depuis la Quatrième Année.
L’Aristocrate Anglaise tourna plusieurs fois dans des couloirs, sachant pertinemment où aller, sans se soucier de certains élèves qui se demandaient ce qu’elle faisait dans les couloirs du Septième Etage, seule. Elle les entendait chuchoter, probablement pour colporter des ragots. Encore et toujours. C’était pitoyable. En règle générale, elle se serait permise de leur dire ce qu’elle pensait de leur comportement. Mais cette fois, elle n’en fit rien. Elle avait bien d’autres Hippogriffes à fouetter. C’était clair.


Alors qu’elle se retrouvait enfin dans un couloir désert, la jeune femme s’arrêta. Elle semblait imaginer quelque chose, vu les sourcils froncés par la concentration, alors qu’elle passait trois fois devant un mur, qui paraissait vierge. Elle était devenue dingue. C’était officiel, maintenant. Du moins, c’est ce qu’aurait pensé les autres. Merlin merci, elle semblait être seule. La rumeur de son aliénation ne viendrait pas ce jour-là.
Une porte apparut. Elle l’ouvrit, et y entra. La paix et la solitude qu’elle recherchait tant depuis quelques heures étaient enfin là. Du moins, c’est ce qu’elle pensait…


Remords. C'est une blessure qui ne guérit pas, un châtiment qui n'en finit jamais.
Un sentiment qui peut détruire. Ce malaise vous empoisonne l’existence, s’insinuant chaque jour, un peu plus profondément tel un poison mortel. Lent, mais inébranlable. Affronter ses remords est probablement l’une des choses les plus difficiles que la vie réserve à un être humain. Qu’il soit moldu ou sorcier. Le pire ? Ils viennent lorsque l’on s’y attend le moins.
Et, il peut vous tuer. Vous pourrir la vie, attendant patiemment le moment où vous craquerez.
Maelyss connaissait ce malaise dû à la mauvaise conscience. Oh oui, elle le connaissait très bien. En réalité, elle l’avait connue très tôt, dès l’enfance. Il s’agissait tout simplement des conséquences à ses humeurs. Lady Appleby ne se sentait pas assez en confiance, Miss était trop ambitieuse, Miss était trop indépendante, parfois trop orgueilleuse. Trop fière. Jusqu’alors, elle s’en était fichue éperdument. La vie était faite ainsi, et elle l’acceptait. Sans sourciller, sans montrer aucune faille, il fallait avancer. Car la vie n’était pas seulement remplie de bonnes surprises.
Néanmoins, les remords qui l’assaillaient en cet instant n’avaient rien de semblable à ce qu’elle avait déjà connu. Cela la rendait dingue. Elle semblait détester. Elle voulait se faire pardonner, mais quelque chose l’en empêchait. Complexe. Son caractère était complexe.


La salle dans laquelle se trouvait la jeune Appleby, était une pièce qu’elle connaissait assez bien. En réalité, elle l’imaginait souvent. C’était une salle ressemblant étrangement à une salle commune sans aucune couleur particulière prouvant à quelle maison de Poudlard elle aurait pu appartenir. Des fauteuils d’un velours exquis, près d’une cheminée dont les flammes illuminaient la pièce. Sans oublier, la bibliothèque si riche d’ouvrages divers qui se situait au fond, ainsi que la petite table inondée par des sucreries dignes de Zonko. La salle reflétait la chaleur, et la paix. Elle était réconfortante. Mais les remords étaient encore là.


Un certain moldu, Jean Jaurès, disait qu’il ne faut avoir aucun regret pour le passé, aucun remords pour le présent, et une confiance inébranlable pour l’avenir. Maelyss aurait aimé être comme ce moldu pour appliquer ce point de vue à la lettre. Mais elle en était incapable. A cet instant, elle le comprit plus que jamais. Là, assise sur un des fauteuils de cette salle qu’elle avait imaginé, sans se douter une seule seconde ce qui allait se passer…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Solitude, Remords & Sucreries. { Aaron B.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» The third temptation [Aaron]
» Un peu de solitude ne fait de mal à personnes [ Dag Larson]
» Un jour, les sucreries domineront le monde et je serai leur plus fidèle serviteur [en cours]
» Éternelle solitude | Lumi |

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Contre-Attaque :: Le Septième Etage :: LA SALLE SUR DEMANDE-
Sauter vers: