AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 again? [PV Discorde *O*] (+16)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: again? [PV Discorde *O*] (+16)   Dim 9 Mar - 13:32

Et bien, voilà ce que l’on pouvait appeler « une femme de caractère ». Comment réagirait-il… imaginons seulement, comment Morgan pourrait réagir, lui qui avait fuit ses responsabilités, en voyant un bébé sur le pas de sa porte. Drôle d’effet tout de même. Le plus stupide dans l’histoire serait de ne pas avoir avorté. Franchement… Pourquoi garder un enfant qu’on abandonne ensuite ? Les gamins n’étaient pas des jouets, ils demandaient une attention bien particulière, et à forte dose. De l’amour, beaucoup d’amour… Alors à quoi bon aller jusqu’à terme si on n’a pas le cran de s’en occuper ou s’il n’est que l’objet d’une vengeance ? Tsss… Livanarth était prêt à parier que l’enfant aurait finit à l’orphelinat s’il devait le retrouver devant chez lui. Ses grands parents seraient bien du style à vouloir s’en occuper tout en laissant à leur petit fils son boulot de « papa » mais c’est là que le jeune homme n’était pas d’accord. Hors de question ! Il ne voulait pas s’encombrer de ce genre de problèmes MAJEURS alors qu’il cherchait du travail ! Oh oui il lui en aurait voulu… Oui, Discorde n’aurait pas intérêt à se remontrer avant une bonne dizaine d’années si elle ne voulait pas se prendre un sortilège mal placé. Enfin, de toute manière, tout cela n’arriverait pas. Elle allait trouver quelque chose pour empêcher ce massacre. Du moins, il l’espérait. Cette nuit avait été surprenante tout de même : quelques jours auparavant, les deux jeunes gens ne pouvaient pas s’encadrer. Lui parce qu’il trouvait cette fille trop prude, insupportable et coincée comme pas permis. Elle parce que Morgan lui avait fait mal, humilié et surtout, l’avait forcé à lui donner son premier baiser. Il le lui avait arraché, assez violemment, avec sadisme encore en plus. Ensuite, ils s’étaient retrouvés dans la réserve des potions, une chance pour la belle que le sorcier soit malade, auquel cas, il n’aurait pas hésité à recommencer un deuxième petit manège. Mais non, au lieu de se venger, Discorde avait préféré s’occuper de lui, le soigner. Peut être qu’à ce moment là déjà, sans le savoir, elle ressentait quelque chose pour lui. Peut être… A moins que les coups de foudre existent. Personne ne savait vraiment à quoi s’en tenir. Toujours est-il que, en l’espace de très peu de temps, leurs deux corps avaient finit par ne former plus qu’un. Beaucoup de filles en particulier auraient trouvé ça fou de se donner en aussi peu de temps surtout à un homme perfide comme Morgan. Etant donné qu’on ne savait rien de lui, qu’on le redoutait, il était bien possible qu’il se moque d’elle n’est-ce pas ? Oui. Tout à fait. Seulement cette fois, c’était les sentiments qui l’avaient vaincu, son cœur qui s’était fait transpercé par la flèche de cupidon.

Pourquoi ne pouvait-il pas tomber sur quelque de « NORMAL » pour une fois ? Pourquoi fallait-il toujours qu’il trouve des complications là où il n’en voyait pas d’utilité ? C’était trop fort ça ! Voilà qu’il découvrait peu à peu que sa petite amie était mêlée à une histoire peu commune. A la limite, elle n’aurait pas réagit comme cela, peut être aurait-il douté, peut être se serait-il dit qu’en fait, ce pouvait être de simples tatouages, inoffensifs. Raté ! Il l’avait embrassé, tendrement pour réveiller sa flamme et l’obliger à ouvrir les yeux. Mais lorsqu’il entama cette discussion apparemment sensible du côté de la muette, le bras qui s’était enroulé autour de son cou revint se poser sur le drap et elle le regardait. Quoi ? Elle ne voulait pas répondre ? Ça ne se passerait pas comme ça, lorsqu’il voulait quelque chose, Morgan l’obtenait toujours, quitte à risquer gros. C’était son côté « enfant gâté » qui ressortait. Fascinant lorsque l’on sait que, ô grand jamais ce petit garçon n’avait été gâté dans sa vie. Enfin bref. Elle lui arracha son bras des mains tout en se cachant le visage. Comme si elle ne voulait plus rien entendre. Hélas, elle allait devoir supporter ça jusqu’à ce qu’il sache tout. Peut être le Gryffondor n’avait pas tout ce qu’il fallait pour comprendre, mais il voulait en savoir le plus possible, décrypter le message. En vérité, il était près à se documenter n’importe où. Jusqu’à en apprendre plus sur la famille elle-même de Discorde. Et non, elle n’avait pas fini d’en entendre parler. Mais la vue du sang avant coupé cette petit « conversation ». La jolie brune avait rougie jusqu’aux oreilles et Morgan avait prit le temps pour comprendre. C’était simple, il n’était pas un expert en l’anatomie féminine d’une part, et d’autre part, sa première petite amie n’avait pas saignée ELLE +baf+ xD. Quoi qu’il en soit, il lui suffit d’attraper sa baguette et de prononcer un sortilège basique pour faire disparaître les ‘preuves’ et obliger sa maîtresse à le regarder dans les yeux. Une nouvelle fois. Décidemment, celle diablesse ne voulait rien dire, rien du tout. Il avait beau la maintenir, elle détournait son regard. En bout du compte, le jeune homme finit par froncer les sourcils, légèrement agacé de cette situation tout en se demandant sérieusement pourquoi il avait fallut qu’il choisisse une MUETTE ?!

« Mais enfin, tu vas arrêter oui ? C’n’est pas comme si je te demandais de tuer un centaure à main nue ! Réponds ! »

Sa réponse fut tout autre. En effet, la jeune femme se redressa légèrement et dévisagea son amant avec, dans les yeux, une lueur qu’il n’avait pas encore perçu. Elle essayait de l’allumer ou quoi ? En moins de 10 secondes, la situation s’inversa, c’était Discorde qui chevauchait le sorcier, s’amusant à lui mordiller la lèvre, à l’embrasser. Ouai nan mais là c’n’était pas drôle. Il n’avait pas envie. Pas du tout. Elle l’avait énervé, et très franchement, son taux de désir était en dessous de zéro. Il la regardait, avec étonnement d’abord puis lassitude. C’est vrai, son corps était magnifique, elle était plus que désirable ainsi placée, il pouvait admirer sa poitrine ronde, son ventre, ses hanches… Délicieux spectacle. Elle voulait quoi exactement ? L’infirmière pouvait débarquer à tout moment et elle voulait déjà qu’ils recommencent leur euphorie d’hier soir ? C’était de la folie ! Pourtant…
Les mains placée sur les reins de Miss Van Silverwood glissèrent le long du dos cambré de celle-ci jusqu’à atteindre ses épaules et redescendrent se poser sur ses seins. Comme pour les cacher… Et les caresser en même temps. Morgan répondait parfaitement de lui-même cette fois, contrairement à l’autre fois où son amour l’avait prit de court. Ce qui ne l’empêchait pas cependant de sentir son cœur palpiter avec force jusqu’à ce que ça en devienne douloureux. Il l’obligea à se pencher sur lui et ainsi posa sa bouche sur la sienne, agrandissant ce baiser au fur et à mesure que les secondes passaient. Que croyait-elle ? Qu’il allait oublier ses étranges tatouages sous prétextes qu’ils refaisaient l’amour ? Pardon de le répéter mais… Ça ne risquait pas. Le vent cognait contre les fenêtres de l’infirmerie, le silence s’imposait et les deux êtres quand à eux s’enfonçaient de plus en plus dans la folie du non retour. S’il se trouvait quelqu’un de proche, s’ils avaient la malchance de se faire prendre, comment allaient-ils s’en sortir. Du côté du Londonien, ce n’était sûrement pas ses tuteurs qui allaient poser problème, mais les parents de la muette quand à eux risqueraient de réagir bien différemment. En tout cas, c’est ce qu’imaginait Livanarth tout en enfouissant le visage de la belle contre son cou, sa gorge, lui montrant le chemin à parcourir avec ses baisers. Ses yeux bleus turquoise fixés dans le néant, il savourait… Ce contacte chaux d’une infinie douceur. Seul problème : il avait la sensation qu’elle ne faisait ça que pour qu’il arrête de la harceler avec ses questions. Ses doigts qui filaient dans le chevelure texture cachemire de la brunette finirent par se resserrer jusqu’à l’obliger à relever la tête sans pour autant lui faire mal. Là, son visage se durcit :

« Tu te moques de moi c’est ça ? » Lui demanda-t-il d’une voix piquée.

_________________
Prefet en chef




A lovely devil.............................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Discorde Van Silverwood

avatar

Féminin Nombre de messages : 148
Age : 29
Année d'Etude : 6ème année
Maison : Slytherin
Baguette Magique : Bois de Charmes, 30,3 cm, Ventricule de Dragon entouré d'un crin de Licorne. Mélange nocif...
Date d'inscription : 30/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Ces plaisirs violents ont des fins violentes; dans leurs excès ils meurent tels la poudre et le feu, que leur baiser consumme.
Ascendance: Sang Pur
Relations:

MessageSujet: Re: again? [PV Discorde *O*] (+16)   Dim 9 Mar - 23:09

Pourquoi porterait t'elle a terme l'enfant et l'abandonnerait par la suite? Je vais vous le dire... Elle était vraiment amoureuse de Morgan, et sans doute le serait elle encore dans longtemps. Après tout, des amours comme cela, il n'en pleuvait pas à chaque coin de rue n'est ce pas? Pensez vous certainement qu'elle pourrait laisser quelque chose fait à deux disparaître comme l'eau s'évapore sous la chaleur? Non, ce serait au dessus de ses forces de faire cela. Et pourtant, ce ne serait pas ce manque de cran d'élever cet enfant qui la forcerait à abandonner ce petit être à son père, non, c'était son destin déjà tout tracé et dont elle ignorait tout encore... Elle était promise à un autre, pensez-vous que cet autre élèverait l'enfant d'un autre? Bien sûr que non. C'est une chose entendue de tous. Et même si Discorde voulait s'imposer, elle ne le pourrait pas. Un souvenir d'eux deux. Le bien le plus précieux de la jeune demoiselle sans doute, qu'elle confierait à son amant. Un cadeau d'adieux, certes, qui ne serait peut être, voire surement pas apprécié de ce dernier, mais au final, il comprendrait peut être... Qu'il pousse plus loin ses pensées et se mette à sa place. Au pire, qu'il dise que sa mère était une catin, cela passerait certainement comme une lettre à la poste. Mais cela n'arrivera pas, alors ne continuons pas sur cette lancée voulez vous? Faire des suppositions sur ce qui ne peut arriver n'est pas souvent la meilleure chose à faire. Oui, les choses étaient surprenantes. Comment Discorde avait elle put tomber amoureuse de celui que tout le monde détestait? C'était incompréhensible. Peut être était il fait pour elle depuis le début et son baiser avait déverrouillé son cœur fermé. Bah, allez savoir. L'important était qu'ils s'aimaient n'est ce pas? Leur relation était une folie, certes, mais cela ne concernait qu'eux deux n'est ce pas? Ne penser à rien d'autre qu'au présent, qu'ils partageaient à deux, et ce, malgré tout ce qui se passait tout autour d'eux, malgré les foudres qu'ils risquaient de s'attirer si leur relation était découverte...

Et elle? Pourquoi fallait il donc qu'elle tombe sur le plus curieux d'entre tous? La première fois qu'Erwin avait vu les marques de son corps, ou plutôt l'une de ses marques, il n'en avait pas fait tout un flan, il avait posé la question, mais voyant qu'elle ne voulait pas lui répondre, n'avait pas insisté. Tout comme les filles qui partageaient son dortoirs, tous les matins, lorsqu'elles voyaient Discorde en sous-vêtements, elles voyaient ces écritures, en constataient des nouvelles, mais elles avaient depuis longtemps cessé de chercher à comprendre. Si elle voulait en parler, elle le ferait. Lui forcer la main serait synonyme de la forcer à se taire, voilà tout. Après tout, cela ne faisait que deux jours qu'ils étaient ensembles, elle n'allait pas lui révéler toute son existence d'un coup de baguette... De la patience, voilà ce qu'elle demandait. Et si elle, elle lui demandait de lui raconter son passé, le ferait il? Non, bien sur que non, pas aussi tôt, elle le savait déjà. Il voulait chercher par lui même? Qu'il le fasse, il ne risquerait pas de trouver grand chose, sauf si naturellement, il parvenait à garder en mémoire tous les détails de ses marques, s'il apprenait à lire le bulgare et s'il se sentait capable de faire toute une analyse de ce qu'il trouverait. Il fallait beaucoup de patience pour décrypter de telles choses. Il lui faudrait connaître en détails toute l'histoire de la Famille Van Silverwood. Ce qui prendrait des heures et des heures... Mais s'il avait du temps à perdre comme cela, à sa guise. « Mais enfin, tu vas arrêter oui ? C’n’est pas comme si je te demandais de tuer un centaure à main nue ! Réponds ! » Cesser quoi? Son silence? Il en avait des drôles lui ! Elle était ainsi et ce n'était certainement pas le fait qu'il s'énerve qui allait remédier les choses. Non, elle ne voulait pas lui parler de cela, c'était tout. Pas aujourd'hui ni demain. Dans quelques mois peut être, où le jour où elle devrait le perdre à cause de cela. Mais il faudrait être stupide pour quitter quelqu'un sous prétexte que la dite personne ne veux pas vous révéler dans l'immédiat ce que vous ne pourriez pas totalement comprendre. Chacun ses secrets, dis moi le tien, je te révèlerai le mien.

Elle avait le choix entre partir et le laisser ruminer maintenant avec cela, ou rester encore un peu, de nouveau se laisser aller et repousser à plus tard ses pensées. La deuxième solution fut choisie. Elle avait envie de lui. Contrôlable sans vraiment l'être. Elle savait qu'il était agacé, mais elle n'avait pas trente-six solutions pour qu'il la laisse tranquille avec ses marques dans l'immédiat. De toute manière, il finirait bien par comprendre, comme tous les autres, qu'elle ne parlerait pas de cela. C'était un trop grand secret. Même son propre père n'en savait pas plus que cela sur ces marques qui se promenaient sur le corps de sa femme et maintenant de sa fille. Il n'avait pas chercher à comprendre, c'était le secret des femmes de cette famille bulgare, cela le concernait et pourtant, pas tant que cela. Il ne cherchait pas à comprendre plus loin.
Elle finit par sentir les mains du jeune homme parcourir son corps, mais sans grande conviction cependant, mais, pouvait elle seulement lui en vouloir? Mais en même temps, il n'avait qu'à pas être aussi curieux par Merlin ! Finalement, il l'obligea à se pencher sur lui et l'embrasser, rendant le baiser plus long et plus amoureux. Pourtant, elle savait qu'il n'oublierait pas. Juste un peu de répit... Elle était au courant qu'ils pourraient se faire prendre, mais peu importait. Enfin si. Son père risquait bien de la retirer de Poudlard et l'envoyer à Durmstrang, et la marierait sans doute plus vite que prévue. Mais en même temps, il n'était que 6heures et quelques minutes. Ils avaient encore un peu de temps avant que quelqu'un n'arrive dans l'nfirmerie. Et puis...Cette notion de danger était terriblement excitante ne trouvez vous pas? Elle picorait sa gorge de baisers puis doucement, descendit le long d'une ligne imaginaire, revenant jusqu'à son torse en baisers sensuels. Faisait elle cela simplement pour qu'il oublie? Pas du tout. A cet instant, elle ne pensait plus qu'à lui, à son coeur qui palpitait trop fort au fond de sa poitrine. Elle et lui, Lui et elle. Deux êtres terriblement fou d'amour l'un envers l'autre. Cependant, elle dut arrêter ses baisers, pendant que le jeune homme tirait doucement sur ses cheveux pour qu'elle se redresse. Elle se moquait de lui? Bien sûr que non... Elle secoua négativement la tête avant de lui voler un autre baiser et de s'allonger doucement sur lui, tel un félin qui se frotte doucement contre son maître, lui montrant son dévouement. Si elle avait pu, sans doute aurait elle ronronné. Mais elle n'était pas un animal... Elle posa sa tête contre son torse et lui emprunta sa baguette, écrivant rapidement une phrase qui résumait ses pensées.


« N'y pense pas. Fais ça pour nous. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: again? [PV Discorde *O*] (+16)   Mar 11 Mar - 23:06

Peut être… peut être… Peut être les coups de foudres existaient-ils, peut être étaient-ils prédestinés l’un à l’autre dès leur naissance, peut être… Peut être… Tant de suppositions, de pensés irrespirables aux yeux du jeunes qui ne croyait en rien à tout cela. Non, pour lui tout avait une raison, il n’y avait rien de… De lunaire, de « déjà écris » bref ! Si elle était tombé amoureuse de lui c’était sans doute parce qu’il était physiquement attirant d’une part, car voilà quelque chose qui comptait malgré tout, parce qu’il avait quelque chose que les autres n’avaient pas, quelque chose qui avait frappé la belle en plein cœur et ainsi déverrouillé ses sentiments si profondément enfouit. Pas n’importe quels sentiments : les plus fantastiques mais aussi les plus douloureux. L’amour, le vrai. Celui qui vous fait perdre la tête, qui lance les battements de votre cœur à une vitesse effroyable, celui qui vous fait agir avant de réfléchir, ou trop réfléchir avant d’agir. Celui qui s’empare de vous sans même que vous ne vous en soyez rendu compte. Morgan avait osé des choses qu’aucun homme auparavant n’aurait ne serai-ce que songé faire à Discorde. Il l’avait embrassé, comme pour la punir, l’avait blessé dans son amour propre et tout ça sans complexe. Hautain et sévère, il lui en avait montré de toutes les couleurs, comme il savait si bien le faire. Les primaires.. Puis les secondaires. En réalité, cette jeune femme lui avait plu physiquement. AU début. Lorsqu’ils étaient allongés dans ce lit d’infirmerie pour la première fois ensemble, ce n’était pas véritablement de l’amour qu’il ressentait pour elle mais bel et bien du désir. En gros, il voulait « se la faire » voilà tout. Pour combler ce vide qu’il entretenait depuis que Sally-Anne l’avait quitté. Puisque Pixie, elle, avait refusé ses avances, autant attaquer la proie qui se plie en premier devant vous. Pourtant, ce désir s’était transformé au fur et à mesure que les heures passaient. Il avait longuement réfléchit et en fin de compte, autre chose lui était tombé sur les bras. Un gros imprévu qui allait lui causer bien des soucis qu’il voyait déjà venir. Et oui, Morgan avait toujours été prévoyant. Il avait tendance à ne laisser aucun répit à ses cinq sens. Toujours en alerte, ceux-ci lui permettaient pas mal de prouesse, dont celle de demeurer l’intouchable personnage de cette école. Mais là, il n’avait pas vraiment le choix. C’était continuer à vivre sans faille sans Discorde et donc se briser encore plus, ou alors dire oui et vivre dans le mystère, plus caché encore qu’avant, et surtout plus prudent. S jamais un professeur ou un de ces « primates de bassecour » (autrement dit : des élèves) venaient à le découvrir, à voir ce petit jeu, alors Discorde comme Morgan risquaient gros, voir pire. Ce serait stupide d’être renvoyé définitivement alors qu’on entame à peine sa septième année n’est-ce pas ? Et puis, à tous les coups, on les séparerait, sans pitié. Il n’y avait pas de gentillesse ni compassion dans le cœur de certaines personnes, surtout des sorciers. Les temps se faisaient de plus en plus durs, et Livanarth ne voulait pas finir mendiant dans les ruelles magiques et cachées de tout moldu. Cette ville, cette vie… il préférait cracher dessus et mourir plutôt que de la supporter. La pauvreté ne lui allait pas au teint, c’est ce qu’il s’était toujours dit. Alors pourquoi changer ses habitudes ? Il deviendrait quelqu’un, il avait tout pour. TOUT ! Le courage, la détermination, l’esprit, l’intelligence, le côté « toujours en avance sur son temps », révolutionnaire donc, la morale et surtout, l’amour d’une femme. Une partenaire qui l’aiderait à avancer comme il le voudrait, sur le ‘droit chemin’. Hélas tout cela n’était que des rêves encore une fois. Rien n’était constant, l’intelligence humaine faisait que le monde changeait rapidement, ne nous laissant pas l’opportunité de nous poser et ainsi de penser. Peut être le Gryffondor serait-il professeur à Poudlard ! Chose qu’il ne voulait surtout pas. Qui sait ?

Fumer… Il voulait fumer… Le sorcier avait prit sa première cigarette à l’âge de… Allez, 10 ou 11 ans. 10 ans plutôt, lorsqu’il était encore avec cette petite bande de racailles. A l’époque, il en était fier, il se prenait pour le roi du monde (vous me direz, quoi de différent à maintenant ?) Tenir cet objet cylindrique en main le faisait rougir de plaisir. C’était sa drogue, son moyen d’évasion. Hin… Cette pensé ne pouvait que faire sourire. La première fois qu’il avait voulu essayer, c’était avec un gros cigare appartenant à son grand père. En l’allumant, il s’était brulé, mais le plus drôle, c’était de voir son visage d’enfant virer au blanc puis au vert en l’espace de quelque secondes avant qu’l ne recrache la fumer en toussant très fort, à s’en arracher les poumons. Qu’elle connerie. N’empêche qu’il n’avait pas recommencé. C’est à 15 ans seulement qu’il avait reprit. Pourquoi ? Pas pour frimer, mais bien à cause du stresse. Cette vie oppressante et sournoise ne lui laissait aucun répit alors… Il faisait comme il pouvait. Et oui, il n’était pas sage, mais ça, vous le saviez déjà. Ce que je veux dire, c’est qu’il n’était carrément pas net parfois. La drogue dure ? Jamais il n’y toucherait ! Mais l’alcool… C’était son pêcher. Il aimait l’alcool fort, en particulier tout ce qui était Saké ou Whisky. Lorsque le Professeur Carrow lui avait proposé de boire, il n’avait pas réussit à refuser. La seule chose qui lui permettait encore de ne pas se trahir était son timing parfait. Il se saoulait toujours quand il fallait, résultat, il cuvait la nuit la plupart du temps. Le lendemain, c’était frais comme un gardon qu’il réapparaissait. Et oui, il avait la faculté à se régénérer… Impressionnant. Enfin tout ça était à corriger. Il n’allait pas continuer dans cette voix, il ne voulait pas. ET puis, ce n’était pas grave, juste… pas très correct. Imaginez donc que Discorde sache cela et il aurait sans doute droit à un petit savon (xD) Voilà pourquoi il ne lui en toucherait jamais mot et ferait en sorte de rectifier le tire, presto !

En attendant, elle était là… Assise, nue, sur son corps nu lui aussi. Voilà qui était bien singulier pour une jeune personne aussi prude. Elle ne l’était plus ? Déjà ? C’état cette nuit de découverte qui lui avait retiré ce côté bégueule ? Impensable. Peut être en fait, n’étai-ce que des airs qu’elle se donnait pour qu’on ne la touche pas. Peut être qu’en réalité, elle était comme toutes les autres filles, le genre à fantasmer, à parler de cul autour d’une table en pouffant de rire, à s’imaginer dans les bras d’un rugbyman… Non… Non il ne la voyait pas comme ça. Elle était plus estimable que ça tout de même ! Plus précieuse et plus lumineuse. Morgan croyait qu’elle se moquait de lui ? Oui. Il le pensait, et même lorsqu’elle vint secouer la tête puis lui emprunter sa baguette pour lui répondre, il le pensait toujours. Pourtant, ses baisers étaient un délice, ses caresses plus encore. Elle réveillait chez son amant un feu étant depuis peu et qui ne demandait qu’à être réactivé. Devant cet être magnifique… Que dire de plus ? Elle était splendide, en toute simplicité, même pas habillée. Les cheveux lui retombant sur les épaules et un peu au devant du visage. Le silence les appelait à recommencer et surtout, elle le voulait, encore une fois, ça se lisait dans ses yeux. Alors Morgan ? Tu acceptes ? Ou tu refuses ? Il était encore temps qu’il se décide. Mais prononcer un « non » assez catégorique pour la convaincre de retourner dans sa chambre réchauffer ses draps avant que quelqu’un ne remarque son absence c’était trop demander au jeune sorcier qui rouvrit les yeux, afin de les encrer dans ceux de sa partenaire. « N’y pense pas, fais-le pour nous… » Des paroles qui lui allèrent droit au cœur. Et si c’était vrai ? Et si elle avait raison ? En plus, il leur fallait profiter de leurs dernières minutes ensembles. La séparation n’allait pas être des plus aisées. Foutaises ! Il ne voulait plus réfléchir ! Agir seulement. C’est pourquoi il s’était un peu redresser de façon à pouvoir attraper avec ses lèvres, celles de la jolie brune et ainsi de l’embrasser, mordillant légèrement sa lèvre inférieur. IL n’y avait pas de raison qu’elle seule s’amuse après tout (=D +baf+). Morgan se montrait plus convaincu déjà ; il laissait glisser ses mains sur cette peau fine et chaleureuse, jusqu’à voir apparaître sur ce visage, un début de frénésie. Sa langue avait quitté la bouche de la belle pour venir gouter du reste de son visage… Sa mâchoire, sa joue et même son arcade sourcilière. Ça y est, il sentait son excitation se rassembler au milieu de son bas ventre en même temps que sa fougue qui apparaissait. Plus la peine d’hésiter… Elle allait avoir ce qu’elle voulait. La dirigeant peu à peu, Livanarth fit s’empaler doucement sa maitresse sur son membre laissant la chaleur si soudaine mais aussi si surprenante le figer et l’alourdir à la fois. Ce que ça pouvait être agréable… Cette union charnelle. Il n’y avait pas de vie sans sexe, c’est ce qu’il s’était dit dès la première fois qu’il y avait gouté. Sa respiration se faisait déjà plus courte, son cœur ne lui laissait aucun repos. Il aimait cette personne, et ça se voyait sur son visage qui rougissait légèrement. Après, c’était à Discorde d’y aller à son rythme, lui continuait de la caresser habilement et avec douceur, ses doigts venant longer ses clavicule, le velouté de ses seins en finissant par sa ligne abdominale et le commencement de ses cuisses.

_________________
Prefet en chef




A lovely devil.............................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Discorde Van Silverwood

avatar

Féminin Nombre de messages : 148
Age : 29
Année d'Etude : 6ème année
Maison : Slytherin
Baguette Magique : Bois de Charmes, 30,3 cm, Ventricule de Dragon entouré d'un crin de Licorne. Mélange nocif...
Date d'inscription : 30/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Ces plaisirs violents ont des fins violentes; dans leurs excès ils meurent tels la poudre et le feu, que leur baiser consumme.
Ascendance: Sang Pur
Relations:

MessageSujet: Re: again? [PV Discorde *O*] (+16)   Sam 15 Mar - 18:15

« Je t'aime » Deux mots si simples et pourtant si compliqués... Cachant des tas de choses, en dévoilant d'autres. Discorde ne pensait pas qu'un jour, elle les prononcerait. C'était tout bonnement contre sa nature, contre sa façon d'être. Et pourtant, voilà qu'elle les prononçait au creux de l'oreille de son amant, de celui qu'elle était censée détester de toute son âme, celui qui avait ébréché son innocence et qui lui avait volé entière à la finalité. Avait elle éprouvé un semblant de haine envers lui? Bien sûr, à partir du moment où il l'avait humilié, où il l'avait embrassé... Mais avant? Avant, elle ne ressentait rien envers lui, comme elle n'éprouvait rien pour personne. Elle l'avait remarqué, les années précédentes, il est vrai qu'il était attirant physiquement, mais peut être pas autant que cela pour la jeune fille, ou alors, elle se le cachait trop bien, de sorte qu'elle croyait ce qu'elle pensait. La première fois qu'elle l'avait vue? Première année à Poudlard, alors qu'elle se rendait à son cours de Potions, il en sortait. A cette époque, elle était déjà jolie, mais n'attirait peut être pas autant le regard, en même temps, à 11 ans... Qui est intéressé par les jeux de séductions et de l'amour? Quoi qu'il en soit, elle l'avait rapidement aperçu et lui avait vite trouvé cet air hautain qui le caractérisait encore... Mais elle n'avait pas plus prêté attention à lui, passant juste à côté de lui, ne lui jetant peut être même pas l'ombre d'un regard, trop absorbée par autre chose. Comme très souvent d'ailleurs. Ils s'étaient très souvent recroisés, sans s'adresser un mot, ce qui dans un sens, était assez évident, puisque Discorde ne possédait pas la parole. La première fois qu'ils s'étaient parlé? Lors de la quatrième année de la jeune fille. Cela faisait près d'un an qu'elle attirait le regard, malgré elle. Ce jour là, elle sortait d'un cours de Botanique, où elle avait dû étudier les Mandragores, ses cheveux noirs, déjà bien longs, n'étaient reliés que par un ruban de satin bleu marine. Dans ses mains, elle tenait son livre de botanique et tentait par la même occasion de remettre son sac correctement, ce qui n'était pas chose aisée. Et en plus de cela, elle allait se mettre en retard pour son cours de Sortilèges&Enchantements ! Ajoutons à cela ses cheveux qui commençaient à se libérer de l'emprise du ruban et qui commençaient à cacher la vue de la jeune fille. Ce qui devait arriver arriva finalement, le ruban lâcha, s'envolant dans une direction, tandis que la longue chevelure ébène cachait les yeux lagon de la jeune demoiselle. Foutue vent ! Sa vue cachée, elle ne vit pas qu'un autre élève arrivait en face d'elle, et de là, lui rentra dedans, faisant tomber par la même occasion son sac qu'elle tentait de remettre en place, son livre etc... Le contenue de son sac se renversa sur le chemin sablonneux du parc, éparpillant les bouteilles d'encres, mais aussi les livres et les parchemins. Il ne manquait plus que ça... Elle réussit finalement à attraper la totalité de ses longs cheveux noirs dans une main et leva son regard lagon vers la personne qu'elle avait bousculé. Morgan Livanarth. Ce gryffondor plutôt attirant selon certaines jeunes filles et qui aurait aisément pu entrer à Serpentard selon les dires des autres. On le disait arrogant, hautain et pas forcément toujours agréables à vivre. Mais ce jour là, alors que Discorde le regardait, s'attendant à recevoir une remarque désobligeante, elle eut droit, contre toute attente, à un sourire et une aide pour ramasser ses affaires. Voilà qui était plutôt surprenant. Quoi qu'il en soit, elle se baissa donc pour rassembler ses affaires et adresser un signe entendue au jeune homme qui lui parlait. Bah, s'il écoutait un peu les rumeurs autour de lui, il devait savoir qu'il y avait une muette dans l'école, et que c'était elle. Elle avait très vite été repérée puisqu'elle était la seule à s'exprimer avec sa baguette... Ce fut l'une des rares fois où ils s'adressèrent la parole, puisque les dernières furent durant cette année.Et puis, elle l'avait souvent vu se battre en duel avec d'autres, augmentant son admiration pour ce gryffondor qui ma foi, gagnait l'estime de beaucoup. Un soir, alors qu'elle se promenait dans le parc, sans cape sur elle, juste vêtue de son uniforme, elle l'avait alors rencontré sur un banc, lisant sans doute, ou réfléchissant, allez savoir. Quoi qu'il en soit, elle était gelée, c'était tout ce qu'elle pouvait se dire au fond d'elle même. Ils avaient tous deux gagné en charme et en beauté. Lui avait prit de la carrure, et son visage s'était affiné, semblable à celui d'un ange. Celui de la jeune fille avait des traits encore plus délicats et plus doux, bien que parfois, on lui trouve un petit air de peste. Et ce soir là, ils avaient entamé une discussion, jusqu'à ce que finalement, il lui prête sa cape, l'entourant lui même de cette dernière, entrainant avec ceci, un frôlement de lèvres que la jeune fille n'attendait pas. Un mélange de sentiments confus s'était alors emparé de la jeune fille. Elle savait qu'il avait quelqu'un dans sa vie, et même si malgré elle, son cœur battait un peu plus fort chaque fois qu'elle était en présence du gryffondor, elle se refusait à le lui faire comprendre, ou a faire bien d'autre choses. Elle avait choisie de partir. Et leur duel... Une toute autre chose. C'était là qu'il lui avait volé son premier baiser, là qu'il avait touché un peu plus la jeune fille. C'était à cet instant là qu'elle avait ressentie de la haine pour ce dernier. Elle voulait lui faire payer son geste trop osé. Il avait comprit les faiblesses de la jeune fille, et il lui en avait ôté une partie. Elle devrait peut être le remercier? Et les évènements s'étaient enchaînés avec une sacré vitesse, jusqu'à ce soir dans la réserve. Discorde ne s'y attendait tout simplement pas, et elle n'avait pas non plus pensé qu'elle s'exposait totalement en sa présence. En prenant soin de lui elle s'était enchaînée à lui. Sans doute aurait elle dû l'écouter et se venger de lui comme il le lui permettait. Peut être que finalement, elle avait le cœur trop tendre. Et voilà qu'il lui avait volé les dernières parcelles de son innocence. Un désir commun, peut être trop rapide, mais ils avaient finit par y succomber, sous le consentement de la jeune fille. Les choses seraient peut être plus simples désormais?

Ce n'était pas la cigarette qui dérangeait la jeune fille, bien au contraire, elle en appréciait parfois l'odeur. Son aîné fumait, et il n'était pas rare que la jeune fille reste dans la même pièce que lui pour respirer cette odeur plaisante. Il ne lui était jamais venu à l'idée d'essayer, elle n'en voyait d'ailleurs pas l'utilité. Et elle ne buvait que très rarement. Juste lors de bals ou de fêtes cachées, dont les Serpentards et les Serdaigles étaient les maîtres incontestés. Elle ne se droguait pas heureusement ! Ce qu'elle désirait par dessus tout pour le moment? Prendre un long bain moussant ou une longue douche brûlante. Tout d'abord pour se détendre et dans un même temps, pour se laver. Elle portait l'odeur de Morgan partout sur elle, ce qui pourrait lui porter préjudice si jamais quelqu'un la rencontrait, surtout si cette personne s'avérait être un Serpentard. Un serpentard se prénommant Erwin? Oui, ce dernier risquait fort de lui péter un câblé si jamais il la rencontrait dans les couloirs, lorsqu'elle rentrerait. Il savait qu'elle désirait, autrefois, se venger de lui, sans doute irait il imaginer le fait qu'elle aille dans le lit du Gryffondor pour mieux le blesser par la suite? Une idée saugrenue mais qu'elle serait bien capable de faire, si elle n'était pas autant amoureuse du rouge et or.

Mais à cet instant, elle était sur lui, totalement nue, s'offrant de nouveau à son amant, tout aussi nu qu'elle. Adam et Ève dans leurs plus simples apparats. Elle ne semblait plus prude n'est ce pas? Et pourtant, si vous saviez combien elle pouvait rougir sous l'effet de ses caresses, sous ses regards brûlants... Elle n'était pas de ce genre de personne qui parlait de sexe&co à longueur de journée. Si certaines de ses amies parlaient de garçon, gloussaient etc, Discorde ne les écoutait que d'une oreille distraite. Ce genre de discussion n'était pas de son genre. Cependant, il lui arrivait parfois de se moquer d'elles... Mais quoi qu'il en soit, elle n'était pas de ce genre, puisqu'après tout, Morgan était le premier en tout, que ce soit pour les baisers qu'elle aurait dû, comme beaucoup de filles de son âge, recevoir dans les environs de sa troisième voire quatrième année. Quand aux étreintes brûlantes, encore une fois il était le premier, et pour le moment, elle désirait sincèrement qu'il le reste. Et c'était ce qu'elle lui faisait comprendre par ses paroles et ses caresses tout autant que ses baisers. Elle ne voulait pas passer pour une fille d'un soir, voilà pourquoi le perdre maintenant lui serait très certainement insoutenable. Cependant, elle le désirait encore une fois, qu'il la mène encore vers ces monts et merveilles où il l'avait mené la nuit passée. Elle n'avait jamais connue cela, mais voulait connaître de nouveau. Supporterait elle un refus? Certainement pas, elle serait très certainement vexée, pensant qu'il préférait penser à ses marques qu'a elle tout court. Et pourtant, il cédait, elle le comprenait alors qu'il l'embrassait en jouant avec sa lèvre inférieure, et que ses mains s'attardaient sur sa peau, réveillant en la jeune fille, ce même feu éteint durant la nuit. Et alors que ces dernières s'attardaient à certains endroits, tout comme ses lèvres, la jeune demoiselle se serra un peu plus contre son amant, profitant de la chaleur de son être. Elle ferma un instant ses yeux alors qu'elle se sentait caressée de toute part. C'était insoutenable de se retenir encore, pourtant, ne dit on pas que c'est encore meilleur lorsqu'on attend encore un peu? Même quelques secondes? Puis cet instant de plaisir charnel ne tarda plus, alors qu'il la dirigeait doucement vers son membre, l'invitant à prendre part à une nouvelle union qui serait très certainement toute aussi délicieuse que la première. Très vite, elle le sentit une nouvelle fois en elle, alors qu'elle fermait de nouveau les yeux, rouge de plaisir mais se mordant aussi la lèvre inférieure. C'était... Terriblement bon. Ils pouvaient bien se faire surprendre maintenant, tant que c'était après cela... Et combien il la rendait encore plus folle en laissant ses doigts se balader sur sa peau, elle ne put retenir plus longtemps un nouveau frisson alors que doucement, elle entamait un petit va et vient, afin de mieux sentir son appartenance. La séparation allait être dur après cela, elle se sentait bien capable de vivre une journée de seulement d'amour et de lui. Mais la vie ne se résume pas seulement au sexe n'est ce pas? Mais pour l'heure... Ils n'avaient besoin que de cette union pour se sentir encore plus proches l'un de l'autre. Très vite, elle revint chercher ses lèvres....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: again? [PV Discorde *O*] (+16)   Sam 15 Mar - 20:33

(première partie --" ça voulait pas tout entrer ><)



De toute évidence, dire « je t’aime » à quelqu’un était un geste très difficile. Au risque de se prendre une claque dans la figure. Mais quand on aime vraiment… il est rigoureusement impossible de garder tout pour sois. Il y à toujours quelques gestes qui nous trahissent, des regards… Des paroles… Des intentions précises… Bref. La première jeune fille dont Morgan était tombé amoureux c’était Sally-Anne. ET oui, jusqu’à maintenant, il n’y avait eu que deux femmes dans sa vie. Comment ? Pourquoi ? Où ? Tout cela n’a pas d’importance. Mais c’était la première fois que son cœur s’emballait à la vue d’une personne, la première fois que le jeune homme était confronté à une vérité aussi foudroyante qu’incontrôlable. Il voulait la toucher, la serrer dans ses bras, l’embrasser sans cesse. C’était ça… Enfin, à son arrivée à Poudlard, il avait alors 10 ans et quelques… Bananes +baf+ Le petit homme avait déjà vécu pas mal de drames, il était donc déjà très renfermé sur lui-même, prétentieux et surtout extrêmement débrouillard. Il faisait toujours tout, tout seul. La solitude était ce qu’il préférait, le noir, l’ombre… mais il était plutôt petit à l’époque, même plus petit que ses autres camarades. Genre une tête de moins que la moyenne. Il était aussi très maigre. Pourtant, résidait dans son regard quelque chose qui déjà faisait flancher les fillettes de son âge. Cette première année avait été assez musclée à vrai dire. A force de se faire embêter, battre et tourner en ridicule par les plus grands qui ne supportaient pas sa façon d’être, il s’était endurci et avait beaucoup apprit en sortilège. Autant dire que cette période de faiblesse ne dura pas longtemps, en l’espace de quelques mois après son arrivée, déjà Morgan connaissait des sortilèges de 3eme année voir parfois plus. Il ne métrisait pas très bien tout cela, mais suffisamment pour échapper à quelques situations plutôt délicates. C’est en deuxième année que le Gryffondor fit sa première rencontre avec Discorde. A cette époque, la jeune fille était en première année, elle était encore une gamine, un enfant, sans forme et sans vraiment de valeur bien que très mignonne. Elle allait au cours d’où il sortait et déjà, on pouvait voir gravé sur le visage serein de Livanarth cet air hautain, impénétrable et intouchable. On le connaissait pour son savoir faire, sa façon de toujours se placer au dessus des autres, rien qu’en descendant les escaliers, l’idée qu’une personne soit 3 marches au dessus de lui l’insupportait. Mais passons, en fait, à ce moment là, il ne l’avait même pas vu, il était sortit, comme à son habitude, dans les premiers et l’avait légèrement bousculé sans même la regarder, le visage toujours relevé, l’air pressé et surtout très pensif. Muet ? Oui, on l’avait cru incapable de parler pendant un bon moment, il fallait toujours que les professeurs le forcent de manière parfois presque brutale pour qu’il réponde sans jamais oublier cette mimique blasée qu’il faisait exprès de montrer histoire d’augmenter la tension. Insolente petite créature, c’est qu’il en méritait des baffes ! Mais on ne frappe pas un élève voyons… C’est lors de la 5eme année du sorcier que les deux jeunes gens se rencontrèrent à nouveau. Déjà, à ce moment là, Morgan ressemblait d’avantage à un homme. Il avait grandit, à tel point qu’il dépassait maintenant presque tous ses camarades. Sa maigreur s’était transformée en une carrure musclée sans l’être trop, toujours élancé, il gardait un corps souple. Son visage avait gagné en maturité, le faisant d’avantage ressembler à un ange, mois après mois. Et ses cheveux bruns toujours coupés courts avaient gagnés de la longueur, toujours coiffés naturellement, ils se plaçaient au grès du vent. En fait, il avait presque l’air d’un romantique, vous savez, ces êtres torturés, cheveux mi longs, chemise toujours entre-ouvertes sans cravates et le teint pâle. Sauf que tout cela n’était qu’idées fausses. Primo les genres décolletés il n’aimait pas, soigneusement habillé, il séduisait à sa façon. De ce côté-là, la nature l’avait gâté c’est vrai, il était beau, aucun doute la dessus, et avait en plus du charme, ce qui n’était pas donné à tout le monde. En tout cas, cette année là, ça faisait deux ans qu’il sortait avec une autre nénette, la fameuse Sally Anne. Cette jolie fleure toujours souriante et gourmande comme ce n’était pas permis. Tous les deux se ressemblaient en un sens mais étaient aussi très différents l’un de l’autre. Juste avant de cogner la belle Discorde, Morgan et sa petite amie avaient fêtés leur « anniversaire de rencontre » en quelque sorte, un moment intime, très agréable et orné de beaucoup de douceur. Les deux amants s’étaient aimés, avaient discutés aussi, bref, un très bon moment. Mais il avait aussi été temps de se séparer, c’est en repartant, d’un pas rapide vers les potagers et plus exactement, aux serres, où le professeur l’avait appelé à le rejoindre, après son cour avec les 4eme années pour lui donner quelques suppléments. Voilà l’un des rares enseignants qui aimait bien Morgan, qui connaissait son sourire au travers de ces airs provocateurs. Mais le vent soufflait fort et les cheveux du jeune homme battaient aux aussi dans tous les sens, si bien qu’il finit par heurter quelque chose ou plutôt, quelqu’un, les faisant trébucher tous les deux. Tsss… ça n’arrivait qu’à lui. En relevant ses mèches folles en arrière il remarqua cette belle Serpentarde qu’il avait déjà vu plusieurs fois dans les couloirs du château. Un beau brin de fille sans aucun doute. Etant de très bonne humeur il lui avait sourit comme pour se faire pardonner et l’avait aidé à ramasser ses affaires éparpillées sur le sol. Son cœur n’appartenait qu’à une seule personne, si bien qu’il n’avait rien ressenti pour cette jolie brune. Rien d’inhabituel disons. Oui, elle était très attirante, quel homme ne rêverait pas de l’avoir dans son lit ? Mais rien de plus. Bref comme toujours, en gestes et en paroles, il était tout de même vite partit. De toute manière, elle était muette, et lui avait déjà une sacrée mauvaise réputation. Elle devait le connaître déjà, oui, tout le monde le connaissait en vérité, du moins, en apparence. Après cela, les deux élèves ne s’étaient plus vraiment adressé la parole. Quelques regards, sans rien de plus. Cependant, elle l’avait vu se battre, rien de surprenant étant donné qu’il se battait sans cesse en duel avec tous ces petits emmerdeurs qui venait le défier ou tout simplement lui manquaient de respect. C’était comme un automatisme, il y avait quelque chose en lui qui faisait qu’il ne supportait pas que l’on puisse se croire plus fort que lui lorsque ce » n’était pas le cas. Il respectait ses aînés en magie, mais surement cette bande de rats d’égouts. Ils ne représentaient rien d’autre que de la merde, de la simple merde puante et salissante pour lui. Voilà qui est clair n’est-ce pas ? De toute manière, c’était quelque chose qui se voyait et se ressentait dans sa façon de les combattre. En effet, le Londonien n’avait jamais put s’empêcher de ridiculiser ses adversaires. Toujours il fallait qu’il montre sa supériorité, qu’il les rabaisse et finalement qu’il gagne, en beauté. Le pire dans tout ça, c’est que ça semblait tellement facile de sa part de remporter les victoires, tellement simple… un jeu d’enfant. On le détestait mais on n’osait pas le lui dire. Oui, c’est vrai que la maison des Serpentards semblait la plus appropriée pour un énergumène pareil. Hélas pour les verts et argents, c’était les rouge et or qui jouissaient de son savoir faire. Pas toujours en bien d’ailleurs. Mais disons qu’ils avaient moins de chance de se faire tirer les oreilles que les autres répartis. Mais pourquoi l’avait-il embrassé en fait ? Ce n’était pas vraiment un baiser, juste un frôlement de lèvres. Elle mourait de froid et lui, assit sur le banc, en train de lire un fabuleux roman d’Edgard Poe, ne ressentait pas plus que ça l’envie de rentrer. Il n’avait pas voulu la faire fuir, mais à ce moment là, il venait de rompre avec Sally, ce devait faire quelques jours, une semaine tout au plus, et il n’avait pas toute sa tête on va dire. Discorde la prude… Pfff.. Il ne la supportait pas. Elle avait beau être belle, cette façon qu’elle avait à se méfier, à rougir dès qu’un garçon l’approchait de trop près et à s’en aller l’horripilait. On pouvait en déduire qu’il la haïssait (xD) Mais vraiment ! Ce genre de Collet monté, merci bien ! Elle n’était pas du tout son genre. Mais voilà que ses sentiments confus s’étaient transformés en véritable amour. Le sorcier s’était trompé sur son compte. Discorde n’était pas stupide ni bonne à rien. Elle était timide et méfiante, rien d’anormal au fond. Morgan s’était finalement laissé séduire par sa gentillesse, sa façon d’être si aimante et attentive. Elle était son idéale. Celle qu’il considérait comme la plus exécrable des femmes devenait sa muse. Il n’en voulait pas d’autre, il sentait qu’il allait déjà avoir assez à faire avec elle. Ces marques sur son corps, et tous les secrets qu’il allait avoir le plaisir de découvrir au fur et à mesure. Des choses plus ou moins plaisantes sans aucun doute, mais… Quelle importance ? Il l’aimait, il avait besoin d’elle, de sa chaleur, de sa douceur, de sa présence tout simplement. Qu’elle drôle de couple n’est-ce pas ? La fille la plus aimée de la gente masculine associée à l’homme le plus envié de cette gente mais aussi le plus détestable quoi que… Tout est relatif. S’il l’était vraiment, se serait-elle laissé charmer. J’en doute…

Un bon bain chaud ? Ouai… passer son temps d’en l’eau chaude, fondre et disparaître. Hum… nan. Mauvaise idée. Non, Morgan s’était laissé tenter par le tabac. Rien de grave, rien d’excessif, mais une habitude toujours malsaine. Pour fumer il devait aller dehors LA NUIT et donc désobéir au règlement. Il prenait des risques mais il en avait aussi besoin pour décompresser un peu. Ce n’était pas facile de gérer tout ce stress d’une journée. Parce que une journée est déjà fatigante, mais essayez donc de la vivre façon Livanarth. Il était harcelé par tout le monde, que ce sot les élèves ou les professeurs. Certains fantômes même s’amusaient à la taquiner. Il ne répondait jamais et cachait son envie de hurler. La dernière fois qu’il avait craqué, c’était en sortant de la bibliothèque, après s’être fait provoquer par Rogue. Il en avait piétiné son livre, avait juré et finalement, s’était laissé dégouliné lentement sur le mur. Dépité. Ça ne lui arrivait pas souvent, mais quand il éclatait, il éclatait. Demandez donc à Samuel, ce petit con s’était cru plus fort, plus intelligent et au final, le jeune homme l’avait roué de coups jusqu’à le défigurer ! Il en avait honte, vraiment. Sans pour autant regretter son geste. Après tout, cet imbécile l’avait mérité. Enfin… revoir tout ce sang, sur lui, ce sang chaud qui giclait sur son visage, sa chemise, ses poings… Cette même chemise encore tâché qu’il n’avait pas encore lavé par manque de courage et de temps. C’est qu’il pouvait être violent parfois. Frapper, frapper, frapper, comme ça, sans cesse, sans s’arrêter jusqu’à la limite. Le Gryffondor se souvenait encore de son geste… lorsqu’avec sa manche, il avait épongé la figure du Serdaigle pour l’empêcher de se noyer dans son propre sang, c’est d’un œil vide de toute compassion qu’il lui avait dit… Bonne nuit. Qu’avaient-ils donc tous à s’acharner comme ça ? Morgan se savait assez fort pour ne pas abandonner, il avait les tripes pour gagner et se taire. Un an… C’était le temps qu’il lui restait à endurer ici. Enfin, sortir de cet enfer…

_________________
Prefet en chef




A lovely devil.............................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: again? [PV Discorde *O*] (+16)   Sam 15 Mar - 20:33

(deuxième partie =D)


Cet instant était le plus magique de tous. Se retrouver ainsi unis à sa partenaire. Se montrer nu n’était pas ce qu’il préférait mais il en oubliait son malaise en voyant ce corps tout autant dénudé de la belle muette. Assise sur lui, elle avait finit par éveiller son désir qu’il s’était forcé d’enfouir. Trop tard, elle le détenait tout entier. Elle pouvait faire ce qu’elle voulait de lui, il se donnait totalement, entièrement. Il était à elle, il lui appartenait. Son corps… mais aussi son cœur. Leurs baisers s’enchaînaient, doucement, avec tantôt tendresse, tantôt passion, tantôt amour. Orné de plus ou moins de violence. Les caresses de Miss Von Silverwood faisaient frémir son amant, il soupirait rien que de s’imaginer en elle très bientôt. L’instant était proche, tout les deux n’attendaient plus qu’une chose : l’union charnelle. Mais comme Discorde le disait si bien, la patience est une vertu qui s’apprend, quoi de plus excitant que l’attente ? Le reste ne pouvait en être que meilleurs après des préliminaires accomplis. Le moment arriva lorsque le sorcier engagea la Serpentarde vers son membre et ainsi commencer leur véritable fusion. Si elle trouvait ça bon, il en était de même pour lui. Livanarth avait regardé, les yeux à demis clos, le visage de Discorde rougir sous cette douce pression. Cette même pression qui faisait surgir une immense vague de chaleur dans le ventre du jeune homme. Celui-ci avait laissé sa maîtresse jouer de ses mouvements comme elle le voulait, profitant ainsi d’une douce allée et venue suivie de plusieurs autres, accentuant le plaisir des deux êtres. Leurs lèvres s’unirent à nouveau et Morgan avait plongé sa main sur la nuque de sa belle l’appuyant plus encore contre sa bouche, élargissant le temps de leur baiser. Ils ne devaient pas faire trop de bruit, auquel cas, ils risqueraient de réveiller ou d’attirer l’attention de plusieurs personnes. Pas maintenant… Après d’accord, si quelque devait venir et les découvrir, il priait pour que ce soit après. Ce n’était pas forcément trop difficile pour Discorde de se taire, même pas du tout, puisqu’elle ne pouvait pas gémir. Pour son partenaire, c’était une toute autre manœuvre. Leurs respirations s’intensifiaient, et c’était la seule chose qui s’entendait, mais les soupirs qu’il voulait pousser, il les ravalait, presque comme par fierté. Gémir seul… merci bien. En fait, il avait surtout envie de lui dire de continuer, plus fort… mais ça, elle le comprenait toute seule, et il pouvait économiser ses paroles. Ce que c’était bon… il n’y avait peut être pas que le sexe dans la vie, mais c’était tout de même quelque chose d’indispensable à retrouver au milieu d’un couple. Un bon épanouissement sexuel amenait à une meilleure entente, c’était bien connu. En ce qui concernait ces deux jeunes gens, il ne semblait pas qu’il y ait le moindre problème. Livanarth avait finit par, au bout de quelques minutes, retourner la situation en attrapant sa petite amie, la plaquant contre lui et les faisant se tourner, Morgan se trouvant maintenant sur elle, ses yeux bleus plongés dans les siens, le visage luisant par cette chaleur qui s’échappait de leur chair. Il avait entrelacé ses doigts à ceux de la sorcière et maintenait ses mouvements aller et venant dans son ventre les approchant de leur jouissance. C’était une concentration de sensations qui s’emparait du jeune homme. Il avait peur qu’on les prenne, mais il n’y pensait plus et se laissait entraîner par une sorte de musique… Lui ordonnant de succomber à la tentation. Le fruit interdit il avait mordu dedans depuis longtemps. Il n’était pas un ange, et c’était aussi dans de tels moment qu’on pouvait le voir. Le plaisir des sens avait été trop fort. Au final, il intensifia encore ses vas et viens, plus lents mais plus profonds, ses baisers toujours plus ardents avant de fermer les yeux et de resserrer son emprise sur les mains de Discorde en même temps qu’il atteint son summum. Le point du non retour. Là il resta un moment haletant et tout en se sentant se déverser en elle, il enfouit son visage dans le creux entre l’épaule et la mâchoire de sa maitresse. Silencieux. C’était comme s’il entrait au paradis à chaque fois, comme si ses pieds quittaient la terre ferme. C’était tellement agréable… Tout en se redressant, il vint poser une dernière fois ses lèvres sur celles de la Serpentarde avant de se retirer, s’allongeant à ses côté. Elle devait vraiment partir.. ? Voilà qu’il revenait à la dure réalité.

_________________
Prefet en chef




A lovely devil.............................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Discorde Van Silverwood

avatar

Féminin Nombre de messages : 148
Age : 29
Année d'Etude : 6ème année
Maison : Slytherin
Baguette Magique : Bois de Charmes, 30,3 cm, Ventricule de Dragon entouré d'un crin de Licorne. Mélange nocif...
Date d'inscription : 30/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Ces plaisirs violents ont des fins violentes; dans leurs excès ils meurent tels la poudre et le feu, que leur baiser consumme.
Ascendance: Sang Pur
Relations:

MessageSujet: Re: again? [PV Discorde *O*] (+16)   Dim 16 Mar - 0:17

Si je devais faire la description physique de Discorde depuis son enfance, vous pourriez constater que cette dernière n'a pas tant changée que cela... Quoi que... Bébé, ses yeux étaient bien changeant, tantôt vert émeraude, tantôt bleus comme maintenant. Et cela dura bien quelques mois avant que le bébé ne se décide à opter pour la couleur bleue. Cheveux noirs pour des yeux saphirs, les vieilles femmes des deux familles surent instantanément qu'elle serait une très jolie demoiselle. Bénéficia t'elle, comme la Belle au Bois Dormant des dons des quelques fées marraines? Nul ne pourrait véritablement le dire. A moins que ce ne soit quelques Ielles qui firent dons de toute cette beauté et de cette douceur? Peu importe. Et en grandissant, on ne put que confirmer sa fraicheur et sa douceur, même si parfois, les traits de son visages, dus et terriblement sournois prouvaient le contraire. Dès l'enfance, on la vêtit de belles robes, toutes aussi riches les unes que les autres. Le bien-paraître avant toute chose. Certaines de ces robes ressemblaient très fortement aux robes que portaient les enfants de riche dans les années 1912 et quelques... Des robes de luxe en somme. Un détail qui n'avait pas changé durant toutes ces années. Ses cheveux ébènes, on s'amusait très souvent à les boucler à l'anglaise, la faisant plus ressembler à une poupée qu'à une petite fille qu'elle était. Mais que pouvait elle bien dire? Rien. Aussi laissait elle faire, se moquant du résultat final, puisque de toute manière, si elle avait l'occasion d'aller jouer avec sa voisine éloignée de quelques kilomètres, elle revenait très souvent avec un peu de terre sur les chaussures, ou des feuilles dans les cheveux, quand ce n'était pas des épines de sapin. Au fur et a mesure que les années ont passées, on a cependant cesser de l'habiller en petite princesse et de lui boucler les cheveux. A 10 ans par exemple, et ce malgré les protestations de sa nourrice, Discorde se plaisait à s'évader dans le domaine seulement vêtue de sa chemise de nuit, les cheveux lâchés, pieds nus, telle une petite sauvageonne. Un début de rébellion? Quoi de plus normal à son âge me direz vous? Et regarde que je te monte dans les arbres. Viens me chercher si tu veux que je m'habille ! Et très souvent, à son plus grand regret, c'était son frère qui venait la descendre de l'arbre, du moins, lorsqu'il était là. Et puis d'autres années encore ont passée. Durant Poudlard, comme tout élève, elle se doit de porter l'uniforme scolaire, qui très vite l'adopta autant qu'elle, suivant tout d'abord son corps de petite fille, pour s'ajuster par la suite à ses courbes naissantes. La jupe, au lieu de tomber en dessous des genoux, finit, comme la majorité des jolies jeunes demoiselles, par être monté légèrement au dessus des genoux, rien de bien vulgaire ni d'aguicheur. Cela n'allait pas avec son caractère de toute manière. Quoi qu'il en soit, l'adolescence arriva très vite, ne changeant cependant rien à son côté poupée de porcelaine, bien que son visage paraisse désormais un peu plus froid, semblable à celui d'une petite peste. Ce qu'elle est peut être ou pas... En fait, vous ne la connaissez qu'à Poudlard... Les seules tenues que vous voyez de la demoiselles sont naturellement l'uniforme aux couleurs de sa maison, ses robes de bals quand ceux ci ont lieu, ses quelques habits lors des sorties à Pré-au-Lard, et pour certains...Ses nuisettes, voire sa nudité. Mais pour le reste, chez elle, Discorde portait très souvent des robes très légères, qu'elle apportait quelques fois à Poudlard, plus ou moins sombres ou claires, très légères et frivoles, qui mettaient ses courbes bien plus en valeur que certains vêtements qu'elle possédait. Il suffisait de voir aussi parfois ses nuisettes, encore plus légères que celles qu'elle portaient à Poudlard... Il n'était d'ailleurs pas rare qu'elle prenne son petit-déjeuner dans le jardin, vêtue d'une longue chemise de nuit blanche plutôt légère.... Heureusement qu'il n'y a personne chez elle n'est ce pas? Mais de toute manière, comme tout ce qu'elle portait, c'était là encore une tenue qui lui allait à ravir. Contrairement à Morgan, Discorde n'était pas pudique pour deux sous, bien qu'elle n'irait très certainement pas se dénuder comme ça, juste pour le simple plaisir. Mais il n'y avait pas que le physique dans la vie. Ce n'était qu'un petit plus dans la vie d'une personne. Discorde avait eu la chance d'avoir un physique à la hauteur de son innocence, à la hauteur de sa personnalité. Sa personnalité, parlons en justement ! Enfant, elle était terriblement douce, calme et câline. Un peu comme maintenant encore. Quelques caractéristiques qu'elle tient de sa mère. Tout comme sa contradiction. Oui, cela, vous avez pu le remarquer, Morgan était le parfait exemple de son indécision et de sa contradiction. Elle n'avait tout simplement pas prévue que son cœur balancerait vers lui et pas un autre, comme Erwin ou Sean Fenster par exemple. Mais elle ne regrettait pas. Le regret ne faisait pas partie de son vocabulaire, heureusement, sinon, il y aurait très certainement beaucoup de choses qu'elle pourrait regretter n'est ce pas? Mais ce n'était pas tout ce qui résumait son petit caractère bien trempé. Si elle pouvait être agréable à vivre, douce, charmante et bien des qualités, elle avait cependant aussi bien quelques petits défauts, et pas des moindres... Il y avait tout d'abord la méchanceté qu'elle et son frère aîné entretenaient depuis des années maintenant, bien que dernièrement, ils n'en aient pas eu l'occasion, Azkaban les séparant. Ce qui ne lui empêchait pourtant pas de lui envoyer quelques petites lettres, d'une sœur à son frère, et de, par la même occasion lui envoyer quelques petites piques, auquel il répondait. Jusqu'à ce que finalement, il disparaisse de la prison des Sorciers. s'inquiétait elle pour lui? Pas du tout. Elle savait parfaitement qu'il allait bien. Et d'ailleurs, ce n'était pas de son genre de s'inquiéter pour lui. Il pouvait très bien s'en sortir tout seul. Mais passons, et revenons aux défauts de notre belle muette. Colérique, oui, sans aucun doute, il lui arrivait de s'énerver, et ce, très vite, encore fallait il de bonnes raisons, mais c'était toujours très spectaculaire en général. Et sa froideur extérieure? Ah... Elle vous à marqué aussi? Rare n'est ce pas? Et pourtant, c'est très certainement son instinct de survie chez les serpents qui la pousse parfois à être terriblement vile et mesquine. Tous les défauts qu'elle possédait provenaient majoritairement de son père. Le vrai, tout comme l'adoptif malheureusement. A force de vivre avec un homme comme l'était Victor Von Silverwood, on finit par prendre ses mauvaises habitudes et ses mauvaises manies. Car tout comme lui, Discorde se montre terriblement têtue et curieuse, aimant en savoir le plus possible. Ce qui est assez comique, puisqu'on retrouve ces mêmes traits chez son aîné... Ce qui entretiendrait leur méchanceté mutuelle? La fierté primait chez ces deux membres de même famille: aucun ne cédait à l'autre ne serait ce qu'une parcelle de terrain. Il arrivait même parfois que l'un d'eux se pointe dans la chambre de l'autre, que ce soit en tenue légère ou non, juste pour faire un reproche ou lancer une pique. Pas de coups frappés aux portes, pas plus de pudeur. Oui, assez bizarre n'est ce pas? Et cela continuait lors de la période de la chasse, lorsqu'ils étaient tous deux à cheval, ce qui forçait le père à les envoyer plus loin se disputer, mais aussi jusque dans les lieux et les moments les plus insolites. La seule fois où Discorde avait véritablement abusé était la fois où son frère était en plein ébat. Sincèrement, vous pensiez que Discorde ignorait totalement tout de l'amour et de ses plaisirs? Bien sûr que non ! Elle n'avait juste jamais tenté quoi que ce soit, et son frère y était peut être pour quelque chose au final, comme tout le reste de sa famille et de son histoire... Bref, pour en revenir à nos moutons, la fois où Discorde alla peut être trop loin fut une journée d'hiver, alors qu'elle était rentrée chez elle, en Bulgarie. La chambre de son frère voisinait avec la sienne, seulement séparée par une salle d'eau plus ou moins commune. Ce jour là, elle s'éveilla de très mauvaise humeur, et comme tous les jours où elle se levait de mauvaise humeur, elle s'en prenait à son frère, puisqu'il était très souvent responsable des faits. Ce jour là donc, elle se leva, dans sa nuisette rouge (qui à mystérieusement disparue par la suite, on soupçonne le frère de vol XDD), et traversa la Salle de Bain pour ensuite pénétrer dans la chambre de son frère, munie de sa baguette. Elle avait à lui causer. La nuit passée elle avait entendue des coups toute la nuit, et voilà que ce matin, cela reprenait... Ah que non, cela n'allait pas se passer comme ça ! Elle n'avait que quatorze à l'époque, lui, vingt-deux. Elle avait brutalement ouvert les rideaux qui plongeaient la chambre dans le noir et s'était retourné sur le lit d'où provenait le bruit, et où son frère était censé dormir... Sauf que cette fois, il n'était pas seul, et surtout, pas du tout en état de la recevoir. Cette vision avait très vite écœuré la jeune fille qui était repartie dans sa chambre sans demander son reste. Sans doute ne s'était elle pas attendue à cela de la part de son frère. Ce qui est sur en revanche, c'est que s'il ne vint pas immédiatement dans la chambre de sa cadette, l'aîné y entra peu de temps après, "légèrement" furieux, alors que cette dernière sortait tout juste de sa douche et commençait à peine à se vêtir. Heureusement pour elle, Discorde avait déjà enfilé le sous-vêtement du bas même si le haut était bien à découvert. On pouvait au moins dire qu'ils étaient tous deux à égalité. Au moins, depuis cette épisode, chacun des deux frappe avant d'entrer dans la chambre de l'autre. Ils auront au moins apprit que l'intimité est primordiale. Et elle avait retrouvé ce manque de respect envers Morgan. Cette façon qu'il avait eu de l'ébrécher en la forçant à l'embrasser, de la toucher là où personne n'avait jamais été autorisé à le faire... Oui, elle l'avait haïe, détesté, et aurait été prête à le tuer comme elle voulait le faire autrefois avec son frère, pour finalement, en tomber totalement amoureuse, comme victime d'un philtre inexistant. Et il avait fallut pour cela qu'elle le découvre presque évanouie dans la réserve où elle même était, ils s'étaient découverts sous d'autres jours, il la découvrait aimante et attentionnée, comme elle l'était très souvent, alors qu'elle, l'avait découvert sous un autre jour alors qu'il était malade, et ce, grâce à son délire. Oui, elle savait qu'il avait dû vivre des choses qui n'étaient pas forcément bonnes pour un enfant ou un adolescent, le découvrir ou lui en parler serait une autre chose... Mais ils avaient le temps, entre ses propres secrets et les siens, ils avaient beaucoup de choses à se dire n'est ce pas?

On ne pouvait pas dire que Discorde ne connaissait pas le Stress. C'était quelque chose d'horripilant, mais fort heureusement, elle avait trouvé les bons moyens de ne pas y céder, la première résidait tout d'abord à prendre un bon bain chaud, moussant, dans lequel elle se laissait couler pendant un certain temps? Assez pour se sentir bien, mais pas assez pour que sa peau n'en prenne le pli. La deuxième manière était l'application de petites huiles... Mais tout cela était pour les jeunes filles. Oui, on pouvait dire qu'elle s'entretenait d'une certaine manière, abandonnant son être à la plus ancienne pratique qu'il puisse exister. Son amant était un stressé permanent? Elle avait aussi la solution pour lui, et elle tâcherait très vite de le lui montrer, dès qu'ils en auraient l'occasion bien entendue. Dévouée. Naturellement, et elle lui serait très certainement jusqu'au bout, approuvant certains de ses choix, en dénigrant d'autres. Non, elle n'était pas là que pour les câlins et les étreintes, mais aussi pour l'épauler, l'écouter... Etre là pour lui tout simplement. Il pouvait être violent? Tant qu'il ne l'était pas avec elle, ou plus... Elle ne supporterait pas sa mauvaise humeur ni sa violence, c'était plus que certain, la raison étant qu'ils ne pourraient pas se voir énormément, et certainement pas comme ils le voulaient, ne pouvant profiter que de la protection délicate de la nuit et des couloirs sombres et abandonnés. Rien que cela, pour des heures bien définies. C'était si peu pour les deux amants qui s'aimaient d'un amour peu commun ! Et pourtant il faudrait s'en contenter... Si peu de temps pour une année. Une année qui allait leur paraître terriblement courte et pourtant terriblement longue. Mais la suite? Il resterait encore un an à Discorde à passer dans cette école, sauf dans le cas où son père décidait, par un malheureux hasard, de l'envoyer à Durmstrang, ce qui pourrait séparer encore plus les deux amants qui ne savaient pas de quoi demain serait fait. Mais penser au futur n'avait jamais rien de bon n'est ce pas? Seul le présent comptait, et pour l'instant celui ci se déroulait dans un lit d'infirmerie, vivant en même temps la passion des deux êtres réunis dans ce même lit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Discorde Van Silverwood

avatar

Féminin Nombre de messages : 148
Age : 29
Année d'Etude : 6ème année
Maison : Slytherin
Baguette Magique : Bois de Charmes, 30,3 cm, Ventricule de Dragon entouré d'un crin de Licorne. Mélange nocif...
Date d'inscription : 30/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Ces plaisirs violents ont des fins violentes; dans leurs excès ils meurent tels la poudre et le feu, que leur baiser consumme.
Ascendance: Sang Pur
Relations:

MessageSujet: Re: again? [PV Discorde *O*] (+16)   Dim 16 Mar - 0:18

Ce moment était très souvent le plus important dans un couple, puisqu'il ne fallait pas faire n'importe quoi, agir n'importe comment, faire l'amour salement en bref. Non, ce devait toujours être beau, empreint de sentiments, montrer que l'on s'aimait, mêler les gestes aux sentiments. Être nue devant lui ne la gênait pas, dans la mesure où il était le seul à la regarder, elle n'était certes pas un objet, mais elle était à lui, autant qu'il profite totalement de ce qu'il possède non? D'ailleurs, n'était il justement pas en train de le faire en la caressant doucement de ses mains habiles, la faisant frissonner à chaque passage, l'obligeant de plus en plus à céder à son désir de lui appartenir une nouvelle fois? Et doucement, implicitement, elle refermait ses mains sur son cœur, sans se douter que de son côté, il faisait de même avec le sien? Elle s'était laissée sans défense, mais peu importait désormais... Et les baisers étaient maintenant de mise, empreint de bien des sentiments : amour, passion, désir.. Ils étaient brûlants, tout comme leur deux corps qui se réchauffaient au contact de l'un de l'autre. Impossible de faire demi-tour désormais. Et leur passion avait quelque chose de violent, comme si ce qu'ils vivaient à cet instant ne pouvait pas se reproduire dans le futur. Ne rien laisser au hasard, et parce qu'on ne sait jamais. Et malgré la patience sont ils devraient encore faire preuve, ils ne purent attendre plus longtemps, car implicitement, tous deux savaient que le temps allait malgré tout leur manquer. Et enfin ce moment tant attendue où ils étaient enfin unis, ne formant plus qu'un, elle sur lui, les yeux clos, la chaleur de son amant l'envahissant, tout comme le feu de leur passion commune, ne pouvant s'empêcher de rougir sous cette nouvelle union, sous ce qu'elle ressentait. Les mouvements de la jeune fille se firent tout d'abord à son allure, jusqu'à ce que finalement, elle ne se mette à accélérer la cadence, sous la demande implicite de son amant, mais aussi de la sienne. Ses lèvres soudées parfois à celles de son amant, elle recueillait ses soupirs, quand ce ne pouvait être ses gémissements. Elle pouvait comprendre malgré tout que son handicap serait très lourd dans ce genre de moments, hélas, elle ne pourrait rien y changer, malgré tous les efforts du monde. Leurs souffles se mêlaient, bien que parfois, celui de la jeune fille se coupe parfois, sous l'effet de ce trop plein de désir et de plaisir, comme si elle hoquetait doucement. Ses mains étaient posées de part et d'autre du jeune homme, l'emprisonnant ainsi. Très souvent, ses yeux étaient fermés, sous l'effet de cette chaleur qui doucement, montait en elle, mais parfois, il lui arrivait de les rouvrir, regardant dans les yeux son amant, dans lesquels elle plongeant sans pouvoir en ressortir. Par Merlin, que c'était plaisant d'appartenir entièrement à l'être que l'on aime ! Au moins, de ce côté ci, on pouvait presque dire qu'ils s'accordaient parfaitement, car il était encore trop tôt pour dire que tout était parfait entre eux. Cependant, désormais, la jeune fille pourrait elle se passer de ce genre de moments? Même si elle ne cèderait pas tous les jours, sans doute allait elle estimer que ce genre de moments devraient être plus que quotidien, après tout, c'était un très bon moment de détente non? Mais voilà qu'il retournait la situation, reprenant le dessus sur elle, la dominant de tout son être, la serrant contre lui alors qu'elle l'entourait de ses bras fins et qu'elle se retrouvait sur le matelas, et tout cela, sans que jamais ils ne se quittent, restant unis et soudés. Ses cheveux noirs formaient une auréole autour de son visage alors que ses mains s'emprisonnaient dans celles de celui dont elle était amoureuse, les serrant doucement. Peut être pour faciliter son amant mais aussi pour le sentir plus en elle, de nouveau elle l'entoura de ses jambes, l'accompagnant dans son va et vient. Tout cela s'enchaînait si vite maintenant, apparition de nouvelles sensations au fur et à mesure qu'il allait en elle. Un instant, elle crut qu'elle allait exploser alors qu'il intensifiait ses mouvements, les rendant plus longs, mais aussi plus profonds, ce ne fut que lorsqu'il serra ses mains dans les siennes et qu'il se laissa aller, juste la seconde avant; que la demoiselle se sentit partir, ne pouvant contrôler cette explosion de nouvelles sensations en elle.. Oui, elle avait atteint avec lui ce point culminant et enfouie son visage au creux de son épaule pour se cacher, cacher cette rougeur qui l'avait envahie. Récupérant ses mains, elle serra son amant contre elle, tandis que lui aussi cachait son visage au creux de son épaule et contre sa mâchoire, passant sa main dans ses cheveux, déposant en même temps un baiser dans son cou. Son cœur battait plus fort, comme si elle avait fait une course, et dire qu'elle tremblait en même temps, cette fois, pas de peur, mais de plaisir. Lorsqu'enfin il se redressa, déposant un nouveau baiser sur les lèvres de la jeune fille, cette dernière le reçut avec gourmandise et le prolongea un instant, avant de le laisser s'allonger à ses côtés. Elle jeta un regard vers la grande horloge qui indiquait une heure assez tardive. Oui, il fallait qu'elle parte maintenant ou bien le pire était à envisager...

Elle se redressa et sortit du lit, cherchant du regard sa nuisette. De l'autre côté du lit. Elle sortit de ce dernier et récupéra très vite cette dernière, l'enfilant rapidement sur elle, cachant par la même occasion certaines marques qui l'habillaient. Bien que toutes ne se trouvent pas sur ses côtes ou sur son omoplate, il y en avait d'autre sur son bas-ventre, l'un de ses bras, l'un de ses poignets, mais aussi à sa cheville. Et pourtant, regardez comme cela ne fait pas du tout vulgaire mais ajoute une touche d'exotisme et de mystère à cette jeune fille. De quoi attiser la curiosité, de quoi comprendre les réactions de Morgan... Découvrir tout cela ne serait pas de repos pour lui. Une fois sa nuisette enfilée, elle attrapa sa cape et l'enfila sur elle, puis attacha du mieux qu'elle put ses cheveux, après avoir récupéré sa baguette qui lui servirait en même temps de barrette. Oui, elle était fin prête, et pourtant, ne désirait pas le moins du monde partir. Le dur retour à la réalité hélas... Se tournant vers son amant, elle alla chercher un baiser, histoire de tenir toute la journée peut être? Elle n'avait qu'une heure à elle aujourd'hui, hélas réservée depuis une semaine avec une de ses amies, dans le but de commencer les révisions pour l'année prochaine, histoire de faire des fiches et de travailler sur des sorts que son amie n'arrivait pas à exécuter. La routine en somme... Regardant son amant, elle prononça deux mots bien distinct, qu'elle exécuta en même temps dans son langage d'enfance, le langage des signes :
« je t’aime » , accompagnant le tout d'un baiser brulant d'amour. Puis, elle ne tarda pas d'avantage. Il fallait qu'elle regagne impérativement son dortoir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: again? [PV Discorde *O*] (+16)   Dim 16 Mar - 12:08

[first part]


On ne pouvait pas dire que Morgan était très attirant lorsqu’il était petit. Etant touché par une malade mentale assez imposante, il avait gagné en air stupide surtout. A la naissance, rien d’anormal si ce n’est qu’il avait perdu sa sœur jumelle, sœur dont il ignorait encore toute l’existence. Un bébé assez petit, léger - c’est toujours comme ça lorsque les enfants sont plusieurs dans le ventre de leur mère – avec déjà de beaux yeux turquoises. C’est après que tout se gâta, son regard s’était transformé en deux billes difformes, sans vie, sans reflet, justes deux billes ternes, son visage toujours livide accompagnait sa tête penché sur son épaule, toujours valdinguant de droite à gauche, comme s’il n’avait pas la force de la retenir. Son corps, frêle, tremblant, il bougeait n’importe comment. Ses pieds partaient à droite, à gauche, c’était à peine s’il pouvait marcher à l’âge de 3 ans, ses bras balans, et ses doigts sans cesse crispés sur un objet invisible. Il était laid, et c’était sans compter ses saignements de nez journaliers. Heureusement, il suffit de le libérer de son mal (ou du moins d’une partie) pour qu’l retrouve « forme humaine. Il restait un garçon plutôt petit et de constitution fragile, mais malgré tout, il était déjà terriblement mignon. C’est à l’âge de 14 ans qu’il grandit de façon assez impressionnante. Il avait quitté l’école l’espace de deux mois, pour les vacances, et en revenant, il était passé de ‘une demi tête’ de moins que les autres à une demi tête de plus. Il avait beaucoup changé, ses proportions aussi, ses épaules s’étaient élargies, sa nuque s’était épaissie, son visage affiné, même ses mains étaient passées de celles d’un gamin à celles d’un… homme tout simplement. Il ne pouvait pas êtres plus satisfait, déjà, les filles le regardaient sans spécialement de retenue, des cadettes aux ainées. Il attirait, il captivait. Inutile de préciser qu’il ne lui fallu pas bien longtemps pour profiter de la situation. Hautain il l’état déjà, mais là, ça dépassait les limites, prétentieux, arrogant et tout ce qui en suit… Non, Morgan n’aimait pas se montrer entièrement dénudé, même devant sa petite amie, qu’importe l’amour qu’il lui porte, il n’aimait pas ça et se sentait terriblement mal à l’aise. Pourquoi ? La raison est expliquée au dessus n’est-ce pas ? Etant donné qu’il avait été vu comme un monstre les premières années de sa vie, la laideur incarnée, il avait toujours peur qu’on le juge lorsqu’il était dans la nudité. Peur que quelqu’un remarque par on ne sait quel miracle le petit garçon malade qu’il était autrefois. Chose impossible certes, mais c’était ainsi. Et les jugements, il en avait déjà assez comme ça. Il se voulait la perfection incarnée en quelque sorte. Être le plus fort mais aussi le plus enviable. Quelque part, il avait réussit, bon nombres des élèves ici, rêvaient de lui ressembler. Après tout, il était bien facile pour lui de vaincre ses adversaires sans même abaisser le regard. La fierté comptait pour beaucoup dans ce petit jeu du plus fort. Méchante ? Parce que Discorde pouvait être vraiment méchante ? Morgan aimait les femmes de caractère certes mais les pestes, les « petites salopes » comme il les appelait la plupart du temps… merci bien, il s’en passerait. Disons simplement qu’elle avait tout intérêt à ravaler sa méchanceté si elle tenait à lui. Si jamais elle devait un jour se transformer en une véritable vipère… Alors ça risquerait de clincher au niveau de leur couple. Il avait besoin d’une personne patiente, gentille et douce. Une femme qui saurait se montrer déterminée, qui ne se laisse pas faire, qui à quelque petits défauts évidemment, mais des défauts toujours vite oubliés par le reste si pur… Mais Discorde n’avait surement pas été envoyée à Serpentard pour rien… Il devait forcément il y avoir quelque chose de mauvais en elle. Peut être était-elle manipulatrice, peut être sournoise bref. Tant de chose en réalité dont Livanarth ne voulait pas entendre parler pour le moment. Enfin, pour revenir au sujet précédent, pour sûr qu’il n’y avait que son amant qui la regardait assise ainsi, nue et sans complexe. Elle jouissait tout de même d’un corps sans pareil, d’accord il y avait quelques tatouages que le jeune homme aurait aimé ne pas voir mais, rien que ne puisse alourdir cette silhouette digne des plus grandes princesses. Peut être allait-il en baver pour trouver ce que tout cela signifiait, mais c’était mal le connaître que de se dire que jamais la réponse ne lui parviendrait jusqu’aux yeux ou jusqu’aux oreilles. Il obtenait toujours ce qu’il voulait, et comme le dit ce célèbre dicton : « on n’est jamais mieux servit que par soi-même ». Alors.. Qu’attendait-il ? Qu’elle parte tout simplement. Bien qu’il ne le voulait pas. Simplement, il se sentait plus en forme que la journée précédente. Il avait retrouvé tout usage de ses membres et cette nuit ne pouvait l’avoir que revigoré. C’était elle qui lui avait redonné sa force, et non pas ces infectes produits gentiment donnés par la délicate Mme Pomfresh. Pouah ! Rien que d’y penser… Qu’elle horreur. En tout cas, il allait vite filer jusqu’à la bibliothèque, ça c’était certain, voir même… La réserve ? Peu importe qu’elle lui en veuille, c’était normal que Morgan sache. C’était normal de vouloir tout savoir sur celle que l’on aime. Surtout que la belle avait éveillé sa curiosité en ne voulant rien répondre. Ça n’allait pas être un tâche aisée, après tout, il y avait sans aucun doute beaucoup de la famille Von [Van] Silverwood la dedans. Et pour tout savoir, il y avait quelques évènements que le sorcier allait devoir prêcher à la source elle-même. Mais enfin, lui aussi détenait des secrets ensommeillés qui ne demandaient qu’à sortir dès la première occasion. Combien de personnes rêvaient de les connaître ses savoir ? On ne les comptait plus. Tellement secret, Morgan était tellement secret et renfermé que sa vie intérieur demeurait un mystère ne serai-ce que pour le directeur lui-même de l’école. Mais c’était quoi au juste tout ce cirque ? Des inventions ? Non.. Rien de magique voilà tout. Il n’avait pas baigné dans la magie parce qu’il l’avait refusé, parce que le peu de sorciers qui se trouvaient dans son arbre généalogique avait souffert à cause de cette saloperie. Il ne la reniait pas non plus mais… Presque. Disons qu’il voyait ses pouvoirs plus comme une malédiction, un poison que comme un don du ciel. Les sorciers n’étaient jamais très bien perçus dans la société actuelle. Voilà pourquoi il aurait aimé posséder une vie normale de jeune homme prêt à passer son bac par exemple et à commencer une vie active. Ensuite ? Ensuite il y avait sa famille ou plus exactement ses parents. Ce lourd secret… Il était né de deux personnes totalement irresponsables, deux géniteurs complètements stupides. Surtout son père à vrai dire. Mais depuis que sa mère s’était laissé mourir, le Gryffondor nourrissait une haine pour les deux, sans faire plus de différence. Ce qu’il avait à cacher ? La pauvreté de son éducation en premier leu, de son entourage… Tout ce qu’il considérait comme honteux, il avait vécu dans un milieu dans argent, sans prétention alors que lui n’aspirait qu’à être vue comme le garçon le plus… Aristocrate de Poudlard. Tout cela n’était qu’apparence, et il souffrait de le savoir. Mas ce n’était pas tout, il avait mal rien qu’en repensant à ce que lui faisait subir son géniteur. Ça non plus il ne voulait pas se l’avouer, mais il avait grandit au milieu de beaucoup de violence. Mais pourquoi… Pourquoi fallait-il toujours qu’il s’en prenne à lui ? Et pourquoi sa mère ne réagissait-elle pas ? Jamais.. Elle tournait le dos, assise sur une chaise devant la table ou en train de découper la viande pour le repas du soir. Elle ne bougeait pas… Il avait beau hurler, pleurer, jamais aucune main ne s’était tendue vers lui. Mis à part celle qui s’abattait sur son corps meurtri et marqué. Souvent, pour se faire pardonner, Marilyn allait ensuite dans les magasins pour offrir des chocolats, des bonbons ou quelques petites friandises dans ce style à son fils histoire de le calmer. Sauf que toutes ces gâteries… Morgan les trouvait sans goût, sans intérêt. Il les mangeait oui, plus par compensation qu’autre chose, mais c’était l’équivalent que de mâcher de la pâte sans la moindre saveur pour lui. Une fois même, elle lui avait ramené une véritable tenue de petit prince, avec la dentelle, la soie et tout les accessoires que le petit garçon s’était empressé de découper aux ciseaux. Voilà à quoi son enfance se résumait. Et plus il y réfléchissait, plus il comprenait qu’il avait toujours été de trop, que son amour pour eux était sans retour, qu’en réalité il n’avait jamais été aimé pour ce qu’il était, comme un boulet, on le traînait parce qu’on y était obligé. Et encore, Mr Livanarth avait finit par quitter le saint familiale. Oui, plus il y pensait et plus il comprenait. Il n’avait jamais eu la moindre valeur pour ses parents, les seuls êtres qui lui permettait de rester dans la maison familiale étaient ses grands parents maternels qui eux avaient de la considération pour lui. Ce n’était pas pour rien qu’il habitait chez eux maintenant. Ces deux vieillards étaient toute sa famille, les gens qu’il respectait le plus, et ce, malgré le côté bourru de son grand père. Celui-ci avait beau faire semblant de ne pas s’intéresser à son petit fils, son amour pour lui se lisait dans ses yeux à toute heure de la journée. Sa grand-mère quand à elle, l’affectionnait tout particulièrement, leur relation était fusionnelle. Elle était certes un peu dure de la feuille mais elle était d’une adorable personnalité, le genre de mamie que l’on rêverait d’avoir. Pas vieux jeu pour deux sous, Morgan se souvenait encore de la fois où elle lui avait chuchoté à l’oreille, à l’arrivé de Sally Anne qui passait souvent ses vacances chez lui, de « bien s’amuser » et de lui demander s’il rencontrait quelque « problèmes » si vous voyez ce que je veux dire (xD). Moui… Merci Liliane. Non, elle n’était pas coincée de ce côté-là, les adolescents, c’était son truc, en particulier Morgan qu’elle adorait et chérissait. Enfin bref, tout ça pour dire qu’il en avait vu des vertes et des pas mûrs et que, maintenant qu’il avait trouvé un équilibre, il ne voulait pas libérer ses souvenirs douloureux.

L’écouter ? L’épauler ? Il était là pour ça lui aussi. En effet, un couple n’était pas fait uniquement pour faire l’amour. Loin de là, c’état une partie du lien d’accord, mais il y avait aussi le côté plus… Psychologique. Deux personnes ainsi liées doivent savoir compter l’une sur l’autre sans pour autant se reposer sur l’autre. Il y à tout un cheminement à accomplir, pas toujours facile, certainement, mais faisable. Des embûches ils allaient en trouver, mais… les solutions n’étaient jamais très loin. Après, on choisit de les prendre ou pas. Morgan, ayant déjà vécu une longue relation, savait à peu près à quoi s’en tenir, et se sentait parfaitement capable de l’aider, de l’aimer comme elle le désirait. Être présent était important, leur tâche était compliquée par le fait qu’ils n’appartenaient pas à la même maison et même plus, deux maison radicalement opposées. Allaient-ils réussir à passer au travers des pièges que la vie allait leur tendre, ça, seul l’avenir pouvait le dire. Vivre dans la crainte constante de se faire découvrir. SE retenir d’enlacer celle que l’on aime lorsque les regards se croisent dans les couloirs. Oh oui ça allait être dur… Ne pas se trahir soi-même, ne pas montrer son attachement, ni même ses sentiments. Un geste, rien que ça pouvait faire tourner tous les regards sur le jeune couple. Rien que de penser aux conséquences, Livanarth frissonnait. Il aurait le droit à un long discours, de la part de McGonagall ? Non, sans doute cette vielle chouette essaierait de le défendre malgré tout devant les autres. Simplement.. Elle serait bien la seule. Les autres ne tarderaient pas à l’enfoncer un peu plus sur sa chaise avant de le faire rejoindre la coure du ministère pour avoir trahi sa maison pour avoir fait une faute d’importance. Sans doute serait-il renvoyé, sans doute ses grands parents seraient au courant, sans doute la nouvelle se rependrait et alors ils seraient la risée du château tout entier. Mais se dire que « tant pis on n’a pas de chance, c’est la vie et c’est de sa faute » n’était pas du style du sorcier. Il voulait se battre pour enfin être heureux, trouver le bonheur durable. Jusqu’ici, il avait perdu un à un les gens auxquels il tenait fermement, tués, enlevés, partis, tous avaient disparus… Mais pourquoi fallait-il toujours qu’il se trouve bien malgré lui dans les situations les plus complexes. Trop tard, son cœur était enchainé à celui de la belle brune, et il ne comptait pas lâcher prise. Il faudrait le tuer pour l’obliger à se taire. Il le revendiquait oui, il aimait cette personne, il en était totalement éprit, et jamais ô grand jamais quelqu’un ou quelque chose ne pourrait empêcher ce lien.

_________________
Prefet en chef




A lovely devil.............................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: again? [PV Discorde *O*] (+16)   Dim 16 Mar - 12:09

[second part]

La serrer.. Toujours plus fort contre son corps brulant. Dans ce moment d’intimité intense, il la voyait plus belle encore. C’était comme si elle faisait partit du prolongement de son être. Elle représentait maintenant son plaisir, ses soupirs. Tout était pour elle. Discorde, fièrement dressée sur son amant le parcourait de baisers, de caresses tout en accentuant ses mouvements de hanche. Le désir de Morgan augmentait de plus en plus, il en tremblait. La différence de température entre la salle et sa chaire le faisait frémir. Il était bien, tellement bien qu’il aurait voulu rester ainsi tout le reste de sa vie. Non il ne lui avait pas dit mais elle l’avait compris, et ainsi accélérée un peu la cadence jusqu’à ce que la situation se retourne à l’avantage du jeune homme qui, allongé sur Discorde, faisait encore s’intensifier leur union amoureuse. Comment l’expliquer ? Comment expliquer que quelques jours auparavant c’était un sentiment de haine qu’il nourrissait pour elle. D’amusement aussi, amusé d’avoir pu jouer avec elle. Comment le dire alors que maintenant, elle lui avait offert sa virginité ? Ce qu’elle gardait bien auprès d’elle, ce qu’elle cachait eux yeux des garçons les plus entreprenants, elle lui offrait. Remarque, il était connu que le Gryffondor ne se donnait à n’importe qui, Morgan n’avait cédé à personne jusqu’à maintenant, sa première relation avait aussi débutée par une bataille, différente certes, mais une bataille. Lui et Sally ne pouvaient pas se voir jusqu’à ce qu’elle se retrouve à son tour dans son lit. A l’époque il était encore un gamin, moins inaccessible, elle l’avait vu grandir et finalement partir.
Le cœur du sorcier s’emballait plus encore lorsqu’il avait resserré son étreinte sur les mains de la muette qu’il maintenait dans les siennes. Il avait sentit une contraction forte de la part de Discorde, lui prouvant qu’il avait réussit à l’amener plus loin que la dernière fois, juste avant qu’à son tour il atteigne le point culminant de l’ébat. Tremblant, il s’était laissé aller tout en enfouissant son visage contre l’épaule de sa maîtresse, rougissant, haletant. Il sentit les doigts de la jeune femme glisser dans ses cheveux et savoura ces dernières secondes de fusion avant de s’allonger à côté d’elle. Le drap recouvrant les deux adolescents, la fraîcheur ne put que soulager un peu Morgan qui avait passé ses mains sur sa figure afin d’y retirer la sueur. Ce devait être la première fois qu’il prenait autant de risque en couchant avec sa petite amie. Enfin, personne n’était entré, c’était déjà ça.

Mais rapidement, la muette se releva pour enfiler sa chemise de nuit, ramenant son amant à la réalité. Ah oui.. 6 heures passée maintenant, elle devait partir. Elle vint lui dire un dernier "je t'aime" usant à la fois de ses mains, des gestes que le Londonien retint. Mais alors qu’elle s’éloignait de lui, Livanarth entendit des pas se diriger vers la grande porte et attrapa fermement le poigner de Discorde l’obligeant à revenir vers lui. Mince ! Elle devait se planquer où ils allaient êtres découverts et en beauté ! Mais où se cacher ? Sous le lit ? Non, trop large l’ouverture, derrière une colonne ? Pourquoi pas ? Derrière la fontaine ? Oui aussi. Passons. Discorde disparue tandis que l’infirmière quand à elle entrait, tenant dans sa main un autre flacon que Morgan remarqua tout de suite, faisant semblant de dormir encore.

« Allez debout fainéant ! (elle en avait de bonnes elle >.<) je t’ais apporté ton… »

Mais c’est en affichant une mimique surprise qu’elle se pencha sur lui et reprit :

« Par merlin, mais tu es rouge! Tu as encore autant de fièvre ?? »

Elle posa sa main sur son front et jugea que non. C’est alors qu’elle se mit à rire.

« Et bien mon garçon, tu sors d’un match de Quidditch ? Tiens, bois ça, je reviens tout à l’heure. »

La honte U___U Un peu plus et il était démasqué, heureusement qu’il savait mentir, autant en paroles qu’en façon de se comporter. Une fois hors de son champ de vision, le sorcier sortit de son lit, ayant revêtu son sous-vêtement, et fit signe à sa petite amie de revenir, souriant.

« La voix est libre.. » Murmura-t-il à son égard en venant lui embrasser le front. « … Bonne journée. »

_________________
Prefet en chef




A lovely devil.............................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Discorde Van Silverwood

avatar

Féminin Nombre de messages : 148
Age : 29
Année d'Etude : 6ème année
Maison : Slytherin
Baguette Magique : Bois de Charmes, 30,3 cm, Ventricule de Dragon entouré d'un crin de Licorne. Mélange nocif...
Date d'inscription : 30/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Ces plaisirs violents ont des fins violentes; dans leurs excès ils meurent tels la poudre et le feu, que leur baiser consumme.
Ascendance: Sang Pur
Relations:

MessageSujet: Re: again? [PV Discorde *O*] (+16)   Dim 16 Mar - 23:26

La beauté ne faisait pas tout, heureusement, pourtant, elle était un grand plus pour beaucoup? Il n'y avait pas de personne moins belles que d'autres dans la famille de Discorde, son frère aîné avait une beauté à couper le souffle pour une homme, et la grâce de ses mouvements ne pouvait qu'ajouter encore à sa beauté. A l'inverse de sa sœur, il avait des cheveux châtains et faisait une tête et demie de plus qu'elle, mais tous deux s'accordaient parfaitement, c'était la seule chose que l'on pouvait dire, il suffisait de les voir arriver ensembles lors des repas mondains, lui dans un de ses costumes noirs et elle dans une de ses robes de soirées qui la mettaient en valeur, les cheveux noirs ébènes relevés au dessus de sa tête et retombant en cascades sur ses épaules. S'ils ne faisaient pas partis de la même famille, on les aurait volontiers mis ensembles, juste pour le principe qu'ils étaient beaux. La mère de Discorde, elle, était d'une beauté digne d'une princesse de Contes de Fées. Ses longs cheveux blonds étaient très souvent réunis en un chignon peu sévère dans lequel se mêlait une tresse. Toujours bien vêtue, elle faisait la réputation de sa famille avec son élégance et sa douceur naturelle.C'était d'elle que Discorde tenait son amabilité et sa douceur, mais aussi sa grâce et sa façon d'être aussi affectueuse, cela, Morgan le verrait très vite, Discorde était tactile, jusqu'à un certain point, mais avec son amant; ce point aurait sans doute tendance à disparaître. Quand à sa grâce... Discorde l'avait peut être toujours eu, ce qui faisait d'elle une excellente danseuse. Il suffisait de voir, lorsqu'elle était enfant, chaque fois qu'elle marchait, on n'avait l'impression que ses pieds amorçaient des pas de danses, ses bras suivaient naturellement. On avait finit par lui prendre très tôt un professeur de Danse, comme les princesses autrefois. ainsi apprit elle la danse classique au départ, mais ce fut une danse qui ne lui plu guère. Elle apprit alors la Valse et d'autres danses d'époque dans lesquelles elle se sortait relativement bien. Puis, on lui avait demandé de choisir une danse qu'elle aimerait apprendre, le choix ne fut pas très difficile en vérité : lorsqu'elle avait 5 ans, son père l'avait mené, elle et son frère, en voyage d'affaire, dans la contrée qu'était le Japon. Le Monde sorcier de ce pays regorgeait d'ancienne tradition, notamment celle de la danse des Geishas. Discorde avait très vite été envoûtée par la grâce de leurs mouvements, la finesse des pas et la simplicité de ceux-ci. Simplicité qui était en vérité bien l'inverse. Elle aurait pu être attirée par les danses orientales d'Arabie, ou encore même les danses africaines, mais non, son choix s'était portée sur les danses du Pays du Soleil Levant. C'était ainsi et non autrement. Son professeur n'avait pas tardé à arriver, lui enseignant ce qu'il savait. Il fallut bien des années d'entrainement à la jeune fille pour parvenir à danser comme ces femmes qui vendait leur art. Heureusement, elle n'apprit que la danse, et pas les coutumes et us de ses dernières. N'allez pas imaginez autre chose. Disons que Discorde était une voyageuse fixe, tout chez elle, dans sa demeure, montrait qu'il y avait eu bien des voyages, bien qu'elle n'ait pas participé à tous, en vérité, Discorde n'avait été qu'au Japon, en Russie et en France. Elle avait visité les grandes villes, telles que Moscou et Paris. Pas une de plus et c'était à peine si elle connaissait vraiment Londres. Ce qui était assez normal, puisque ses Grands-Parents paternels, chez qui elle vivait lors des petites vacances, habitaient en réalité entre Londres et Reading, dans un petit Manoir caché de la vue des Moldus, et encore, parfois, Discorde préférait rester à l'école plutôt que d'aller chez eux. Ces derniers considéraient que les enfants et petits enfants étaient là pour relever encore plus la réputation de la famille à laquelle ils appartenaient, de cette façon ils envoyaient leur petite fille chez des gens qu'elle ne connaissait pas, ou la faire participer à des bals, des soirées avec des personnes dont elle avait rapidement entendue parler. Mais que vouliez vous qu'elle fasse dans ce genre d'endroit? Elle qui ne pouvait parler, c'était plus un fléau, une punition que de s'y rendre qu'autre chose. Hélas, que pouvait elle bien dire contre sa grand mère? Cette dernière, de prénom Olivia, bien que petite et très fine, avec le don de paraître plus grande et savait imposer le silence et le respect lorsqu'elle était présente. Il va sans dire que la Serpentarde n'aimait pas sa grand mère, qui était tout l'inverse de son grand père Samuel, qui lui, en revanche était le genre de grand père que l'on rêvait d'avoir. Ce dernier, grand et mince, avait apprit à Discorde quelques sortilèges de bases que l'on apprenait pas à Poudlard, mais qui lui servirait lorsqu'elle serait chez elle, il lui avait aussi apprit à chasser, chose qu'elle n'aurait jamais dû apprendre à faire, puisque sa condition féminine ne lui permettait pas vraiment. Petite, ce dernier la prenait sur ses genoux et lui racontait des histoires, des légendes, qui même fausses, avaient le don d'émerveiller la jeune enfant, ses cadeaux, bien différents de ce qu'on lui offrait habituellement, étaient des plus basiques, des choses de la nature, qu'il trouvait, des coquillages par exemple, mais il avait ce don de leur donner une particularité... Il y avait aussi ces formes de verres que créés les éclairs lorsqu'ils touchent le sable. Tout était original chez lui, et Discorde ne pouvait rêver d'un meilleur grand-père que celui. Certes, plus jeune, il avait été pire que tous les jeunes hommes qui sortent de Serpentard, pire que son père, mais l'âge change bien les personnes, et lui qui ne rêvait que d'avoir une petite-fille, il avait bien été servie, tout aussi ravi d'avoir un petit fils, bien que parfois, il se montra plus dur avec ce dernier, après tout, il était l'aîné, celui qui hériterait d'un nom et d'une fortune... Oh combien il avait été déçu lorsqu'il avait apprit que son petit-fils avait été envoyé à Azkaban. La déception se lisait encore sur son visage lorsqu'on parlait de ce dernier. Et comment avait réagit Discorde lorsqu'elle avait apprit que son frère avait été envoyé à Azkaban? Mal, très mal. Même s'il avait déménagé, elle se rendait parfois chez lui, grâce à la Poudre de Cheminette, au fond, elle l'aimait quand même son aîné, même si elle se montrait méchante avec lui, et que l'inverse était de mise. Ils ne se supportaient pas, c'était indéniable, mais cela leur était nécessaire malgré tout. Pour en revenir à sa réaction, elle avait très mal prit le fait que son frère soit envoyé à Azkaban, ne voulant y croire, elle s'était rendue chez lui par le réseau de cheminée. Hélas, n'y trouva que le vide. Oh combien elle avait pu pleurer ce jour là, errant dans la demeure.. Elle ne pouvait que se rappeler des piques qu'ils se lançaient, et combien elle pouvait regretter de ne jamais lui avoir dit combien elle pouvait tenir à lui malgré tout. Durant deux ans, elle s'inquiéta toujours du bien-être de son aîné, elle savait pertinemment qu'on ne survivait pas toujours dans cette prison, c'était pourquoi elle lui envoyait très souvent des lettres, même si ces dernières contenait des piques, juste pour s'assurer qu'il était toujours là... Mais là, depuis qu'il y avait eu cette évasion de mangemorts, elle ne savait plus où le joindre, ni comment il allait. Les aurors étaient venus l'interroger, elle et sa famille, mais n'avaient rien pu tirer de la demoiselle, normal n'est ce pas? Même les Grands-parents bulgares avaient été interrogés, eux qui n'avaient pas plus de nouvelles du fils de Victor que ce dernier. Ah Sarajena et Dimitri Gastrenov. Totalement l'inverse des grands-parents paternels de Discorde. Sarajena était une vieille femme dodue, au visage ridé, qui semblait en savoir long sur la vie et ses secrets, le genre de Mamie gâteau qui aimait gâter ses enfants et petits-enfants. Contrairement à la grand -mère de Morgan, cette dernière n'y connaissait pas grand chose aux adolescents, mais savait cependant qu'il fallait leur laisser beaucoup d'intimité, il n'était pas rare qu'elle reçoive Discorde et son frère lorsqu'ils étaient plus jeunes, et souvent, c'était avec des rires qu'elle accueillait leurs bêtises, même si ces dernières étaient rares. Dimitri Gastrenov, en revanche, était le genre d'homme à qui il était préférable de ne pas manquer de respect, tout comme il valait mieux ne pas tenter de s'imposer face à lui, cependant, il ne fallait pas croire qu'il était froid et distant, c'était plutôt le contraire, il savait s'y prendre avec les jeunes hommes, et mettait bien en garde ces derniers, Anja, sa fille, pouvait en répondre, tout comme Victor. Mais pour revenir à notre chère et aimée Discorde, oui, elle avait un mauvais fond en elle, mais un fond qui ne sortirait sans doute pas en présence de Morgan, après tout, il l'apaisait, et même s'il lui faisait parfois peur, sans aucun doute n'irait elle jamais se montrer agressive envers lui. Oh certes, elle lui répondrait, du mieux qu'elle pourrait, tout en sachant se préserver... Elle l'aimait bien trop pour cela. Ah l'amour...

Un couple. Oui ils étaient un vrai couple depuis peu, et ce malgré le fait qu'ils n'aient pas le droit. Une nouvelle version de Roméo et Juliette façon sorcière, façon Gryffondor contre Serpentard. Sauf que cette fois, il n'y aurait pas de prêtre pour les unir, les aider et les protéger par la sainte présence du Haut-puissant (XD), pas plus qu'il n'y aurait de faux poison pour endormir la belle en cas d'expulsion de son aimé. Non, ils étaient bel et bien seuls. Un retour à la normal n'était même pas envisageable, ils s'aimaient trop. Ce serait terriblement dur de devoir s'ignorer, de ne pas pouvoir se lancer un regard qui ne montrerait rien d'autre que de la haine ou de l'indifférence. Et aucun d'eux ne pourrait intervenir si l'autre avait un problème. Contrat implicite et invisible, petites lignes qu'ils se devraient de respecter. Cela ne finirait il pas pourtant par leur porter préjudice le soir, lorsqu'ils se retrouveraient? Sans rien dire, ne se reprocheraient ils pas le fait d'avoir été ignoré de l'autre? C'était un risque à envisager, à prévoir.Quand aux conséquences à prévoir s'ils se faisaient prendre... Il aurait peut être le soutien de McGonagall, elle serait toute seule. Loi fondamentale du règlement inexistant des Serpentards. Ne pas pactiser avec l'ennemi. Ni Slughorn, ni un seul de ses camarades. Traîtresse. Voilà comment elle serait considérée, et non autrement. La vie était cruelle quand elle le voulait. Leur seul échappatoire, la nuit, Pré-au-Lard, les Vacances... Ils n'avaient que ça... Mais comment feraient ils l'an prochain, s'ils étaient encore ensembles? Ils ne se verraient pas souvent pour ne pas dire presque jamais. Mais voyons déjà cette année avant de nous projeter dans le futur... Les conséquences, quelles que soient les moments, seraient lourdes, que ce soit pour lui ou pour elle, et j'irai jusqu'à ajouter qu'elles le seraient encore plus pour elle : elle se retrouverait totalement seule, seule dans un nid de serpents... Son père serait capable de la retirer de Poudlard et de l'envoyer à Durmstrang ou lui faire terminer son année au manoir, ou encore même de la marier plus tôt que prévu. Et cela, même contre l'avis de sa mère ou de ses grands-parents maternels... Oh combien elle serait malheureuse sans lui ! Rien que l'envisager lui serait très certainement insupportable, elle ne connaissait pas le malheur, mais le connaîtrait très bientôt si elle ne veillait pas sur leur bonheur comme s'il s'agissait d'un papillon éphémère...Morgan était son papillon doré, son être fragile, qu'elle tenait au creux de ses mains, et à qui elle chuchotait tout son amour, dans une langue qui ne serait connu que d'eux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Discorde Van Silverwood

avatar

Féminin Nombre de messages : 148
Age : 29
Année d'Etude : 6ème année
Maison : Slytherin
Baguette Magique : Bois de Charmes, 30,3 cm, Ventricule de Dragon entouré d'un crin de Licorne. Mélange nocif...
Date d'inscription : 30/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Ces plaisirs violents ont des fins violentes; dans leurs excès ils meurent tels la poudre et le feu, que leur baiser consumme.
Ascendance: Sang Pur
Relations:

MessageSujet: Re: again? [PV Discorde *O*] (+16)   Dim 16 Mar - 23:26

Deux êtres unis pour n'en former plus qu'un, voilà ce qu'ils étaient. Et c'était à croire qu'ils avaient été conçus pour cela. Pour s'aimer, s'unir, n'être qu'un. Se complétant merveilleusement bien, les formes de leurs deux corps s'épousaient parfaitement, comme les deux pièces d'un puzzle. Un souffle pour deux, deux cœurs battant à l'unisson, complétant le chant de leurs corps. Elle le dominait de tout son être, fière et pourtant dominée elle même, esclave de son amour et de son désir. Elle appartenait au jeune homme sous elle, celui qui tremblait tout autant qu'elle, qui ressentait avec elle la chaleur de cette union. Son autre. On dit que souvent, l'amour naît de la haine; était ce ainsi que cela s'était passé pour eux? Ils s'étaient haïe pour finalement s'aimer à un point terriblement inconnue. Rien n'aurait pu altérer leur bonheur, si ce n'est la présence d'une personne entrant dans l'infirmerie, ce qui heureusement, ne fut pas le cas. Elle s'était offert à lui sans chercher les conséquences de cet acte, parce qu'elle lui faisait confiance, parce qu'elle l'aimait, parce que...Parce que tellement de choses en vérité. Et il reprenait le dessus sur elle, l'aimant comme personne ne l'avait jamais fait (ce qui était assez logique dans un certain sens... ), cédant de plus en plus son cœur au gryffondor, lui laissant faire d'elle ce qu'il voulait, le laissant l'asservir s'il le souhaitait...
Cette façon qu'ils avaient de se prouver qu'ils s'aimaient, était sans aucun doute la plus belle de toute. L'expression de deux corps, de deux esprits unis pour une nuit, pour un long ou court moment, quel que soit le lieu et l'heure... Très vite, elle enfouit son visage dans le creux de son épaule, humant son odeur, terminant de s'unir à lui en recevant son essence... Elle ne pouvait pas parler, mais tentait de lui faire comprendre combien elle s'était éprise de lui, combien elle pouvait l'aimer. elle aurait pu rester quelques minutes de plus là, allongée contre lui, parcourant du bout de ses doigts son torse, mais le temps était cruellement en avance, et il lui fallait partir... Au moins, personne n'était entré, personne ne les avait surprit, ils étaient tranquilles...

Il lui avait demandé de lui apprendre son langage, elle le faisait, bien que l'apprentissage serait assez longs, car il y avait bien deux manières de parler dans cette langue, autant qu'il apprenne les deux. Elle aurait pu lui en apprendre d'autres à cet instant, mais elle n'avait hélas plus le temps, ce dernier ébat ayant prit beaucoup de minutes, sans doute devrait elle courir pour rentrer, et éviter certaines personnes susceptibles de rôder dans les couloirs. Mais ce qu'elle n'avait pas prévue, c'était que quelqu'un se pointerait aussi tôt dans l'infirmerie. Ce fut Morgan qui le lui indiqua en l'attrapant fermement par le poignet, la ramenant vers lui. Garder son sang-froid. Son esprit avait très vite calculé les possibilités pour expliquer sa présence dans ce lieu, dans cette tenue. Elle pouvait se cacher, ou bien rester sur place, plus éloignée du lit de son amant. Elle saurait s'en sortir, même si elle n'aimait pas mentir, elle savait, fort heureusement pour elle, le faire. Finalement, elle choisit de se cacher derrière une colonne assez éloignée du lit de Morgan et de l'atelier de Mme Pomfresh. Celles ci, faites de pierres, étaient assez grande de diamètre, de quoi bien cacher une personne de la vue d'une autre. Elle ne put que sourire en entendant les paroles de l'infirmière, elle visait presque bien. Heureusement que finalement, elle n'avait pas vu la Serpentarde, qui était aussi rouge que son compagnon. Un match de Quidditch à deux? Presque... Mais d'eux deux, cherchez donc qui est le vif d'or? Ce ne fut que lorsque son amant vint la chercher qu'elle sortit de sa cachette, le regard et le visage sereins. Non, elle ne s'inquiétait pas. Elle apprécia son baiser et l'entoura un instant dans ses bras, se serrant l'espace d'une seconde contre lui, avant de finalement se détacher de lui et de reprendre le chemin de son Dortoir. En espérant que cette fois, personne ne serait sur son chemin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: again? [PV Discorde *O*] (+16)   

Revenir en haut Aller en bas
 
again? [PV Discorde *O*] (+16)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» ¤* Eris de ShasowSong, Déesse de la Discorde*¤
» Eris, EX-Déesse de la Discorde et du Chaos
» ~ Eris, Déesse de la discorde [FINI]
» ? (m) Matthew Schaeffer + Des jumeaux c'est deux fois plus de Discorde. (RESERVE)
» Le Bal de la Discorde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Contre-Attaque :: l JDR__* Château : Cachots et Sous-sols :: RÉSERVE DE POTIONS-
Sauter vers: