AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sortie par froid hivernal [Morgan *o*]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pixie McCartney
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin Nombre de messages : 143
Age : 34
Année d'Etude : 6ème Année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : ___* Bois de Rose - 32.5 Centimètres - Plume d'Hippogriffe
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Par delà les Ténèbres, la Magie nous éclaire, pour que le Mal soit à jamais combattu.
Ascendance:
Relations:

MessageSujet: Sortie par froid hivernal [Morgan *o*]   Sam 2 Fév - 14:22

  • 17 heures. Le froid était tombé sur Poudlard bien plus vite que l’on aurait pu le penser. Les feuilles des arbres étaient déjà tombées par dizaine et un givre blanc s’installait sur les branches nues de ceux-ci. Bien qu’il fut encore tôt et que la plupart des cours fussent terminés, la plupart des élèves de Poudlard avaient décidé de rester au chaud à l’intérieur du château, somnolant peut-être devant la cheminée, dans un fauteuil de leur salle commune, ou bien travaillant entre amis à la bibliothèque du château. Certains élèves avaient cependant quitté la chaleur régnant dans leur salle commune, se promenant autour du lac, jouant au milieu du parc à tout et n’importe quoi, dans le but de faire passer le temps jusqu’à l’approche du dîner. Certains élèves de 5ème année à Serpentard étaient même descendus jusqu’à la cabane qui avait été la maison du garde chasse Hagrid, leur ancien professeur de soins aux créatures magiques, plutôt mauvais lorsqu’on y repensait, mais qui, par sa présence, avait toujours montré que Poudlard était entre les mains du bien. Aujourd’hui, comme beaucoup d’autres sorciers, Rubeus Hagrid s’était trouvé dans l’obligation de fuir l’école qui était également sa maison, et le son manquant de son souffle dans une flutte de bois au milieu du parc manquait tristement dans l’air. Ces quelques élèves étaient à présent en train de faire tout leur possible pour ravager ce qu’il restait du potager du garde chasse, cassant les barrières à l’aide de leur baguette magique, sans se préoccuper de savoir si leurs actions étaient ou non justifiées. Pixie McCartney venait de sortir du château, et passait à la lisière de la forêt interdite, dans le but d’aller rendre une petite visite à certaines créatures vivant dans celle-ci, et observa de loin là scène, un pincement au cœur, les yeux brillants…
    Rien ne manquait plus à la jeune fille que son école, Poudlard. Elle y était pourtant, mais depuis quelques semaines, elle avait l’impression d’avoir pénétré dans un lieu dans lequel elle n’était jamais allée. Rien au château n’était plus pareil, et le plus désolant était de voir, comme à ce moment précis, que certains s’en réjouissaient. Les sourcils légèrement froncés, elle tourna le dos à la scène, résistant à l’envie d’aller donner une correction à ces petits crétins pas plus intelligents qu’une goule, qui trouvaient certainement leur occupation une des meilleures façon de se divertir. Elle irait certainement essayer de remettre quelque peu le terrain en ordre plus tard. Aujourd’hui, elle n’avait pas envie de se frotter aux Serpentard, même s’ils étaient loin de lui faire peur, et qu’il étaient, de plus, plus jeunes qu’elle. Passant sous une branche encore pourvue de feuilles qui perdaient leur couleur verte, Pixie tourna les yeux vers l’intérieur de la forêt interdite. Cette forêt était interdite d’accès aux élèves, mais cette règle n’avait jamais vraiment été respectée, et ce depuis toujours. Les élèves ne s’aventuraient jamais vraiment loin, mais chacun d’entre eux avaient déjà, au moins une fois, fait quelques pas là où ils n’auraient pas dû se trouver, à la fin de leur 7ème année à Poudlard. Pixie observa juste devant ses yeux, de grands chevaux blancs, pourvu chacun d’une corne magnifique sur leur front. Les licornes étaient deux, et Pixie étaient habituée à les trouver ici. Elle avait découvert des ses premières semaines à Poudlard où se trouvaient certains animaux vivant dans la forêt. Bien que d’apparence, Pixie pouvait passer pour une fille renfermé qui préfèrerait ne pas avoir de contacts avec quiconque pour ne pas s’énerver, elle était en réalité une jeune fille très douce, qui adorait les animaux, et en particulier, les licornes. Son père adoptif lui en avait parlé des dizaines de fois avant qu’elle n’arrive à Poudlard, et jamais elle n’avait vraiment cru en leur existence avant de les voir, mais aujourd’hui, les licornes étaient une des choses qui permettaient à la jeune fille de réfléchir… Elle s’approcha de l’une d’elle, puis s’assit près de celle-ci. Elle savait parfaitement que les licornes étaient le genre d’animal qui n’aimait pas que l’on s’approche trop d’eux sans prévenir. Elle s’appuya contre un arbre, sentant son corps chaud faire fondre sous elle le givre présent sur les racines sortantes de cet arbre. Elle sortit de son sac un carnet à dessin, puis un fusin, avec lequel elle commença à griffonner quelques croquis. Au bout de quelques minutes, une d’entre les licornes s’approcha d’elle, baissant la tête, faisant glisser le long de son corps ses crins argentés. Pixie introduisit la main dans l’une des poches de son sac, et en sorti quelques morceaux du repas qu’elle avait prit le midi, puis laissa l’animal blanc comme la neige s’en emparer, gardant la main ouverte.
    Alors qu’elle reprenait son dessin, elle entendit quelques bruissements de feuilles à sa droite, et la licorne s’éloigna aussitôt d’elle, certainement surprise. Pixie se releva, laissant ses affaire sur le sol, puis pencha la tête, essayant d’apercevoir le nouvel arrivant…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Sortie par froid hivernal [Morgan *o*]   Sam 2 Fév - 15:25

17h, c’était l’heure à laquelle les cours s’arrêtaient pour la majorité des élèves. Certains continuaient avec des heures supplémentaires, d’autres allaient se détendre à l’intérieur même de leur maison, d’autres rejoignaient leurs amis à l’extérieur mais une chose était clair : interdiction de dépasser l’heure limite de sortie. Le château n’était plus le même, les règles étaient bien plus strictes, les professeurs, plus sévères par obligation, les cours de défenses contre les forces du mal plus ardues –on se demande bien pourquoi- et même l’ambiance était tendue. Sans cesse la peur étreignait le cœur des habitants de l’école. Sombre… Sombre… Et froid. Telle était maintenant la description de Poudlard. La magie était à son point de fusion entre le bien et le mal. Il fallait éviter le pire, il fallait se battre. Si beaucoup ne le remarquaient pas, les autres savaient bien que, dans un avenir proche, ils seraient amenés à se battre. Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom était proche. Plus proche qu’on ne le pensait. Ses sbires, les mangemorts le prouvaient. Déjà, deux élèves avaient été torturés toute une nuit. Des cris résonnaient encore dans les murs le lendemain matin. L’avenir se jouait sur peu de choses. C’était pourtant simple : les meilleurs allaient survivre, les autres allaient mourir. Harry Potter était une légende. Plus une légende non… Un mythe éphémère, que toutes les mémoires cherchent à se remémorer pour se donner du courage. Mais la vérité en était une autre : on ne peut compter que sur soi-même.
Morgan, Gryffondor de 7eme et dernière année, avait connu l’école avant, ses premières années, l’insouciance. Evidemment, il n’avait pas vu la transformation s’installer. Comme ses camarades, il avait été surpris en rentrant une année, en voyant tous ces visages fades, en remarquant toutes ces modifications. Malgré tout, il ne s’en faisait pas. Il n’y pensait pas. Si l’atmosphère était différente, lui n’avait pas changé. Il resté cette espèce de misanthrope, sur de lui, muet et implacable. Cet homme détesté mais aussi envié par bien du monde. Que c’était agréable de voir ça tout de même, ces yeux tournés vers lui, inspirant une haine profonde, un désarroi ou encore de l’envie. Autant dire qu’il inspirait à une bonne gamme d’émotions. Parfois confuses. Seul ? Il l’était souvent –si c’n’est tout le temps- le fait qu’il possédait une petite amie était devenue plus un mythe qu’autre chose. Le jeune sorcier n’était jamais accompagné de fille mis à part sa « petite sœur » à quelques rares occasions. Elle état la seul fille avec laquelle l pouvait se montrer plus sympathique. Pourquoi ? Parce qu’elle était sa sœur tout simplement. Parce qu’il n’avait pas à jouer avec elle. Parce qu’ils se disputaient souvent mais qu’au final, ils se rabibochaient. La vie était un drôle de mélange tout de même. Un même personnage pouvait avoir plusieurs facettes. Morgan était l’un d’eux. Non pas qu’il possédait une quelconque schizophrénie, il était plutôt le genre à changer de masque le jour et la nuit. Il ne se dévoilait jamais vraiment et n’en avait pas envie. Le fait qu’il parle rarement en était une preuve. Ne pas dire ce que l’on pense, ne pas se donner la peine de prendre part à une conversation, de répondre. Ça il connaissait parfaitement. Et même si c’était le genre de chose qui horripilait les autres, il demeurait le même.

Ce soir là, le jeune homme sortait tout juste de son cour d’Arithmancie lorsqu’il se reçu déjà une boule de papier dans la figure. Enfin pas tout à fait ? En vérité, l’habitude fit qu’il l’intercepta avant même qu’elle n’atteigne son but et regarda immédiatement en direction du lanceur. Un Gryffondor –encore une fois- qui semblait d’ailleurs quelque peu frustré de ne pas avoir réussit son coup. Un pari ? C’est vrai que Morgan était la cible de pas mal de ce genre de chose. Intouchable, inaccessible, il avait tendance à attirer ces bêtises. Enfin toujours est-il qu’il se contenta d’afficher un demi sourire on ne peut plus sarcastique sur ses lèvres avant d’avancer vers l’autre élève. Il n’était ni aimé des autres maisons, ni même de la sienne. Pourquoi pas ? Chacun sa vision des choses non ? Le jeune surdoué n’aimait pas cette répartition, il n’était dans le camp de personne et assumait tout à fait.

« Un problème ? » Lança-t-il alors au jeune impertinent d’une voix suave.

« Je… Non. C’t’ait pas toi que j’visais d’toute façon. » Répondit avec difficulté l’autre élève.

Morgan arqua un sourcil et afficha un air sceptique.

« Bien, je vais m’en tenir à cette ridicule réplique et te conseiller simplement de ne pas recommencer »

Puis il écrasa avec force le bout de papier sur l’épaule de son interlocuteur le faisant vaciller sur place avant de se retourner et de sortir par la grande porte d’un pas assuré.
Dehors le froid était omniprésent. L’hiver n’était pas terminé et ça se sentait. La neige recouvrait encore quelques parcelles de terre et le Gryffondor referma son manteau avant de continuer sa marche. Il passa devant les potagers où s’activait quelques personnes, puis la maison d’Agrid avant de se trouver en face de la forêt interdite. La nuit commençait à tomer et ça n’avait rien de prudent d’y entrer. Pourtant, c’est ce qu’il fit. Le jeune imprudent s’engouffra parmi les branches et les troncs morts. Il continua quelques mètres avant d’apercevoir une jeune fille assise devant un groupement de licorne. Intrigué, il s’avança lentement et silencieusement. Hélas, sans faire attention, le jeune homme marcha sur un caillou qui roula et heurta le tronc d’arbre à côté duquel était assise la fille. Les licornes s’enfuir et Morgan se retrouva nez à nez avec la dessinatrice qui s’était retourné. Mais avant même qu’elle ne puisse voir son visage, il plongea sur elle les faisant tomber tout les deux sur le sol et d’une main habile écarta juste assez sa robe pour dégager sa gorge et mordre dedans lui faisant ainsi croire qu’elle avait affaire à un vampire. Il mordit assez fort pour lui laisser une marque mais surement pas lui faire mal. Etai-ce malin de faire ça ? Nan mais Morgan avait parfois des envies bizarres : la preuve. Enfin il finit par lâcher son emprise et se contenta d’embrasser l’endroit qu’il avait mordu avant de redresser son visage pour se montrer à Pixie.

« Bonsoir… » Murmura-t-il simplement en affichant un sourire malicieux.

Allongé sur elle encore une chose était certaines, ils étaient tout deux dans une position plutôt suspect (xD) Mais que voulez vous, Morgan restait Morgan un garçon imprévisible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pixie McCartney
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin Nombre de messages : 143
Age : 34
Année d'Etude : 6ème Année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : ___* Bois de Rose - 32.5 Centimètres - Plume d'Hippogriffe
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Par delà les Ténèbres, la Magie nous éclaire, pour que le Mal soit à jamais combattu.
Ascendance:
Relations:

MessageSujet: Re: Sortie par froid hivernal [Morgan *o*]   Sam 2 Fév - 16:15

  • Pixie n’eut pas le temps de voir qui était le nouvel arrivant. Elle entendit un bruit sourd, ressemblant exactement à la chute de quelqu’un, puis se retourna par reflex, se retrouvant nez à nez avec… Elle ne su pas exactement de qui il s’agissait, étant donné qu’elle se retrouva, en quelques millièmes de secondes, emportée par l’individu. Elle sentit ses coudes toucher le sol, puis son dos entièrement, avant que ses cheveux ne touchent enfin le sol terreux gelé.
    Elle sentit alors un pincement, en premier lieu, au niveau de son cou, exactement où, d’après ce qu’avait lu Pixie, les créatures appelées « vampires » s’en prenaient aux humains. La morsure devint plus ferme, mais Pixie n’eut aucune sensation désagréable…
    Tout d’abord, elle s’en voulu de ne pas avoir prit soin de garder dans sa main sa baguette magique. Elle était dans sa poche, mais le jeune homme allongé à présent sur elle la plaquait aux sol, et elle ne pouvait faire de mouvements brusque vers sa poche. Elle respira profondément, gardant son calme habituel, bien que se demandant si elle venait vraiment de se faire mordre par un vampire. Elle posa alors ses mains sur les épaules du jeune homme, et déplia ses bras en un seul coups, afin de l’éloigner d’elle…
    Elle se retrouva alors étonnement face à un élève de sa propre maison. Il lui semblait qu’il était en dernière année à Poudlard, il avait donc un an de plus qu’elle. Pixie s’était attendu à un grand nombre de choses, même à un véritable vampire, mais à lui… Mais qui pouvaient lui confirmer, de toute façon, que le jeune homme qu’elle avait en face d’elle n’était pas un vrai vampire ? Après tout, leur apparence ressemblent à celle des humains… Elle plongea son regard dans ses yeux bleus pâles, qui lui rappelèrent étrangement le bleu des siens, puis baissa les yeux, avant de monter sa main droite à son cou, touchant l’endroit où le jeune homme l’avait mordu. Il ne l’avait pas mordu assez fort, elle savait qu’il n’y avait pas de plaie et qu’il ne lui avait pas fait de mal, mais c’était un réflex. Elle regarda à nouveau le jeune homme, puis le poussa à nouveau, essayant de se relever.


    - Pousse toi, qu’est-ce qu’il te prends ?!

    Elle n’avait pas parlé avec un ton énervé, mais simplement septique. Elle fronça les sourcils, tout en regardant à nouveau le jeune homme. Il avait les cheveux bruns, un regard qui semblait noir mais qui pourtant avait une couleur clair qui le rendait perçant et même… Pixie baissa les yeux à nouveau. Pour une raison qu’elle ignorait, le jeune homme l’avait mit mal à l’aise, plus en la regardant qu’en lui sautant dessus. Bien qu’elle le pousse, elle ne faisait pas de grands mouvements qui l’aurait repoussé et fait tombé à terre à son tour. A sa gauche, les licornes avaient filé aussi vite que l’éclair en voyant l’attitude du jeune homme.

    - Mh…

    Pixie avait poussé un petit son qui était venu tout seul, sans qu’elle n’ait aucune intention de le faire. Elle garda sa main sur son cou, tout en évitant de croiser le regard du jeune homme. Il avait de la chance qu’elle soit dans un « bon jour ». Il arrivait parfois que quand on l’abordait, Pixie s’enfuit sans même répondre. Elle n’avait pas peur des gens, mais avait tellement l’habitude d’être jugée qu’elle n’avait jamais confiance en une personne qui l’aborderait sans aucune raison. Le plus étonnant était qu’elle n’avait même pas poussé le jeune homme pour se relever. Elle restait là, assise sur le sol, laissant le temps passer, sentant le regard du jeune homme peser sur elle. Elle ravala sa salive, puis tourna la tête, là où les licornes s’étaient trouvé quelques secondes auparavant. C’était malin, peut-être ne pourrait-elle plus venir se reposer dans cet atmosphère avant longtemps, si elle avait fait peur aux créatures… Elle essayait de ne pas croiser le regard du jeune homme, mais étant donné qu’il ne bougeait pas plus qu’elle, elle fut bien dans l’obligation de se tourner vers lui à nouveau. Après tout, il n’allait pas camper ici et dans cette position… è_é Lorsqu’elle croisa à nouveau son regard, un sourire illumina enfin son visage, un sourire qu’elle n’affichait pourtant pas souvent, et que d’ailleurs, elle tenta de cacher. La situation était bizarre, plus que ça même, et elle mourrait d’envie d’en savoir plus sur le pourquoi du comment. XD Il voulait jouer à ça… Ce n’était pas du tout dans ses habitudes, mais avec un petit air amusé, elle lui demanda :

    - Puis-je connaître la raison de ce dérangement ? =P
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Sortie par froid hivernal [Morgan *o*]   Sam 2 Fév - 22:20

Morgan ne jugeait pas les gens sur leur style, mais plutôt sur leur façon de leur porter. N’aimait pas les gens qui changeaient de look toutes les semaines, ni même ceux qui faisaient les choses à moitié. Lui était entré dans un style très bureaucrate. Et alors ? Il assumait sa façon d’être toujours habillé de beaux costumes alors que d’autres étaient en baggy, tee shirt moulants et compagnie. Cette fille avait un look bien à elle, le jeune homme l’avait remarqué lorsqu’il avait relevé la tête. Un peu « emo » sur les bords, elle arborait à la perfection un maquillage particulier. Elle était belle, c’était le moins que l’on puisse dire. De beaux yeux clairs, une peau unifiée, des cheveux noirs. Un peu enfantin certes, légèrement sombre, mais attirant tout de même. Il la dévisageait et elle le voyait bien, la preuve, elle ne désirait pas le regarder. D’ailleurs, elle ne le repoussait pas tant non, pas assez du moins pour renverser la situation. Qu’est-ce qui lui prenait de faire ça ? Excellente question oui, vraiment, qui demande réflexion profonde mais… il n’était pas ici pour ça. Le garçon sage révélait sa vraie nature. Le garçon sage démontrait qu’en chaque homme se cache cette même aura, cette même envie. Enfin le jeune sorcier se contenta d’afficher une nouvelle fois son sourire avec malice sans prononcer un seul mot. Elle était surprise ? De quoi ? De s’être fait mordre par un homme dont elle ignorait tout ? C’est vrai ça, voilà quelque chose qui n’arrivait pas à tout le monde. Morgan plissait ses yeux pour mieux la transpercer, pour mieux la contrôler, même sans la toucher. C’était facile, pour lui… Pas pour tout le monde. Mais lui… Il avait une certaine connaissance de l’esprit humain et savait bien ce que ce genre de fille devait ressentir à cet instant présent. De la surprise ? Plus maintenant. De l’incompréhension ? Comme tout le monde. Non, cette fois c’était plus fort. L’envie d’en savoir plus ? De vivre quelque chose de pas banal.. ? De… Défier certains principes ? Le Gryffondor ne l’avait pas spécialement remarquée avant, il n’avait même pas remarqué qu’elle était dans la même maison que lui. Son cigle sur sa cape l’en informa. Elle avait porté sa main à son cou, à l’endroit exact ou il avait posé ses lèvres et mordu. Elle en portait d’ailleurs encore une petite marque qui partirait dans quelques jours.

Lui-même avait envie de lever quelques un de ses propres principes. De son regard se dégageait presque quelque chose d’animal qu’il modelait à la perfection. Une lueur sensuelle et brillante pouvant éclaircir un certain nombre de doutes. Le garçon s’était éloigné pour la laisser « respirer » et ne se lassait pas la dévorer de ses yeux turquoises. Mais voila que sa « victime » voulue en savoir plus et lui demanda la raison de sa présence ici. Morgan faillit répondre « te manger » mais il se contenta de dévier son centre d’attention vers la lune faisant mine de s’intéresser à celle-ci. Encore une fois il n’utilisa pas sa voix et montra la sphère blanche et fluorescente du doigt. Excuse sans le moindre fond ni la moindre explication. Elle pouvait penser ce qu’elle voulait il n’était pas ici pour se justifier de ses actes. S’avançant vers la jolie brune, Morgan s’empara de ses deux mains dans les siennes et la força à s’allonger sur le sol, à nouveau placer par-dessus elle :

« Qu’elle importance ce que je fais ici… ? On n’est pas là pour parler. Dis-moi… As-tu déjà gouté au vrai plaisir sensoriel ? »

Autant dire qu’il n’y allait pas par quatre chemins. Mais c’était tout lui. Lui qui n’aimait pas qu’on parle de ceci ou de cela pour en arriver au même point ne le faisait pas aux autres. Lui qui n’ouvrait jamais la bouche ne le faisait que pour dire les choses comme il les voyait dans sa tête, comme il les pensait, comme il les imaginait. C’est pourquoi, même sans connaître le nom de cette jolie personne, il lui avait dit… Elle avait le droit d’être choquée, mais ça ne changerait rien. Avec Morgan il fallait s’adapter et non pas attendre qu’il le fasse lui-même. C’n’était pas à ce jeune homme de changer, mais à vous ! Il reprit :

« Tu ne dis rien ? Tu es timide peut être… Tsss… Ne t’inquiètes pas, je ne suis pas un ogre. Je ne te ferais rien. Je veux juste éveiller… quelque chose qui me parait légèrement enfouit là, tout au fond de ton être. Attends, je vais te montrer qu’aujourd’hui est ton jour de chance… »

Le jeune sorcier inclina sa tête légèrement sur le côté en approchant doucement ses lèvres de celles de Pixie jusqu’à ce qu’elles se rejoignent en un baiser particulièrement doux. Morgan ne voulait pas la forcer, il connaissait son succès avec les filles, il savait que physiquement, il ne déplaisait pas. Certes, se faire embrasser de la sorte, même par un bel inconnu, n’était pas chose courante. Pourtant Morgan avait le sentiment qu’il arriverait à partager quelque chose avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pixie McCartney
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin Nombre de messages : 143
Age : 34
Année d'Etude : 6ème Année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : ___* Bois de Rose - 32.5 Centimètres - Plume d'Hippogriffe
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Par delà les Ténèbres, la Magie nous éclaire, pour que le Mal soit à jamais combattu.
Ascendance:
Relations:

MessageSujet: Re: Sortie par froid hivernal [Morgan *o*]   Dim 3 Fév - 0:48

  • Étrangement, Pixie n’avait pas eut la force de repousser le jeune homme. Peut-être n’avait-elle plus vraiment de force, en ce moment, à cause du tournant difficile que prenait sa vie, maintenant que les forces du mal prenaient le pouvoir sur le monde des sorciers tout entier. Rien n’était plus pareil pour elle, maintenant. Elle n’avait jamais eut une vie bien heureuse, et jamais beaucoup d’amis, mais aujourd’hui, c’était encore plus dur pour elle de se faire des connaissances, puisque ses pensées étaient encore plus occupées qu’habituellement par ses soucis, ce qui expliquait qu’elle ait l’air encore plus renfermée et dans la lune qu’à son habitude.
    En quelques nouvelles secondes, le jeune avait à nouveau entraîné la jeune fille sur le dos, et se retrouva sur elle. Pixie sentit battre son cœur, et les mains immobilisées le long du corps, elle sentit celui du jeune homme battre contre sa poitrine, alors que son torse la rejoignait.
    Il approcha alors son visage du sien, et, le regard plongé dans le sien, sentit la respiration du jeune homme dans sa propre bouche sans même faire le moindre mouvement. Elle sentit alors les lèvres du jeune homme toucher les siennes, et lui offrir un doux baiser qu’elle accepta pour une raison qu’elle ignorait. Le regard du jeune homme l’avait complètement fait s’évader, et elle s’y était comme « perdu ». Elle lui rendit alors son baiser, sentant sa température monter, et le corps chaud du jeune homme la réchauffer. Elle n’avait plus froid, elle avait même la sensation d’être sur le point de mourir de chaud.
    Le baiser dura à peine quelques secondes. Lorsque leur visage s’éloignèrent à nouveau, Pixie posa à nouveau ses mains sur les épaules du jeune homme, et l’éloigna d’elle, se redressant, dans un silence gêné. Elle ne savait pas vraiment ce qu’elle ressentait, en ce moment précis. Quelque peu mal, mais aussi bizarrement heureuse. Le jeune homme avait quelque chose de spécial, et Pixie avait pu le remarquer dans ses paroles : « As-tu déjà gouté au vrai plaisir sensoriel ? » ; « Ne t’inquiètes pas, je ne suis pas un ogre. » ; « Quelque chose qui me parait légèrement enfouit là, tout au fond de ton être. Attends, je vais te montrer qu’aujourd’hui est ton jour de chance… » Pixie ne savait pas quoi répondre à ses paroles. Il avait tout de suite comprit que quelque chose était enfouit en elle, qu’elle ne montrait pas physiquement ce qu’elle était intérieurement. Il s’exprimait différemment de « Monsieur tout le monde », il ne portait pas son uniforme mais un costume plutôt classe, qui contrastait avec l’apparence de Pixie, mais pourtant… Il était différent, c’est tout.
    Pixie n’osait pas lever à nouveau les yeux vers lui, et croiser son regard bleu ciel qui lui enlevait la face de son caractère qui aurait certainement repoussé le jeune homme. Elle n’avait encore rien dit, mais leva enfin les yeux vers lui, et sentit ses entrailles se déformer, l’envie de sourire sur le visage, un nœud se formant dans son ventre, le cœur battant et ses yeux brillèrent. Elle baissa à nouveau les yeux…


    - Oh mince, ma mine est cassée…

    Ouh lala… Impossible, elle n’avait pas pu dire cela… POURQUOIIII T__T Pourquoi avait-elle hérité d’un esprit aussi déraillé ? Alors qu’elle avait baissé les yeux, ils étaient tombés sur son carnet à dessin encore ouvert sur le sol, et elle avait remarqué cela… Mais ce n’était vraiment pas le moment de penser à ça, et encore moins d’en parler… Elle était DESESPEREE. C'était son jour de chance ? Sûrement pas TT. Le jeune homme était bizarre, certes, mais peut-être pas autant qu’elle, en tout cas lorsqu’on entend quelque chose comme cela.
    Oubliant presque la présence du jeune homme par sa bêtise, elle s’enfouit la tête dans les mains, ayant presque envie de verser quelques larmes devant sa stupidité. Alors qu’UNE FOIS un garçon venait vers elle de lui-même et qu’il lui plaisait autant physiquement que par sa différence, elle avait parlé de la mine de son crayon. Dans quelques secondes, il allait passer son chemin… Ou pas. Après tout, il avait déjà démontré qu’il était capable de pas mal de choses bizarres, lui aussi. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Sortie par froid hivernal [Morgan *o*]   Dim 3 Fév - 1:35

Il s’était allongé sur elle, il lui avait capturé les mains et finalement, il l’avait embrassé. Tendrement. Voilà des mots qu’on dirait sortis tout droit d’un roman d’amour. Un homme et une femme s’aimants sur un lit de pétales de roses, tout deux baignés d’une atmosphère chaude et rassurante… Aaah… Mais non pas du tout, en fait il s’agissait bien d’un homme et d’une jeune femme, sauf qu’ils ne se connaissaient pas, étaient allongés sur un lit de feuilles mortes et de terre, dans la forêt interdite, plongés en une atmosphère pire que macabre. Ah bah oui hein, on était à Poudlard ici, pas dans je ne sais qu’elle château déguisé de Marie Antoinette. Passons… Morgan n’avait pas pour autant lâché son emprise sur elle, et elle n’avait pas refusé ce baiser qu’elle prolongea même. Un sentiment de culpabilité avait immédiatement traversé l’esprit du jeune homme qui pourtant, ne voulu pas faire marche arrière. Il aimait trop ce qu’il était en train de faire. La liberté lui pendait au nez, il se sentait comme un papillon qui volait pour la première fois. Ce n’était pourtant pas la première fois qu’il vivait ce genre de sensations, mais… c’était différent. Il n’était pas un garçon très gentil c’est vrai, on pouvait même dire qu’il s’agissait là d’un véritable goujat, un sale petit con prétentieux. Enfin… Depuis le temps, il était immunisé contre ce genre d’insultes. Voilà pourquoi il ne s’était pas arrêter de l’embrasser. Cependant, il accepta le fait qu’elle le repousse une nouvelle fois. De toute façon, il n’y avait plus grand soucis à se faire, le plus ardu était passé, elle avait accepté qu’il l’a touche, elle allait accepter une seconde fois. Mais Morgan n’était pas un rustre pour autant. Il savait jouer de la finesse, de l’entendement. Il savait attendre tout comme SE faire attendre. Désirer. Voilà donc, ils étaient revenus à leur position initiale : morgana s’était relevé la laissant s’assoir à nouveau. Evidemment, il s’attendait à ce qu’elle dise quelque chose, n’importe quoi après ça. Enfin n’importe quoi.. Ce que Pixie prononça dépassait l’entendement (xD) et le jeune homme ouvrit de grands yeux interloqués avant d’éclater de rire. Elle avait cassé la mine de son crayon ? C’était trop fort ! Ah non là il n’avait pas put s’en empêché et avait rit. Chose plutôt rare il fallait bien l’avouer.

Le sorcier pencha son visage en avant, il avait arrêté de rire mais souriait toujours. Elle avait honte, il le voyait bien. C’est vrai que.. Dire un truc comme ça après une scène parelle n’était pas banal. Mais elle n’était pas laide, loin de là. Du moins, Morgan ne trouvait pas. Elle était simplement différente de certains camarades.

« Inutile de te cacher… »

A l’aide de ses deux mains, le jeune Gryffondor retira celles qu’avait posté la jolie brune sur son visage et reprit :

« … Je te vois quand même… »

Fin psychologue ? Etant donné les drames qu’il avait vécu, Morgan avait en effet un certain savoir faire pour ce qui était de deviné à la façon d’agir des autres, les problèmes qu’ils avaient. Cette fille, solitaire, silencieuse, timide. Elle avait quelque chose de spécial c’est vrai. Mais attention, il n’était pas un enfant de cœur non plus, il n’était pas spécialement gentil, au fond, sans doute que oui, mais là comme ça, non. Il était arrogant, sûr de lui et prétentieux. Rien à en tirer ? Oh que si, trop de choses peut être. Il faisait peur à ses camarades, il intimidait. Apparemment l’effet qu’il produisait naturellement ne fut pas anodin non plus chez la jeune femme. Elle était confuse, à tel point qu’elle en était presque attachante. Morgan l’attira vers lui par les mains qu’il détenait toujours dans les siennes jusqu’à la faire s’assoir sur ses genoux. Là, il l’entoura de ses bras.

« Je ne te dirais pas mon nom, et je ne veux pas connaître le tiens. Est-ce vraiment important ? Je ne pense pas vois-tu. »

Et tandis qu’il parlait, son souffle rebondissait sur la nuque de Pixie qu’il s’empressa d’embrasser à plusieurs reprises après ces quelques paroles. Puis il reprit de la même voix intrigante :

« Je vais te dire un truc… Il ne se passera rien ce soir. Si tu es vierge tu le resteras, je ne suis pas de ceux là. Par contre, si tu veux éveiller ce sentiment dont je te parlais précédemment, je suis tout à toi. Il n’est pas interdit de s’amuser si ? »

Le jeune homme reprit l’une des mains de la Gryffondor et la déposa contre son torse, la faisant glisser tout doucement vers son visage où il plaça son majeur dans sa bouche pour le sucer doucement. Il n’y avait là rien de provocant, juste un léger érotisme et Morgan ne comptait pas aller plus loin. Le toucher, le sensuel était ce qu’il y avait de plus important pour elle. Et de toute manière, son cœur ne lui aurait pas permis d’aller jusqu’à tromper véritablement sa petite amie Sally. Il avait envie de s’évader, de s’évader des conflits qui l’entouraient… D’oublier un peu tout ça. Et pour ça, il avait trouvé la solution de s’enivrer avec cette fille. Elle avait besoin de chaleur ? Il était là pour lui en procurer.
Finalement il lâcha son emprise sur le doigt de Pixie et sourit à nouveau, très légèrement.

« Hm… Je vais trop loin ? Ou je continu.. ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pixie McCartney
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin Nombre de messages : 143
Age : 34
Année d'Etude : 6ème Année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : ___* Bois de Rose - 32.5 Centimètres - Plume d'Hippogriffe
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Par delà les Ténèbres, la Magie nous éclaire, pour que le Mal soit à jamais combattu.
Ascendance:
Relations:

MessageSujet: Re: Sortie par froid hivernal [Morgan *o*]   Dim 3 Fév - 2:28

  • Lorsqu’elle sentit les mains du jeune homme prendre à nouveau les siennes pour découvrir son visage, Pixie retint une larme du mieux qu’elle ne le pouvait. Lorsque le jeune homme l’emporta jusqu’à ce qu’elle fusse assise sur ses genoux et qu’il l’entoura des ses bras, la jeune fille se sentit bien, même mieux que ça, mais elle avait la sensation que quelque chose ne tournait pas comme il devait. - « Je ne te dirais pas mon nom, et je ne veux pas connaître le tiens. Est-ce vraiment important ? Je ne pense pas vois-tu. » Malheureusement pour le jeune homme, Pixie ne voyait pas les choses ainsi. Elle avait 16 ans, mais n’avait jamais eu de petit ami, et avait l’impression que faire ceci et dans ces circonstances… N’était pas du tout ce à quoi elle avait rêvé jusqu’à présent. Non, Pixie n’était pas une jeune fille du genre cuicui les petits oiseaux, cherchant désespérément le prince charmant avec qui elle aurait une belle et longue histoire d’amour, mais la seule chose qu’elle demandait était d’avoir, pour une fois, une vie qui ressemblait à celle des autres. Elle ne voulait pas d’une approche comme celle du jeune homme, et ne voulait pas trop de contacts… Elle ne le connaissait pas, il ne la connaissait pas… Mais enfin, avait-elle l’air d’une fille qui se laisse abuser par n’importe qui et n’importe quand ? Elle savait parfaitement que la plupart des gens la jugeaient presque instantanément dès qu’ils la voyaient, mais jamais elle n’aurait pensé être jugé de cette manière… Elle sentit le jeune homme lui donner des baisers sur la nuque, et un sentiment violent de peine l’envahir… « […] Il n’est pas interdit de s’amuser si ? » S’amuser ? Mais avait-elle l’air de s’amuser ?! Pixie se sentait honteuse, non pas salie, puisqu’elle n’avait pas accepté l’irréparable et d’après ce que le jeune homme lui disait, il ne l’obligerait en rien, mais sa sensation devenait de plus en plus certaine au fur et à mesure des mouvements et des mots du jeune homme. Encore un mot, et elle allait craquer… Pixie ne contrôlait plus ses membres, et sentit alors le jeune homme lui prendre la main, la diriger sur son torse, avant de commencer à sucer lentement son majeur…
    Mais c’était trop… Pixie n’était pas le genre de fille à s’écrouler en sanglots, mais elle ne put retenir les larmes qu’elle gardait depuis si longtemps maintenant. Ses problèmes qui devenaient dangereux, sa vie de plus en plus difficile, et puis la sensation de servir de jouet simpliste à ce jeune homme dont elle ignorait tout jusqu’à son nom… « Hm… Je vais trop loin ? Ou je continu.. ? » […] Encore une fois, Pixie ne répondit pas, elle ne savait pas quoi lui dire, même si des tas de choses lui passait par la tête. Il était bizarre, il avait besoin de quelque chose qu’elle ne pouvait lui offrir. Elle avait peur, il ne semblait pas le remarquer, il semblait juste être convaincu qu’elle aussi en avait envie. Le doux baiser qu’il lui avait donné lui aurait suffit, même si, après cela, il ne lui aurait plus jamais adressé la parole. Elle leva vers lui son regard noyé de larmes, et croisa à nouveau son regard bleu ciel, qui paraissait si sûr, si naturel… Il n’avait alors vraiment pas l’impression de faire quelque chose que peu de personnes feraient aussi naturellement ?
    Pixie retrouva alors l’usage de ses membres, et posa ses mains sur le sol, se servant de ses bras pour s’éloigner de lui en glissant lentement. Elle ne quitta pas son regard des yeux, car s’il y avait bien une chose qu’elle n’allait pas faire, c’était se montrer honteuse, même si elle l’était plus que tout. La respiration haletante, le cœur battant à plus de cent à l’heure, les larmes commençant à tremper ses joues devenues roses, elle essaya de lui répondre, et prononça difficilement ces mots :


    - Je ne peux pas…


    Elle sentit la brise fraîche de l’hiver lui souffler légèrement dans le dos, et fut parcouru d’un frisson dans tout le corps. Elle se rendit alors compte à quel point le jeune homme lui avait apporté une chaleur que personne ne lui avait jamais apporté. Elle était trempée du haut de sa tête jusqu’au bout de ses chaussures, et avait l’impression qu’elle allait mourir sur place. Rien n’allait, ni sa vie, ni ce moment, ni le froid qui parcourait maintenant son corps tout entier. Elle ne s’était jamais sentie aussi mal, il lui semblait, mais elle savait qu’elle devait se ressaisir, ce n’était pas l’attitude à adopter. Essayant d’adopter un regard certain, elle regarda fixement le jeune homme, et hochant la tête de droite à gauche, elle continua :

    - Ça ne marche pas comme ça…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Sortie par froid hivernal [Morgan *o*]   Dim 3 Fév - 12:41

Morgan savait parfaitement qu’il allait trop loin dans ses gestes, que ce qu’il faisait n’était pas naturel, encore moins pour deux personnes qui ne se connaissaient pas. C’est d’ailleurs bien pour ça qu’il le faisait. Il voulait savoir jusqu’où elle pouvait aller. Et bien, elle était résistante tout de même. Bon d’accord elle pleurait, elle pleurait et c’était de sa faute. Mais elle avait résisté à la stupeur. Aucun doute la dessus, elle n’avait jamais eu de petit ami. C’était évident. Lorsqu’elle se dégagea, il la laissa faire et l’accompagna même de gestes simples pour ne pas qu’elle tombe. Il ne la regardait plus et avait dirigé son visage vers le ciel. On ne voyait plus la lune, de gros nuages noirs recouvraient tout. Il allait pleuvoir ou neiger. Il referma son manteau et son attention se recentré sur la brunette. Elle ne semblait pas dans son assiette loin de là, elle semblait même carrément troublée. Intérieurement, cela fit sourire Morgan qui se félicitait de lui-même, d’extérieur il resta impassible. Puis elle dit que cela ne devait pas se passer comme ça, que ça ne marchait pas comme ça. Le jeune homme ferma les yeux et respira un grand coup ; Bien entendu, il le savait ça. Cette fois il ne s’avança pas mais resta à la même place pour répondre :

« Ça ne va pas ? Tu as eu peur peut être. »

Il tendit sa baguette en avant et récupéra du bout de celle-ci, une larme de cristalline qui roulait sur la joue de la Pixie.

« Je me nomme Morgan, Morgan Livanarth, je suis élève de 7eme année dans cette école et nous sommes dans la même maison. Cela m’étonne d’ailleurs.. Que tu ne me connaisses pas. Je suis pourtant assez célèbre par ma prétention tu sais. »

Enfin remarque, ça l’arrangeait. Pour une fois qu’on ne le regardait pas d’un œil mauvais. Cette jeune fille avait été choquée par le comportement du Gryffondor. Rien d’étonnant à cela, c’est en choquant qu’on marque la mémoire des gens. Et il n’y avait pas à tergiverser, Morgan était un être assez surprenant. La larme coula le long de la baguette du jeune homme puis mourut sur le sol. Triste destin que celui d’une goutte d’eau salée. Enfin, aucune importance.

« Bien, puisque tu es fixée dans les règles du bon et du forme, vas-y, dis moi ton nom. »

Il n’y allait pas de main morte encore une fois, montrant bien qu’il n’en avait pas grand-chose à cirer du nom de cette personne. Non pas qu’il ne l’aimait pas, c’était trop tôt pour le dire, mais disons que sur le moment, il ne trouvait pas d’utilité à le savoir. Mais alors qu’il attendait sa réponse, une pluie de grêlon s’abattit sur eux. Des goutes glacées et des morceaux durs. Arf… Qu’elle chance.

« Chier ! » Lança Morgan avant d’attraper le bras de Pixie et de se lever. Il l’attira avec lui et commença à courir le temps de trouver un abri. Mais ce ne fut qu’au bout de 5 bonnes minutes qu’une grotte se présenta à eux. Non pas une grotte genre celle qui pourrait cacher un ours non, plutôt cette d’un léger renfoncement sombre, produit naturellement créé par la nature. Trempés jusqu’aux os, ils s’y engouffrèrent tout les deux, de toute manière, ils n’avaient pas le choix et la nuit était tombée. L’hiver, elle tombe vite. Le jeune homme passa ses mains sur son visage pour y retirer toute humidité et regarda tout autour de lui. Bon… En espérant qu’il n’y ait pas une quelconque créature parce ça, il était l’expert (pour se fourrer pile là où il ne faut pas). Puis il s’adossa à une paroi, le regard vide, à l’opposé d’où était placée maintenant la jeune sorcière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pixie McCartney
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin Nombre de messages : 143
Age : 34
Année d'Etude : 6ème Année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : ___* Bois de Rose - 32.5 Centimètres - Plume d'Hippogriffe
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Par delà les Ténèbres, la Magie nous éclaire, pour que le Mal soit à jamais combattu.
Ascendance:
Relations:

MessageSujet: Re: Sortie par froid hivernal [Morgan *o*]   Dim 3 Fév - 13:32

  • Pixie avait délicatement remit sa mèche autant qu’elle le pouvait pour qu’ils puissent cacher entièrement ses yeux. Un grand nombre de filles l’auraient giflé, auraient pleuré de rage, d’autres encore seraient parties en courant, mais le jeune homme avait dû le remarquer, Pixie n’était pas comme les autres. Elle gardait son calme dans des situations qui parfois ne l’expliquaient pas. Mais à quoi bon s’énerver ? S’enfuir aurait fait pitié, et le jeune homme ne lui aurait certainement jamais adressé la parole à nouveau. Elle se demandait déjà si après ce qu’il venait de se passer, il n’allait pas faire comme s’il ne l’avait jamais rencontré une fois qu’ils seraient retournés à l’intérieur du château, parmi les quelques mille élèves de Poudlard.
    « Ça ne va pas ? Tu as eu peur peut être. » Pixie ne répondit pas, et se mit à tousser, essayant de se calmer comme elle ne pouvait. Encore une fois, elle ne stoppait pas les gestes du jeune homme, et le laissa jouer avec une de ses larmes… Prenait-il plaisir de la voir dans cet état ? Si c’était le cas, il était étrange qu’un être aussi cruel fusse dans la même maison qu’elle… Il lui annonça en effet son prénom ; Morgan Livanarth… Morgan. Pixie se sentait stupide d’avoir autant besoin de connaître ce prénom, et son cœur fit un énorme bond incontrôlable dans sa poitrine lorsque le jeune homme lui demanda le siens… Mais elle se demandait comme il se faisait qu’elle ne lui avait jamais adressé la parole alors qu’ils étaient dans la même maison et dans des années si peu éloignées… Elle l’avait certainement déjà vu, oui, elle en était sûre, mais jamais elle n’aurait pensé qu’il fut comme cela… Elle prit une lente respiration, et répondit :


    - Pixie… Pixie McCartney… Et je me moque pas mal de ton prénom, c’est pas ça l’important…

    Elle avait retrouvé l’usage de la parole, enfin plus ou moins ^^’. Elle n’eut pas vraiment le temps ni d’ajouter quoi que ce soit, ni d’attendre une réponse de la part du jeune homme. Le ciel avait viré au gris foncé, et une pluie d’énormes grêlons s’abattit sur le château de Poudlard, ainsi que sur le parc, le lac et la forêt interdite, où se trouvaient les deux jeunes Gryffondors. « Chier ! » C’était le jeune homme qui avait crié, essayant de se dépêcher de virer d’ici… Il attrapa la main de Pixie, et l’entraîna là où ils pourraient s’abriter… Pixie sentit à nouveau la chaleur de Morgan en elle, rien que par le contact de sa main, son cœur battait plus par cela que par le fait qu’elle courrait aussi vite qu’elle le pouvait.
    Ils se retrouvèrent alors dans une grotte qui semblait déserte, trempés des pieds à la tête. Troublée et l’esprit ailleurs, Pixie avait laissé son carnet à dessin et sa cape noire sur le sol, près de l’arbre où elle était assise quelques minutes plus tôt. Pixie sentit la main de Morgan la lâcher, et tout redevint bizarrement froid autour d’elle. Elle sentit tout ses problèmes remonter en elle, et avait l’impression que ses chaudes larmes se mélangeaient à l’eau de pluie qu’elle avait sur le visage. Morgan s’était adossé contre la paroi de la grotte en face d’elle, essayant de se débarrasser d’autant d’eau qu’il le pouvait, mais tout comme Pixie, ses vêtements étaient imbibés d’eau, la seule chose qu’il pouvait faire étaient d’attendre qu’ils sèchent. Elle leva les yeux vers le jeune homme, croisant son regard encore plus clairement que précédemment. Elle se rendit alors compte que l’eau avait trempé ses cheveux et que sa mèche était partie en arrière, montrant son visage entièrement, chose qu’elle ne faisait jamais. Elle détestait le fait de montrer ses yeux à Morgan, étant donné qu’ils avaient certainement une brillance témoignant encore de ses larmes. Elle se passa la main dans les cheveux et essaya de plaquer ses mèches brunes devant ses yeux, comme elles étaient habituellement. Elle tomba alors à genoux, sans vraiment avoir fait exprès de le faire. Elle n’avait plus vraiment de force, et la seule chose qu’elle aurait voulu était d’être tranquillement dans son dortoir de la salle commune des Gryffondor, au chaud, et en sentant pas la regard du jeune homme peser sur elle. Pourquoi l’avait-il abordé comme il l’avait fait ? Il aurait fait ça normalement, tout se serait certainement mieux passé… A genoux, elle se cacha à nouveau le visage dans les mains en essayant d’enlever l’eau qui lui recouvrait les joues.
    Avait-il une petite amie ? Tout à coups, cette possibilité lui envahie les pensées. Il était tellement téméraire et prétentieux qu’il l’aurait peut-être fait sans s’occuper de savoir si ça blesserait sa petite amie. Était-il le genre de garçons qui embrassaient de tout côté ? Il y avait des tas de possibilités à son sujet, et Pixie s’en voulait de ne pas en savoir plus sur lui, et n’aimait pas le fait que celui-ci ne se préoccupasse pas de savoir si tout ça l’a dérangeait. Elle avait une vie affreuse, et ça, il l’ignorait. Il n’avait pas choisi la bonne victime car Pixie avait tellement de choses à penser, à éviter, à faire aussi, qu’un jour peut-être elle allait craquer… Un jour ? Peut-être plus tôt que prévu… Elle se releva, et se dirigea vers lui. Lorsque son visage ne fut plus qu’à quelques centimètres du siens, elle le regarda dans les yeux, et hurla, couvrant le bruit de la grêle qui s’abattait sur les parois externe de la grotte et sur le sol…


    - T’as pas honte ?! Non, certainement pas... Se repondit-t-elle pour elle même. T’ais-tu demandé UNE SEULE FOIS si tu t’en prenais à la bonne personne ?! N’As-tu pas pensé qu’il aurait FALLU en savoir sur ma vie pour…

    Elle s’effondra, laissant tombé les larmes qu’elle gardait enfouies au fond d’elle depuis tellement d’années… Pourrait-il comprendre ? Elle tomba dans ses bras, la tête sur le torse trempé de l’eau qui s’était abattu sur lui… Elle se moquait pas mal de ce qu’il pensait d’elle, et d’ailleurs, elle était convaincue de le savoir. Elle avait l’air pathétique, et peut-être allait-il simplement l’éloigner de lui comme un être repoussant, même si après ce qu’il avait fait, un tel geste aurait été déplacé… Une chose était sûre, Pixie avait besoin de pleurer, de parler…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Sortie par froid hivernal [Morgan *o*]   Dim 3 Fév - 15:02

Pixie… C’était son nom. Joli nom, original du moins. En tout cas, un nom qui convenait bien à une fille comme elle. Différente, torturée et stylisée. Elle avait bien mal et ça Morgan le voyait. Il savait quand quelqu’un souffrait, ça se voyaient dans leurs yeux, et ce, même s’ils ne versaient pas de larmes. Etant donné qu’il l’était lui-même, qu’il se voyait tous les jours dans un miroir et donc, qu’il remarquait tous les jours cette même lueur terne à l’intérieur même de son être. Une lueur qui ne brillait bientôt plus. Le fait qu’il ne s’entende plus avec sa petite amie jouait pour beaucoup. Il l’aimait vraiment, elle était tout pour lui et pourtant, ils ne se supportaient plus l’un comme l’autre. Au début de leur relation, il y avait maintenant 4 bonnes années, c’était la découverte. Morgan qui ne lui avait pas fait de cadeau -comme les autres- venait de se rendre compte qu’il était possible de tomber vraiment amoureux, que même lui y avait le droit. Il avait vu en elle la fille idéale, celle qui lui apporterait le soutien dont il avait besoin, celle qu’il aimerait jusqu’à la fin de ses jours, qu’il comblerait de tous les désirs. Mais la vie en avait décidé autrement. Et Livanarth, à force de se prendre pour une véritable ordure en était presque devenue une. Ou du moins, il réussissait à la perfection l’art de dégouter les autres de sa propre personne. Ce qui lui semblait facile avant était maintenant un poids. 7 ans à être détesté, 7 ans à se faire haïr. Il en était venu à détester les autre, à leur inspirer aucun respect, à leur faire comprendre qu’il ne voulait pas les entendre se plaindre. C’est vrai, il avait souffert lui aussi, il était orphelin, il avait vu mourir sa mère, il avait été gravement malade et portait la mort de deux de ses camarades sur la conscience. Des bêtises. Depuis le début il ne faisait que des bêtises. « J’aime être beau à voir même si c’est le bordel à l’intérieur » telle était sa devise favorite. Et il n’y avait pas de phrase plus vraie à son sujet. Garçon intriguant mais inaccessible par sa froideur, son ton glacial et ses yeux perçants. Et c’est parce qu’il avait finit par se comporter de la même façon avec Sally-Anne qu’elle ne désirait plus le serrer dans ses bras. La fierté… Morgan était bien trop fier pour se rendre compte qu’il avait en fait juste besoin d’amour, que ce qu’il voulait c’est être considéré comme un garçon normal et non pas comme un surdoué muet.

Enfin elle devait penser de lui tant de choses désagréables. A le voir comme ça, c’est vrai, on put dire qu’il se fichait totalement de ce qu’elle ressentait à l’instant. Ce qui n’était pas faux. Un cœur de pierre dans un corps de glace. Le jeune homme le fixait de ses yeux maintenant sombres. Elle état pitoyable ? Non… Non c’n’était pas ça. Elle avait mal ? Pour sûr. Il avait joué avec elle alors qu’elle ne demandait rien. Bon d’accord, la délicatesse aurait pus être d’une autre efficacité. Enfin le mal était fait et Livanarth ne regrettait en aucun cas ses actes. A la limite, il avait surtout envie de lui foutre une claque pour qu’elle arrête de pleurer. Et alors quo ? Elle voulait cacher son visage ? Pourquoi ? Elle était pourtant si jolie. C’était stupide ! Stupide ! Morgan ne supportait pas cette faiblesse. Quand on est beau selon lui, on le montre ! On s’en sert ! Bien sur, tout le monde est différent mais tout de même. Cette demoiselle avait dut en voir des vertes et des pas murs pour se croire si laide. Si étrange. Non mais attendez ! Si elle était étrange, alors Morgan débarquait tout droit du la planète Mars ! Enfin, ce n’était pas le moment de monter le ton, elle le faisait très bien toute seule. Impassible, le jeune Gryffondor la regarda se ruer vers lui. Il croyait qu’elle allait le gifler mais non, elle se contenta de tomber dans ses bras après avoir hurler. Elle avait raison, un homme normal aurait eu honte de tels actes. Mais pas lui. Non, il n’avait pas honte. Ce qui n’empêcha pas qu’elle était touchante, à telle point qu’elle découvrit un petit point de sensibilité à vif chez son interlocuteur. Ses cheveux bruns trempés glissaient sur le torse du jeune homme et elle sanglotait. Le visage du petit démon lui ne se modifia pas d’un pouce. Il restait là, impassible, il n’avait bougé que ses pupilles pour les plonger profondément dans les yeux de Pixie lorsque celle-ci avait voulu le poignarder du regard. Qu’elle drôle d’histoire, on aurait crus voir un couple sur le bord de la rupture avec cette scène.
Finalement les bras de Morgan entourèrent le corps de la jeune fille et la serrèrent contre le sorcier. Il ne dit rien, pour le moment. Il se contenta de l’enlacer pour la réchauffer mais aussi pour qu’elle cesse de pleurer. Ils restèrent ainsi l’un contre l’autre de longues minutes jusqu’à ce que l’anglais retira la mèche que Pixie s’était mise devant les yeux et relève son visage en soulevant son menton pour qu’elle le regarde.

« Pourquoi pleurs-tu ? Oublis tout ce qui vient de se passer, ça n’a aucune importance, je ne suis pas un profiteur, ni même un violeur. Je suis simplement le pire connard que tu pouvais croiser dans ce château. »

Il se laissa glisser, dos contre la paroi jusqu’à s’assoir sur le sol et força la jolie brune à en faire de même.

« Vas-y, dis moi. Dis-moi ce qui t’as rendu comme ça. Dis-moi pourquoi tu es malheureuse. Raconte-moi pourquoi tu te caches. Je veux le savoir.. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pixie McCartney
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin Nombre de messages : 143
Age : 34
Année d'Etude : 6ème Année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : ___* Bois de Rose - 32.5 Centimètres - Plume d'Hippogriffe
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Par delà les Ténèbres, la Magie nous éclaire, pour que le Mal soit à jamais combattu.
Ascendance:
Relations:

MessageSujet: Re: Sortie par froid hivernal [Morgan *o*]   Dim 3 Fév - 15:39

  • Pixie sentit tout son corps se réchauffer lorsque les bras du jeune homme se refermèrent sur elle. Il ne l’avait pas repoussé, elle en était heureuse même si elle avait honte d’être tombée de cette manière dans ses bras. Puis le moment vint où il lui demanda d’oublier ce qu’il s’était passer. Oublier ? Mais comment pouvait-il lui demander une chose pareil ? Elle n’avait jamais croisé quelqu’un d’aussi spécial… Il termina enfin par « Je suis simplement le pire connard que tu pouvais croiser dans ce château. » Alors cette fois, c’était certain, il était comme cela parce que lui aussi avait des problèmes certainement aussi importants que ceux de Pixie. Lui aussi avait peut-être des choses à cacher, après tout, dans le monde des sorciers aujourd’hui, être soit même était un défaut lorsqu’on appartenait à la maison des Gryffondors à Poudlard. Le directeur, Severus Rogue, les Carrows, et Lord Voldemort lui-même les détestaient, et bientôt, il n’en existerait plus… Peut-être avait-il des remords sur sa vie passée ? Non, il ne semblait pas être sujet de remords, mais après tout, peut-être cachait-il un fond bien différent derrière une carapace de jeune prétentieux qui se moque de tout…
    Mais voilà qu’il demanda à Pixie de se confesser, de lui avouer pourquoi elle se cachait, pourquoi elle pleurait, pourquoi au final, elle avait peur… Pixie leva les yeux vers lui, toujours dans ses bras, se rendant compte à quel point cette scène pouvait sembler bizarre étant donné qu’ils venaient à peine de se rencontrer… Elle ne pouvait rien lui dire… RIEN. Même si, même après ce qu’il venait de se passer, elle lui faisait étrangement confiance. Pourquoi ? Peut-être avait-elle la sensation que leur vie se ressemblait en certains points, et que pour lui non plus, rien n’était simple. Elle aurait tellement voulu en parler, tellement pouvoir lui dire qui elle était, et pourquoi elle devait se cacher bien qu’elle n’eut pas honte de ses origines… Elle voulait partager ce secret avec quelqu’un, quelqu’un d’autres que son père adoptif qui était loin, et avec qui elle ne pouvait jamais parler… Elle aurait aimé que ce quelqu’un soit Morgan Livanarth, mais elle avait peur. Elle n’avait pas peur que son secret soit découvert, ça non, elle s’y préparait de plus en plus chaque jour qu’elle passait à Poudlard, mais elle avait peur d’être jugée. Elle ne savait pas si juger était quelque chose que faisait le jeune homme, mais elle ne voulait pas prendre ce risque. Elle voulait juste pouvoir le dire à quelqu’un… Elle n’en avait jamais parlé à personne auparavant, considérant toujours son père adoptif comme son véritable père et ne parlant jamais de sa véritable famille, bien qu’elle fut importante pour elle. Mais aujourd’hui, c’était les véritables origines de Pixie qui préoccupait le monde des sorciers, et elle avait envie d’en parler… Elle s’essuya le visage à l’aide de la manche de sa chemise, et, toujours le regard dans celui du jeune homme, elle lui répondit :


    - Je ne peux rien dire… J’aimerais mais je ne…

    Elle baissa les yeux, et entendit alors que le bruit de la pluie de grêle sur les parois externes de la grotte semblait moins puissante. Il pleuvait encore à grosse goutte, mais elle pouvait chuchoter, Morgan l’entendrait…

    - J’ai perdu mes parents, mes vrais parents, c’est la seule chose que je peux te dire, je suis désolée…

    Elle le regarda à nouveau, elle voulait parler, pourtant, mais que pouvait-il arriver ? Elle ne connaissait pas Morgan, était-il possible cependant qu’il veuille bien partager son secret ? Non, enfin si peut-être, mais il semblait lui-même avoir des ennuis, et Pixie ne voulait pas lui infliger un autre poids dans son esprit.
    Elle plongea son regard dans le siens, le visage à quelques centimètres de celui du jeune homme. Elle avait beau être trempée, avoir mal au cœur et avoir peur, elle ne s’était jamais sentie comme elle se sentait à ce moment précis. Sans le quitter des yeux, elle continua :


    - Tu ne me diras jamais rien, on ne se connaît pas… Mais je vois très bien moi aussi que quelque chose te tracasse…

    Elle approcha son visage du siens, et posa ses lèvres délicatement sur celle du jeune homme quelques secondes, avant de reculer à nouveau, se demandant ce qu’elle venait de faire. Ce n’était pas un baiser, elle n’avait fait que frôler ses lèvres, mais elle ne savait pas si elle avait bien fait de faire ça… Et pourquoi l’avait-elle fait ?! Elle n’avait pas voulu qu’il le fasse, pourtant… Mais elle se sentait si bien qu’elle avait ressenti le besoin de le faire… Le jeune homme, quand à lui restait impassible à ce qu’il se passait, et elle sentait qu’il réfléchissait, les pensées bousculées, mais qu’il ne voulait rien montrer, et encore moins dire quoi que ce soit. Elle baissa à nouveau la tête, sentant alors ses préoccupations lui retomber dessus. Ces quelques secondes pendant lesquelles ses lèvres avaient rejoint celles de Morgan, elle avait réussit à se débarrasser de certaines pensées qui la consommaient toute entière…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Sortie par froid hivernal [Morgan *o*]   Dim 3 Fév - 17:35

Morgan maintenant la fille serrée contre lui. Le froid rendait cette étreinte plus agréable encore et il sentait son corps se réchauffer progressivement en même temps qu’il devait réchauffer celui de Pixie. Cacher quelque chose ? Il ne faisait que ça ! Jour après jour il cachait sa véritable nature, celle d’un enfant blessé, d’un adolescent fragile, d’une adulte trop mature qui s’ennui. Sa douleur était telle qu’il ne la sentait plus. Il vivait avec et ne s’en plaignait pas. A quoi ça servait franchement ? Hein ? A quoi ça servait de se plaindre ? De crier ? Morgan n’avait jamais eu aucune réponse étant petit, ce n’était pas maintenant que ça allait venir. Cette fille lui ressemblait sur certains point c’est vrai, mais tout le monde est différent, chaque personne est unique. Ils ne pouvaient pas se comprendre totalement. La seule personne qui était aussi sa moitié, la seule fille qui aurait pus venir en aide au jeune homme, c’était sa jumelle. Hélas elle était morte, sacrifiée à la naissance pour lui permettre de vivre et ainsi, transmettre son nom de famille de génération en génération. Bien entendu, Livanarth n’avait pas été mit en courant de ce sacrifice atroce. Choisir entre ses deux enfants… Comment ça, en quelques secondes. Que pouvait-il y avoir de pire ? Pourtant c’était lui qui vivait et sans le savoir, il culpabilisait. Surtout qu’il état parfaitement conscient du fait que la plupart des gens autour de lui auraient aimé ne pas le voir, ne pas le connaître. Cette peur croissante d’être oublié l’avait amené à être haït par n’importe qui. La vie était mal faite hein ? A vouloir être parfait le jeune anglais était devenu l’exemple même de la perversion, du sadisme et de la prétention. Pixie, elle, avait prit un autre chemin. Au lieu d’attirer tous les regards, elle avait préféré se faire oublier. D’un autre côté, Morgan gardait ce côté autiste aussi : le manque de parole. A force de ne jamais parler, la mutation de sa voix avait été lente et douloureuse. Parfois, il se réveillait le matin avec une voix éraillée à force de ne jamais la travailler. Aujourd’hui, il parlait, la preuve, il répondait à cette jeune fille. C’était plutôt rare. Une douceur mélancolique s’était introduite dans les yeux de Livanarth qui plaça ses deux mains sur les joues de Pixie tandis qu’elle lui répondit. Elle ne pouvait pas ? Elle ne pouvait pas lui dire ? Pourquoi ? Etai-ce trop douloureux ? Honteux ? Avait-elle peur qu’il répète quoi que ce soit ? Oh.. Elle n’avait pas à s’en faire. Morgan savait garder un secret, de toute manière, il n’avait pas grand monde à qui en parlé d’une part, et d’autre part, lui-même ayant vécu des périodes très douloureuses, savait qu’il y avait des choses avec lesquelles il ne fallait pas jouer.

La grêle se faisait moins puissante, un silence s’était abattu entre les deux jeunes gens. Une nouvelle fois elle abaissa les yeux et lui révéla une partie de son secret en lui informant du fait qu’elle était orpheline. Contrairement à d’autres, L’anglophone ne voulut pas immédiatement lui dire qu’il l’était lui aussi. Non. Il voulait en savoir plus. Comprendre d’où venait cette faiblesse, d’où venaient toute cette tristesse et cette solitude. S’il ne pouvait pas s’aider lui-même, il était prêt à aider ceux qui en valaient la peine. Et après mûr réflexion, il en conclu qu’elle avait besoin de lui. Il n’était pas donné à tout le monde de savoir écouter et analyser les choses. Encore moins lorsque nos seuls malheurs sont de ridicule peines de cœur. La jeune fille plongea son regard dans celui du sorcier qui ne bougeait pas, toujours pas et, contre toute attente, elle l’embrassa d’elle-même. Morgan ne dit rien, ferma les yeux, seulement, le temps qu’elle mette fin à ce nouveau baiser. En effet il réfléchissait. Dans ces moments là, la moindre erreur, le moindre faux pas et tout tombe à l’eau. De nature très peu bavarde, le Gryffondor avait l’habitude de ce genre de silence. Mais voilà qu’elle lui demandait ce qui le tracassait à son tour. Le sorcier sourit et répondit d’une voix claire.

« Qu’est-ce qui pourrait me tracasser ? Je ne suis pas comme toi moi. Je n’ais rien vécu d’extraordinaire. J’ai toujours mes parents, j’ai de l’argent et surtout, je fais ce que je veux quand je veux. »

Il avait répliqué d’un ton tellement calme, tellement.. Normal. Qu’il était impossible d’y desseller le moindre mensonge. La manipulation était une nouvelle fois : son fort. Mais il ne s’arrêta pas là.

« Tu as le droit de m’embrasser tant que tu veux, mais en échange, je veux connaître les raisons qui te poussent à être comme ça. Je ne révélerais rien. Si tu as honte, si tu as peur ou quoi que ce soit d’autre, enlève-toi tout de suite ces idées de la tête, j’suis pas là pour te donner des leçons. Tu devrais profiter d’avoir sous la main une oreille attentive plutôt que de te renfermer. »

Un nouveau sourire se dessina sur la bouche de Morgan qui arborait cette fois une expression plus compatissante. Ils étaient seuls dans une forêt, personne ne pouvait les voir. Il n’avait pas à sa cacher des autres. A la limite, ils auraient été entourés d’autres élèves, le jeune homme aurait été on ne peut plus exécrable, peu importe les conséquences. Mais là… Ils étaient seuls…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pixie McCartney
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin Nombre de messages : 143
Age : 34
Année d'Etude : 6ème Année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : ___* Bois de Rose - 32.5 Centimètres - Plume d'Hippogriffe
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Par delà les Ténèbres, la Magie nous éclaire, pour que le Mal soit à jamais combattu.
Ascendance:
Relations:

MessageSujet: Re: Sortie par froid hivernal [Morgan *o*]   Dim 3 Fév - 18:11

  • Comme elle s‘y était attendue, le jeune homme resta impassible au baiser qu‘elle venait de lui donner. Pixie savait qu‘elle ne devrait pas faire ça. Elle ne pouvait pas déjà l‘aimer, pas si vite, surtout qu‘il était la personne qui l‘avait mit le plus mal à l‘aide depuis un très grand nombre d‘années, mais d‘un autre côté, il lui donnait envie de parler. Elle lui faisait confiance, même si elle ignorait la raison à cela… « Qu’est-ce qui pourrait me tracasser ? Je ne suis pas comme toi moi. Je n’ais rien vécu d’extraordinaire. J’ai toujours mes parents, j’ai de l’argent et surtout, je fais ce que je veux quand je veux. » A ces mots, Pixie baissa la tête. Il n’avait pas l’air de mentir, mais peut-être était-il seulement très bon acteur, et malgré ce qu’il venait de lui dire, Pixie ne se sentait pas mieux avancée. Si, cependant, les paroles du jeune homme étaient vraies, alors il avait une vie bien plus simple que la sienne, et peut-être ne pourrait-il pas comprendre ce qu’elle tenterait de lui expliquer… Il reprit la parole : « […] Si tu as honte, si tu as peur ou quoi que ce soit d’autre, enlève-toi tout de suite ces idées de la tête… » A ces mots, Pixie desserra son étreinte, et s’éloigna du jeune homme, les yeux baissés. Elle s’adossa contre le mur à côté de lui, et aligna ces mots :

    - Je… n’ai pas… HONTE.

    Pourquoi tout le monde croyait-elle qu’elle avait honte de quelque chose ? Son attitude pouvait-elle le démontrer sans qu’elle ne le veuille ? Elle n’osa pas lever le regard vers le jeune homme à nouveau… Devait-elle lui en parler ? Il lui avait dit qu’il ne répéterait rien… Pourquoi le ferait-il ? C’était vrai, mais peut-être lui n’aurait-il pas le choix… Le cœur battant, elle sentait comme un poids au niveau de ses cordes vocales qui semblaient l’empêcher d’aligner plus de trois ou quatre mots. Cependant, alors qu’elle sentit comme un moment de légèreté, elle commença :

    - Je dois être une des seules, ici mais… Mes vrais parents… Mes vrais parents étaient des Moldus… Tout les deux.

    … Donc elle n’avait rien à faire ici en ces temps de guerre entre le bien et le mal , d’autant que le mal avait le pouvoir, et qu’il n’acceptaient pas les nés-moldus. Maintenant qu’elle avait commencé, elle lui expliqua le fond de sa pensée.

    - Trois ans après mon adoption, ma mère adoptive est morte… Je n’ai plus que mon père, il sera tué si jamais… Si jamais ils l’apprenaient…

    Elle ne pouvait pas risquer de le perdre. Son père adoptif, qu'elle avait pourtant toujours considéré comme son vrai père. Elle se laissa glisser le long du mur de pierre jusqu’à tomber assise sur le sol de la grotte, toujours plongée dans un silence de mort. De toute évidence, aucune créature magique ne vivait ici, et Pixie jugea que c’était le bon côté de sa sortie, ce soir là. Elle espérait ne pas avoir à rentrer au château en courant… D’ailleurs, l’entrée devait être loin, aurait-elle à passer la nuit ici ? Elle ne savait pas l’heure qu’il était, mais peut-être le couvre-feu sera-t-il bientôt dépassé… Ce n’était pas vraiment le moment de se faire remarquer par les Carrows en train de vagabonder la nuit dans les couloirs du château.
    Pixie tourna alors la tête vers lui, et croisa son regard…


    - Tu es le seul à savoir…

    Personne, pas même le Professeur McGonagall, toujours fidèle au défunt Dumbledore et contre le régime en place, qui était pourtant la directrice de sa maison… Même le Ministère de la Magie ne savait pas, puisqu’à son adoption, donc avant d’être répertoriée, Pixie avait été adoptée par un couple de sorciers. Assise les jambes étendues mais légèrement pliées, elle posa ses coudes sur celles-ci et enfouie sa tête dans ses mains. Il savait tout, à présent, et il était trop tard pour revenir en arrière…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Sortie par froid hivernal [Morgan *o*]   Lun 4 Fév - 22:55

Des mots rêches, des paroles dures et une voix ferme. Pixie n'avait pas honte, elle ne semblait pas convaincue et pourtant, elle ne voulait pas avoir honte. Peut être étai-ce les autres qui voulaient lui donner cette impression mais pas Morgan. Il avait simplement voulu savoir, entendre, écouter et comprendre. Se rendre compte de ce qu’elle traversait, du pourquoi du comment. Cette fille avait mal au cœur et ne voulait pas lâcher prise. Une pression continue semblait lui peser sur les épaules, tout comme le jeune homme. Il se retrouvait déjà un peu en elle alors qu’ils ne se connaissaient que depuis quelques minutes. Déjà quelque chose s’était immiscé entre les deux jeunes gens. Quoi ? Bonne question, en tout cas, l’anglophone n’avait plus une vie de la martyriser, et oui, c’était comme ça, des envies passagères. Et elle était passée. Elle avait pleuré, et même si Morgan ne supportait pas les pleurs, celles-ci étaient justifiées. Il avait déjà conclu plusieurs choses dans son esprit : elle était orpheline, elle était intelligente, différente, elle était timide aussi et vierge. Vierge ? Oui, mais ce n’était pas vu comme une honte. Disons qu’elle avait les attitudes d’une fille qui n’avait pas encore tout vu de l’homme. Quelqu’un qui attendait son tour sans forcer le pas. Un peu de romantisme voyons ! Jusqu’ici, à part avec sa petite amie, Livanarth s’était conduite comme le pire rustre de l’univers. Il n’hésitait pas à frapper là où ça faisait mal pour détruire ses adversaires. Ce qui le différenciait de beaucoup de persécuteurs c’était qu’il n’avait, sans aucun doute, pas les même raisons qu’eux pour le devenir, qu’il n’utilisait pas les même méthodes, et surtout, qu’il ne faisait pas de différence entre fille et garçon. Il usait d’intelligence et pouvait se le permettre car, de l’esprit, il en avait. Pixie, aux mots du jeune homme, s’éloigna pour venir s’adosser au mur, à côté de lui. Elle ne le regardait plus et, instantanément, le froid refit surface au travers des vêtements trempés du sorcier. C’est d’une oreille attentive qu’il l’écouta parler tandis qu’il sortit sa baguette pour venir l’essuyer contre la manche de sa chemise blanche.

La révélation à peine prononcée, ses yeux s’écarquillèrent et il resta muet. Quoi ? Elle était l’enfant de moldus ?? Mais c’était impossible ! Ils étaient tués, eux et leur famille. Il était formellement interdit à ce genre d’élève d’entrer à l’école de Poudlard de nos jours. Morgan ne comprenait pas. Mais comment avait-elle fait ? Comment était-elle passée au travers du filet ? Enfin le pire, c’était qu’elle était constamment en danger de mort. Il suffisait que son secret rebondisse dans les oreilles d’une personne mal intentionnée, surtout envers les Serpentards, pour qu’elle face ses prières. Et puis pourquoi le lui avait-elle dit ? Hein ? Elle lui faisait tant confiance que ça ? Déjà ? Non il y avait quelque chose d’illogique. Pourquoi lui ? Il n’était pourtant pas l’exemple même de la gentillesse. Rah ! Alors ça c’était trop fort, voilà qu’il se trouvait avec une fille… Aussi… Spéciale… A ses côtés. Enfin, durant toute cette mise en place intellectuelle, le sorcier était resté sans voix, les yeux dans le vague il semblait écouter les gouttes d’eau qui tombaient sur le sol imbibé. Puis il se releva, toujours sans rien dire et s’écarta de la jeune fille venant s’appuyer contre la paroi un peu plus loin. Il avait besoin de réfléchir. Réfléchir… Il voulait savoir ce qu’il pouvait bien se passer si… Si… Si… Si ça venait à sa faire connaître. Tout cela le mêlait à un jeu très dangereux et pourtant. Avait-il vraiment le choix ? Abandonné quelqu’un d’aussi adorable sur son sport n’était pas de son style. Même s’il semblait ne posséder qu’un bloc de glace à la place de cœur, il demeurait un grand sentimental et comptait bien agir. C’est pourquoi il revint après quelques minutes de méditation profonde vers Pixie et s’accroupie devant celle-ci posant ses deux mains sur les genoux de la sorcière.

« Pixie, pourquoi te caches-tu encore ? Tu dis que tu n’as pas honte ? Alors montre-le ! »

Il parlait d’une voix ferme presque autoritaire. Il ne voulait pas non plus lui faire de cadeau, lui mener la vie facile. Après tout, il n’était pas là pour ça. Mais voilà qu’elle avait de nouveau ses yeux pleins de larmes. Ceux de Morgan s’attendrirent alors et il s’avança encore un peu, entourant progressivement la pauvre Gryffondor de ses bras.

« Pleurs pas, je ne le dirais à personne c’est promis, je ne le répèterai pas. Mais pourquoi es-tu là ? Pourquoi es-tu venu ? Tu n’aurais pas dus, c’est ta vie plus que ta formation qui se joue dans cette école. Tu comprends ? Pour le ministère te dois mourir t’entends ? MOURIR ! Ilne veulent pas de « sang de bourbe » comme toi ! Tu es une salissure, une ordure, une tâche, une erreur de la nature. Voilà ce que tu es pour eux. Nan en fait… Tu n’es rien ! »

Encore une fois il y était allé très fort, mais c’était exprès. Le sorcier resserra son étreinte et colla son front à celui de la brunette. C’est d’une voix plus douce qu’il reprit, les yeux clos.

« Pixie.. A partir de maintenant je donnerai tout pour toi. Je ferais tout pour qu’il ne t’arrive rien. Et si tu n’es pas d’accord dis-toi que c’est pour moi alors que je le fais. Je… Refuse qu’ils te fassent du mal. Je refuse de porter cette peine. »

Ses mains, portées à chaque extrémité du visage de la jeune fille, caressaient ses joues humides et Livanarth porta ses lèvres aux siennes, la couvrant d’un nouveau baiser plus sincère et bordé d’une véritable tendresse. Et il se prolongea jusqu’à ce que Morgan y mette fin sentant son corps chauffer et atteindre de dangereuses limites. Il déposa encore un baiser volatile dans le cou de la demoiselle puis sur son front avant de reprendre :

« Tu est glacée… »

Son étreinte qui s’était affaiblie redoubla d’intensité et leurs deux corps étaient maintenant collés l’un à l’autre rassemblant le peu de chaleur qu’ils avaient : la chaleur corporelle.

« Moi aussi… » Reprit le garçon en fermant ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pixie McCartney
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin Nombre de messages : 143
Age : 34
Année d'Etude : 6ème Année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : ___* Bois de Rose - 32.5 Centimètres - Plume d'Hippogriffe
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Par delà les Ténèbres, la Magie nous éclaire, pour que le Mal soit à jamais combattu.
Ascendance:
Relations:

MessageSujet: Re: Sortie par froid hivernal [Morgan *o*]   Lun 4 Fév - 23:27

  • Pourquoi ? Pourquoi lui faisait-elle autant confiance alors qu’elle ne savait rien de lui, excepté qu’il était certainement l’être le plus prétentieux et arrogant qu’elle n’ait jamais rencontré, ce qui, en y pensant, n’était pas vraiment positif. Et pourtant, elle venait de lui confier le plus gros des secrets qu’elle n’avait jamais eut sur la conscience. Elle s’en voulu alors de ne pas avoir réfléchi plus… En lui disant tout cela, elle mettait Morgan également en danger. S’il n’était pas prêt à la dénoncer, il porterait lui aussi un énorme secret dans le dos du Ministère de la Magie, et alors lui aussi était en grand danger…
    Comment était-elle passée à travers tous les contrôles imposés par le Ministère de la Magie pour connaître l’origine de tous les sorciers de Grande Bretagne ? Elle écouta attentivement les paroles du jeune homme, qui lui fracassèrent le corps tout entier : « Pour le ministère te dois mourir t’entends ? MOURIR ! Ils ne veulent pas de « sang de bourbe » comme toi ! Tu es une salissure, une ordure, une tâche, une erreur de la nature. Voilà ce que tu es pour eux. Nan en fait… Tu n’es rien ! » Pixie, dont le visage trempé d’eau de pluie avait séché, le sentit s’humidifier à nouveau alors que des larmes silencieuses coulaient sur ses joues. Elle restait là, elle yeux ouvert, sans sangloter, montrant son courage et sa détermination, mais préférant quand même tenter de cacher ses larmes à Morgan. Elle avait écouté attentivement chacune de ses questions et allait lui répondre, maintenant qu’elle lui avait dit le plus important. De plus, le jeune homme l’avait à nouveau prise dans ses bras, et lui avait soufflé de nouveaux mots qui, bien que les précédents l’avaient fait pleuré de plus belles, la firent se sentir mieux. Alors il ne comptait pas la dénoncer… Avait-elle eut raison de lui faire confiance ? D’après ce qu’il lui disait, son intuition avait été la bonne. Elle avait prit un énorme risque, mais que serait la vie sans quelques risques ? Elle se passa la main sur les joues, essuyant les larmes qui coulaient sans même qu’elle n’essaie de les retenir. Elle les avait retenu tellement d’années qu’ aujourd’hui, rien ne pouvait lui faire plus de bien que pleurer, de pleurer dans les bras de Morgan qui semblait attentionné à son sujet. Elle se rendit compte à quel point elle l’avait mise dans une situation délicate, mais c’était trop tard pour faire marcher arrière…


    - Personne ne sait que mes parents biologiques étaient Moldus, même pas le Ministère… Je sais bien que je n’ai rien à faire ici, mais si personne ne s’oppose, alors comment pourront nous survivre ? Je n’ai rien à perdre, de toute façon…

    Elle leva les yeux vers lui, alors qu’elle prononçait cette dernière phrase. Avec un regard plus dur, elle continua :

    - En revanche, ne me qualifie plus de « sang de bourbe », même indirectement… Pas toi…

    Pas toi ? Mais que disait-elle ? Lui, elle ne savait rien de lui, et pourtant elle avait l’impression de le connaître depuis une éternité… Après tout, elle n’avait jamais rien dit de son secret à personne, même à ses amis les plus anciens. Il était le seul à savoir, lui qu’elle avait rencontré quelques minutes auparavant, lui qui posa à nouveau ses lèvres sur celles de Pixie, lui avec qui elle se sentait aussi bien… Il lui fit remarqué qu’elle était glacée, mais elle n’avait pas besoin de lui pour le savoir… Dans ses bras, cependant, elle était bien, mieux que partout ailleurs en tout cas pour le moment… Elle se serra fort dans ses bras, et son regard bleu plongé dans celui de Morgan, elle reprit la parole :

    - Je ne sais pas pourquoi je te fais confiance… Je ne sais rien de toi… Je te dis tout de moi et pourtant… Je sais que tu m’as dit des choses à ton sujet… Mais pardonne moi, je ne suis pas convaincue que tu m’aies dit toute la vérité…

    Peut-être lui avait-il dit la pure vérité concernant sa vie, ou peut-être pas. Pour le moment, Pixie était septique à ce sujet, et savait très bien qu’il ne lui en dirait pas plus. S’il était vraiment différent de la première image qu’il lui avait donné de lui, alors il ne voudrait pas alourdir le poids que Pixie portait en elle…Pixie se demandait également comment Morgan la voyait à ce moment précis. La prenait-il pour une jeune fille courageuse ou simplement inconsciente du danger qu'elle courait ?

    - Excuse moi aussi de… En t’ayant dit ça tu… Toi aussi tu es en danger… Je dis toujours et suis persuadée que la meilleure solution est de se battre, mais faut-il parfois se tourner, et se contenter de… Fuir…

    Elle ne voulait pas fuir, mais elle avait trop parlé, et aujourd’hui, Morgan était en danger à cause d’elle. Une personne de plus connaissant la nature du secret qu’elle gardait enfouie en elle était une personne de plus en danger de mort… Tout se bousculait dans son esprit, devait-elle déclarer forfait et faire comme tous les autres ? Devait-elle partir loin d’ici pour ne plus jamais revenir ? Comment pourrait-elle faire une chose pareille, elle qui n’avait qu’une ambition, celle de vaincre le mal pour éclairer sa vie depuis toujours si sombre ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Sortie par froid hivernal [Morgan *o*]   Mar 5 Fév - 0:12

Effectivement, Morgan était lui aussi en danger. Mais ce n’était as le fait qu’elle lui révèle son secret qu’il avait fait de lui un nouveau « hors la loi » mais plutôt le fait qu’il ne veuille pas la dénoncer. Sauf que le jeune homme n’avait absolument pas la même vision des choses que ce ministère. Il ne voulait pas dénoncer Pixie tout simplement parce que pour lui ça se rapportait à la collaboration durant la seconde guerre mondiale chez les moldus par exemple. Entre les juifs et les antisémites. Et il ne voulait pas se joindre à un jeu aussi fourbe, aussi morbide. Car même s’il était un vicieux, un sale bâtard bref, tout ce que vous voulez, il ne mangeait pas de ce pain là. Lorsqu’elle répéta une seconde fois que ses parents étaient des moldus, Morgan lui plaqua sa main sur sa bouche.

« Chut… Ne le dit pas. C’est bon, je suis au courrant. Ne prononce plus jamais ces mots. Qui sait si quelqu’un d’autre nous écoute ? Je préfère diminuer les risques. A la limite je n’aurais qu’à entrer dans tes pensées un de ces jours pour connaître ton passé. »

Puis il se rendit compte qu’il y était vraiment allé trop fort puisque le jolie brune lui interdit de prononcer à nouveau le mot « sang de bourbe ». Effectivement, c’était là une véritable insulte. Mais il ne regrettait pas d’être aller jusque là. « Il faut savoir jusqu’où dépasser les limites » n’est-ce pas ? Et bien il connaissait ses limites et savait jusqu’où il pouvait trancher au vif pour obtenir plus ample coopération de la part des gens. Pas lui ? Ça voulait dire quoi ça ? Qu’elle le voyait déjà comme quelqu’un d’important ? Mis à part un insupportable aristocrate, Morgan ne voyait pas bien ce qu’elle pouvait penser de lui. M’enfin il n’allait pas s’imposer ce nouveau sujet de réflexion alors qu’elle était en plein crise. Il acquiesça d’un mouvement de tête. C’était suffisant sachant que s’il en avait besoin, il n’hésiterait pas à réemployer ce terme. Il était comme ça, on ne lui donnait pas d’ordre. A part sa mère qui était morte. Elle était la seule femme à avoir eut de l’autorité sur lui, hélas tout cela était passé maintenant. C’était pour le meilleur et surtout pour le pire que le jeune sorcier continuait de tracer sa route sur ce chemin épineux qu’il se devait de traverser pour atteindre son but. La question que l’on devait se poser souvent était surtout : mais est-il du côté du bien ou du mal ? A chacun sa faon de voir les choses. Le garçon lui-même ne le savait pas trop. Il voguait entre les deux, d’un sens comme de l’autre, il restait attaché à son intégrité et ne désirait pas changer par bonne foie. Servir Voldemort ? Pitié ! Combien de fois avait-il entendu sa ? « Ah ! Attention ! Voilà le serviteur de celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom ! » Oui ? Mais encore ? =D Non, il ne servait personne, aucune cause en particulier et même pas sa propre maison. Il n’écoutait que son égaux surdimensionné. Prétentieux n’est-ce pas ? Tout a fait.

Enfin bref, le jeune homme demeurait une nouvelle fois silencieux tandis que Pixie reprenait la parole. Elle s’inquiétait pour lui ? Elle voulait savoir quoi ? Qui il était vraiment ? Mais alors là elle se mettait le doigt dans l’œil jusqu’à l’os. Déjà qu’il avait fallut 4 ans à Sally-Anne pour le connaître alors ce n’était pas en une soirée que cette fille allait tout savoir sur le passé douloureux et noueux du sorcier. Il ne voulait pas. Il voulait garder sa part de mystère tout comme il n’en demandait pas plus à la jeune fille. Il lança un regard distant à Pixie lui montrant une indifférence par rapport à ce qu’elle venait de dire à son sujet. Et alors quoi ? Il lui avait dit la vérité non ? Non. Bon d’accord. Mais elle allait devoir se contenter de ça car ce n’était pas de sa bouche qu’elle allait en apprendre plus. La seule et unique personne qui pouvait l’informer de détails c’était Sally, sauf que… Elle ne la connaissait sûrement pas et.. ‘Valait mieux pas (xD)

« En danger ? Je le suis sans cesse. Et puis tu vas arrêter de te lamenter ? T’as pas finis ? Si tu commences comme ça t’es pas bien partis crois-moi. J’vais te dire une bonne chose : je ne veux pas d’une pleurnicheuse comme ça à mes côtés d’accord ? Alors arrêtes de pleurer et écoute moi. »

Il encra profondément ses yeux dans ceux de la jeune fille et joint une nouvelle fois leur deux fronts.

« Le plus difficile est devant toi. Je prends sur moi, si je n’acceptait pas ce poids crois moi que ça ferait déjà 10minutes que le ministère serait au courrant de ça. Je ne suis pas un ange d’accord ? Je suis même tout l’inverse. Pourtant je veux t’aider. Ça prouve bien qu’il y à une belle distorsions entre le bien et le mal n’est-ce pas ? Manque de chance ce sont les sangs impurs qui ont trinqués, moi-même je ne suis pas un sang pur t’entends ? Qui plus est nous sommes des Gryffondors. C’est un combat perpétuel contre les insultes, les attaques. Qu’est-ce que veux ? On ne choisit pas toujours. Mais c’n’est pas une raison pour voir tout noir. Alors tu vas prendre ton putain de courage à deux mains et tu vas me faire un beau sourire avant de me promettre que tu tiendras le coup ! »

Sur ce il se leva d’un bond et tira avec lui la jeune magicienne en la tirant par le bras. Debout l’un devant l’autre, Livanarth regardait avec intensité cette jeune fille. Il voulait l’entendre de sa propre bouche. Il voulait qu’elle lui prouve qu’elle en avait dans le ventre. Entrelaçant ses doigts aux siens il attendait sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pixie McCartney
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin Nombre de messages : 143
Age : 34
Année d'Etude : 6ème Année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : ___* Bois de Rose - 32.5 Centimètres - Plume d'Hippogriffe
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Par delà les Ténèbres, la Magie nous éclaire, pour que le Mal soit à jamais combattu.
Ascendance:
Relations:

MessageSujet: Re: Sortie par froid hivernal [Morgan *o*]   Mar 5 Fév - 0:41

  • Maintenant qu’elle avait craché le morceau, Pixie avait envie d’en parler autant qu’elle le voulait, mais savait bien que c’était terminé. Elle l’avait dit une fois, et même deux, mais c’était finit. Ce secret ne franchirait plus ses lèvres à présent. D’ailleurs, Morgan le lui fit remarquer. Elle ne devait plus jamais le dire, plus jamais…
    Et voilà qu’il commençait à lui demander d’arrêter de pleurnicher. Pixie détestait les larmes, encore plus lorsqu’elles venaient de ses propres yeux. Mais elle ne voulait pas se sa pitié, elle ne voulait pas pleurer, mais elle ne pouvait rien faire… Il ne comprenait certainement pas cela. Elle se demandait pourquoi elle acceptait qu’il la touche. Maintenant qu’elle lui avait dit, elle aurait du fuir depuis longtemps maintenant. C’était évident qu’elle finirait par le dire à quelqu’un et elle aurait dû se préparer bien plus tôt à s’enfuir du château qui représentait toute sa vie depuis bien longtemps. Elle lui lança un regard noir lorsqu’il lui dit ne pas vouloir d’une pleurnicheuse à ses côtés. Mais Pixie n’avait rien d’une pleurnicheuse, habituellement… Elle faisait toujours ce qu’on lui disait même si cela lui déplaisait et n’avait jamais parlé pour se plaindre. Et là encore, elle ne se plaignait pas, elle lui confiait seulement ce qu’il lui avait demandé. Elle écouta attentivement ses paroles, et attendit la fin de sa phrase, sentant que Morgan commençait à s’impatienter : « Alors tu vas prendre ton putain de courage à deux mains et tu vas me faire un beau sourire avant de me promettre que tu tiendras le coup ! ».
    Pixie soupira, et le poussa de ses deux mains, lui qui avait collé son front au siens, et lui hurla :


    - T’as raison ! T’es pas un ange ! Et je veux pas de ta pitié !


    Elle n’avait jamais perdu son sang froid… Jamais, en 16 années de vie qui pourtant n’avait jamais été que blanches et noires. Mais là, elle découvrait un nouveau sentiment en elle-même. La rage, elle se sentait bouillir intérieurement, et avait envie de hurler, chose qu’elle n’avait jamais faite… La façon de s’exprimer de la jeune fille avait toujours été le calme ou le silence, et jamais elle n’avait levé la voix… Mais ce soir, le jeune homme avait réussit à faire sortir d’elle un espèce de double qui n’avait encore jamais vu le jour… Elle s’approcha à nouveau de lui, le visage à quelques centimètres du sien, et, des larmes de fureur et de tristesse dans les yeux, continua :

    - Allez ! Vas-y ! Appelle les, dénonce moi ! J’en ai plus rien à faire de toute façon ! Mon putain de courage comme tu dis, ça fait DES ANNEES que je m’en sert ! Je suis convaincue que tu en as besoin aussi ! Et tu sais quoi ? Je ne vais pas te promettre en chialant comme un bébé, mais je vais te le dire : EVIDEMMENT que je tiendrai le coups ! C’Est-ce que j’ai toujours fait ! J’ai du me tromper sur toi, tu n’y comprends rien !

    Elle se dirigea alors vers l’extérieur de la grotte, mais se rendit compte qu’il faisait nuit noire à l’extérieur, et qu’il lui était impossible de rentrer au château sans utiliser un sortilège qui lui permettrait d’en retrouver le chemin, surtout qu’elle n’avait pas la moindre idée de l’endroit où elle était. Elle n’avait pas envie de se faire remarquer par Carrow ce soir, elle avait assez d’ennuis comme ça… Elle referma ses poings, essayant de se calmer, et reprit la parole, se tournant vers Morgan et continua en le regardant dans les yeux :

    - J’espère qu’au moins… Ce soir tu n’as pas fait ça seulement comme passe-temps, et que tu ne caches rien… Il ne manquerait plus que tu aies une copines, et moi j’suis dans une belle galère encore !

    RAAAAAAAAH Non mais quelle soirée POURRIE ! Elle aurait mieux fait de rester sagement dans le dortoir de sa salle commune, où là personne ne serait venu lui sauter dessus. Elle aurait certainement passé une soirée comme toutes les autres, sans divulguer quelque chose d’aussi important à un inconnu…
    Elle resta à l’entrée de la grotte, debout et immobile, les yeux fermés, attendant que ce sentiment insupportable de rage s’éteigne en elle…

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Sortie par froid hivernal [Morgan *o*]   Mar 5 Fév - 15:08

Parce qu’il disait ce qu’il pensait, parce qu’il avait une vision du monde plus large et sincère, parce qu’il ne se voilait pas la face et parce qu’il était le plus violent avec les gens qu’il désirait aidé, Pixie le repoussa violemment. Elle le repoussa de ses deux mains laissant le jeune homme sans voix pendant les secondes qui suivirent. Il avait lâché un gémissement en sentant les paumes frapper sur sa poitrine glacée et ses yeux emplis alors de certitudes se modifièrent. Il vu rouge pendant un instant, l’instant où il crut qu’il allait la tuer. Pourquoi le repoussait-elle ? C’était de sa faute après tout, c’était elle la petite écervelée qui lui avait révélé son secret. Et alors quoi ? Elle désirait mourir ? Si c’était le cas elle n’avait cas le dire et Morgan s’exécuterait. Il n’avait pas l’habitude de se laisser embobiner par un moment tendre ou de belles paroles, dans sa tête c’était toujours pareil : cette fille il ne l’a connaissait pas et se fichait bien d’elle. Mais elle hurlait, et ça, le jeune sorcier ne supportait pas. Il ne supportait pas les hurlements, cela lui rappelait trop ceux de sa mère et de son pères lorsqu’il était enfant. Un flash back lui revint alors à l’esprit tandis qu’elle s’approchait de lui les yeux baigner de larmes brûlantes. Morgan était comme à son habitude en train d’essayer d’avaler le papier qu’il avait arraché des mus, les yeux hagards, la tête branlante et les bras ballants dans tous les sens. Une véritable poupée désarticulée. Voilà à quoi il ressemblait à l’âge de 4 ans. Sa mère, elle pleurait tout le temps sa mère. Il ne l’avait jamais vu sans avoir de l’eau sur le visage. Elle en était devenue fade, sèche et grise. Lui… lui il était devenu violent. Combien de fois s’en était-il prit à son fils ? Mais ce n’était pas de sa faute. « Pourquoi tu fais ça ??? Pourquoi tu fais ça ??? Pourquoi tu fais ça ??? Pourquoi tu fais ça ??? » Voilà ce qu’il répétait sans cesse pour que son fils arrête sa soit disante « trisomie » qui n’en était absolument pas une. Le petit garçon avait alors tout prit sur lui, il avait grandit avec la faute de n’avoir été qu’un mauvais garçon. Bête et laid. Ce fut les paroles de Pixie qui le firent revenir à la réalité. Les yeux humides il l’a regardait sans comprendre, sans rien dire, les lèvres entrouvertes comme s’il étouffait en cette atmosphère révélatrice. Elle lui faisait mal… Elle lui faisait mal… Elle lui faisait mal…

« TU ME FAIS MAL !! » Hurla alors à son tour le jeune Gryffondor en direction de la sorcière.

Ses yeux aussi s’étaient emplis de colère. Une brûlante vague de flamme l’avait échauffé et il ne voulait plus rien entendre. C’est pourquoi, alors qu’elle s’était dirigée à l’opposé pour se calmer, il l’empoigna par les épaules l’obligeant à se retourner et la gifla. Une fois… Deux fois… 3 fois… il la gifla trois fois, d’une main forte. Puis il la plaqua contre le mur enfonçant ses yeux ardents le plus loin possible dans les siens la forçant ainsi à avaler par la même occasion tout sa haine, toute cette haine qu’elle avait réveillé en lui.

« Ta gueule ! T’entends ?? BOUCLE LA !!! Tu veux mourir c’est ça ?? Tu veux crever ? Qu’est-ce qui t’en empêche ?? Vas-y !! Dénonce toi si t’en à le courage. Après tout t’es qu’un sang de bourbe. Une bâtarde !! T’ES LAIDE !! T’es laide quand tu cris ! Tu sais pas de quoi tu parles et pourtant tu t’autorises à me donner des leçons ? ET PUIS QUOI ENCORE ???? »

D’un geste ferma il l’envoya au sol et lui attrapa les cheveux pour lui faire mordre la poussière.

« Je ne comprends rien hein ? C’est ça ?? JE NE COMPRENDS RIEN DE RIEN ?? Parce que c’est ça avoir pitié ? Parce que tu crois que j’ai pitié de toi ?? TU LE PENSES VRAIMENT ?! Misérable putain, tu te croies où ? Hein ? Tu crois que parce que tu te force à pas chialer pendant les cours en t’arrachant les cheveux tu es courageuses ? Tu crois que t’isoler des autres est un signe de courage ??? Tu crois que me gueuler au visage te servira à quelque chose ?! La prochaine fois crache ton venin sur quelqu’un d’autre !! Ici tu joues dans la cour des grands c’est imprimé ? DES GRANDS !!! Pleurer pour avoir son jouet n’est plus d’actualité !!! »

Il ne la lâcha pas mais l’obligea cette fois à se relever en tirant toujours sur ses cheveux. Maintenant face à face, Pixie put très bien remarquer qu’il n’en avait pas finit, que si elle avait éveillé en elle un sentiment nouveau, elle en avait fait de même pour Morgan. Non pas qu’il ne se contrôlait plus, absolument pas, cependant il voulait l’écraser, comme d’habitude. Lui montrer que se monter contre lui n’était pas une bonne idée bien au contraire. A ses risques et périls.

« Recommence… Recommence vas-y. Hurle encore… Et tu feras de moi ton pire cauchemar.

Sans la moindre délicatesse, l’anglophone renvoya la jeune femme là où était sa place selon lui autrement dit : par terre. Il s’éloigna en respirant lentement comme pour se calmer et s’adossa au mur. Là, il la regardait toujours. Son expression avait changé, cette fois c’était de la véritable provocation qui s’en dégageait. Il se mit à rire.

« Ah… Au fait… J’ai effectivement une petite amie. Quoi que tu en dises. Bien vue. Et alors ? j’ai la tête d’un garçon qui jure fidélité devant Dieu ? Laissez moi rire. Qu'est-ce que ça peut te foutre? pour elle tu n'existe pas et... pour moi pas beaucoup plus non plus d'ailleurs. T'es pas en sucre si? Alors casse toi maintenant, la pluie va pas te tuer j'te rassure. »

Sur ce il regarda sa montre: bientôt 19h..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pixie McCartney
Administrateur Adjoint
avatar

Féminin Nombre de messages : 143
Age : 34
Année d'Etude : 6ème Année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : ___* Bois de Rose - 32.5 Centimètres - Plume d'Hippogriffe
Date d'inscription : 27/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Par delà les Ténèbres, la Magie nous éclaire, pour que le Mal soit à jamais combattu.
Ascendance:
Relations:

MessageSujet: Re: Sortie par froid hivernal [Morgan *o*]   Mar 5 Fév - 20:56

  • « TU ME FAIS MAL ! » Ce furent ces paroles émanant de Morgan qui choquèrent tout d’abord la jeune fille. C’était la première fois que Morgan perdait son sang froid, et de toute évidence, il avait une bonne raison de le faire. Pixie baissa les yeux, alors convaincue qu’elle avait vu juste. Il n’avait pas une vie facile, oh ça non… Son passé était certainement douloureux, sûrement aussi affreux que le passé de Pixie…
    Cependant, elle n’avait rien vu venir. Elle savait qu’en criant ainsi, il était possible que le jeune homme face de même, mais elle n’aurait jamais cru qu’il puisse devenir violent à ce point là, lui qui avait été si doux quelques secondes plus tôt… Tout ce qu’elle comprit était qu’en quelques millièmes de secondes, elle se retrouva la joue contre le sol dur comme de la pierre, tirée par les cheveux, entendant des mots qui lui infligèrent le plus grand mal qu’elle n’avait jamais ressenti. Une sang-de-bourbe, une bâtarde, une putain… Ces mots résonnèrent à l’esprit de la jeune fille, qui s’essaya même pas de se débattre. Pourquoi était-il comme ça ? Pourquoi lui faisait-il mal ainsi ? Certainement pour lui rendre le mal qu’elle lui avait fait… Lorsqu’il la retourna, elle vit briller dans ses yeux une lueur qu’elle n’avait encore jamais vu. La haine, la rage, la tristesse, tout cela mélangé qui expliquait le comportement du jeune homme. Les larmes avait cessé de couler sur les joues de Pixie. A présent, elle ne sentait que la terre qui y était restée collée lorsque Morgan l’avait plaquée sur le sol. Il l’a balança alors sur le sol comme un vulgaire objet, et Pixie posa ses mains à plat derrière elle pour retomber correctement. Elle sentit alors un liquide sous ses mains, et tourna la tête. Une substance rouge s’était mélangée à la terre stagnant sur le sol. Elle porta sa main à sa joue, et eu un frisson. Elle n’avait même pas sentit, mais elle saignait sur toute la joue gauche. Elle devait avoir l’air encore plus pathétique dans cet état…
    Le dernier coups porté par Morgan fut lorsqu’il lui annonça qu’il avait en effet une petite amie. Ce fut le dernier poignard que Pixie sentit s’enfoncer dans son cœur. Bien qu’elle eu espéré le contraire, elle s’en était doutée. Non, en effet, il n’avait pas l’air d’être le genre de jeune homme à jurer fidélité…

    Pixie se releva difficilement, le corps empli de sentiments qu’elle avait du mal à contrôler. Elle se dirigea à nouveau vers la sortie sans un regard vers Morgan, puis lorsqu’elle y fut, elle regarda en dehors. Elle n’y voyait rien, absolument rien, mais elle devait rentrer. Elle ne pouvait pas rester avec lui, que se passerait-il s’il devenait à nouveau violent ? Il n’avait pas l’air de se préoccuper d’elle, et le lui avait dit. Elle n’était rien pour lui, une simple putain d’un soir, dans la forêt interdite… Bien qu’elle sache qu’elle n’aurait jamais dû crier, Pixie ne regrettait rien, même si elle avait fait mal au jeune homme. De toute façon, il le lui avait bien rendu… Elle sortit de sa poche un mouchoir qu’elle plaqua sur sa joue en sang après l’avoir mouillé quelque peu sous la pluie qui tombait encore fortement au dehors. De toute évidence, les deux adolescents avaient un passé difficile derrière eux, alors comment se faisait-il qu’ils aient autant de mal à se comprendre ? Comprendre Morgan ? C’était sûrement difficile pour Pixie étant donné qu’elle en était convaincue, il lui avait menti à son sujet, mais pourtant, elle aurait tellement voulu l’aider, bien qu’elle fut convaincue qu’il ne voulusse pas de cette aide, ni de n’importe laquelle. Et en y repensant, elle n’avait eut besoin d’aide de personne jusqu’à maintenant pour s’en sortir, elle pouvait très bien continuer… La seule chose différente était que Morgan était au courant de son secret. Malgré ce qu’elle aurait pu croire, il était comme les autres… C’était un Gryffondor mais il méprisait les sangs-de-bourbe… Peut-être attendait-il le moment propice à la dénoncer ? Elle tourna à nouveau le regard vers l’extérieur, et après avoir fait quelques pas, elle leva les yeux vers le ciel dont elle voyait quelques étoiles malgré le temps affreux… Elle laissa l’eau couler sur son visage, nettoyant sa blessure… Elle devait faire peur à voir, et à en croire Morgan, elle était laide. Il avait raison, elle l’avait toujours su… Pixie s’était toujours considéré comme une erreur, comme une bâtarde qui avait apporté le malheur à beaucoup de monde. Ses parents, puis ses parents adoptifs… Elle ne s’aimait pas, et personne ne l’appréciait réellement excepté ses véritables amis, et Dieu savait qu’elle n’en avait qu’un petit nombre… Sans tourner les yeux vers le jeune homme, elle lui répondit tout de même :


    - Il y a du vrai dans ce que tu as dit…

    Puis elle tourna la tête, croisa de loin le regard du jeune homme, qui respirait plutôt bruyamment, dans le même état qu’elle quelques minutes plus tôt.


    - Je suis désolée… Même si ça t'importe peu...

    Elle ne savait pas si c’était justifié, mais s’écraser était une des choses que Pixie McCartney savait étrangement très bien faire. Elle était désolée de l’avoir rencontré, était désolée de lui avoir fait perdre son temps, de l’avoir mit dans cet état, et enfin de lui avoir fait mal, d’après ce qu’il lui avait dit. Elle n’avait pas comprit cela, mais était sûre que c’était justifier, et faire du mal aux autres était quelque chose qui n’amusait guère la jeune Gryffondor, même si elle se demandait si ce n’était pas un divertissement pour Morgan envers elle. Bref, elle était désolée de tout ça…
    Elle tourna les yeux vers l’extérieur de la grotte à nouveau, et s’engouffra dans l’un des sentiers…

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Livanarth
Administrateur Adjoint
avatar

Masculin Nombre de messages : 359
Age : 26
Année d'Etude : 7eme année
Maison : Gryffondor
Baguette Magique : Bois d'if, 33,75 cm, contient un nerf de coeur de dragon entouré d'un cheveu de Vélane.
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Citation: Il faut savoir jusqu'où l'on peut dépasser les limites.
Ascendance: Sang Mêlé
Relations:

MessageSujet: Re: Sortie par froid hivernal [Morgan *o*]   Mar 5 Fév - 21:47

Morgan n’avait rien contre les « sang de bourbe », rien contre ces gens qui naissaient de parents moldus. Il n’avait rien non plus contre Pixie. Mais ce soir, elle avait dépassé certaines limites. Le jeune homme était particulièrement sensible sur certains points et surtout quand il venait d’être sympa (ce qui était très rare). Cette fille avait joué avec sa patience et elle avait payé le prix fort pour cela. Ah… Mais pourquoi faut-il que les gens hurlent ? Hein ? Pourquoi ? Ils n’avaient pas d’autres moyens d’expression que ça non ? Il fallait qu’ils augmentent le volume pour de bon ? Et bien, qu’elle élasticité d’esprit je suis bluffé -_-‘ . Morgan avait toujours la langue dans sa poche. C’n’était pas pour rien. Il y à 14 ans maintenant, il ne répondait jamais à ses parents. Pourquoi répondrait-il aux élèves d’aujourd’hui ? Pourquoi leur parlerait-il ? Surtout qu’il n’avait rien de bien agréable à leur dire. Il se débrouillait très bien seul, il avait le courage, la force de caractère et la patience pour y arriver. Mais là… Nan là s’en était trop. A partir de maintenant elle avait tout intérêt à l’éviter car il ne se montrerait plus aussi courtois. D’ailleurs, Pixie devait s’en douter puisqu’elle partie. Ce qu’elle dit avant, Livanarth ne s’en préoccupa pas. Il n’avait même pas écouté. Il attendait… De la voir disparaître parmi les multitude d’arbres. D’accord il pouvait très bien lui arriver quelque chose. Ce n’était plus son problème. Après tout, n’était-elle pas suicidaire ? Sinon, pourquoi lui aurait-elle révélé à lui, un inconnu, son plus grand secret. Mais Morgan n’avait pas l’intention de révéler quoi que ce soit. Lui faire croire l’inverse par contre.. Serait bien son genre….

Un léger sourire malicieux s’esquissa sur les lèvres du jeune sorcier. Elle était sa proie. Il voulait la revoir déjà. Il ne voulait pas la lâcher, quelque chose allait se passer entre eux.. C’était certain. Dans quel sens ? A votre avis ? Y’a-t-il beaucoup de personnes qui repartent avec un grand sourire version casimir après avoir eu affaire avec Morgan ? Non.

Le jeune homme bailliat. Il étai 23 heures lorsqu’il regarda à nouveau sa montre. Bon… Il avait assez traîné et assez réfléchit. Le couvre feu étai dépassé depuis bien longtemps, il allait avoir des problèmes. Bof… ça ne serait pas la dernière fois remarque. Sur le chemin du retour, le regard de Livanarth fut attiré par une petite tache blanche. C’était le carnet à dessins que la petite Pixie n’avait pas ramassé tout à l’heure. Il était trempé mais les dessins n’étaient pas effacés. « Je n’aurais qu’à le laisser sécher à côté de la cheminée… » Pensa Morgan en le fourrant dans la poche de son pantalon. Puis il continua son chemin jusqu’à revenir dans la majestueuse école.


[sujet clos]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sortie par froid hivernal [Morgan *o*]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sortie par froid hivernal [Morgan *o*]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Monture sang-froid et homme lézard
» J'ai jeté un froid !!!
» Sortie de Nausicaä en Blu-Ray au Japon
» Sortie de chez le coiffeur...
» Balotelli, hein elle est où la sortie ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Contre-Attaque :: ARCHIVE 2008 :: Mars-
Sauter vers: